L'atalante éditions
Accueil | Espace pro
Retour sur le site grand public
  • REVUE DE PRESSE

Kay - Les lions d'Al-Rassan - albédo
Posté le 25 août 2017

Les Lions d’Al-Rassan se rattache presque à un pur roman historique. Presque. Une des caractéristiques signatures de Guy Gavriel Kay consiste à s’inspirer fortement d’un pays et d’une période de l’Histoire réelle et de la propulser dans un monde légèrement retouché.

Les Chevaux Célestes et Le Fleuve Céleste  proposent une immersion de toute beauté dans une Kitaï enivrante, réplique de la Chine des XIII° et XVI° siècle, alors qu’avec le présent roman, l’Espagne de la Reconquista est à l’honneur. Une autre caractéristique fondamentale de l’auteur canadien réside dans le soin apporté à cette retranscription historique et dans son travail de documentation en amont pour créer tout monde et une culture proches de la référence choisie.

Ainsi, les romans de Guy Gavriel Kay possèdent une saveur particulière si ce n’est unique, proche de récits historiques sans en être totalement. L’auteur respecte trop les acteurs des épopées célèbres pour les détourner et les faire vivre sous sa plume. Cette réserve nous offre ainsi des fantasy historiques palpitantes et envoûtantes à l’image des Lions d’Al-Rassan.

En effet, malgré la fidélité à l’Espagne du XI° siècle, il s’agit bien d’un roman de fantasy et non pas d’un simple roman historique transposé dans un pays imaginaire. Une touche légère paranormale avec un enfant doté de prémonitions s’assure d’ores et déjà de cette classification. Mais c’est surtout dans l’Espéragne (cf Espagne) de Kay, les deux lunes bleue et blanche- prenant possession de la nuit – qui font définitivement basculer le récit.  La présence de ce deuxième satellite n’est pas juste pour embellir le décor, la paire d’astres nocturnes influence sensiblement toute une culture, et joue un rôle majeur sur la psychologie collective du peuple kandith, les Errants (les juifs).

L’histoire proposée se déroule un quinzaine d’années après la chute du califat de Silvénes (pour nous, le califat de Cordoue). L’Espéragne se trouve divisé en quatre parties l’Al-Rassan (Al-Andalus) qui regroupe les divers royaumes asharites (musulmans), ainsi que le Ruende (Royaume de Leon), le Valledo (la Castille) et la Jalogne (la Catalogne élargie) gouvernés par des rois jaddites (chrétiens).

Les trois confessions connaissent des frictions et des tensions, mais sous l’Âge d’Or du califat, les peuples vivent dans une paix et même une sérénité relatives. L’Al-Rassan est sous domination asharite, et ceux-ci s’accommodent des deux autres religions. Il n’y a pas de conversions forcées, pour autant une certaine incitation existe, puisque les non-asharites doivent verser une taxe/impôt supplémentaire qu’ils soient jaddites ou kandith. Cependant, les élites et les personnes ouvertes font fi de ces différences à l’image du roi Badir et de son premier conseiller Mazur. Depuis longtemps, le souverain asharite de Ragosa (Saragosse) s’est associé avec  un kandith qui le « seconde »!

« Il y avait un monde à créer en Espéragne, en Al-Rassan, un monde fait de la rencontre des deux univers ou peut-être, si l’on voulait rêver de trois. Le Soleil, les étoiles et les lunes. »

La différence principale entre ces religions tient à la primauté accordée aux deux lunes par le peuple Errant, au soleil par les tenants de Jad (qui fut leur prophète ) et aux étoiles par les fidèles d’Ashar (le prophéte)… Évidemment, il y a d’autres variations culturelles, et des interdictions imposées, cependant elles s’axent sur cette trinité céleste. La subtilité et l’élégance de l’auteur est évidente dans ce choix de »totem » divin, et il enrichit le tout avec un background qui leur est propre.Cela s’illustre notamment avec les asahrites dont la religion est née dans le désert, qui se sont orientés grâce aux étoiles, et qui craignaient l’ardeur potentiellement mortelle du soleil…. ils entretiennent une relation unique avec l’eau et les étoiles bien évidemment, et ont une certaine méfiance vis à vis du soleil.

GG Kay parvient à construire un monde arabisant qui possède un parfum unique, et des fondations solides, tout en ce dissociant de la période historique choisie. Sa créativité  se ressent dans l’élaboration et l’illustration de ces trois religions, et surtout dans le background psychologique sur lequel elles s’appuient. Kay nous offre un monde parallèle au notre, tout aussi complexe et savoureux. S’immerger dans cet Al-Rassan, c’est comme franchir un portail et plonger directement dans un monde coloré, puissant et épicé.

La crédibilité de cet univers n’est pas le seul point fort du roman. L’intrigue qui retrace le début de la Reconquista espagnole avec en trame de fond la Première Croisade de Godefroy de Bouillon (en 1095) en reprend les éléments majeurs. Celle du roman aura son impact sur les événements se déroulant en Al-Rassan, mais, ce sont des destins individuels qui nous occupent essentiellement et qui nous feront vibrer.

Nous y suivons Jehane bet Ishak, une femme médecin kindath qui a hérité la passion de son père, un praticien réputé dans toute l’Espéragne. Nous faisons sa connaissance à Fezana le Jour de la Douve; date qui va bouleverser son avenir. Je n’en dirai pas davantage car l’auteur s’est échiné pour entretenir le suspens, alors je ne vais pas vendre la mèche… Sachez simplement qu’elle rencontre un personnage célèbre, dont la réputation est ambiguë, Ammar Ibn Khairan, poète, soldat et diplomate; et l’assassin du dernier calife de Silvénes (Cordoue) à Al-Fontina…

Un grande partie du roman se jouera à travers son regard. Nous découvrons une femme passionnée par son métier, en recherche constante de perfection. Malgré la réputation de son père, elle ne vit pas dans son ombre et ne cherchera pas à rivaliser avec lui, mais surtout à s’accomplir en tant que professionnelle et femme. D’un caractére affirmé, les pieds sur terre, quelques introspections nous livrent ses états d’âme, ses peurs, ses fragilités, et ses petites faiblesses. Elle est un compagnon de route parfait pour guider le lecteur à travers cette captivante épopée.

Un duo masculin est au cœur du récit, Ammar d’une part, et Rodrigo Belmonte d’autre part, un capitaine du Valledo qui n’est autre que le Cid (oui, celui de Corneille aussi!) personnage historique de la Reconquista. L’auteur s’est également inspiré d’un poète de l’époque pour son personnage d’Ammar, mais je doute qu’il s’agisse d’un assassin et d’un ca’id.

Guy Gavriel Kay construit l’asharite tout en ambiguïté et en charme. Outre ses talents de bretteur, le diplomate s’avère aussi habile à charmer les gens par ses mots, que sa main  l’est à infliger mort et blessures à l’arme blanche. Le poète en lui n’est jamais bien loin, et porte en lui un spleen prémonitoire pour sa péninsule. La place de la poésie et des arts est toujours aussi importante dans l’œuvre de Kay, à la fois pour enrichir le cadre et le worlbuiding, mais aussi en tant « qu’acteurs » dans les événements et la psychologie des personnages. A signaler : Ammar est un proche du roi de Cartada, et se trouve aux côté de son fils hériter à Fezana.

Le lecteur pourrait croire qu’une opposition de fait est programmée avec le Cid, Rodrigo Belmonte (qui a conservé son prénom), surtout que le Capitaine est à l’opposé du spectre asharite. C’est assez cocasse d’ailleurs, car Ammar est un personnage billant, resplendissant, tout en verve, alors que Rodrigo fils du Soleil est au contraire d’un tempérament calme, presque taciturne, peu disert, et dans l’efficacité.

La rencontre de  ces deux géants va effectivement faire des étincelles : deux âmes qui se reconnaissent comme des frères au premier coup d’oeil. Le trio multi-confessionnel va ainsi vivre une épopée vivifiante, qui emporte le lecteur sur son passage, mais à l’image du spleen habitant le poète, le drame se devine alors que la Reconquista se profile, et ses déchirantes divisions de loyauté.

C’est prenant, c’est émouvant, c’est magnifique, et finalement triste. Chapeau à Guy Gavriel Kay de nous faire vibrer avec tant de maestria.

Toute la créativité de l’auteur est alliée à un gros travail de documentation et mis en valeur par une plume soignée et réfléchie. L’écriture n’est pas « égale » d’un bout à l’autre du récit, Kay joue sur les variations, avec une rythmique qui évolue en fonction des passages et des protagonistes. Lors dune scènes d’action, les phrases sont plutôt brèves, lors d’une introspection, c’est plus long, plus « plat ». Les passages nostalgiques sont rendus avec un choix de mots et de musicalité plus langoureux,… Il est dommage que la traduction, pas mauvaise au demeurant, ne lui rende pas entièrement justice.

Le rythme est lent, surtout lors des cent premières pages, et cela risque de surprendre plus d’un lecteur découvrant l’auteur. Mais, lent ne rime pas avec ennui…

Il y a peu de temps, Céres et Vesta de Greg Egan abordait aussi une des thématiques présentes dans Les Lions d’Al-Rassan : la ségrégation.  Ici, elle vous est servi avec une belle élégance et subtilité. Nous pouvons apprécier également ces immenses qualités dans le traitement de l’épineux sujet des religions, à la fois si proches et si éloignées, qui déchaînent des passions parfois incompréhensibles.

 

Magnifique roman de fantasy historique qui nous emporte dans un Al-Rassan sur fond de Reconquista. L’histoire proposée nous fait vibrer au diapason de personnages captivants, attachants et émouvants. Le tout n’est pas dépourvu de fond, et se révèle un plaidoyer tout en sensibilité sur l’ouverture d’esprit. Un splendide rugissement.

En conclusion : j’ai été conquise! (Pavé de 600 pages lu en 2 jours).

albdoblog



  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • Revue de presse
+
Paquet - Faux-semblance - Chut... Maman lit !
Posté 19 février 2018 -

L'année dernière, j'ai eu l'occasion de découvrir Olivier Paquet au travers de son dernier roman Jardin d'hiver (avec une superbe couv' d'Aurélien Police) et j'ai bien aimé son univers post-apocalypse entre terrorisme écologique et fanatisme technologique. Du coup, quand j'ai vu le recueil de nouvelles Faux-semblance chez mon libraire, je me suis laissée tenter.

Quatre zones de conflit. Entre humains et extraterrestres ; entre mémoire et oubli ; entre adultes et enfants ; entre nature déchaînée et ce qu’il reste de la civilisation. Sous les cieux étrangers de galaxies lointaines, sur des champs de bataille envahis de cadavres, ou bien face à la vague qui a tout balayé, il faut imaginer de nouvelles façons d’aller plus loin. Même s’il faut achever de détruire pour renaître. Les personnages d’Olivier Paquet ne renoncent jamais. Ce sont avant tout des survivants, des héros abîmés qui tentent de redonner du sens à leur vie. Grâce à la catastrophe qui les a laissés nus, ils redécouvrent ce qu’ils sont. Et ils trouvent la force de tendre la main vers l’autre, l’étranger, pour ouvrir ensemble des portes.

Je lis peu de recueils de nouvelles et pourtant c'est un style de prose que j'apprécie beaucoup. Je trouve que cela permet de découvrir un auteur d'une autre manière et c'est parfois agréable de découvrir un univers sur seulement quelques pages. Avec Faux-semblance, Olivier Paquet nous propose 4 nouvelles dans un style SF ou Fantastique et je dois dire que le rendu est plus que convainquant.

La première nouvelle : Synesthésie est la nouvelle la plus longue. Dans un univers SF, qui arrive à se révéler dense en peu de pages, on part sur une planète lointaine assiégée par des extraterrestres plus qu'hostiles dans une ambiance de guerre galactique. Sur cette planète où des humains vivent en harmonie avec les autochtones, les vaisseaux arkosiens menaçants demandent l'ouverture de "la porte" au gouverneur humain. Cette "porte" piloté par une IA peu commune et qui permet aux humains et à ceux qui les accompagnent de voyager de planète en planète, va faire l'objet de négociation entre le représentant des Arkosiens et le gouverneur de la colonie. Sachant que le voyage à travers la porte est lié au sentiments, aux émotions qui rattachent l'humain et l'individu qui l'accompagne. Cette nouvelle se révèle pleine d'interrogations sur l'avenir de l'humanité et son rapport aux espèces radicalement différentes d'elle, mais aussi extrêmement sensible dans la description de la recherche de la connaissance de l'autre.

Le deuxième nouvelle : Rudyard Kipling 2210, une nouvelle de SF qui fait écho à l'histoire du poète - écrivain Rudyard Kipling qui perdit son fils à la guerre à l'age de 18 ans et qui devint alors commissaire aux sépultures de guerre. A l'époque de la nouvelle, l'humanité est en guerre avec les Rôdeurs mais les batailles spatiales sont rares et la plupart des zones de conflits se situent au sol où les soldats sont des fantassins. Dans cette guerre, Rudyard Kipling est commissaire aux sépultures de guerre, charge à lui de fournir des sépultures à ceux tombés au front. Olivier Paquet nous parle ici de la perte d'êtres chers et de la difficultés d'aller de l'avant après ces tragédies. C'est peut être la nouvelle qui m'a le moins convaincue, le thème sonne juste mais les personnages un peu moins.

L’odeur du champ de bataille est toujours la même : écœurante et triste. Le parfum de la chair brûlée et la fragrance de la mort sont persistants : ils perdureront, même lorsque les stigmates des combats se seront effacés. Je devrais m’y habituer, mais jusqu'à ces dernières années, je n’avais jamais eu l’occasion de venir après la victoire. Désormais, c’est mon métier. 

La troisième nouvelle : Cauchemar d'enfants nous présente une société (futuriste ?) où les enfants ont littéralement pris le pouvoir. Dans cette société, les adultes ont pour obligation de pourvoir à tous les "besoins" de leurs enfants : nombre de jouets offerts par mois, temps passé devant la télé ou l'ordinateur, nourriture, vêtements tout doit être fait pour la satisfaction des enfants. Dans cette nouvelle, nous suivons un policier adulte et son supérieur un adolescent de 14 ans appartenant à la police parentale. Ils enquêtent sur les délits liés aux droits des enfants : revente de jouets au marché noir, détournement d'allocation donnée par le conseil des enfants... Certains adultes les pratiquent pour pouvoir se payer quelques distractions pour "vieux". J'ai trouvé cette nouvelle presque terrifiante par les décisions immatures prises par les enfants et le climat de peur et de résignation ressenti par les adultes. Un univers poussé à l'extrême qui se montre dérangeant surtout avec sa petite note de vérité sous-jacente.

La quatrième nouvelle : Une fille aux pieds nus nous parle avec beaucoup de sensibilité et de douceur d'une ville ravagée par un tsunami, de ce qui se passe une fois que la vague est repartie. Nous suivons une jeune fille qui après la dévastation, déambule dans les décombres. Elle croise d'autres rescapés à la recherche de proches pour finalement errer jusqu'au plus proche poste de secours. Un récit court et poignant sur ses familles que la catastrophe a séparé, sur cette injustice qui frappe sans prévenir. Un récit finalement très actuel et émouvant où Olivier Paquet sait donner un ton très juste à son récit.

La ville entière avait disparu dans un amas de débris, avalée par la mer, et digérée, recrachée au même endroit. Il n'avait fallu que vingt minutes pour raser les maisons, détruire les batiments centenaires, dans un fracas de briques et de bois. Vingt minutes de chaos au son des sirènes et des hauts-parleurs égrainant des conseils de sécurité. L'eau noire et dense, s'était infiltrées dans les rues, pourchassant les mini-vans qui tentaient de la fuir. [...] La cité s'était brisée dans un tonnerre de craquements, dépecée par une lame à l'acier sombre et aux reflets d'écume.

Au final, un très bon recueil. J'ai beaucoup apprécié de découvrir la plume d'Olivier Paquet dans le style de la nouvelle qui lui va très bien. Les quatre nouvelles de ce recueil sont chacune une interrogation sur l'humanité et ses capacités à s'adapter et à comprendre l'autre. Avec un ton souvent très juste, Olivier Paquet nous offre des récits SF / Fantastique d'une belle sensibilité que l'on a plaisir à lire. 

- Chut maman lit, le 19/01/18. 

+
Eschbach - L'or du diable - Babelio
Posté 19 février 2018 -
Diantre ! (équivalent de "diable !") :)
Un grand merci aux Editions l'Atalante de m'avoir fait découvrir Andreas Eschbach, auteur majeur de la science fiction allemande contemporaine, et je comprends pourquoi après lecture de cette petite pépite.
L'Or du Diable est un voyage alchimique mystérieux. Avec un nombre d'ingrédients impressionnant qui forment un tout cohérent dont je me suis proprement délecté.
Un plongeon dans des contes Moyenâgeux retraçant l'histoire de cet Or maudit, transmuté grâce une pierre mystérieuse, qui sème grandeur et décadence partout où elle est utilisée. 
Grâce à des intrigues et une trame narrative prenant place dans notre monde contemporain, rondement bien menées, vous ne vous ennuierez pas un seul instant .
Grâce aussi à des réflexions philosophiques brillantes et des connaissances ésotériques troublantes, qu'elles soient vraies ou non importe peu, tant j'ai été entraîné et propulsé dans cet univers mêlant contes historiques, buts véritables de l'alchimie, physique contemporaine, soif de pouvoir et d'immortalité. Tout cela avec une maîtrise et une intelligence d'écriture rarement lues. 
 
"La cellule n'a pas bougé de place et sans doute la clé se trouve-t-elle toujours dans la serrure. Si on ne la voit plus, c'est que Mendegger a réussi à la transférer sur un autre plan d'existence. A l'aide de la pierre bien entendu.[...] Nous n'avons généralement conscience que d'un seul plan d'existence, celui où nous séjournons nous-mêmes. le monde ordinaire pourrait-on dire. Mais il en existe un nombre infini au même endroit, dans le même temps, seulement séparés les uns des autres par leur niveau d'énergie".
 
Brillant.
Un Must-Read. Un Must-Have. Conviendra tout aussi bien aux lecteurs de Fantastique, qu'aux lecteurs de Thriller/Polar historique.
 
revue