Truffée d’humour british, La couronne du berger saura plaire aux fidèles de Terry Pratchett autant qu’aux néophytes.

Les libraires
Article Original

C’est bien connu : les sorcières n’ont pas de chef. Toutefois, lorsque les fées se massent aux frontières et fomentent des projets d’invasion, c’est à la jeune Tiphaine Patraque qu’échoit la tâche de rassembler ses consœurs pour la défense du Disque-Monde. Notons bien que le terme « consœurs », ici, désigne également Geoffroy, premier apprenti sorcière de sexe masculin de toute l’histoire du Multivers, qui devra apprendre à travailler aussi dur qu’une femme s’il veut se montrer digne du métier. Truffée d’humour british, La couronne du berger saura plaire aux fidèles de Terry Pratchett autant qu’aux néophytes.

Une véritable ode à la vie, dans laquelle on se laisse glisser comme dans une couverture chaude. 

 

Émilie Roy-Brière - librairie Pantoute - Les libraires

 

Publié le 23 septembre 2016

à propos de la même œuvre