Simone Buchholz dépeint avec un plaisir non dissimulé les contours de sa ville et plus particulièrement Sankt Pauli, quartier animé avec son ambiance propre aux villes portuaires.

Radio Cité Vauban
Article Original

À quoi associe-t-on le nom de Hambourg ? Les nostalgiques quinquas amateurs de foot revoient les images d'un colosse nommé Hors Hrubesch, attaquant du football club de Hambourg, plantant des têtes dans le but adverse, arborant fièrement le maillot blanc de son équipe fétiche. À moins que vous ne fassiez l'association homonymique avec ce sandwich américain fait de pain tendre, de steak et assaisonné de sauce ketchup, quasi-homonymie non fortuite car le mot hamburger a bien une étymologie germanique. Mais Hambourg est avant tout un des plus grands ports européens, avec son économie et sa "faune" que connaît bien Simone Buchholz, autrice de Nuit bleue et paru aux éditions de L’Atalante dans sa nouvelle collection Fusion.

Chastity Riley est procureure à Hambourg. Elle noie sa désillusion professionnelle au Blaue Nacht, un bar de nuit du quartier Sankt Pauli. Reléguée à la protection des victimes, elle veille actuellement sur un homme retrouvé "en kit" au niveau osseux. Il se fait appeler l'Autrichien. Elle cherche à le mettre à nu, à savoir qui il est et pourquoi il s'est retrouvé la cible de voyous. Avec Faller et Calabretta, ses amis, elle essaye de débusquer les indices qui la mèneront vers un nom, un mobile et des suspects du lynchage de "l'Autrichien".

La maison d'édition nantaise relance sa collection polar et la confie à Caroline de Benedetti et Emeric Cloche, fondateurs de l'association Fondu au noir et éditeurs du magazine L'Indic. Et on peut dire qu'ils ont réussi ce lancement en éditant ce polar allemand écrit de main de maîtresse par Simone Buchholz. Elle dépeint avec un plaisir non dissimulé les contours de sa ville et plus particulièrement Sankt Pauli, quartier animé avec son ambiance "propre" aux villes portuaires. Elle convainc par son style et notamment en évoquant la vie passée des protagonistes avec des courts paragraphes réunis dans les mêmes chapitres et qui font penser à des flashs, des instantanés. La force du récit, au-delà de la manière dont le lecteur est imprégné de la moiteur de Hambourg, réside dans ce dialogue en forme de guerre des nerfs entre Chastity et l'Autrichien. Il se mène alors une forme d'investigation qui ne dit pas son nom mais aussi un jeu d'acteurs subtil entre Chastity, Faller et ses démons, et l'Autrichien qui va finir par lever quelque peu le voile.

Le retour de L’Atalante dans le monde du polar est sans conteste gagnant avec cette nuit bleue qui ravira les aficionados du roman policier stylé et les mêmes s'impatienteront d'avoir entre les mains les prochaines sorties de la collection Fusion.

Publié le 6 avril 2021

à propos de la même œuvre