L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Debats - Plaguers - Bifrost
Posté le 14 février 2011

Période faste pour Jeanne-A Debats. Après son recueil de nouvelles, Stratégies du Ré-enchantement, paru chez Griffe d'encre en mai dernier ( ouvrage critiqué dans le précédent Bifrost par Philippe Boulier), c'est désormais au tour de Plaguers, chez l'Atalante cette fois. Dans ce roman, le premier de l'auteure en collection « adulte », cette dernière revient sur ses thèmes de prédilection et pousse plus loin certaines idées abordées dans ses nouvelles : un groupe d'individus différents doit vivre, voire survivre, dans un environnement hostile, un monde dévasté par le manque d'attention qu'on lui a porté. [...] 

Plaguers s'avère en définitive un roman profondément humain et non dénué d'optimisme en dépit de la noirceur du monde décrit, malgré la violence de certains sentiments, de certains personnages. On pourrait presque parler de naïveté – un reliquat, peut-être, des habitudes prises par l'auteure au cours de l'écriture de ses romans « jeunesse ». Mais tout cela demeure remarquablement mené, avec une belle justesse dans les portraits, un réel enthousiasme bienveillant, au point qu'on se laisse emporter dans ce récit d'un avenir certes sombre mais où palpite encore l'espoir.

lire l'intégralité de cet article  



Période faste pour Jeanne-A Debats. Après son recueil de nouvelles, Stratégies du Ré-enchantement, paru chez Griffe d'encre en mai dernier ( ouvrage critiqué dans le précédent Bifrost par Philippe Boulier), c'est désormais au tour de Plaguers, chez l'Atalante cette fois. Dans ce roman, le premier de l'auteure en collection « adulte », cette dernière revient sur ses thèmes de prédilection et pousse plus loin certaines idées abordées dans ses nouvelles : un groupe d'individus différents doit vivre, voire survivre, dans un environnement hostile, un monde dévasté par le manque d'attention qu'on lui a porté.
 
Quentin est un jeune homme dont la vie d'adolescent rebelle a basculé lorsque l'eau s'est écoulée à ses pieds. Nouvelle victime de ce mal récent, de cette « Plaie », il est devenu ce que les autres appellent des « Plaguers », des jeunes hommes et femmes touchés par cette malédiction aux formes diverses. Certains font naître des végétaux, d'autres créent et vivent entourés d'animaux – serpents, abeilles ou loups. Au début, personne ne maîtrise ce pouvoir. Leurs détenteurs sont donc isolés ou plus précisément parqués dans des Réserves. Quentin se retrouve dans celle de Paris. Il y pénetre en même temps qu'Illya, jeune fille transformée en homme par ses parents pour tenter d'échapper à sa Plaie. Sans succès. Ils vont devoir apprendre comment vivre dans cette communauté. Comment supporter, puis, peut-être, contrôler leur « talent ». Ils vont finir par comprendre comment l'humanité en est arrivée à ce point de déliquescence et comment eux-mêmes ont été créés.
 
Jeanne-A Debats sait conduire le lecteur au milieu de ses personnages, elle a cette tendresse à leur encontre qui les humanise. Dès les premières pages, elle caractérise les deux principaux protagonistes, expose leurs faiblesses, leurs doutes, leurs fragilités. À travers les yeux du jeune Quentin, la communauté des Plaguers, des Uns et des Multiples, prend rapidement vie. On sent que l'auteure apprécie ce mode de fonctionnement une certaine anarchie, régulée par la bonne volonté de chacun, guidée par les plus anciens, les plus « sages ». Pas de pouvoir central pour imposer, sans explication,, des règles à priori injustes. Pas de privilèges pour une minorité. Le respect des différences de chacun, mais aussi de la nature.
 
C'est un autre thème important du roman. Le monde dans lequel évoluent les personnages est cauchemardesque. L'air est tellement pollué qu'il faut sortir avec un masque. L'énergie est à ce point rare que les quartiers pauvres en sont quasiment dépourvus. On a bien trouvé une nouvelle façon d'en produire, mais elle est insuffisante. La société est donc encore plus clivée qu'aujourd'hui, les riches enfermés dans leurs quartiers, laissent les pauvres suffoquer, mourir à petit feu. La nourriture et les autres ressources sont stockées dans des zones protégées. Tout le monde n'y a pas accès.
 
Corollaire de ces souffrances, de cette déshumanisation : la haine des autres. Et qui détester sinon ces mutants aux pouvoirs et dévastateurs (certains peuvent créer des virus tueurs, des tsunamis ravageurs) ? Certains d'entre eux, déjà, se méprisent et ne supportent pas leur transformation.
 
Plaguers s'avère en définitive un roman profondément humain et non dénué d'optimisme en dépit de la noirceur du monde décrit, malgré la violence de certains sentiments, de certains personnages. On pourrait presque parler de naïveté – un reliquat, peut-être, des habitudes prises par l'auteure au cours de l'écriture de ses romans « jeunesse ». Mais tout cela demeure remarquablement mené, avec une belle justesse dans les portraits, un réel enthousiasme bienveillant, au point qu'on se laisse emporter dans ce récit d'un avenir certes sombre mais où palpite encore l'espoir.
 
Raphaël Gaudin - janvier 2011 - Bifrost 
  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Texto, le nouveau roman de Dmitry Glukhovsky
Posté 24 septembre 2018 -


 

À paraître en janvier 2019.

+
Offre numérique : De Haut Bord à 4,99e
Posté 06 septembre 2018 -
Avis aux amateurs de science-fiction militaire !
En septembre, la trilogie De Haut Bord est à prix réduit en numérique. Embarquez à bord du Cumberland !
Ici : bit.ly/DeHautBordEmaginaire et partout ailleurs.
 
dehautbord_site.jpg
+
Frankenstein, toujours !
Posté 08 août 2018 -
Frankenstein : cinq mots pour décrypter la créature de Mary Shelley article de Lloyd Chery dans Le Point POP :
 
« Frankenstein, c'est presque de la hard-science avant l'heure », analyse l'auteur Johan Heliot. « On pourrait dire que ce livre est le père de la science-fiction moderne. Le roman s'interroge sur la nature de la vie et de l'homme, qui sont des questions encore très présentes dans ce genre. » Le spécialiste français des uchronies historiques publie, le 20 septembre prochain, Frankenstein 1918 aux éditions de l'Atalante. Cet excellent récit imagine les recherches de Frankenstein utilisées pour créer des super-soldats dans les tranchées allemandes. Reprenant le même procédé épistolaire de Shelley sous forme de mémoires et rapport de guerre, Heliot met en scène un Winston Churchill traquant, dans une Europe post-apocalyptique, un de ses monstres qui s'est échappé. Originale et efficace, cette uchronie rappelle que l'ouvrage de Shelley inclut plusieurs genres.
 
en librairie le 20 septembre 2018 !
frankenstein_1918_s.jpg
+
L'Or du diable, sélectionné pour le prix Utopiales 2018
Posté 26 juillet 2018 -

L'Or du diable d'Andreas Eschbach est sélectionné pour le Prix Utopiales 2018 !

Découvrez toute la sélection

 eschbach_or-du-diable_site.jpg

+
Le Chant du coucou, sélectionné pour le prix Elbakin 2018
Posté 26 juillet 2018 -

Nous avons la joie de vous annoncer que Frances Hardinge est nommée au prix Elbakin.net 2018 pour son roman Le Chant du coucou dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit".

Découvrez toute la sélection

chant-du-coucou_site.jpg

 

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected