J'ai beaucoup aimé ce roman pour son originalité quant aux Hadens. La vie, le quotidien de ces personnes sont très bien racontés. L'aspect technologique futuriste est riche et tout à fait crédible.

Scalzi - Prise de tête - Les Chroniques de l'Imaginaire
Article Original

Lors d'un match de hilketa, le joueur Duane Chapman meurt. Chris Shann, agent du FBI, mène l'enquête avec sa coéquipière Leslie Vann.

Qu'est-ce que le hilketa ? C'est un sport où un joueur est désigné comme chèvre. Tous les joueurs de l'équipe adverse doivent l'attraper et lui décrocher la tête, pour lancer ladite tête entre les poteaux. Ensuite, le joueur récupère sa tête et retourne jouer. Ce jour-là, Chapman a été désigné chèvre trois fois dans un même match, c'est rare mais pas impossible. C'est un ordinateur qui tire au sort.

Les joueurs de hilketa sont des Hadens. Ce sont des personnes atteintes du syndrome de Haden qui les condamne à vivre enfermés dans leur corps. Ils ne peuvent plus bouger, ni réagir, mais leur cerveau fonctionne toujours.

La technologie de ce monde du futur leur permet de se glisser, par la pensée, dans un cispé, une enveloppe connectée, qui leur permet de vivre parmi les non-Hadens, et leur permet de mettre leur particularité au service de ce nouveau sport.

Chris, l'agent du FBI, est lui-même un Haden, mais pas sa coéquipière.

L'enquête va se dérouler dans le monde sportif, entre gros sous, intérêts financiers des ligues sportives, compléments médicaux, complots et coups bas, mais en laissant la part belle au monde des Hadens.

J'ai beaucoup aimé ce roman pour son originalité quant aux Hadens. La vie, le quotidien de ces personnes sont très bien racontés. L'aspect technologique futuriste est riche et tout à fait crédible.

A la fin du roman, un règlement très précis de hilketa est donné. Cela montre à quel point l'auteur a construit un monde solide dans lequel il réussit à nous immerger et même si ce n'est pas toujours facile à comprendre (voire ennuyeux à lire), j'ai apprécié la performance de l'auteur d'inventer ainsi des règles très précises pour un sport qui n'existe pas.

L'enquête est un peu moins attirante, et je me suis parfois un peu perdue dans tous ses méandres. On y découvre toutefois les coulisses des ligues sportives américaines, les coups bas, les malversations, la recherche permanente d'argent et surtout de profit, au détriment du bien-être des sportifs. Mais l'ensemble est poussif, laborieux, pas toujours bien construit.

C'est un meilleur roman SF que policier, c'est certain, mais tout cela ne m'a pas empêchée d'apprécier ce roman au point que je vais me procurer rapidement le roman précédent de l'auteur, Les enfermés, pour en apprendre encore plus sur les Hadens. Il est peut-être même préférable de commencer par ce premier roman avant de lire celui-ci.

Publié le 1 avril 2019

à propos de la même œuvre