Il s'agit d'un recueil de nouvelles, plus ou moins longues, qui toutes dénoncent les dérives d'une société administrative et policière abusive. On suit l'histoire d'une femme qui se retrouve au chômage et n'arrive pas à s'en sortir, errant d'administration en administration, ou l'histoire d'un jeune maghrébin arrêté arbitrairement par des policiers trop zélés, ou encore un jeune réfugié tchétchène, surveillé par la milice des voisins, et dénoncé. Claude Eckhen s'attaque aussi à la grosse machine qu'est l'Education Nationale, avec l'histoire de Dominique, professeur, qu'un parent d'élève va pousser à la démission. Sa nouvelle La ville de cristal se passe dans un futur plus ou moins proche, mettant en scène cette fois la surveillance à outrance, par un système de caméras et de logiciels sophistiqués de reconnaissance omniprésents dans la ville. Une autre histoire raconte comment les enfants sont décelés délinquants avant même leur naissance, et tous les moyens que l'état se donne pour les corriger, les façonner, les éradiquer sont abondamment décrits. De nouvelle en nouvelle, l'auteur dénonce tous les travers de notre société d'assistance, d'aide aux plus démunis (l'explication sur la façon de "couler" une association caritative est édifiante !), d'abus de toutes les autorités. L'écriture est vraiment maîtrisée, dynamique, très agréable à lire. C'est surtout remarquablement bien documenté et très instructif sur les rouages des administrations en tout genre. Parfois, un petit détail vient égayer la noirceur du quotidien : ce peut être une fillette en robe bleue qui sauve inconsciemment deux désespérés, un vieil homme acariâtre qui n'aime pas les rassemblements des jeunes en bas de son immeuble mais qui intervient lors d'une arrestation policière musclée. Il reste un brin d'humanité dans notre société irrémédiablement corrompue et définitivement abîmée. Une lecture sombre, mais terriblement efficace. Marquise (29/04/2012)

Ecken - Au réveil il était midi - Les Chroniques de l'imaginaire

Il s'agit d'un recueil de nouvelles, plus ou moins longues, qui toutes dénoncent les dérives d'une société administrative et policière abusive.

On suit l'histoire d'une femme qui se retrouve au chômage et n'arrive pas à s'en sortir, errant d'administration en administration, ou l'histoire d'un jeune maghrébin arrêté arbitrairement par des policiers trop zélés, ou encore un jeune réfugié tchétchène, surveillé par la milice des voisins, et dénoncé.

Claude Eckhen s'attaque aussi à la grosse machine qu'est l'Education Nationale, avec l'histoire de Dominique, professeur, qu'un parent d'élève va pousser à la démission.

Sa nouvelle La ville de cristal se passe dans un futur plus ou moins proche, mettant en scène cette fois la surveillance à outrance, par un système de caméras et de logiciels sophistiqués de reconnaissance omniprésents dans la ville.

Une autre histoire raconte comment les enfants sont décelés délinquants avant même leur naissance, et tous les moyens que l'état se donne pour les corriger, les façonner, les éradiquer sont abondamment décrits.

De nouvelle en nouvelle, l'auteur dénonce tous les travers de notre société d'assistance, d'aide aux plus démunis (l'explication sur la façon de "couler" une association caritative est édifiante !), d'abus de toutes les autorités.

L'écriture est vraiment maîtrisée, dynamique, très agréable à lire. C'est surtout remarquablement bien documenté et très instructif sur les rouages des administrations en tout genre.

Parfois, un petit détail vient égayer la noirceur du quotidien : ce peut être une fillette en robe bleue qui sauve inconsciemment deux désespérés, un vieil homme acariâtre qui n'aime pas les rassemblements des jeunes en bas de son immeuble mais qui intervient lors d'une arrestation policière musclée. Il reste un brin d'humanité dans notre société irrémédiablement corrompue et définitivement abîmée.

Une lecture sombre, mais terriblement efficace.

Marquise (29/04/2012)

Publié le 23 janvier 2013

à propos de la même œuvre