P. Djèli Clark nous offre une plongée parfumée et vibrante dans la Nouvelle-Orléans et ses bayous, en compagnie de personnages féminins forts comme lui seul en a le secret. Et comme pour ses autres nouvelles, celle-ci aura aussi un petit goût de pas assez.

Les Tambours du dieu noir - Fourbis et Têtologie
Article Original

Je vous ai déjà parlé de P. Djèli Clark que j’ai découvert grâce à la nouvelle L’étrange affaire du Djinn du Caire qui m’avait totalement emballé. Une nouvelle que vous pourrez d’ailleurs aussi découvrir dans l’édition VF de chez L’Atalante.

Tout comme L’étrange affaire du Djinn du Caire, Les Tambours du dieu noir est une uchronie steampunk, mais qui, cette fois, se déroule à la Nouvelle-Orléans au temps de la guerre de Sécession. Le Nord et le Sud se regardent en chiens de faïence, les esclaves des Caraïbes se sont libérés de leurs chaînes et les divinités venues d’Afrique sont plus vivantes que jamais.

La Nouvelle-Orléans est une zone neutre où vit Jacqueline, une petite voleuse débrouillarde dédiée à Oya, l’orisha du vent, de la tempête et des orages (la divinité vit littéralement en elle). Un soir, elle entend que des Confédérés sont sur le point de mettre la main sur les tambours du dieu noir, une arme mythique haïtienne à l’origine de la libération des esclaves, mais aussi d’ouragans meurtriers qui ravagent depuis les Caraïbes. Elle voit là l’occasion d’intégrer enfin l’équipage pirate du fameux dirigeable le Midnight Robber et parcourir le monde. Mais avant, accompagnée de la capitaine Ann-Marie, elle a un complot à déjouer et une ville à sauver.

P. Djèli Clark nous offre une plongée parfumée et vibrante dans la Nouvelle-Orléans et ses bayous, en compagnie de personnages féminins forts comme lui seul en a le secret. Et comme pour ses autres nouvelles, celle-ci aura aussi un petit goût de pas assez.

Sabine C.

Publié le 9 juin 2021

à propos de la même œuvre