Avec ce cycle, l'auteur signe un récit initiatique intemporel qui continue d'envoûter la jeune génération de lecteurs.

Fantasy à la carte
Article Original
Dans Les Chroniques d'Alvin Le Faiseur, Orson Scott Card nous transporte en Amérique lorsque les premiers colons cohabitaient avec les Amérindiens. Alors que dans Le Septième Fils, on partageait le quotidien d'une communauté de colons, dans Le Prophète Rouge, on change de point de vue en passant plutôt du temps parmi les Indiens. En effet, Alvin voit son destin s'entremêler avec celui des Indiens, notamment celui d'un chef réputé répondant au nom de Ta-Kumsaw. L'auteur met l'accent sur leurs croyances et leur culture. Ils ont un rapport à la nature très fort. Or, l'arrivée de ces étrangers constitue une vraie menace pour leur environnement. Ils sont un danger autant pour leur écosystème que pour leur propre survie. Orson Scott Card met, par exemple, en exergue le danger de l'alcool et notamment de l'abus du whisky par les Indiens. Une addiction qui leur fait perdre pied et les coupe même de ce qui fait leur essence. Avec Le Prophète Rouge, on se retrouve dans la peau de ces Indiens qui ont dû face à l'arrivée en masse d'étrangers. S'il y a eu des rapprochements pacifiques, cette cohabitation s'est plus souvent déroulée avec de nombreux heurts. Les accès de violence des uns et des autres ont instauré un climat de défiance. Les raids indiens étaient aussi violents que les représailles des colons. C'est d'ailleurs dans cette ambiance délétère qu'Orson Scott Card a inséré son récit. Il donne ainsi une grande légitimité à son uchronie d'autant qu'on rencontre également entre ces lignes des personnalités historiques comme le marquis de Lafayette qui a joué un rôle dans l'indépendance des Etats-Unis. 
 
La puissance de cette saga réside également dans son personnage principal : ce jeune magicien qui ignore encore l'étendu de ses pouvoirs. En plein apprentissage, il est entouré de mentors qui viennent l'aider dans l'accomplissement de sa destinée. Dans Le Prophète Rouge, Alvin est d'ailleurs profondément marqué par les événements qui le font mûrir d'un seul coup. C'est un tome qui marque la fin de l'insouciance pour notre apprenti-magicien. Encore très jeune, chacune de ses aventures vont le faire grandir et forger sa personnalité. C'est un personnage très attachant que l'on n'apprécie de retrouver. Faiseur de miracles, il nourrit la fantasy d'Orson Scott Card en multipliant les prodiges. Les Chroniques d'Alvin Le Faiseur, c'est l’authenticité d'une époque-clé de l'Histoire américaine et l'épopée extraordinaire d'un jeune garçon appelé à devenir un grand magicien. 
 
Avec ce cycle, l'auteur signe un récit initiatique intemporel qui continue d'envoûter la jeune génération de lecteurs. 
Publié le 15 septembre 2020