Marc Villard
Un jour je serai latin lover

Hier soir, pris d'une subite envie d'uriner, je décide de hisser la superstition au niveau de la performance esthétique. À savoir, si j'arrive à pisser sans souiller la lunette bleu ciel de mes toilettes, je me décroche une critique dans Le Courrier de Paimbœuf du lendemain. Mon jet, plutôt poussif en temps habituel, fuse, droit et volontaire, au centre de la cuvette. Et le miracle nimbe soudain ma modeste salle de bains d'une aura mystique : j'ai réussi. Ce matin, j'achète Le Courrier comme je le fais depuis dix ans et, là, amère déception. Pas une ligne. Rien, le néant.
Je tiens à signifier avec force à la rédaction de cet hebdomadaire : je suis déçu. Voire blessé. Car briser le rêve et les croyances d'un enfant de cinquante ans, c'est mal. Faites passer.

 

Dans le prolongement de J'aurais voulu être un type bien, Marc Villard continue de dire tout. Vous partagerez ici ses émois (immatures ?), ses mesquineries, ses frayeurs et ses improbables déterminations. Entre le burlesque du quotidien et le pathétique le plus discret surgit dans ces nouvelles un personnage qui nous parle en fin de compte de nous-mêmes.

Parution
14 juillet 1998
Collection
Nombre de pages
168
Format
Grand format
Prix
10,90 €
isbn13
9782841720828
isbn10
2841720829
Taille
13 x 18 cm
Langue originale
français
Parution originale
1998

éditions & formats