Grâce à la profondeur psychologique de ses personnages, Olivier Paquet retourne le réel pour révéler le vrai et les méchants se changent parfois en gentils le temps d’un chapitre. À moins que les choses ne soient encore plus complexes que cela…

Just a word
Article Original

Thème particulièrement en vogue ces derniers temps, l’Intelligence Artificielle (ou IA) se fait de plus en plus envahissante dans notre vie quotidienne.
Si certains avertissent du danger de cette prolifération, d’autres se félicitent de cette nouvelle aide pour l’humanité et les défis qui l’attendent. Avec Les Machines fantômes, l’écrivain français Olivier Paquet (Les Loups de Prague, Le Melkine…) se penche sur cette épineuse question qui va bien au-delà du champ de la science-fiction.
Comment faire face à l’émergence de ce nouveau paradigme où l’homme lui-même semble devenir obsolète ? Avec le portrait croisé de quatre personnages, le récit nous emporte dans un techno-thriller surprenant aux questionnements passionnants.

« La liberté ne se mesure qu’à la longueur de chaîne qui pend à votre cou. »

Trajectoire de vie(s)
Pour construire son intrigue, Olivier Paquet choisit quatre personnages improbables ayant tous en commun leur rapport à la technologie… et leur artificialité !
D’abord, il y a Adrien, trader chez Optired particulièrement doué dans son genre et capable de retourner des situations commerciales que d’autres jugeraient impossibles. Adrien ne correspond pourtant pas vraiment au requin-type de ce milieu, moins motivé par l’argent que par la performance et la possibilité d’aider autrui. Un vrai paradoxe en somme.
Ensuite, c’est au tour d’Aurore Germain d’occuper le devant de la scène, une jeune femme que d’aucuns connaissent sous le maquillage de Stella McCall, chanteuse pop sur le déclin, dépassée par une nouvelle égérie pour adolescentes répondant au nom de LéaH.
Après le monde de la musique, c’est Kader, ex-sniper de l’Armée Française reconverti dans la sécurité privée pour boîte friquée qui reprend le micro. Assommé par un grand-père malade qui le déteste et rejeté par un frère radical prêt à tout pour exister, Kader doit également composer avec ses terribles souvenirs de guerre et une société française banalement raciste.
Enfin, on termine ce tour d’horizon par Lou, hardcore-gameuse préférant la vie en ligne et les héros de Runecraft (clin d’œil évident aux fans de Warcraft) et qui doit s’adapter au départ de sa copine Cristina, davantage attirée par la drague sur Tinder que par les nouveaux donjons d’un monde froid et artificiel.
Pour chacun d’entre eux, Olivier Paquet construit une histoire et une trajectoire de vie bien différente jusqu’au moment où ils croisent le personnage clé de Machines Fantômes : Joachim/Hans.
Qui est ce jeune homme aux boucles blondes trop innocentes pour être honnêtes ? Un jeune trader ambitieux ? Un psychologue particulièrement malin ? Un gamer ? Ou tout cela à la fois ?
Installant patiemment son intrigue, le roman met un certain temps à décoller en présentant les pièces d’un puzzle plus large qu’escompté au lecteur qui pensait peut-être retrouver ici un pur objet science-fictif.

Futur proche
En effet, dans Les Machines fantômes, la science-fiction reste discrète. Le monde dans lequel évoluent nos héros n’est pas si éloigné du nôtre, les évolutions technologiques moins criardes et tape-à-l’œil que dans certaines œuvres de SF récentes. Balles intelligentes, marché boursier assisté par IA, MMORPGs, drones en tous genres… l’univers créé par Olivier Paquet nous est familier, restant du coup beaucoup plus crédible et plus réaliste. En vérité, si l’on excepte les IA terrées dans les angles morts, le roman parle avant tous de trajectoires humaines et repose sur les ressorts du techno-thriller pimentée aux services secrets français style DOA. On a connu pire comme ascendance. Entre espionnage et trahisons, l’histoire offre son lot de retournements de situations et de fausses pistes au lecteur. Ajoutez-y l’écriture élégante et ultra-efficace du français, et vous voilà devant un page-turner redoutable qui ne néglige pourtant jamais ses personnages.

Une nouvelle conscience du monde
De leur côté, les Intelligences Artificielles tant attendues se font discrètes. Olivier Paquet ne tombe pas dans le piège de la surenchère et les immisce dans son récit avec une pudeur qui fait plaisir à voir. Ne vous attendez pas à d’infâmes machines machiavéliques mais à plutôt à une nouvelle forme de conscience, entre constellations intelligentes et créatures virtuelles. Toujours à la limite du champ de vision, les IA représentent à la fois le moteur de l’intrigue et son enjeu principal.
Que font ces nouveaux êtres intelligents à l’écart des hommes ? Comment les voient-elles ces hommes étranges qui se trahissent, se détestent et s’aiment sans discontinuer ? Déjouant le piège du manichéisme pur et dur, Olivier Paquet s’interroge sur ce que perçoivent de nous des intelligences mécaniques et artificielles. Entre deux chapitres centrés sur ces personnages de chair et de sang, le lecteur assiste à des modélisations de vies humaines et des expérimentations sur le destin. Le libre arbitre, mine de rien, devient un autre thème du roman, ou comment influencer le destin par un battement d’ailes de papillon virtuel.

« Il suffit d’écarter ce qui nous dérange pour retrouver notre sécurité. »

Redevenir réel
Sur ces entrefaites, le lecteur finit par comprendre que l’artificiel bouffe ces histoires de A à Z. Du soldat d’élite dont la vie n’est plus qu’un paraître pour les autres à la chanteuse pour adolescent(e)s qui n’existe pas vraiment en passant par cet écrivain forcé de faire bonne figure dans un festival perdu au milieu de nulle part. Les Machines fantômes emploie donc la science-fiction pour s’intéresser au caractère artificiel de nos existences modernes dans une société où l’apparence, la race, la jeunesse, le genre, les opinions politiques et les niveaux sociaux résument qui vous êtes.
C’est aussi le long chemin de croix pour ces différents personnages qui doivent réapprendre à être eux-mêmes pour sortir de leur torpeur. De façon surprenante, l’intervention théorique des IA n’est ni bonne ni mauvaise, elle devient une sorte de révélateur, dissipant le mensonge et remplaçant un créateur que l’homme semble avoir perdu en cours de route, orphelin du destin incapable de décider qui il est dans ce capitalisme merdique qui, décidément, devient le vrai marionnettiste en chef de cette histoire parfois poignante. Grâce à la profondeur psychologique de ses personnages, Olivier Paquet retourne le réel pour révéler le vrai et les méchants se changent parfois en gentils le temps d’un chapitre. À moins que les choses ne soient encore plus complexes que cela…

Techno-thriller saupoudré de science-fiction, Les Machines fantômes montrent que les écrivains français ont encore des choses à dire sur l’humain et sur notre rapport à la technologie. Jamais barbant mais souvent haletant, Les Machines fantômes empoche la mise grâce à sa galerie de personnages plus vraie que nature et à son message sur nos vies artificielles à l’heure du capitalisme et de la démagogie politique. Une excellente surprise.

Publié le 27 août 2019

à propos de la même œuvre