L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Costikyan - Space OPA - Playstation2 mag
Posté le 13 octobre 2017

Les larves rampantes et les insectes grésillants sont là, descendus sur terre, pour faire... leurs courses. Alors que toute invasion extraterrestre est habituellement suivie d'une vampirisation des ressources terrestres et humaines dans tout bon livre de SF qui se respecte, Greg Costikyan nous les présente ici comme d'invétérs consommateurs. Mais le danger plane quand même car leurs besoins sont en décalage avec ceux des hommes. La plupart des sociétés de production font faillite, l'économie s'effondre et seuls quelques irréductibles innovateurs vont s'adapter à ce nouveau régime et pourvoir à la demande de ces envahisseurs gluants. Critique humoristique de la société de consommation et du capitalisme en général, Greg Costikyan, auteur de nombreux scénarios pour jeux de rôle, nous plonge dans un univers de SF cohérent, dont les absurdes lois du marché ne sont pas si éloignées de ce que nous vivons aujourd'hui.

Playstation2 magazine, N° 76 juin 2003. 



+


Kay - Les Lions d'Al-Rassan - Icarus
Posté le 13 octobre 2017
 Dans ce gros et beau roman, à l'histoire riche et solide, G. G. Kay met en scène un flot d'aventures « historiques » sans temps morts et, comme à son habitude, des personnages forts et complexes. Il y peint en particulier un portrait de femme médecin tout-à-fait remarquable.
     Si l'on se laisse entraîner sans difficulté par le souffle de cette vaste épopée, que le talent de conteur et la puissance d'évocation de Kay rendent passionnante, on remarque l'absence quasi-totale des éléments habituels de la fantasy, à savoir magie et créatures fantastiques.
     Et c'est peut-être là l'aspect le plus inhabituel, le plus surprenant et le plus intéressant de cette oeuvre... En effet, en situant l'action dans un monde imaginaire, très inspiré cependant par l'Espagne médiévale à l'époque de la reconquête, l'auteur oblige le lecteur à s'interroger : pourquoi ne pas avoir écrit un véritable roman historique et pourquoi choisir la fantasy sans utiliser la liberté d'introduire des éléments fantastiques ?
     Les réponses ne sont pas évidentes, mais il est rapidement évident que le roman permet de réfléchir sur l'Histoire tout autant qu'un livre soi-disant ancré dans la réalité, ce qui amène à relativiser l'importance que l'on accorde à l'exactitude de certains faits historiques, car l'imagination permet d'apporter des éléments qui peuvent être plus riches de sens.
     Kay s'explique d'ailleurs lui-même dans un entretien accordé en 1998 à la revue Parallèles (n°8) : Je crois que la fantasy offre de magnifiques « outils » pour réécrire de l'Histoire. La fantasy rend un récit « universel » en l'arrachant de sa gangue spatio-temporel, ce qui permet au lecteur de replacer les éléments dans un cadre plus vaste.
     Cette démarche originale et la qualité de l'oeuvre qui en résulte suffit à classer Kay comme un auteur à part, et Les lions d'Al-Rassan est un exemple parfait de la réussite de son projet : le récit y atteint l'universalité souhaitée par l'auteur.
 
Pascal Patoz, 1999. 


+


Kay - Tigane - L'Express
Posté le 13 octobre 2017

Guy Gavriel Kay revisite l'histoire. Tigane, qui est tout simplement l'un des plus grands chefs-d'oeuvre de la fantasy de cette fin de siècle, raconte le combat de l'homme contre l'oubli dans un pays qui aurait pu être l'Italie de la Renaissance : "[...] que le Mal nous anéantisse demain, il ne peut effacer notre nom ni la mémoire de ce que nous avons été."

L'Express, 23/04/98. 



+


Kay - Les Lions d'Al-Rassan - Science-Fiction Magazine
Posté le 13 octobre 2017

L'empire d'Al-Rassan a perdu son dernier khalife, assassiné par Ammar ibn Khairan. Du coup, ce territoire conquis par les Asharites (adorant les étoiles) a éclaté en cités-Etats et, au nord de la péninsule, les royaumes d'Espéragnes voués au culte de Jad (le soleil) entendent le reconquérir. Que va devenir ce pays où ont fleuri l'art et la science grâce au peuple errant, les Kindath, dans la tourmente politique et fanatique ?

Après le chef-d'oeuvre qu'était Tigane, Kay nous livre à nouveau un magnifique ouvrage, romanesque et épique, vaste, sensible et intelligent. Son univers de Fantasy est inspiré de contextes historiques précis (ici, la Reconquista espagnole), merveilleusement sensuel, et peuplé de figures inoubliables : Ammar, poète, assassin et diplomate, ou Jehane, jeune femme médecin prise entre l'obscurantisme et la haine ethnique d'un côté, et de l'autre l'engagement pour soulager la souffrance grâce au savoir... Pour eux, les choix personnels s'inscrivent dans les alliances politiques et stratégiques, à des carrefours de décision où leur vie bascule. Kay nous entraîne comme nul autre auteur de Fantasy dans les entrelacs de l'existence, dans son épaisseur qu'il dénoue, comme autant de voiles soyeux, de la voûte du ciel aux lits de l'amour.

Le thème central est moins fort que celui de Tigane mais le récit est peut-être plus efficace. Le tour de force est d'allier un vibrant plaidoyer pour la tolérance (les massacres et les viols d'Orvilla résonnent avec ceux qui rongent notre monde, vous savez ? le vrai) au fracas des batailles et aux ardeurs du désir. C'est magistral.

Stéphane Marsan, avril/mai 1999. 



+


Colin - Or Not To Be - Marcinkowski
Posté le 13 octobre 2017

Fort d'une dizaine d'ouvrages et de plusieurs prix (Ozone 1999, Bob Morane 2000, Grand prix de l'imaginaire 2000), Fabrice Colin est un pasionné de cette Albion des temps jadis et nombre de ses romans a pour décor la cité londonienne. Or not to be ne déroge pas et nous entraîne dans l'univers shakespearien.

La tragédie prend forme. Au lieu de déferler victorieuse et paroxystique, elle s'insinue progressivement, page après page, ligne après ligne. Tout débute avec ce jeune homme, Vitus Amleth de Saint-Ange, interné à Elisnear Manor, établissement pour malades mentaux fortunés, pour un cas d'obsession shakespearienne. Nous sommes au début du siècle et le grand docteur Freud fait des émules de part l'Europe. Vitus est soigné par Thomas Jenkins pour amnésie volontaire consécutive à un chox émotionnel. Mais le décès de sa mère Mary l'amène à quitter Elisnear. Pour Vitus l'agnostique, c'est l'occasion de rapiécer les lambeaux de vie épars, de comprendre sa névrose ou du moins de mieux la vivre. La plongée dans son enfance force l'oublieuse mémoire à faire à nouveau son travail. Il se souvient de la relation fusionnelle avec sa mère, de la rivalité avec les nombreux amants de Mary, de son oncle, de Samuel Bodoth et de la visite des Midlands où lui fut ouvert, par le biais de la rencontre avec l'excentrique et cultivé Henry Hudson, la forêt. Dès lors, qui de Vitus ou de William rencontre Pan, dieu d'une Arcadie mythique, non loin des vestiges d'un ancien temple roman par un après-midi pluvieux ? Théophanie salvatrice, elle procure à Vitus le moyen de s'immerger dans le rée et, tel le barde de Stratford, de composer une Tragédie fantôme, exutoire précieux d'une âme en quête d'absolu. Le temps du renouveau a peut-être sonné pour Vitus qui voue un amour platonique à Anna, rencontrée à la Grammar School de Stratford en 1915.

Dans une atmosphère de surnaturel et d'initiation rédemptrice s'entrecroisent les histoires de Vitus Amleth adulte, de Vitus enfant, de William Shakespeare. Livre au lyrisme appuyé, à l'écriture tempétueuse, on semble saisi par la mélancolie, cette maladie de l'âme qui transforme et noircit ce qu'elle atteint. Apparence seulement car fabrice Colin ne manque jamais une occasion de rappeler la fragilité de la vie, sa beauté aussi, dans une orchestration de deux forces pulsionnelles, Eros et Thanatos. En aède de la poésie pastorale, Colin célèbre le temps, les saisons, les senteurs, les bonheurs sylvestres d'autrefois et ses échos païens. Il aime les mots, s'enivre de leur sens et de leur portée, les anime dans une sarabande au son de la syrinx de Pan, les fait gambader sur les sentes de Fayrwood.

Il y a un aspect de Fabrice Colin qui transparaît : le souffle brûlant d'un poète vibrant des fibres de son talent. "Tu t'en es allé seulement pour revenir sous les applaudissements."

 

A. Marcinkowski 



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En novembre, tous les ebooks de David Weber à 4,99e
Posté 13 novembre 2017 -
davidweber_site.jpgEn novembre, tous les ebooks de David Weber sont à prix réduit. Profitez-en pour découvrir la saga Honor Harrington.
+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]