Bifrost

Poursuivant sa démarche consistant à (re)proposer le maximum de la partie fantasy historique de l'oeuvre de Guy Gavriel Kay en français, L'Atalante publie une nouvelle traduction de Voile vers Sarance (une référence au poème « Voile vers Byzance » de Yeats), roman ouvrant la « La Mosaïque Sarantine », diptyque qui se conclura avec la parution du second volet, Le Seigneur des empereurs. Situé dans le même monde, imaginaire mais modelé sur le pourtour méditerranéen du Moyen-Âge et de la Renaissance, que d'autres livres de l'auteur (Les Lions d'Al-Rassan, Le Dernier rayon du soleil et Enfants de la terre et du ciel), Voile vers Sarance recrée avec brio (l'auteur s'est entouré du conseil des meilleurs spécialistes de la période, et le résultat est flamboyant), la Constantinople du VIème siècle, sous le règne de Justinien, ses intrigues de cour byzantines (c'est le cas de le dire), sa splendeur et ses curiosités (comme l'importance politique démesurée des différentes factions de « supporters » de courses de chars).  On y suit un mosaïste originaire de Rhodias (l'équivalent de Roma, désormais gouvernée par les barbares), mandé dans la cité de Sarance afin d'y décorer l'équivalent de Sainte-Sophie, tout juste (re)construite après avoir été livrée aux flammes lors d'une révolte populaire. Un voyage physique, certes, mais aussi, surtout, psychologique et spirituel (le héros y fera le deuil de sa famille fauchée par la Peste). 

Ce roman a les qualités et les défauts des autres oeuvres de l'auteur : précision historique, protagonistes très travaillés (dont de très beaux personnages féminins) et dialogues ciselés séduiront les uns, tandis que son rythme (très) lent, son introspection omniprésente et ses changements de point de vue fréquents ennuieront les autres. Comme souvent avec notre auteur canadien, un art ou un artisanat est au centre du propos, et comme souvent, aussi, un personnage modeste est projeté aus ein des cours locales et des grands événements historiques. On remarquera toutefois que par rapport aux Lions d'Al-Rassan, le surnaturel est beaucoup plus présent, ce qui ravira certains lecteurs mais pas forcément ceux qui appréciaient, justement, les quasi romans historiques (par opposition à une fantasy historique plus classique) proposés par Kay. On notera aussi une tension sexuelle omniprésente, qu'on ne retrouve pas, ou peu, dans ses autres livres.

Reste un ouvrage qu'on conseillera à ceux qui connaissent déjà et apprécient l'auteur. Le lecteur qui, lui, voudrait le découvrir, se tournera sans doute avec davantage de bonheur vers Les Lions d'Al-Rassan, plus court et plus nerveux.

Apophis

Publié le 5 mars 2020

à propos de la même œuvre