Paris, juillet 1830. On se bat dans la capitale à feu et à sang. On conspue le nom de Charles X et celui de Polignac, le président du Conseil. Les Trois Glorieuses de juillet déboucheront-elles sur l'abdication du roi et sur l'instauration de la République ou feront-elles l'affaire de Louis-Philippe d'Orléans, homme providentiel de la bourgeoisie libérale ? C'est dans cette agitation que le Prince de Condé décide de faire transiter deux sacs d'or chez les avoués Roquebère, en vue de son futur exil. Apparaît soudain le Prince des Ténèbres, personnage légendaire et emblématique des périodes troubles. Ami ou ennemi ? Les avoués-détectives, aidés de Séraphine, leur saute-ruisseau, risqueront leur vie pour faire éclater la vérité. Au-delà d'une intrigue savamment orchestrée, ce polar historique est finement ciselé autour des personnages du petit Paris, en particulier celui de la jeune et délurée Séraphine qui ne cache pas ses sympathies révolutionnaires, sans oublier les conspirateurs anti-bonapartistes et autres vide-goussets des bas-fonds. Claude Mesplède

Arnaud - Le Prince des ténèbres - C. Mesplède
Paris, juillet 1830. On se bat dans la capitale à feu et à sang. On conspue le nom de Charles X et celui de Polignac, le président du Conseil. Les Trois Glorieuses de juillet déboucheront-elles sur l'abdication du roi et sur l'instauration de la République ou feront-elles l'affaire de Louis-Philippe d'Orléans, homme providentiel de la bourgeoisie libérale ? C'est dans cette agitation que le Prince de Condé décide de faire transiter deux sacs d'or chez les avoués Roquebère, en vue de son futur exil. Apparaît soudain le Prince des Ténèbres, personnage légendaire et emblématique des périodes troubles. Ami ou ennemi ? Les avoués-détectives, aidés de Séraphine, leur saute-ruisseau, risqueront leur vie pour faire éclater la vérité. Au-delà d'une intrigue savamment orchestrée, ce polar historique est finement ciselé autour des personnages du petit Paris, en particulier celui de la jeune et délurée Séraphine qui ne cache pas ses sympathies révolutionnaires, sans oublier les conspirateurs anti-bonapartistes et autres vide-goussets des bas-fonds.
Claude Mesplède
Publié le 15 mai 2008