C'est un roman original, étrange, baigné d'onirisme, agréable à lire, parfois drôle, parfois cruel.

Les Chroniques de l'Imaginaire
Article Original

Lorsque Zahid sonne à l'appartement de sa sœur, celle-ci est étonnée de le voir. Il n'a pas terminé l'essai qu'il faisait en laboratoire, mais il ne peut pas lui expliquer pourquoi. Mais après tout, cela arrange bien Victoire, le jeune homme va pouvoir s'occuper de sa nièce pendant qu'elle est au travail. Depuis quelques temps, à l'hôpital où elle exerce son métier d'infirmière, de plus en plus de cas étranges apparaissent. Des personnes arrivent complètement déboussolées, persuadées d'être malades, d'avoir des membres fracturés, ou victimes d'hallucinations, mais les examens montrent systématiquement qu'elles vont bien. Une épidémie semble se profiler.

Le mystère s'épaissit lorsqu'on réalise que le laboratoire dans lequel Zahid jouait le rôle de cobaye a complètement disparu ! Pas explosé, pas incendié, non, il n'est simplement plus là. Disparus également tous les chercheurs, les médecins, les patients... Sauf Alma qui, à cause de l'incendie de son appartement, ne s'est pas rendue au travail ce jour-là.

Alma prend contact avec Zahid, le patient n°12, pour essayer de comprendre ce qui se passe, entre la disparition du laboratoire et les cas de plus en plus nombreux de personnes sujettes à des hallucination et se retrouvant dans le coma, ainsi que des phénomènes complètement rocambolesques se produisant partout en ville.

Le sujet de la recherche du labo portait sur les rêves, notamment les rêveurs capables de rêver consciemment. Mais il semblerait que cela ait dépassé la fiction et que les rêves de certains soient devenus réalités. Alma comprend vite qu'il faut retrouver le rêveur zéro, celui dont tout est parti, comme pour une épidémie. Certains sont drôles, amusants (lorsque le patron d'une grande firme arrive au bureau tout nu avec ses pantoufles) mais d'autres sont dangereux, voire mortels. La société se sent démunie, comment lutter ? Il faut rapidement trouver une solution.

Le roman se déroule sur une succession de dix-huit nuits, peuplées de rêves, et de dix-huit jours au fil desquels les rêves vont se mélanger à la réalité, dix-huit jours pour comprendre et lutter contre cette épidémie de rêves.

C'est un roman original, étrange, baigné d'onirisme, agréable à lire, parfois drôle, parfois cruel.

Publié le 28 août 2020