Toujours en Bavière, à la recherche de la Puuri Dan, la vieille Tzigane dont leur a parlé Alessa, Andrej Delany et Abou Doun sont attaqués et blessés par d'étranges enfants. Ils sont secourus par un clan tzigane qui n'est autre que celui qu'ils ont longtemps cherché. La première entrevue d'Andrej et de la vieille Anka est cependant décevante. Quoi qu'il en soit, il décide de rester quelques jours, afin de laisser son compagnon se remettre de ses blessures, et d'avoir une autre chance d'interroger Anka. Et peut-être la belle Elena n'est-elle pas étrangère à cette décision, contre laquelle Abou Doun s'élève violemment. Après les créatures surnaturelles qui hantaient le tome précédent, celui-ci semble très humain. On y trouvera, d'ailleurs, des personnages "normaux" bien campés, variés et cohérents ce qui est particulièrement agréable. Bien sûr, dans cette série, la normalité ne saurait être la règle. Le personnage d'Andrej peut agacer par sa naïveté, bien sûr, et les disputes avec Abou Doun sont souvent répétitives, mais il y a dans cet opus des rebondissements très bienvenus, certaines péripéties sont superbement narrées (la scène avec les rats, par exemple) et c'est sans doute le meilleur des quatre premiers tomes de cette Chronique. Mureliane, le 01 Mars 2010, climaginaire.joueb.com

Hohlbein - Le crépuscule-La chronique des immortels-tome IV - Les chroniques de l'imaginaires

Toujours en Bavière, à la recherche de la Puuri Dan, la vieille Tzigane dont leur a parlé Alessa, Andrej Delany et Abou Doun sont attaqués et blessés par d'étranges enfants. Ils sont secourus par un clan tzigane qui n'est autre que celui qu'ils ont longtemps cherché. La première entrevue d'Andrej et de la vieille Anka est cependant décevante. Quoi qu'il en soit, il décide de rester quelques jours, afin de laisser son compagnon se remettre de ses blessures, et d'avoir une autre chance d'interroger Anka. Et peut-être la belle Elena n'est-elle pas étrangère à cette décision, contre laquelle Abou Doun s'élève violemment. Après les créatures surnaturelles qui hantaient le tome précédent, celui-ci semble très humain. On y trouvera, d'ailleurs, des personnages "normaux" bien campés, variés et cohérents ce qui est particulièrement agréable. Bien sûr, dans cette série, la normalité ne saurait être la règle. Le personnage d'Andrej peut agacer par sa naïveté, bien sûr, et les disputes avec Abou Doun sont souvent répétitives, mais il y a dans cet opus des rebondissements très bienvenus, certaines péripéties sont superbement narrées (la scène avec les rats, par exemple) et c'est sans doute le meilleur des quatre premiers tomes de cette Chronique.

Mureliane, le 01 Mars 2010, climaginaire.joueb.com

Publié le 1 mars 2010

à propos de la même œuvre