Alors qu'ils traversent le désert, Andrej et Abou Doun sont attaqués par des bandits, qui tuent leurs chevaux avant de devoir s'enfuir pour échapper aux coups meurtriers des deux immortels. Sans eau, ceux-ci n'ont guère d'autre choix que de les suivre. Dans leur repaire, ils trouvent une cinquantaine d'esclaves, dont une superbe femme noire, qui dit s'appeler Méroé. Andrej et Abou Doun libèrent tout le monde, mais la bande, dont ils ont emmené le chef, Ali Jhin, en otage, les poursuit. Quand ils sont rejoints, Méroé fait... quelque chose, et une tempête de sable anéantit les assaillants, eux-mêmes ne devant la vie sauve qu'au fait de s'être réfugiés dans une ziggourat. A leur réveil, ils sont seuls, et leurs questions prudentes dans les villages au bord du Nil ne leur permettent pas de retrouver la trace de Méroé et de ses protégés. Aussi s'installent-ils à Umm Mardi, comme gardes du corps du marchand Mustapha Bo. Mais ils n'en ont pas fini avec Méroé... Ce tome est plus intéressant que les précédents, notamment grâce à l'introduction d'un personnage plus fascinant, complexe et mystérieux que les héros habituels. De surcroît, l'action ne s'arrête quasiment pas, poussant le lecteur à tourner la page pour avoir la solution aux mystères qui s'accumulent. L'idée de confronter les "vampyres" nordiques à une autre sorte d'immortels, et à une culture différente pour l'un, et légendaire autant que gratifiante pour l'autre, apporte beaucoup, même sur le plan des rapports entre Andrej et Abou Doun. (...) Espérons que les romans suivants constitueront autant d'heureuses surprises que celui-ci, fort plaisant à lire et qui renoue enfin avec l'intérêt des premiers opus. Mureliane

Hohlbein - Les maudits - Les chroniques de l'imaginaire

Alors qu'ils traversent le désert, Andrej et Abou Doun sont attaqués par des bandits, qui tuent leurs chevaux avant de devoir s'enfuir pour échapper aux coups meurtriers des deux immortels. Sans eau, ceux-ci n'ont guère d'autre choix que de les suivre. Dans leur repaire, ils trouvent une cinquantaine d'esclaves, dont une superbe femme noire, qui dit s'appeler Méroé. Andrej et Abou Doun libèrent tout le monde, mais la bande, dont ils ont emmené le chef, Ali Jhin, en otage, les poursuit. Quand ils sont rejoints, Méroé fait... quelque chose, et une tempête de sable anéantit les assaillants, eux-mêmes ne devant la vie sauve qu'au fait de s'être réfugiés dans une ziggourat.
A leur réveil, ils sont seuls, et leurs questions prudentes dans les villages au bord du Nil ne leur permettent pas de retrouver la trace de Méroé et de ses protégés. Aussi s'installent-ils à Umm Mardi, comme gardes du corps du marchand Mustapha Bo. Mais ils n'en ont pas fini avec Méroé...

Ce tome est plus intéressant que les précédents, notamment grâce à l'introduction d'un personnage plus fascinant, complexe et mystérieux que les héros habituels. De surcroît, l'action ne s'arrête quasiment pas, poussant le lecteur à tourner la page pour avoir la solution aux mystères qui s'accumulent. L'idée de confronter les "vampyres" nordiques à une autre sorte d'immortels, et à une culture différente pour l'un, et légendaire autant que gratifiante pour l'autre, apporte beaucoup, même sur le plan des rapports entre Andrej et Abou Doun.

(...) Espérons que les romans suivants constitueront autant d'heureuses surprises que celui-ci, fort plaisant à lire et qui renoue enfin avec l'intérêt des premiers opus.

Mureliane

Publié le 23 décembre 2011