Et quel feu d’artifice ! Une fois lancé, Jamie Sawyer ne s’arrête plus. Tout comme nous de tourner les pages.

Sawyer - Le Revenant - Le nocher des livres
Article Original
[...]
 
Le Revenant est donc le dernier volume des aventures de Conrad Harris, surnommé Lazare en raison de son nombre phénoménal de morts… et de renaissances. D’ailleurs, on découvre dans ce volume l’origine de son surnom, Lazare.  Et ce dernier roman ne m’a pas déçu. D’autant que Jamie Sawyer laisse enfin tomber cette construction qui m’avait agacée dans les deux premiers tomes : alterner l’action présente et des retours dans un passé lointain, censés expliquer sa psychologie, les raisons de sa dépression, etc. Ce procédé était trop systématique et paraissait, parfois, artificiel. Dans ce dernier opus, les retours en arrière sont moins nombreux, mais surtout plus aussi réguliers et, donc, plus justifiés. Ils arrivent à point nommé pour sortir de l’ombre tel point de l’histoire, telle question restée sans réponse.
 
Pour ce qui est de l’histoire, à nouveau, elle est efficace et explosive. Lazare doit aller en plein cœur du territoire ennemi. Enfin, de l’ennemi principal rencontré dans L’Artefact, c’est à dire les Krells. Car depuis La légion et, surtout, Rédemption, le Directoire semble vouloir prendre la première place au sommet de la liste des fumiers tout juste bons à massacrer à la pelle des milliers de gentils civils (et de soldats, si l’occasion se présente). Donc, avec sa légion et quelques renforts, le voilà parti à la recherche d’une arme ultime capable, selon le Haut Commandement, de régler une bonne fois pour toute cette petite guegerre qui a fait des millions de morts et transformé pas mal de planètes en champs de ruines.
 
Évidemment, tout ne va pas être facile. Évidemment, les cadavres vont se compter par milliers. Évidemment, les phénomènes pyrotechniques vont faire exploser le budget de n’importe quelle super-production hollywoodienne. Évidemment, les guerriers et guerrières (pas de sexisme dans cette trilogie, tout le monde sait se défendre) vont se montrer particulièrement héroïques et exceptionnellement résistants à la souffrance. Évidemment,  le lieutenant-colonel Harris va perdre quelques simulants. Évidemment, le lecteur va en découvrir davantage sur les Bribes et leur phénoménale puissance. Mais surtout, Lazare va découvrir ce qui est arrivé à celle qu’il recherche depuis le début : Elena.
 
Et quel feu d’artifice ! Une fois lancé, Jamie Sawyer ne s’arrête plus. Tout comme nous de tourner les pages.
 
Publié le 14 mai 2018