Ce qui fait la grande force du roman est l’aspect intimiste de ces histoires entrecroisées

Scifiuniverse
Article Original

Olivier Paquet est un auteur qui s'est déjà frotté à de multiples aspects de la SFFF : Les loups de Prague, Jardin d'Hiver (on était déjà proche du thème des machines fantômes), Structura Maxima ou encore sa série Le Melkine (également chez l'Atalante) ont montré ses multiples facettes et son talent.

Dans Les machines fantômes, il signe un roman particulier. Nous sommes certes dans l'imaginaire mais le réalisme de son univers est troublant voire inquiétant. Olivier Paquet aborde ainsi un sujet d’actualité passionnant : les intelligences artificielles et leurs actions dans notre quotidien. Big data et objets connectés sont au cœur des problématiques d’aujourd’hui. Les choix que nous faisons orienteront la société de demain.

Le roman se déroule à Paris dans un peu moins de 20 ans : un futur très proche, un cadre ultra réaliste pour ce techno-thriller à tendance dystopique.

Adrien est un trader d’un genre particulier, il bosse seul dans les tours de la Défense à sauver les erreurs de ses collègues pour une grosse compagnie. Soudain, Hans déboule : il est jeune, beau, naïf et innocent. Adrien décide de le séduire et pour cela lui confie un secret. Le lendemain, Adrien est viré… et perd tout.

Aurore est une chanteuse pop mais sa notoriété chute. Une nouvelle nana a pris le devant de la scène, plus prude, plus pure. Elle plait aux parents, aux bonnes gens. Aurore aka Stella macCall n’est plus la star adulée par les adolescents et les réseaux sociaux se déchainent sur son compte.

Kader bosse dans la sécurité, pour une boite privée qui l’a recruté après son départ de l’armée. Il était sniper, un des meilleurs. Mais désormais après le travail, il veille sur son grand-père, un vieillard grabataire qui le méprise. Kader n’est pas assez pratiquant, ce n’est pas un aussi bon musulman que son frère. Le vieil homme le rabroue en permanence alors que Kader est le seul à s’occuper de lui.

Lou est une jeune femme qui ne vit que pour son jeu video préféré, sorte de Wow. Elle vit en ligne par procuration négligeant parfois son existence réelle. Elle n’a qu’une amie dans les deux univers, Cristina, mais celle-ci préfère les rencontres tangibles via Tinder aux chats virtuels entre gamers. Lorsque Cristina quitte le jeu, Lou est un peu perdue.

Quatre personnages, quatre destins différents qui seront bouleversés par l’intervention de fantômes, d’I.A qui vont provoquer, via le net ou tout objet connecté, des événements qui s’enchaineront pour le meilleur et pour le pire. Autour d’eux, un certain Joachim rôde avec son propre agenda et une vision du monde particulière.

L'intrigue est bien plus complexe et Olivier Paquet un véritable illusioniste, mais cela gâcherait votre plaisir d'en dévoiler plus alors passons à l'analyse !

Dans ce roman choral, les fantômes sont des êtres que nous n’avons pas encore rencontrés, des intelligences artificielles conscientes ou du moins en train de prendre une certaine autonomie. Elles ressemblent à des céphalopodes étalant leurs tentacules sur le monde. Elles interviennent sur le monde en toile de fond, de manière discrète, imperceptible pour la masse. Mais ces machines si brillantes soient-elles, peuvent-elles réussir où l’homme a échoué, peuvent-elles gérer notre société de façon plus juste et plus humaine ? Serions-nous prêt à les laisser faire pour être heureux ?

Le roman dénonce ou du moins dépeint une société déshumanisée, la solitude de gens pourtant constamment connectés. Adrien symbolise une économie capitaliste toute puissante déconnectée du monde réel, Aurore connait les affres de la célébrité soudaine et éphémère, Kader la réinsertion impossible dans la société alors que son frère s’enfonce dans le fanatisme et Lou la fuite de la réalité.

L’écriture d’Olivier Paquet est dense, son propos documenté. Mais ce qui fait la grande force du roman est l’aspect intimiste de ces histoires entrecroisées. Le sujet est passionnant mais il nous touche autant parce que les personnages sont humains, réalistes, complexes et finalement très proches de chacun de nous. Leur condition est émouvante et la prise des machines sur leur vie à peine perceptible. Le personnage de Joachim est intrigant et sa vision du monde donne à réfléchir. Les machines fantômes est LE roman à lire si la question de la place des I.A dans notre vie vous intéresse.

Publié le 3 octobre 2019

à propos de la même œuvre