Kay - Les Lions d'Al-Rassan - Les Chroniques de l'imaginaire

Depuis l'assassinat du dernier Khalife, la grandeur de l'Esperagne n'est plus. La paix qui régnait autrefois entre les Asharites, les Jaddites et les Kindaths, se voit à présent menacée. Doucement, les quatre rois d'Esperagne mettent en place leurs pions, avec pour seul but un rêve commun : écraser les autres roitelets et régner seul sur l'Esperagne.

Jehane bet Ishak, brillante médecin kindath, Rodrigo Belmonte, prodigieux chef de guerre jaddite et Ammar ibn Khairan, guerrier et poète asharite, auteur de l'assassinat du dernier khalife, semblent avoir un destin étroitement lié. En effet, malgré leurs origines et leur religion, l'assassin, le médecin et le chef de guerre seront des pions clés dans la renaissance de l'Esperagne. Mais qui écouteront ils? Leurs souverains et leurs religions, ou l'amitié et les sentiments par lesquels ils sont maintenant liés ?

Un roman magnifique ! Ne vous attendez pas a retrouver dans ce livre dragons, magie, et les bagages habituels qui les accompagnent Dans ce roman, Guy Gavriel Kay nous conte une histoire totalement à l'opposé de la très célèbre Tapisserie de Fionavar (combustible conseillé pour se chauffer en hivers).

... Ce roman est tout simplement grandiose. Premièrement grâce à ses parallèles avec l'Espagne médiévale, les guerres saintes et les "Jaddites" (que nous pouvons comparer aux chrétiens actuels). Et deuxièmement par la diversité des personnages et la profondeur que leur donne Guy Gavriel Kay ,ce qui rend ce livre agréable à lire (et à relire !!!). Dans ce roman, les personnages principaux font partie des différentes religions présentes en "Esperagne". L'auteur nous conte la lutte de ces trois religion, qui finalement, donnera naissance à une "Esperagne" infiniment plus stable. Malgré leurs religions et leurs origines, Tous seront en quelques sorte, des héros dans l'histoire de l'Esperagne...

Un roman époustouflant qui croyez-moi, est vraiment dur à relâcher !!!

Nemesius (13/12/2004)

Publié le 29 janvier 2013

à propos de la même œuvre