L'atalante éditions
Accueil | Presse
Retour sur le site grand public
  • Presse

fond_espace_pro_presse.jpg
 

 

 

 

Bienvenue sur notre espace pro. Depuis la page d'accueil, vous pourrez accéder à notre catalogue et aux documents (couvertures, argumentaires, programme des publications...) à télécharger.

Vous trouverez ci-dessous un formulaire pour contacter notre service communication et demander des renseignements, des livres en service de presse, etc.

 *
 *
 *
 *
 *
 *
 *
 *

* mentions obligatoires
OK
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • Revue de presse
+
Scalzi - La controverse de Zara XXIII - espace d'un temps
Posté 13 juin 2018 -

Une réflexion sur l’Autre, drôle et efficace
La controverse de Zara XXIII est un livre de l’auteur américain John Scalzi. [...] Après la grande saga du Vieil homme et la guerre, place aujourd’hui au dernier ouvrage en date, en VF, de Mr Scalzi.
(À noter également qu’il s’agit d’une réécriture d’un livre de H. Beam Piper intitulé Les hommes de poche et publié pour la première fois en 1962.)

La controverse de Zara XXIII
constitue une approche inédite. Scalzi y dénonce sans équivoque les ravages de cet ultra-libéralisme qui mêle profits exorbitants de quelques uns gagnés sur la tonte à ras du peuple (et de l’environnement tant qu’à faire). Ok, rien d’original, même pour une œuvre de SF. C’est même un thème assez récurrent tant les GAFA et autres super-multi-ultra-transnationales semblent particulièrement inspirants pour certains auteurs du moment. À raison, de mon point de vue, on assiste à des dérives qui furent ou sont en passe de se réaliser et ça fait froid dans le dos. C’est d’ailleurs un des gros avantages à lire de la SF: l’anticipation. Mais je digresse, revenons à nos moutons.
Quoi qu’il en soit, rien de nouveau sous le soleil donc. Alors quelle originalité au cas présent ? Tout d’abord, Scalzi habille son propos d’un cadre dépaysant. Nous sommes sur la planète Zara XXIII. Pourquoi ce nom ? Car elle est la propriété de la compagnie minière Zarathoustra (un nom de circonstance bien trouvé d’ailleurs). Elle y exploite des gisements sous l’œil attentif de la branche Colonie des Nations unies (l’organe régulateur distant et qui ne semble pas avoir de pouvoir particulier sur la compagnie toute puissante). Tous les poncifs y passent : exploitants – exploités par la compagnie, arrangements avec les directives légales, dégradation de l’environnement, etc.
Nous suivons l’un d’entre eux, Jack Holloway, qui exploite quelques gisements perdus dans la jungle. Lui et son chien Carl vivotent ainsi en espérant tomber sur le filon qui les rendra riche (et encore plus la compagnie, vous m’avez compris :)) Et boom, cela se produit, Jack tombe sur un énorme gisement lui garantissant de pouvoir vivre jusqu’à la fin de ses jours sereinement. Entretemps, il a pu faire la connaissance d’une espèce endogène qu’il nomme affectueusement les Toudous. Les Toudous ressemblent à des chats, ils sont joueurs, espiègles, attentionnés. Après un rapide apprivoisement, ceux – ci vont et viennent à loisir dans la cabane du prospecteur. Une relation s’installe entre Jack, Carl et son chien. C’est peut – être la partie que j’ai le moins apprécié du roman…
En vue de la protection des espèces intelligentes du cosmos, les règles sont simples et contraignantes : chaque cas de suspicion d’intelligence découvert sur une planète quelconque doit faire l’objet d’une étude pendant laquelle toute exploitation doit être formellement suspendue. et s’il est convenu de l’intelligence intrinsèque d’une espèce, l’intervention humaine est stoppée nette et la planète reçoit un statut protecteur.


Évocation de la controverse de Valladolid

La principale réflexion du livre s’axe sur cette question : les Toudous sont – ils une espèce intelligente (selon des critères anthropocentriques) ? Si oui, à quel degré ? La réponse vaut littéralement des milliards car on comprend très vite que pour la compagnie il est hors de question que la réponse soit affirmative. Cette question centrale fait directement écho à la controverse historique de Valladolid. Elle naquit au XVI e siècle en Espagne sous l’impulsion de Charles Quint et opposa des théologiens. Ils s’affrontèrent sur le traitement juridique à accorder aux amérindiens en pleine colonisation des Amériques (entendez pillage généralisé^^). Certains estimaient les autochtones comme des barbares sanguinaires et illettrés qu’il fallait mettre au pas et éduquer façon “indécrottable pêcheur”. D’autres estimaient au contraire les Amérindiens comme une civilisation à part entière avec ses us et coutumes, quand bien même celles – ci heurtaient la sensibilité des plus jésuites d’entre eux. Le débat ne fut jamais vraiment tranché et quand on connaît le sort qui fut réservé aux autochtones on aurait plutôt tendance à croire que les intérêts économiques des couronnes européennes furent déterminants.
Le parallèle avec la controverse de Zara XXIII est net, au-delà même du titre : la compagnie Zarathoustra a tout intérêt à prouver la non intelligence des Toudous afin de s’enrichir encore un peu plus en pillant la planète qui les abritent.


Le débat juridique

Toute la première partie du livre concerne la découverte des Toudous, fortuite et sans incidence au départ, tandis que la deuxième partie va voir les conséquences de la découverte du filon de Jack sur ces Toudous. Un tribunal est institué afin de déterminer l’intelligence ou non des Toudous. Vont s’opposer Jack, qui prend un relief très intéressant loin de l’archétype du prospecteur avide de richesse et les représentants de la compagnie. Juste avant et pendant une partie du jugement on est témoin des tractations en coulisse où on s’aperçoit que la compagnie ne recule devant rien. C’est la partie du récit que j’ai trouvé particulièrement drôle, Scalzi use avec intelligence d’un humour qu’on lui reconnaît volontiers et le résultat est vraiment bon. Je le disais, les motivations de jack semblent évidentes au premier abord puis beaucoup plus floues à mesure que le récit avance, au grand dam de la compagnie d’ailleurs. Sa personnalité est intéressante, on est loin d’un être manichéen, il a des mauvais côtés, comme tout le monde. Et c’est un des aspects fondamental du livre : la notion de bien ou de mal n’est pas nécessairement portée par des gens unirelief; parfois, de mauvaises personnes prennent de meilleures décisions que les plus vertueux, en principe.

Les débats juridiques sont intenses et des rebondissements se pointent à bon escient. On se plaît à lire les argumentaires des uns et des autres et on s’imagine lever la main intérieurement et crier “objection !” Jack et ses aidants (son ex petite amie notamment, la biologiste de la compagnie) vont s’employer à démontrer l’intelligence des Toudous. j’ai omis un point central : Jack est un ancien avocat de profession, il connaît particulièrement bien le droit et des parallèles avec son passé sont régulièrement évoqués… Ensuite, un élément crucial qui caractérise généralement une espèce intelligente viendra à point nommé, même s’il est vrai qu’on peut le deviner avant ça. Je ne vous dis rien du final mais c’est vraiment excellent.


Style, forme, narration

L’écriture de J. Scalzi est, là aussi, terriblement efficace. Il va droit au but, on ne passe pas de circonvolutions en métaphores abstraites. C’est sans doute le traitement humoristique qui veut ça. Les personnages sont attachants (même les Toudous) alors même que certains passages m’ont un peu ennuyés (la relation des Toudous avec Jack et son chien au début du livre). Jack et ceux qui l’accompagnent prennent également conscience des enjeux quand on s’attaque à un mastodonte financier (qui gère de fait toute la planète). L’auteur mêle adroitement les relations qu’ils entretiennent avec l’intrigue principale (puisque, par exemple, Isabel, son ex petite amie est la biologiste de la compagnie). Sa profession et sa relation avec Jack la met dans une situation compliquée… Les dialogues à couteaux tirés entre Jack et son n+1 sont aussi très drôles et non dénués d’intérêt pour le dénouement final.


En conclusion

On reste sur du classique pour John Scalzi: le traitement d’une thématique complexe à la croisée de l’histoire et du droit, de la morale et de l’éthique avec un style humoristique excellent. Si quelques longueurs sont à déplorer, il n’en demeure pas moins que La controverse de Zara XXIII est un excellent bouquin que je vous recommande chaudement. Tout cela m’a clairement donné envie de lire le livre de H. Beam Piper qui a inspiré Scalzi, Les hommes de poche

Espace d'un temps 

+
Glukhovsky - Nouvelles de la mère patrie - Lecture 42
Posté 08 juin 2018 -

Nouvelles de la mère patrie est un recueil de Dmitry Glukhovsky paru chez l’Atalante dans leur collection La dentelle du cygne. Les textes sont traduits du russe par Denis E. Savine et Julia Vanidze, accompagnés d’une couverture réalisée par Raphaël Defossez.

Dmitry Glukhovsky est surtout connu pour Métro 2033. Ce roman post-apo se déroulant dans les sous-sols de Moscou qui fut adapté en jeu vidéo. Personnellement, je l’ai croisé lors de la lecture de Futu.Re, un texte qui ne m’a pas laissé indifférent et une lecture que j’ai vraiment appréciée. Malgré son ton parfois cru et ses thématiques aussi froides et rudes que la mère patrie. Avant de se mettre à la SF, Dmitry Glukhovsky était journaliste, c’est à ce moment de sa vie qu’il a rédigé les textes de ce recueil.

Les seize nouvelles étaient donc à l’origine destinées à la presse russe, parfois commandées, certaines refusées, voilà qu’elles atterrissent chez nous. Le ton est souvent drôle, les récits sont la plupart du temps maquillés de science-fiction, ou de fantastique, pour faire passer la pilule et détourer les travers de son pays.

 

Photographie sociologique russe.

Dans ce recueil Dmitry Glukhovsky illustre la Russie, pour se faire il va fouiller dans toutes les strates de la société. Le recueil s’ouvre sur From Hell où un géologue fait une découverte sans précédent, elle va changer le monde la Russie. Le scientifique a mis le doigt sur une faille vers les enfers et va se heurter à des confrères obtus biberonnés à la culture communiste, pour au final pactiser avec le Diable Gazpron.
Dans Apparition, il traite de la misère démographique des campagnes russes, trois femmes pour un homme (incluant les poivrots, les misogynes et autres psychopathes). Mais heureusement le leader de la patrie veille au grain et va sauver ces dames d’une bien étrange façon. « Vous savez qui » fait plusieurs apparitions dans les textes — il n’est jamais nommé — notamment dans Parfois ils reviennent… où numéro 1 et numéro 2 vont se mettre à l’épreuve et établir le prochain changement de poste. Les politiciens véreux ont une place centrale, comme dans Deux Ex Machina qui illustre un vieil élu russe qui doit faire face à l’essor des machines de vote, le pauvre bougre va tomber la paranoïa la plus totale devant tant de transparence démocratique.

Typologie de la population russe.

La palette des personnages est variée, elle va du politique corrompu jusqu’à l’os, qui veut garder l’Ancien Monde bien en place pour conserver sa part du gâteau, à la paysanne qui du fin fond de la Sibérie ne va même pas se rendre compte d’un bouleversement immense dans Avant et après. Sans oublier la femme d’oligarque, Bimbo augmentée qui court après les améliorations quitte à rendre le transhumanisme d’un ridicule sans nom avec le texte Prothèse. Et évidement l’auteur ne pouvait pas passer à côté du poivrot russe, grand amateur de vodka et figure illustre de l’imaginaire collectif, dans Toucher le fondla vodka se mêle à la nanotechnologie pour le plus grand malheur de ses consommateurs.

Thématique et enrobage.

Que le lecteur soit averti la plupart des nouvelles versent effectivement dans la science-fiction et le fantastique, mais ces deux genres ne sont que les accessoires de thématiques sociales et politiques bien ancrés dans notre réalité et notre époque. Et surtout, ils sont destinés à un public qui n’est pas forcément coutumier des mauvais genres justement. La principale thématique, le fer-de-lance du recueil, est la corruption. Les textes sous leurs airs naïfs et bon enfant dénoncent la gangrène qui pourrit la société russe, omniprésente dans toutes les couches de la société, du simple agent de la circulation aux élus de la Douma. Sa cible de prédilection reste les oligarques et les personnes qui gravitent autour. Cette corruption entraîne de manière mécanique des inégalités et inévitablement de la misère sociale : manque d’éducation, alcoolisme, isolement rural. Et lorsqu’il s’attaque à l’État et à la puissante Église orthodoxe, ils considèrent les deux institutions comme ne faisant pas partie de ce monde et offre une belle scène surréaliste dans Pas de ce monde.
Les nouvelles s’accompagnent inévitablement d’un ton très patriarcal (pour ne pas dire phallocratique), à l’image du pays, pour avoir eu un débat très houleux avec un russe lors du réveillon de Noël dernier je confirme la vision de la famille que l’auteur souligne en filigrane, accompagné d’idées et de dogmes du siècle dernier. Mon seul regret, aucun mot sur l’homosexualité et les positions russes sur les droits LGBT en général, à croire que c’est encore plus sensible que le reste.
Au final, c’est ce qui est le plus frappant, c’est l’immobilisme de cette immense nation enkystée dans ses travers les plus sombres.

Un ton subtil et drôle.

Pour ceux qui connaissent l’auteur, il est du genre à appeler un chat un chat. Certaines de ses nouvelles ne dérogent pas à la règle versant sans gêne dans le ton familier, voire cru, par moment. Nombre de textes sont drôles, un peu salaces, notamment Panspermie où Dmitry Gloukhovski livre une vision très singulière et personnelle de cette théorie.
Mais le plus important c’est sa manière de déguiser ses dénonciations sous couvert de naïveté et d’humour potache, il offre aux lecteurs quelques satires sociales de qualité.

Une belle porte d’entrée sur la Russie d’aujourd’hui.

Ce recueil fut pour moi une lecture rafraîchissante, j’ai vraiment apprécié parcourir ces courts textes, même si tous ne sont pas égaux et oscillent en général entre le moyen et le bon, quelques-uns sont excellents. Mais ce n’est pas tous les jours que l’on peut lire une plume indépendante et réaliste qui traite de la Russie actuelle, des récits qui ne sont pas des satellites au service de vous savez qui.

Lecture 42

 

 

revue