Goddyn - Le sang des 7 Rois livre 3 - Herbefol
Article Original

Tout comme le tome précédent, cet épisode démarre par un résumé de la situation, chose que j’apprécie grandement. Cela permet de replonger assez facilement dans le récit, malgré sa complexité grandissante. Car le nombre de personnages mis en scène va en s’étoffant. Pour une série qui démarrait autour d’un seul personnage partant à la recherche de deux enfants enlevés, les choses ont bien changé. De volume en volume on voit vraiment cet univers se dévoiler de plus en plus.

Goddyn a toujours son écriture un peu particulière qui fait que même quand il ne passe pas grand chose, la lecture reste plaisante. Un peu comme avec des auteurs comme Patrick Rothfuss. Je continue aussi de trouver une petit touche K. J. Parker dans la façon de présenter le fonctionnement de diverses choses. On retrouve aussi des personnages savoureux, comme Luigi et Rombus, qui rendent certains passages délicieux avec des échanges improbables. Ces moments offrent un bon contraste avec d’autres passages où des personnages envisage un génocide de façon très froide.

L’univers que propose Goddyn est d’une dimension que la carte rend vraiment trompeuse. La simplicité de cette dernière fait que le continent dessiné semble de petite taille. Pourtant, les temps de voyage évoqués par l’auteur montrent au contraire qu’il s’agit là d’un univers assez grand. Le nombre de personnages et les entités qu’ils représentent allant croissant, cette série gagne en complexité de volume en volume. Comme dans le précédent tome, j’ai trouvé un ou deux passages qui permettent de supposer qu’il ne s’agit finalement pas tout à fait de fantasy, un peu comme les différentes séries de Mark Lawrence.

Ce troisième volume du Sang des 7 rois est donc dans la continuité des deux précédents. La plume est toujours agréable à lire. L’auteur continue d’étoffer son univers et son intrigue, augmentant petit à petit le nombre de fils narratifs et apportant des niveaux supplémentaires de complexité. Voilà une progression qui me plait et je suis curieux de voir comment les choses vont évoluer dans le volume suivant.

Publié le 27 avril 2020

à propos de la même œuvre