L'atalante éditions
 
Commande librairie Logo caddie
  • NOUVEAUTÉS

Lance brisée Jack Campbell
Lance brisée
Jack Campbell
Date de parution 23 février 2017
Le Pharaon Boleslaw Prus
Le Pharaon
Boleslaw Prus
Date de parution 23 février 2017
La fin de tout John Scalzi
La fin de tout
John Scalzi
Date de parution 23 février 2017
L'Artefact Jamie Sawyer
L'Artefact
Jamie Sawyer
Date de parution 26 janvier 2017
Le graal du gobelin Jim C. Hines
Le graal du gobelin
Jim C. Hines
Date de parution 26 janvier 2017
Santé, le trésor menacé Antoine Vial
Santé, le trésor menacé
Antoine Vial
Date de parution 26 janvier 2017
  • À PARAÎTRE

Va-t-en guerre Terry Pratchett
Va-t-en guerre
Terry Pratchett
Date de parution 23 mars 2017
Le dernier continent Terry Pratchett
Le dernier continent
Terry Pratchett
Date de parution 23 mars 2017
Metro 2035 Dmitry Glukhovsky
Metro 2035
Dmitry Glukhovsky
Date de parution 23 mars 2017
Le sauveur de l'humanité, c'est toi ! Terry Pratchett
Le sauveur de l'humanité, c'est toi !
Terry Pratchett
Date de parution 23 mars 2017
Johnny et les morts Terry Pratchett
Johnny et les morts
Terry Pratchett
Date de parution 23 mars 2017
Johnny et la bombe Terry Pratchett
Johnny et la bombe
Terry Pratchett
Date de parution 23 mars 2017
vote
Livre9
Cauchemar d'homme suivi de L'Argent
Serge Valletti
Date de parution 20 avril 2012
Livre9
Metro 2035
Dmitry Glukhovsky
Date de parution 23 mars 2017


triangle noir Lettre d'information triangle noir
Consulter les archives
forum atalante espace pro  Foreign Rights liens divers

  • REVUE DE PRESSE

+
Paquet - Jardin d'hiver - Songes d'une Walkyrie
Posté 21 février 2017 -
Jardin d’hiver, titre à la fois expressif et trompeur, contraste ou antagoniste, les mots jardin et hiver ne vont généralement pas de pair, et pourtant ce titre est très bien choisi, et il se comprend bien une fois le roman lu. Pourquoi je vous parle du titre ? Parce que c’est ce qui m’a interpellé, je trouvais l’expression belle, intrigante et j’avais bien envie de découvrir ce que cachait ce titre qui me parlait tant. Dans l’ensemble, je ne suis pas déçue du voyage et une nouvelle fois, je suis surprise par un roman de science – fiction qui est de loin le genre que normalement j’affectionne le moins. Parlons en ! […]

Olivier Paquet dresse un univers riche, dense et travaillé, c’est très fouillé, très inventif, on sent toute l’imagination débordante et foisonnante de l’auteur à travers ces deux peuples que tout oppose à l’extrême, à tel point qu’ils finissent un peu par se ressembler et se rejoindre, les technologistes « s’écologisent » et les écologistes se « technologisent ».  Il y a là un contexte géopolitique des plus intéressants, même si le Consortium a la part belle dans l’histoire, il faut dire que l’auteur nous régale d’inventions technologiques incroyables et les daemons sortent aisément du lot, ces pseudos animaux de compagnie sont un bijou de technologie, de véritables armes dangereuses sous des airs d’animaux tendres et affectueux. Il y a presque quelque chose de chimérique dans toute cette technologie. A travers tout ça, l’auteur pose évidemment des thèmes et ouvrent à la réflexion, d’un côté la technologie s’avère magnifique et indépendante, et nettement moins dangereuse seule que gouvernée par les hommes, d’un autre la nature, amadouée, transformée en arme, surexploitée par l’homme en perd toute son innocence et sa fraîcheur, là encore l’intervention humaine vient tout détruire, on y voit donc l’idée que l’intervention humaine est bien souvent plus néfaste que bénéfique sur l’un comme sur l’autre.

Du côté des personnages, Dévoreur est le héro du roman, toutefois s’il a quelque chose de profondément humain, un caractère plutôt bien dépeint et des interrogations propres à tous, il n’en manque pas moins de charisme et de nuances, une attitude immature, un peu trop spontanée, viennent entacher un potentiel énorme, car le personnage est surprenant, recèle bien des secrets et tente de se construire ou du moins se reconstruire à travers cette aventure, une quête d’identité perdue par ce « dévoreur » qu’il est devenu. Il perd aussi en saveur face à un autre personnage, Laurée, un personnage fort, qui s’impose rapidement, et qui pour le coup réserve son lot de surprises et de révélations, là encore on a un personnage perdu, qui cache des choses, qui se cherche et qui cherche une place dans cette vie où le passé lui a été imputé et imposé par l’un des siens. Encore une fois, la thématique de la quête de soi, d’une identité, d’être et d’exister en tant que personne à part entière prédomine. Ensuite, il y a l’équipe de contrebandier, Natalia et toute sa clique de cosaques ; Dimitri, Dunya, Boleslav, Fiodor, absolument géniaux, forts en gueule et en charisme, une vraie famille, des hommes et des femmes libres, sans partie pris et qui emmerdent royalement les uns comme les autres, les lois et la légalité. Il y a aussi Catherine, la marraine de Dévoreur / Innocent, un personnage froid et calculateur, dont on a beaucoup de mal à définir les objectifs, si elle est du bon ou du mauvais côté, un personnage très antagoniste. D’autres personnages secondaires ont aussi leur importance, il faut dire que l’auteur les a particulièrement soignés, les a rendu crédibles avec leur lot de casseroles à traîner et leur attitude plus « héroïque » dans l’aventure.

A partir de là, l’auteur plante un décor d’après réchauffement climatique, à l’aube d’une guerre imminente pour aventurer ses personnages à travers des rebondissements et des révélations qui viennent maintenir notre intérêt tout au long du récit. On vit là une aventure des plus palpitantes et surtout dépaysantes traversant une Europe métamorphosée et gangrenée par des idéologies extrêmes. Un reproche que l’on peut faire, c’est qu’il y a un contraste entre un fond et un univers fouillé et une intrigue légèrement moins soignée. Pourquoi ? Tout simplement, parce que les dénouements des fils d’action ou les moments d’intrigues sont souvent vite balayés par des solutions plutôt faciles et des chutes rapides, il y avait là matière à encore nous en dire davantage et à faire preuve d’autant plus d’imagination. Il nous reste toutefois, une évolution plus qu’attractive de certains personnages et une fin des plus surprenante à laquelle on ne s’attend pas forcément mais qui finit sur une note d’espoir. L’auteur écrit tout ça d’une jolie plume, un style maîtrisé plutôt agréable à lire et détaillé dans le monde dans lequel il nous immerge.

En bref, un univers très fouillé où se heurtent technologistes et écologistes permettant à l’auteur de véhiculer des idées sur les uns et les autres et où l’homme n’a pas le plus beau des rôles, des personnages charismatiques et forts, même si le héros se fait manger la vedette par les autres, il y a là toute une notion d’identité mais aussi d’amitié, d’amour, de pardon, de valeurs humaines prépondérantes, tout ça dans une aventure incroyable à travers une Europe qui n’est plus la notre. Petit bémol pour certaines facilités dans l’intrigue mais le roman est tout même plutôt réussi et on ne peut que souligner l’imagination de l’auteur !
 
 
+
Chambers - L'espace d'un an - L'annexe
Posté 21 février 2017 -
En principe, je ne lis pas de science-fiction. Mais depuis quelques mois, plusieurs de mes amis me vantaient chaleureusement les mérites de ce roman de Becky Chambers: « Tu vas voir, c'est super positif et feel good ». J'avoue: la curiosité a fini par l'emporter. Et je ne le regrette pas, car « L’espace d’un an » est une pépite qui m'a fait tout oublier l'espace de quelques heures.

Ici, il n'est pas question de sauver la galaxie, de s'opposer à un régime totalitaire, de livrer des batailles épiques ou quoi que ce soit d'aussi ébouriffant, mais de la vie quotidienne à bord d'un sympathique vaisseau de bric et de broc à l'équipage cosmopolite. Les humains (le capitaine, la greffière, les deux techniciens et l'ingénieur en carburant) sont considérés comme une race mineure qui est parvenue à rejoindre la confédération galactique par chance plus que par mérite. La pilote appartient à une espèce simili-reptilienne très affectueuse, qui ignore toute notion de pudeur et dont la notion de famille diffère immensément de la nôtre. Le médecin-cuisinier amoureux des plantes est l'un des derniers représentants d'une autre espèce dont les membres se sont entretués quasiment jusqu'à l'extinction. Le navigateur est un étrange symbiote, seul capable de percevoir et de comprendre la sous-couche de l'espace. L'AI a développé une personnalité propre et envisage de se transférer dans un corps.

Leur travail consiste à percer des tunnels pour faciliter les déplacements longue distance. Un jour, on les embauche pour relier au reste de la galaxie le monde d'un clan très belliqueux qui vient juste de rejoindre la confédération. A cause de l'éloignement et de l'isolement de ce dernier, il est prévu que la mission dure environ une année. Et pendant cette année, on observe les interactions de l'équipage ; on découvre petit à petit les secrets de chacun de ses membres; on visite avec eux des mondes étranges et on fait connaissance avec d'autres cultures; on partage leurs problèmes et leurs rencontres bonnes ou mauvaises; on rit de leurs mésaventures, on sourit de leurs amitiés et on s'émeut de leurs amours parfois très particulières. Si la galaxie n'est pas toujours un endroit paisible et si les membres de l'équipage ont aussi leurs frictions, la bienveillance et l'ouverture d'esprit dominent toujours. Par les temps qui courent, ça fait un bien fou.

En lisant ce roman, j'ai eu moi aussi envie d'arpenter les couloirs du Voyageur, de m'asseoir dans son jardin sous bulle transparente, de partager les repas exotiques de l'équipage, de baigner dans l'atmosphère familiale et chaleureuse qui règne à bord. J'ai admiré le talent avec lequel Becky Chambers a su créer des personnages si vivants, si bien caractérisés et si follement attachants que pendant les derniers chapitres, j'avais le coeur qui battait super fort et je retenais mon souffle pour eux. Je les aurais bien suivis l'espace de deux, dix ou même vingt ans de plus.
 
Armalite - L'annexe
+
  • À la une
+
Nominations Grand Prix de l’Imaginaire 2017
Posté 14 février 2017 -

La première sélection du Grand Prix de l’Imaginaire a été dévoilée. Parmi de nombreux nommés, nous retrouvons :

1) Roman francophone
Jardin d’hiver d’Olivier Paquet
Métaquine, tomes 1 & 2 de François Rouiller

Jardin d'hiver Métaquine Métaquine

2) Roman étranger
Mémoires, par lady Trent, tomes 1 & 2 de Marie Brennan
L’Espace d’un an de Becky Chambers

 Une histoire naturelle des dragons Le tropique des serpents L'espace d'un an

8) Prix Wojtek Siudmak du graphisme
David Demaret pour Léviathan de Jack Campbell
Todd Lockwood pour Mémoires, par lady Trent, tomes 1 & 2 de Marie Brennan

Découvrez toute la sélection du GPI 2017.

+
En février 2017, tous les ebooks de Dmitry Glukhovsky à 4,99e
Posté 14 février 2017 -

Nous continuons notre épopée légendaire dans le pays des promotions numériques. Ce mois-ci notre périple fait halte en terres russes.
Métro 2033, publié en France en 2010, a d’abord paru sur Internet avant de devenir un best-seller. Ont suivi Métro 2034, puis Sumerki (prix Utopiales 2014) et FUTU.RE (prix Libr’àNous 2016). Dans ce dernier, l’auteur nous livre en plan large une vision de l’Europe, de l’avenir et de l’humanité.
C’est le bon moment de lire les romans de Dmitry Glukhovsky et plus particulièrement Métro 2033. Surtout quand on sait que Métro 2035 sort le 23 mars prochain.

À vos liseuses ! #OPAuteurs2017

dmitryglukhovsky_site.png

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
COMMENT SORTIR DE L'IMPASSE ?
Posté 20 janvier 2017 -

L'essai d'Antoine Vial, Santé, le trésor menacé chez votre libraire dès le 26 janvier 2017.

Cette nouvelle publication dans la collection L'Atalante/essais (Comme un accordéon) est un texte important, à lire d'urgence !

Il vise à donner au thème de la santé, une place prioritaire, dans la prochaine élection présidentielle. Argumenté et pourvoyeur de pistes d’actions novatrices, il constitue une base incontournable d’échanges pour les médias, les décideurs et les acteurs de la santé publique et a déjà capté l’attention des politiques.

Objectif : sortir notre système de santé de l’impasse

pdf dossier_de_presse_vial

vial_santebandeaudef.jpg

  fb_logo.png twitter_logo.png

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Les Croisades d'Unnord 22ème édition
Posté le 25 janvier 2017 par les croisades d'unnord
Bonjour à tous ! Je vous écris pour vous annoncer que la 22ème édition des Croisades d’Unnord est en marche avec, cette fois encore, un nouveau thème qui sera : Au-delà des apparences. Cette année [...]