"La SF ne parle pas de futur, elle parle de nous, de nos peurs, l'époque moderne porte en elle des germes de destruction"

Interview
20 juillet 2022

Anticipier, au carrefour des possibles

Pierre Bordage décline ses futurs, entre space opera humaniste et post-apocalyptique

[...]

L'auteur excelle, dans ses descriptions et ses dialogues, à rendre présentes, sensibles, ces créatures, témoignant d'un respect de la vie sous toutes ses formes. Marqué par la pensée indienne, le spiritualisme de Bordage semble devoir l'amener à écrire des histoires optimistes. Mais "la SF ne parle pas de futur, elle parle de nous, de nos peurs, l'époque moderne porte en elle des germes de destruction" écrit-il.

Deux autres romans sont réédités ou publiés. "Métro Paris 2033" imagine la survie d'une population réfugiée dans les bas-fonds de la capitale après une guerre nucléaire qui a rendu la surface irrespirable : une vision hallucinée qui tient du récit hugolien, entre Misérables et Notre-Dame de Paris, avec une cour des Miracles où se jouent de pitoyables conflits de pouvoirs dans une athmosphère de Bas-Empire. Ce cycle, qui s'achève avec Cité, s'inscrit dans un beau projet européen lancé par l'écrivain russe dissident Dmitry Glukhovsky.

François Rahier - Sud Ouest

> Lire l'article en entier <