Souvenez-vous, je vous ai parlé de John Scalzi il n’y a pas longtemps. Le revoilà avec deux personnages qu’il met en scène pour la deuxième fois.

Scalzi - Prise de tête - Daily Passions
Article Original

Il s’agit de Chris Shane et Leslie Vann, agents du FBI. Chris Shane a la particularité d’être haden. C’est-à-dire être enfermé dans son corps entièrement paralysé. L’haden se déplace grâce à des « cispé » (sorte de corps androïde avec lequel il établit un contact neuronal et avec lequel il entretient une relation informatique très poussée). Autre particularité de Chris : ses parents sont riches. Enfin vous ne trouverez aucune mention du genre de Chris et rien dans l’enquête racontée ici ne vous permettra de lui en trouver un. C’est un agent qui enquête…

L’illustration de couverture présente une tête de « cispé » décapitée qui sert de ballon dans le jeu à la mode où les hadens font merveille, couchés dans leur nacelle mais en liaison avec les cispé sur le terrain, l’hilketa (voir les explications utiles en fin de volume). L’un d’entre eux meurt sur le terrain… et en même temps dans sa nacelle après s’être plaint de douleurs assez violentes aux moments où il s’est trouvé décapité. Leslie Vann – la normale – et Chris Shane – l’haden – sont chargées de l’enquête et vont se heurter aux avocats, aux tueurs, à des flics ripoux, à certains puissants mais tout cela on s’en doute et ce n’est pas vraiment l’important. Ce qui compte et fait tout l’intérêt du roman est triple. D’une part, il nous propose une assez fine analyse de certains mécanismes économiques. en liaison avec le sport – on se gardera bien de rapprocher l’hilketa d’un sport existant, pour ne pas faire de jaloux. D’autre part, l’alternance de séquences de réflexion et de séquences d’action est fort bien dosée et l’on ne s’ennuie pas un seul instant. D’autre part enfin, malgré les potentialités qu’offre l’idée des hadens et des cispés, John Scalzi nous donne une véritable enquête.

Un excellent moment de lecture.

- Noé Gaillard, le 6 janvier 2019

Publié le 13 janvier 2019

à propos de la même œuvre