L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Goddyn - Le sang des 7 rois (livre 5) - De livres en livres
Posté le 07 décembre 2017
Encore un tome vraiment très sympa dans cette série, dans la lignée des précédents. J'adore toujours autant cette série.

Dans ce tome on sent vraiment que la tension monte petit à petit. C'est aussi un tome un peu de transition, on ne suis pas trop Orville, il est un peu mis de coté ici et connait ses premières défaites.

C'est clairement le début de la dernière phase du récit même si il est difficile de vraiment faire un résumé de ce qu'il s'y passe tellement il y a de points de vue. Surtout que cette série n'est pas découpée en section ayant un début et une fin comme habituellement dans les livres de fantasy. Ici on est plus sur une grosse histoire découpée en 7 volumes de taille égale. 

Sur l'île du Goulet on se remet de l'attaque du tome précédent en analysant les faiblesses du lieu, et en nommant un régent pour palier l'absence d'Orville qui commence à se faire longue. 
Sylvain continue son voyage en visitant le 6ième royaume et en aidant ceux dans le besoin. Aleide est désormais bien intégré à la compagnie du verrou va à nouveau voir un changement de cap dans sa destinée en rencontrant un certain nombre de personnes au bon moment. Rose à adopté Delwynn et elle fait de son mieux pour contenir le jeune mage trop jeune pour comprendre les limites. Ils sont toujours coincés dans le désert entre les différentes factions qui souhaitent leur mort. 
Quand à Orville, et bien en dehors de dériver pendant la grande majorité du tome, pas de gros changements, il est loin d'être au centre de l'histoire. Il a quand même sa première grosse défaite face à un mage et doit fuir à toute vitesse.

Une des grosses nouveauté de ce tome c'est qu'on en apprends plus sur le coté histoire et formation du monde. J'aimerais bien être plus précise mais le moindre élément de ce coté la serait un spoil que je ne veux vraiment pas dévoiler aux nouveaux lecteurs. Un "nouveau" protagoniste arrive donc en la personne de Jahrod qu'on avait déjà entre-aperçu dans le tome précédent. 

J'avoue que j'ai adoré ses passages, c'est hyper mystérieux même si on a l'impression d'en apprendre un maximum. Mais du coup tout ce qu'on apprends met à jour les motivations profondes du bouleversement qui a tout déclenché dans le premier tome de la série. Bon, on ne sait pas encore tout, il reste des zones d'ombre que je serais vraiment contente de découvrir dans les tomes suivants. 

C'est un tome qui met vraiment en avant les temps difficiles pour la grande majorité des personnages. Les campagnes sont vides, seuls les vieillards restent, laissés seuls à mourir. Les défaites s'enchainent, le désespoir se répand de plus en plus profondément. La résistance est épuisée et en train de lâcher prise. 
Mais néanmoins on sent aussi que ce n'est que le début d'une nouvelle phase, les choses se mettent en place et j'ai hâte d'en savoir plus. 

Au final ce tome est toujours aussi sympa que les précédents. Je suis toujours vraiment dans l'histoire et mon intérêt pour la suite ne faiblit pas. En fait plus on apprends de secrets plus on a envie d'en savoir plus et ce sentiment est vraiment génial.
 


+


Card - Enchantement - Lire en bulles
Posté le 05 décembre 2017

Sous ce titre se cache une revisite de La Belle au Bois Dormant bien plus complexe que le conte originel. On est en 1975 dans l’URSS, où une famille s’apprête à quitter le pays pour échapper aux persécutions antisémites. En attendant de pouvoir partir la famille trouve refuge dans la campagne ukrainienne. En explorant la forêt, le petit Ivan découvre une princesse endormie. Voulant s’en approcher, il est mis en fuite par un monstre. Les années passes, et Ivan a grandi et se prépare à passer son doctorat sur les contes de fées. Là où l’histoire se corse c’est avec la révélation d’un univers parallèle prenant place en l’an 1000, où une sorcière et son mari se préparent à attaquer la princesse Katerina, héritière de toute beauté, et endormie aux limites de ce monde alternatif… Orson Scott Card arrive à prendre un simple conte qui continue de faire bercer les enfants pour nous présenter une version plus accès fantasy/science-fiction tout en intégrant l’Histoire de notre monde à nous. 

- Lire en bulles, le 4/12/17. 



+


Suhner - Vestiges - La curiosithèque
Posté le 05 décembre 2017
En bouclant Vestiges, je m’interroge : que vais-je bien pouvoir en dire qui soit satisfaisant ? Que j’ai aimé ? Que j’ai pris mon temps pour savourer cette lecture ? Il y a de tout cela, mais encore ?

Je vais donc commencer par le commencement : pourquoi j’ai demandé ce livre à Masse Critique ? Je crois que malgré les réticences liées à tout le vocabulaire inventé de la science-fiction, avec laquelle je ne suis pas encore bien familiarisée, j’ai détecté un paradoxe qui m’a intriguée.

Laurence Suhner propose en effet une histoire de fouilles archéologiques dans le futur et sur une autre peuple. En voilà une proposition qui promet, une proposition qui renouvelle le genre de la chasse au trésor, de l’expédition scientifique !

Sur la planète Gemma, les hommes ont fondé une colonie. Mais ils l’ont fait sans s’apercevoir à temps que d’autres créatures les avaient précédés ! En effet, une dizaine d’années après la colonisation, on découvre, dans l’orbite de la planète, une sorte de vaisseau extra-terrestre qui, malgré tous les efforts des colons, refuse de s’ouvrir, conserve tous ses secrets et surtout semble menacer les nouveaux habitants de Gemma.

A cela s’ajoute le constat d’échec de la colonisation : la terraformation de la planète n’a pas fonctionné, les conditions de vie de la planète demeurent difficiles, entre le froid extrême et les radiations ; et la colonie est loin de former une nation soudée... Tout le monde se tire dans les pattes : chacun y détient sa propre concession et surtout les différentes instances, militaires, scientifiques et indépendantistes, s’affrontent.

Dans ce contexte-là, divers destins se mêlent, celui d’Ambre Pasquier, froide scientifique, au passé et aux motivations énigmatiques, qui dirige les fouilles du glacier ; celui d'Haziel Delaurier, physicien séducteur qui s’inquiète des étranges explosions qui ont lieu de plus en plus fréquemment aux alentours du glacier ; de Stanislas Stanford, vieux physicien fantasque, dont la fille Kya, 18 ans, éprouve le besoin de faire ses preuves en défendant la planète où elle est née ; de Tranktak, le linguiste pédant et opportuniste, prêt à tout pour faire avancer ses recherches ; ou encore du général Taurok qui entend bien occuper la place vide de dirigeant, sans parler de la « créature ».

L’intrigue se met en place lentement mais peu importe ! Chaque personnage, extrêmement bien construit, nous donne envie de savoir qui il est, ce qu’il veut et s’il va parvenir à ses fins.

L’univers créé par Laurence Suhner est particulièrement fouillé, même si je pense que l’autrice n’a pas encore donné le fin mot de l’histoire. Les explications scientifiques m’ont sidérées ; je les ai trouvées logiques, brillantes, mais je suis loin d’être une caution scientifique...

Et j’ai effectivement adoré l’entrelacement de la science-fiction et de l’archéologie car ça pose la question de l’altérité et de l’effort à faire pour la comprendre.

Le suspense était d’autant plus présent que je souhaitais tout autant en apprendre davantage sur la planète, sa colonisation, son évolution que sur les traces laissées par une civilisation antérieure.

Par ailleurs, il y a une vérité psychologique et humaine incroyable dans ce livre. Les enjeux se modifient au fur et à mesure des trajectoires, au point que l’autrice nous détourne des questions premières qu’on se posait pour parer au plus urgent. J’ai ainsi refermé le livre en me disant : Ah c’était bien ! ... Mais ! La chipie ! Elle n’a pas répondu à telle et telle question ?!!
 


+


Suhner - Vestiges - La tête dans les livres
Posté le 05 décembre 2017

C’était un roman dont j’avais trouvé le résumé vraiment prometteur et surtout l’occasion pour moi de me plonger dans un bon livre de science-fiction.

Je n’ai absolument pas été déçue. Dès les premières pages, on se retrouve projeter dans un monde étrange, on ne comprend pas tout de suite de quoi il s’agit puis on passe finalement à une planète glacée, Gemma. Sur Gemma, règne un froid glacial mais une atmosphère respirable, mais surtout, on sait que les humains ne sont pas les premiers à avoir mis le pied sur la planète, en témoigne l’étrange vaisseau en orbite.

Dans ce roman, on mélange science et mysticisme. Le côté science est vraiment très poussé et j’avoue ne pas forcément avoir tout compris car on a de longs passages qui nous expliquent la physique quantique entre autres principes de physiques qui m’ont échappés. Je vous avoue que ce n’est pas forcément les parties que j’ai préférée mais cela permet de donner au roman un aspect réaliste.

Côté personnages, on a une belle brochette et plusieurs personnages principaux. Ils ont tous des caractères définis et bien trempés. J’ai par exemple eu beaucoup de mal avec la jeune Kya à qui j’ai eu envie de donner des claques mais j’ai dans l’ensemble apprécier les personnages même lorsque je ne les comprenais pas, comme c’est le cas du docteur Ambre Pasquier.

À l’aspect scientifique et extraterrestre, se mêle toute une partie de l’histoire autour de la politique de la planète que ça soit avec les rebelles ou encore la milice. Cela contribue à densifier le roman mais le tout est très intéressant.

On alterne les passages sur Gemma avec les scientifiques qui sont sur le point des découvrir des vestiges extraterrestres avec des passages sur un personnage bien mystérieux et extraterrestre. J’ai aimé suivre l’extraterrestre même si j’ai trouvé certains passages un peu durs et plutôt violents. Du côté des scientifiques, j’ai eu par moment le sentiment de suivre des archéologues découvrant les pyramides et la malédiction des pharaons.

On arrive à la fin du premier tome en ayant encore plein de questions et je serai vraiment curieuse de lire la suite car on a l’impression d’avoir planté le décor et d’avoir tout juste effleuré les mystères de la planète. Mais ce tome tient ses promesses pour moi, surtout parce que j’ai aimé avoir le point de vue extraterrestre.

Je le recommande à tous ceux qui rechercheraient un bon roman de science-fiction mêlant exploration scientifique et vie extraterrestre. Je n’ai pas été déçue et bien que le roman soit un peu dense dans son contenu et dans son écriture, j’ai trouvé que ça se lisait très bien!

- La tête dans les livres, le 8/11/17.



+


Suhner - Vestiges - Quel bookan !
Posté le 05 décembre 2017

Dès les premières pages, le lecteur sait qu'il aura affaire à une histoire qui mêlera les genres et les univers.
Le récit commence par s'ouvrir sur un monde étrange, une civilisation inconnue, en un lieu indéterminé dont Tékélam sera le catalyseur. L'histoire du personnage sera latente à l'histoire principale, celle d'un monde futuriste où des terriens sont venus coloniser une exoplanète aux températures glaciaires, hostile par bien des aspects, extrêmement mystérieuse par d'autres.

Vestiges, c'est ce qu'on appelle un planet-opera, un roman de science-fiction pure, à la limite de la hard-sf tant le jargon scientifique y est florissant (presque parfois exagéré mais sans aucun doute nécessaire). On y parle physique quantique certes, mais aussi biologie et accessoirement génétique, archéologie, géologie et enfin cryptologie. Et ce n'est aucunement indigeste, c'est même, malgré le fait que je n'y pane pas grand chose dans la plupart de ces trucs, passionnant. Si le propos scientifique est bien là, le récit est quant à lui mâtiné de fantastique, contrebalancé par un certain mysticisme et en tout cas, empreint d'humanisme. Oui, Vestiges c'est une aventure avant tout humaine qui soulève des questions d'ordre scientifique mais aussi philosophique, notamment quant à la place de l'humain dans l'univers.

L'univers de Laurence Suhner est totalement crédible, captivant. La suite ne demande qu'à être lue tant il reste de mystères à éclaircir.

"Qui suis-je?
De la nuit, je suis né.
Le mystère, j'incarne.
Immense.
Étrange.
Silencieux.
Tortueux.
Je suis un vaisseau fantôme.
Aux humains je me refuse.
Aux enfants je fais peur.
De l'espace je vous nargue.
Je regarde Gemma.
Et Gemma me regarde.
On me nomme le Grand Arc.
Mais un arc suis-je vraiment?
Personne ne le sait.
On me nomme le Grand Arc
Et je suis le Mystère."

"Je ne comprends pas ce qui m’arrive…
Je suis exactement à l’endroit qui m’est destiné.
Et pourtant j’ai peur. Et ma peur croît chaque jour un peu plus"

"En fin de compte, l'émergence de l’intelligence se résumait-elle à l'adoption de la station debout, et cela dans n'importe quel patelin de l'Univers? Bipédie et conscience de soi se révélaient-elles indissociables?"

- C'era una volta, le 26/11/17. 



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Entreprenez en Paix (SPACE O.P.A)
Posté 20 février 2018 -

Dans ce livre écrit en 2000, à la folle époque de la première bulle Internet, Greg Costikyan a déjà saisi les caractéristiques du XXIe siècle commençant. Vous y trouverez en particulier ceci : « Bienvenue dans l’Amérique du vingt et unième siècle : nos présidents ne sont plus des présidents mais se contentent de jouer ce rôle à la télé » ! Pas mal, non ?

Lire l'article sur le blog

space_nl.png

 

+
Redécouvrez le grand classique de Thomas Malory
Posté 20 février 2018 -
Après plusieurs mois d'absence des étals de vos librairies, Le roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde est de nouveau disponible.

Achevé en 1470, réagencé et publié par l'imprimeur Caxton en 1485, l'ouvrage n'a pas cessé d'être réédité en Angleterre ; il est la référence arthurienne de toute la culture anglo-saxonne. De siècle en siècle, il a inspiré les grands poètes, plus tard les cinéastes. Il figurait aussi parmi les quatre livres que Lawrence d'Arabie emportait dans ses sacoches de selle quand il partait pour de lointains voyages.

Un grand classique à découvrir, si ce n'est déjà fait.malory2.jpg

+
Prix Bob Morane 2018 : finalistes
Posté 08 février 2018 -
La liste des finalistes du prix Bob Morane 2018 a été révélée. Nous sommes ravis d'y trouver trois ouvrages publiés aux éditions L'Atalante.
Catégorie Romans étrangers : Libration de Becky Chambers
Catégorie Nouvelles : Faux-semblance d'Olivier Paquet et Le Terminateur de Laurence Suhner.
 
chambers_libration_site.jpg paquet_nouvelles_site.jpg leterminateur_site.jpg
+
Offre numérique : 3 romans de John Scalzi à 4,99e
Posté 05 février 2018 -
À l'occasion de la sortie du nouveau roman de John Scalzi, La Controverse de Zara XXIII, découvrez trois autres de ses livres à prix réduit.
Seulement en février : ici et partout ailleurs. scalzi_site.jpg
+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected