L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Pratchett - Monnayé - Lire avec Lëhna
Posté le 13 janvier 2018

Nous sommes à Ankh-Morpork. Moite von Lipwig, que nous avons déjà rencontré dans Timbré, s’ennuie. Tout va bien pour lui, la Poste fonctionne à merveille, il est respecté… mais sa vie est maintenant bien monotone. Dans ce cas, un nouveau défi semble tout à fait approprié. Même s’il refuse cette opportunité, les événements lui forcent la main : notre ami est maintenant propriétaire de Pinaille, un chien possédant cinquante-et-un pour cent de la banque d’Ankh-Morpork, ce qui fait de Moite le président de cette banque.

Entre les héritiers qui n’apprécient pas de voir « leur » banque confiée à un étranger, des employés (un peu trop) habitués à faire comme on a toujours fait et le seigneur Vétérini, sans oublier son passé d’escroc qui risque de resurgir, un golem qui lit trop et les affaires mystérieuses de mademoiselle Chercœur, la vie de Moite devient bien plus excitante.

Je suis une fan des Annales du Disque-Monde depuis que mon père m’en a mis le premier volume entre les mains. Depuis, je les ai pratiquement toutes lues et j’aurai du mal à décider quel épisode j’ai préféré. Si la Mort reste mon personnage préféré, Moite n’est pas vraiment loin dans mon classement. On retrouve les éléments qui ont fait aimer Timbré – après tout, on ne change pas une recette qui marche – mais ce n’est pas non plus une reprise exacte. Décidément, Terry Pratchett avait un véritable talent pour nous faire sourire.

- Lëhna, le 5/01/18. 



+


Chambers - L'Espace d'un an - Le blog de Meylleen
Posté le 13 janvier 2018

L’espace d’un temps est un roman de SF plutôt atypique. Il s’agit de l’histoire de l’équipage du Voyager, un vaisseau qui creuse des tunnels dans l’espace et qui a un équipage composé d’humains et de diverses autres espèces de la galaxie, ainsi qu’une IA. Et ce vaisseau se retrouve avec une mission qui va entraîner un périple d’une année vers une planète dans un territoire en guerre.

C’est typiquement le genre d’histoire où l’intrigue et le final n’a pas une si grande importance. Ce qui compte vraiment c’est le voyage, d’ailleurs pour cela  je trouve le titre français plus approprié que le titre en VO qui met l’accent sur la destination plus que sur le chemin.

Pour autant, si la destination n’est pas si importante, on ne s’ennuie pas pour autant, loin de là. Que ce soit sur le vaisseau, ou lors des quelques étapes sur le chemin, ce roman nous emmène à la rencontre de ses personnages à travers l’histoire personnel de chacun, les spécificités et différences de chaque espèce, leurs coutumes, leur mode de vie, leur vision de la vie… Des réflexions intéressantes. Chaque personnage a droit à son moment, à son identité, tout en faisant clairement partie de cet équipage. J’ai vraiment adoré cette approche originale, j’ai trouvé les rencontres toujours intéressantes, parfois fascinantes. Et je me suis au final attaché à chaque personnage, même ceux qu’il est peut-être plus difficile d’aimer au premier abord. Ce côté-là  d’équipage varié m’a assez fait pensé à Mass Effect et c’est d’ailleurs un point que j’adore dans ce jeu.

Au final, c’est un coup de cœur, pour cette lecture plutôt douce, qui fait du bien avec des pointes d’humour et beaucoup d’amour, pas juste de la romance, même s’il y en a, mais avant tout un agréable esprit d’équipe.

- Meylleen, le 6/01/18. 



+


Correia - Magie Brute - Le Livroblog
Posté le 13 janvier 2018

De la magie, des êtres dotés de super-pouvoirs, un côté steampunk, un peu d'humour, des héroïnes intéressantes, quelques zombies et surtout beaucoup d'action dans ce roman.

J'ai trouvé l'écriture très agréable, l'univers bien consistant. Voilà un mélange des genres qui fonctionne du tonnerre! C'est loin d'être toujours le cas. J'ai aussi apprécié le remaniement de l'Histoire, les combats épiques et l'ambiance générale tout au long de l'histoire.

C'est très bien ficelé, à la fois distrayant et captivant. J'ai suivi avec intérêt Faye, Jack Sullivan et la destinée des chevaliers du Grimnoir. 

- Hilde, le 11/06/14. 



+


Chambers - L'espace d'un an - Dans la biblio de Koko
Posté le 13 janvier 2018

Les tribulations du Voyageur, parti pour un trajet d’un an jusqu’à une planète lointaine, composent la tapisserie chaleureuse d’une famille unie par des liens plus fondamentaux que le sang ou les lois : l’amour sous toutes ses formes.

Où on va suivre l’équipage du Voyageur pendant un an.

Je sens que vous allez me dire que je suis tâche. Le principe est noté dans la traduction du tire… Je vous avais dit dans Diomède Alpha : crevée, tout ça. Hop ! Science-Fiction. Space Opera ! Wouhou ! Et oui, m’intégrer dans un équipage d’un vaisseau spatial, c’est un peu ma sucrerie suprême. Certains ne comprendraient pas l’intérêt de la chose et pourtant : partager les aventures d’une dizaine de personnes, voir les intéractions entre les personnages, c’est un peu comme partir en vacances et s’attacher à des compagnons de voyage.

Qui plus est, c’est un équipage multi espèces, multiplanétaires aussi. Ils ont une vie déjà bien accomplie au début du roman. Ils vivent une vie de voyageurs, s’aiment, se disputent, sauvent leur vie et mènent leur train train quotidien. Et c’est bien tout l’intérêt de ce roman puisque nous suivons un long trajet sans sauver le monde ce qui est plutôt reposant.

Ce roman montre que ce sont les différences entre nos compagnons qui fait la richesse de nos équipages.

En effet, nous avons trois humains, un clone, une IA, une reptilienne, un cuisinier bizarre et un panda ? Ils ont tous une culture différente, une histoire différente, que ce soit une histoire de peuple ou une histoire personnelle. Pendant tout ce roman, on va bien entendu découvrir la vie dans un vaisseau de tunnelier mais on découvrira bien sûr la culture de toutes ces personnages.

Bref, un pur délice et toujours, sans sauver le monde (cela nous change).On pourra en tirer des réflexions sur la tolérance, les différences, l’amour, le pardon, la guerre, la religion, les civilisations. Cela nous donne un roman extrêmement riche et je fus triste de débarquer du Voyageur à la fin de cette année pour les laisser vivre leur vie.

- Koko, le 28/12/17. 



+


Kay - Les Lions d'Al-Rassan - Vous connaissez peut-être ?
Posté le 13 janvier 2018

Je vous invite à découvrir Les Lions d’Al-Rassan de Guy Gavriel Kay. Ce roman m’a transportée au sein du fabuleux empire d’Al-Rassan, où j’ai pu voir se dessiner, page après page, une véritable légende.

Anciennement écrasant de grandeur et de magnificence, l’empire d’Al-Rassan a éclaté en cités-États rivales suite à l’assassinat du dernier calife. Les conquérants asharites sont désormais un peuple de savants et d’artistes qui passent beaucoup de temps à guerroyer entre eux. Seul peut-être Almalik, roi de la grande cité de Cartada, pourrait rétablir l’unité de l’empire, soutenu par le légendaire Ammar ibn Khairan, poète, diplomate et soldat.
Une unité qui deviendra vite nécessaire car une autre menace pèse sur l’Al-Rassan, celle des royaumes jaddites du nord de la péninsule, divisés, certes, mais avides de reconquérir le pays dont ils s’estiment dépossédés. Rodrigo Belmonte est le plus prestigieux de leurs chefs de guerre.
C’est dans l’exquise cité de Ragosa que se rencontreront Ammar et Rodrigo, pour un temps exilés au service du même monarque. Entre eux, la figure exceptionnelle de Jehane bet Ishake, fille du peuple Kindath et brillant médecin.

Les Lions d’Al-Rassan est un roman qui mêle historique et fantasy mais qui est tellement plus que ça. Il est question de guerre, de stratégie, mais aussi d’amour, d’amitié, de destinée… C’est l’histoire de héros partis sauver le monde, mais cette quête devient une poignante histoire d’amour, de loyautés divisées, et de ce qui arrive aux femmes et aux hommes lorsque le durcissement des croyances finit par refaire, ou détruire, un monde.

Et si l’histoire en elle-même est absolument extraordinaire, tout l’impact de cette œuvre réside, pour moi, dans la plume de son auteur. Guy Gavriel Kay a un don certain pour dessiner des personnages à la fois typiquement héroïques, et en même temps si proches de nous, humains lambda. On ressent la complexité de chacune des émotions qu’ils ressentent, de leurs personnalités respectives. Leur unicité les rend vraiment réalistes. Ajoutez à cela :

·          de la poésie

·         un monde riche, fabuleux et qui pourtant nous semble si réel (sûrement car Kay s’est inspiré de légendes, du folklore de notre monde, et surtout de l’Espagne des Maures du XIe siècle) 

un - récit qui tantôt s’étend dans la longueur pour nous faire ressentir la puissance de certains instants, et tantôt s’accélère, nous entraînant à la suite de la quête de nos trois protagonistes et vous avez un voyage merveilleux, qui, une fois le livre refermé, nous laisse plein de nostalgie, de bonheur et de mélancolie.

Parlons de la fin d’ailleurs. Non je ne vais rien vous divulgâcher (oui un mot bizarre, mais si parfait) c’est promis.

Cet auteur a un tel don. Lorsque l’on ferme son livre, on est à la fois triste et heureux. Triste d’avoir fini, mais heureux d’avoir eu la chance d’être témoin d’une telle histoire. Sans parler du fait que, on a beau avoir imaginé toutes les issues possibles, la fin est toujours surprenante. Et pourtant, une fois le livre fermé, on ne peut imaginer une meilleure façon de clore une telle histoire. Pas une bonne fin dans le sens « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants », juste une fin à la fois surprenante, parfaite et inévitable.

Pour résumer, ce livre est génial car :

·          Les personnages sont à la fois trop cools et super bien caractérisés

·          La plume de Kay est poétique, prenante, pleine de surprises (La traduction est d’ailleurs très bonne !)

·          On voyage, on est transporté, et tout ce qu’on ressent ! Mon petit cœur en était tout essoufflé.

Attention cependant :

·          C’est un pavé

·         Certaines scènes peuvent être choquantes

·          Le départ est un peu lent

Mais bien évidemment ces trois petits points (surtout le premier) ne devraient absolument pas vous dissuader de vous lancer, d’apprécier, de vous régaler, et de revenir me remercier avec des étoiles dans les yeux (ou me dire que je vous ai trahis, que c’était nul et de me jeter des pierres m’expliquer pourquoi).

Oh, et en plus cette édition de chez l’Atalante est splendide et fera joli dans votre bibliothèque.

- Lucie, le 10/12/17



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Offre numérique : La Flotte perdue à 4,99e
Posté 07 mai 2018 -

À l’occasion de la sortie d’Avant-garde, préquelle de La Flotte perdue, nous en profitons pour mettre un coup de projecteur sur la série principale de Jack Campbell ! Les six tomes de La Flotte perdue sont à découvrir en numérique à prix réduit.

laflotteperdue_site.jpg

 

+
La série de Marie Brennan sélectionnée pour le Prix Hugo
Posté 17 avril 2018 -

Les Mémoires de lady Trent, pentalogie fantasy consacrée à l'étude des dragons de Marie Brennan, dans la sélection pour le Prix Hugo de la meilleure série ! Nous en profitons pour vous annoncer que le quatrième tome, Le Labyrinthe des gardiens, arrivera en mai chez vos libraires.

Découvrir toute la sélection

ladyserie32.jpg

+
Un hors-série du Point Pop illustré par John Howe
Posté 12 avril 2018 -
Partez avec Le Point Pop sur les traces de Tolkien dans un numéro collector illustré par le célèbre John Howe !
Son ouvrage : Sur les terres de Tolkien, publié aux éditions L'Atalante, vous offre un panorama en images de son œuvre consacrée à Tolkien.

pointpop.jpg

+
Où sont les extraterrestres ? dans Sphères d’Influence, bien sûr !
Posté 12 avril 2018 -

Vous avez eu la chance de découvrir où étaient passées toutes ces civilisations extraterrestres qui sillonnent l’univers depuis bien longtemps. Celles que nous désespérons de ne jamais trouver. C’était dans Grand Central Arena, une sorte de modèle réduit de l’univers tout entier ! Quant à ceux qui n’ont pas encore lu le roman de Ryk E. Spoor, ne continuez pas la lecture de cet article avant de vous l’être procuré. Ça sent la divulgation… je vous aurais prévenus.

Lire la suite sur le blog

spoor_spheres_influence_site.jpg

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected