Son style rappelle celui de Terry Pratchett. En tout cas, elle partage avec lui le même humour grinçant.

Fantasy à la carte
Article Original
Catherine Dufour est une autrice de fantasy française. On lui doit Blanche-Neige et les lance-missiles, récompensé par le prix Merlin en 2002 et plus récemment Entends la nuit, classé meilleur livre fantastique au prix Masterton. Deux belles distinctions qui en disent long sur la qualité de sa plume. 
 
Son style rappelle celui de Terry Pratchett. En tout cas, elle partage avec lui le même humour grinçant. D'ailleurs, il ressort bien dans Danse avec les lutins qui vient de paraître aux éditions L'Atalante. 
 
Elle y juxtapose de nombreuses petites histoires qui s'assemblent pour donner corps à un univers tourmenté dans lequel les féeries sont menacées. 
 
Sous le regard de deux fées, on s'immisce dans le quotidien d'une communauté peuplée d'ograins (hybrides entre ogre et nain), de sylvains, de dryades, de lutins... Depuis des temps anciens, la population ograine n'a pas cessé de se multiplier au point d'éradiquer quasiment les autres espèces. En voie d'extinction, les lutins et autres féeries forment une société minoritaire qui subit le joug des ograins. Depuis trop longtemps, ils payent un lourd tribut qui est de plus en plus contesté par les esprits rebelles. Une situation tendue dont vont se servir certains édiles pour accroître leurs profits. Une secte voit le jour et enrôle la jeunesse féerique égarée. C'est ainsi que le jeune Figuin se retrouve, sous les yeux impuissants de ses parents, à commettre l’irréparable pour une cause qu'il croit juste. 
 
Dans son roman, Catherine Dufour nous raconte la décadence d'un monde face à l'avidité de certains au détriment du plus grand nombre. Par le prisme de la fantasy et de l'humour, elle met l'accent sur le mal qui ronge la planète : l'argent, le pouvoir, la cupidité. Sensible à l'avenir de la terre et des hommes, l'autrice se sert de sa fantasy comme d'un miroir déformant de notre réalité pour aborder des thématiques sociétales et environnementales préoccupantes. 
 
Sous le vernis d'un humour poilant se cache la volonté de brosser le portrait d'un univers qui fut verdoyant et enchanteur et qui, peu à peu, laisse la place au néant. La déforestation, la disparition des espèces végétales, c'est condamner ici les sylvains et les lutins qui se retrouvent sans abris et sans ressources. Or, s'il n'y a plus de diversités, même l'espèce invasive responsable de cette situation est vouée à disparaître à son tour. 
 
Catherine Dufour se sert de cette féerie, terreau de la fantasy, pour mieux interroger et dénoncer des réalités qui nous touchent. Il semblerait que la fantasy française soit un terrain privilégié pour réfléchir sur des sujets de société. D'ailleurs, pour faire écho à Danse avec les lutins, je vous invite à venir jeter un œil sur Entre Troll et Ogre de Marie-Catherine Daniel, éditions ActuSF, car vous y trouverez, là aussi, matière à réflexion. 
 
En tout cas, la lecture de ce roman m'a ouvert la porte sur l'imaginaire fertile et drôle d'une autrice à connaître. J'entends déjà l'appel de ses autres romans. Je remercie les éditions L'Atalante pour cette belle découverte.
 
Fantasy à la carte
Publié le 12 juin 2019