Plaguers est en quelque sorte une dystopie futuriste du monde tel que nous le connaissons. Après des années de pollution, les humains supportent les conséquences de ce qu'ils ont provoquées : pluies acides ; fumées toxiques ; rayons UV extrêmement cancérigènes... Les plaguers bien que portant le salut de l'humanité à travers leur « Plaies » sont traités comme des parias. Le système politique corrompu et indifférent (l'est-il plus qu'aujourd'hui après tout ?) encourage ces débordements de haines qui entraîne une nouvelle forme de xénophobie. Jeanne-A Debats traite dans ce roman de sujets qui sont plus que d'actualité tels que le dérèglement climatique engendré par l'Homme, l'identité sexuelle, avec Brahim et Honoré, qui forme un couple homosexuel sans pour autant en faire le thème principal de l'histoire, et les traitements hormonaux avec la situation d'Illya, fille dotée d'un corps de garçon et souhaitant retrouver son physique d'origine. Autant d'éléments qui font, pour moi, de ce roman un classique de la science-fiction. Il m'a fait penser à d'autres livres du même genre comme Les enfants rats et Ceux qui sauront. C'est grâce à des ouvrages comme celui-ci que l'on voit que la littérature SF et fantastique n'est pas morte en France. Théo Mérienne

Debats - Plaguers - Théo Mérienne

Plaguers est en quelque sorte une dystopie futuriste du monde tel que nous le connaissons. Après des années de pollution, les humains supportent les conséquences de ce qu'ils ont provoquées : pluies acides ; fumées toxiques ; rayons UV extrêmement cancérigènes... Les plaguers bien que portant le salut de l'humanité à travers leur « Plaies » sont traités comme des parias. Le système politique corrompu et indifférent (l'est-il plus qu'aujourd'hui après tout ?) encourage ces débordements de haines qui entraîne une nouvelle forme de xénophobie.

Jeanne-A Debats traite dans ce roman de sujets qui sont plus que d'actualité tels que le dérèglement climatique engendré par l'Homme, l'identité sexuelle, avec Brahim et Honoré, qui forme un couple homosexuel sans pour autant en faire le thème principal de l'histoire, et les traitements hormonaux avec la situation d'Illya, fille dotée d'un corps de garçon et souhaitant retrouver son physique d'origine.

Autant d'éléments qui font, pour moi, de ce roman un classique de la science-fiction. Il m'a fait penser à d'autres livres du même genre comme Les enfants rats et Ceux qui sauront. C'est grâce à des ouvrages comme celui-ci que l'on voit que la littérature SF et fantastique n'est pas morte en France.

Théo Mérienne

Publié le 21 mars 2013

à propos de la même œuvre