On entend encore régulièrement des personnes pourtant amatrices de fantasy affirmer : "Moi, de toute façon, je ne lis pas d'auteurs français, il n'y a pas grand-chose d'intéressant." Si vous êtes un ou une habituée de ces lieux, vous avez sans doute déjà en tête dix ou vingt noms ou titres qui contredisent cette affirmation. Et pourtant, elle a la vie dure.

Petit tour d’horizon de la fantasy française

La Semaine de la langue française et de la francophonie, c'était en mars, mais il n'y a pas de mauvais moment pour parler un peu de fantasy francophone !
Ce petit article, qui ne se veut qu'un rapide aperçu, sera surtout axé sur la fantasy française en particulier. Vous êtes plus que bienvenus sur le forum si vous souhaitez proposer vos propres références et venir nous parler de fantasy française, suisse, québécoise ou belge, autant que de fantasy malienne, malgache, haïtienne...

Quelques suggestions de lectures francophones !

La fantasy en France (histoire accélérée)

On entend encore régulièrement des personnes pourtant amatrices de fantasy affirmer : Moi, de toute façon, je ne lis pas d'auteurs français, il n'y a pas grand-chose d'intéressant. Si vous êtes un ou une habituée de ces lieux, vous avez sans doute déjà en tête dix ou vingt noms ou titres qui contredisent cette affirmation. Et pourtant, elle a la vie dure. À la différence de la science-fiction, qui peut sans doute remercier Jules Verne, la fantasy est souvent considérée comme un genre quasi exclusivement anglo-saxon – comprendre anglo-américain. Le fait que les éditeurs français n'aient publié que peu de fantasy sous cette étiquette avant les années 1990 n'y est pas étranger.

Pourtant, les textes sont là : ceux de Jacques Abeille ou Michel Pagel ont par exemple été publiés dès les années 1980, mais dans des collections de SF ou même de littérature générale.
Mais ce n'est qu'à partir de la décennie suivante que le terme fantasy deviendra plus courant chez de nouvelles maisons d'édition ou dans de nouvelles collections qui commencent à publier plus d'auteurs francophones. Ce sont les débuts de Pierre Pevel, Fabrice Colin, Mathieu Gaborit… Ils ont lu la fantasy traduite, surtout américaine, ils sont amateurs de jeu de rôle. Dans des styles très différents, ils proposent une fantasy originale qui s'en inspire mais s'en distingue aussi résolument.
Mnémos en 1995, La Dentelle du Cygne de L'Atalante en 2000, Bragelonne la même année, les éditions ActuSF en 2003 puis Scrineo et les Moutons électriques en 2004… Ce ne sont là que quelques-uns des éditeurs apparus dans notre genre favori. Très nombreuses sont aussi les maisons plus petites qui publient beaucoup d'auteurs francophones, souvent débutants. Ainsi, à partir des années 2000, dans le sillage des adaptations au cinéma du Seigneur des Anneaux et de Harry Potter (qui était déjà un énorme succès de librairie), les éditeurs et les publications se multiplient. Les médias aussi – c'est en septembre 2000 qu'est né Elbakin.net ! – de même que les prix ou les festivals spécialisés. Le Dictionnaire de la fantasy paru en 2018 et auquel Elbakin.net a participé détaille cet historique dans son article France.
Depuis, nous vivons dans l'abondance de fantasy ! Il est impossible de proposer ici une liste exhaustive de titres et d'auteurs, ni même de citer toutes les références indispensables. D'ailleurs, cet article ne prétend pas même ne citer que des références absolues : chacun sait qu'une telle liste serait forcément subjective et contestable !

Mais faisons tout de même un petit tour au pays de la fantasy francophone (principalement française, donc, même si quelques autres se sont glissés dans cet article). Le territoire est vaste, les styles et les sous-genres sont variés… Il y en a pour tous les goûts ! Gardez aussi à l'esprit que ces étiquettes sont souvent sujettes à débat, différentes d'une personne à l'autre. Notre forum fantasy est là pour en discuter ! Vous pouvez aussi y débattre des œuvres que vous appréciez le plus – ou le moins, chaque lecteur a son avis…

Quel genre de fantasy aimez-vous ?

[...] Côté dark fantasy, vous trouverez sans doute de quoi vous plaire avec Aurélie Wellenstein (Le Dieu Oiseau, Le Roi des fauves) ou Michel Robert (L'Agent des ombres), par exemple.
Si au contraire le sombre et le violent, très peu pour vous, merci, vous préféreriez rigoler un bon coup, allez voir Catherine Dufour (Quand les dieux buvaient), Jean-Claude Dunyach (L'Instinct du troll) ou Fabrice Colin (À vos souhaits), ils se feront un plaisir de vous détendre !

Publié le 4 avril 2019

à propos de la même œuvre