L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Bordage - Les dames blanches - lelittéraire.com
Posté le 26 mai 2015

Comment l’humanité réagirait-elle face à l’inconnu ? C’est une des ques­tions que nombre de roman­ciers se sont posés. Puis, selon leur sen­si­bi­lité, ils ont tenté d’apporter des réponses. Pierre Bor­dage, en maître-créateur d’Anticipation, pro­pose une vision per­son­nelle d’une grande cohé­rence face à une inva­sion d’un genre bien par­ti­cu­lier.
Un matin de novembre, dans les Deux-Sèvres, Léo, âgé de trois ans et cinq mois appelle Elo­die, sa maman. Il voit, par la fenêtre, une forme blanche, une énorme sphère par­faite. Il sort de la pièce et court vers elle. Elo­die ne peut le rat­tra­per avant qu’il ne dis­pa­raisse dans la bulle. Elle tente, sans suc­cès, de per­cer cette étrange enve­loppe. La gen­dar­me­rie ne croit pas à sa ver­sion et la soup­çonne d’actes graves. Le gou­ver­ne­ment dépêche un com­mando spé­cia­lisé. Mal­gré les charges explo­sives de plus en plus fortes la sphère résiste. Il faut l’apparition d’une autre bulle, au Turk­mé­nis­tan, avec une mère qui pleure son enfant dis­paru dans la sphère, pour que la ques­tion soit exa­mi­née différemment.

Depuis trois mois, Camille est jour­na­liste à Femme(s). Nou­velle, et la plus jeune, elle est char­gée des repor­tages dont per­sonne ne veut. C’est donc elle qui doit rédi­ger un article sur ces mys­té­rieuses bulles à la mul­ti­pli­ca­tion rapide et sur les dis­pa­ri­tions induites d’enfants. Basile s’intéresse depuis son plus jeune âge à l’ufologie. Il est per­suadé que ces sphères ont un but paci­fique. Il réus­sit à s’approcher d’une, mal gar­dée. Peu après, il res­sent une intense cha­leur mais s’évanouit. Les sphères, et les dis­pa­ri­tions d’enfants de moins de quatre ans, pro­li­fèrent. Mal­gré tous les essais, per­sonne ne réus­sit à détruire une Dame blanche, comme elles sont appe­lées.
C’est en Inde que naît l’idée d’utiliser des petits orphe­lins comme bombes vivantes pour ten­ter de les détruire de l’intérieur. L’explosion amène une dimi­nu­tion notable de leur volume… volume qu’elles retrouvent peu après. Ces Dames blanches émettent des ondes qui influent sur les réseaux magné­tiques, élec­triques. Leur pro­li­fé­ra­tion amène des per­tur­ba­tions impor­tantes et, depuis deux mille ans, les pro­grès tech­niques de l’humanité régressent. L’humanité semble condam­née car après dix ans, on en dénombre plus de sept cent mille…

À par­tir de cette situa­tion, qui n’est pas sans rap­pe­ler celle de Ravage, le magni­fique roman de René Bar­ja­vel paru en 1943, Pierre Bor­dage déve­loppe une intrigue d’une magni­fique homo­gé­néité. Il intro­duit une dis­pa­ri­tion inex­pli­cable des enfants, ima­gine et déve­loppe une suite de situa­tions tout à fait conforme à ce qui pour­rait exis­ter face à un tel phé­no­mène. Le pre­mier ques­tion­ne­ment est rela­tif à l’origine de ces bulles. Sont-elles le fruit de muta­tions aux pro­ces­sus incon­nus, une arme nou­velle inven­tée par un des­pote détra­qué (et cela ne manque pas !) ou ont-elles une pro­ve­nance extra­ter­restre ?
Il décrit le dérou­le­ment des réac­tions humaines et déploie une vision réa­liste et prag­ma­tique de celles-ci, ins­tal­lant une gra­dua­tion des sen­ti­ments et des déci­sions. Après la sur­prise, l’incrédulité, l’émotion cau­sée par ces enfants dis­pa­rus, c’est le sou­la­ge­ment de ceux qui ne sont pas concer­nés. Si le seul dan­ger concerne les enfants de moins de quatre ans, il faut les gar­der sous haute sur­veillance jusqu’à “l’âge du sou­la­ge­ment”. Les déci­sions sont prises sans recul, sans études réelles selon les conseils d’experts — mais d’experts en quoi puisque rien n’est connu ? L’humanité intègre le phé­no­mène et s’adapte. Les condi­tions de vie évoluent tenant compte de l’absence d’électricité et de magné­tisme. Si les orphe­lins com­mencent à man­quer, on édicte des lois pour pal­lier ce manque…

Pierre Bor­dage, en démiurge, conçoit une intrigue d’une remar­quable attrac­ti­vité. Il mène celle-ci sur plu­sieurs décen­nies, fai­sant vieillir ses per­son­nages, croi­ser leur par­cours, se marier, se sépa­rer, faire face aux aléas de la vie avec cette épée de Damo­clès dont per­sonne ne sait ce qu’elle peut déclen­cher, ni à quel moment. Toutefois, il ne se borne pas à énumé­rer les incon­vé­nients ame­nés par ces Dames, il en retient des avan­tages comme la quasi dis­pa­ri­tion des conflits, le recul de l’influence des grandes reli­gions…
Il emploie son récit pour illus­trer, à tra­vers les réac­tions et les atti­tudes de ses pro­ta­go­nistes, nos tra­vers, nos angoisses, nos besoins, nos attentes et une triste réa­lité. Il pro­pose, pour mon­trer les réac­tions et de les sen­ti­ments, des images adap­tées avec des touches tout en déli­ca­tesse, sans mas­quer, sans nier, cepen­dant, la bru­ta­lité du monde, de la société par­fai­te­ment inégalitaire.

Dans Les Dames blanches, Pierre Bor­dage pro­pose, en quarante-et-un cha­pitres, une forme nar­ra­tive peu com­mune. Cha­cun d’entre eux est dédié à un per­son­nage dif­fé­rent tout en met­tant en scène des acteurs déjà ren­con­trés et forme, ainsi, une véri­table chaîne humaine. Il offre une conclu­sion habile, au terme d’un récit remar­quable tant pour une intrigue d’une grande sub­ti­lité que pour les émotions pro­fondes expri­mées et l’humanisme qui baigne toute l’histoire. Ce roman qui asso­cie la science-fiction, le thril­ler et l’anticipation, est égale­ment une ode à l’être humain et à sa fra­gi­lité.
Une fois encore, Pierre Bor­dage offre une his­toire magni­fique et ajoute un joyau lit­té­raire de plus à une biblio­gra­phie qui en com­porte déjà un nombre excep­tion­nel­le­ment élevé.

lelittéraire.com - Serge Perraud



  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Frankenstein, toujours !
Posté 08 août 2018 -
Frankenstein : cinq mots pour décrypter la créature de Mary Shelley article de Lloyd Chery dans Le Point POP :
 
« Frankenstein, c'est presque de la hard-science avant l'heure », analyse l'auteur Johan Heliot. « On pourrait dire que ce livre est le père de la science-fiction moderne. Le roman s'interroge sur la nature de la vie et de l'homme, qui sont des questions encore très présentes dans ce genre. » Le spécialiste français des uchronies historiques publie, le 20 septembre prochain, Frankenstein 1918 aux éditions de l'Atalante. Cet excellent récit imagine les recherches de Frankenstein utilisées pour créer des super-soldats dans les tranchées allemandes. Reprenant le même procédé épistolaire de Shelley sous forme de mémoires et rapport de guerre, Heliot met en scène un Winston Churchill traquant, dans une Europe post-apocalyptique, un de ses monstres qui s'est échappé. Originale et efficace, cette uchronie rappelle que l'ouvrage de Shelley inclut plusieurs genres.
 
en librairie le 20 septembre 2018 !
frankenstein_1918_s.jpg
+
Offre numérique : Magie Ex Libris à 4,99 e
Posté 02 août 2018 -

Le troisième tome de Magie Ex Libris sort à la fin du mois !
Profitez-en pour acquérir Le Bibliomancien et Lecteurs nés, respectivement premier et deuxième tome, à prix réduit en numérique.
Ici : bit.ly/MagieExLibrisEmaginaire
et partout ailleurs.

magieexlibris_site.jpg

+
L'Or du diable, sélectionné pour le prix Utopiales 2018
Posté 26 juillet 2018 -

L'Or du diable d'Andreas Eschbach est sélectionné pour le Prix Utopiales 2018 !

Découvrez toute la sélection

 eschbach_or-du-diable_site.jpg

+
Le Chant du coucou, sélectionné pour le prix Elbakin 2018
Posté 26 juillet 2018 -

Nous avons la joie de vous annoncer que Frances Hardinge est nommée au prix Elbakin.net 2018 pour son roman Le Chant du coucou dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit".

Découvrez toute la sélection

chant-du-coucou_site.jpg

 

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected