L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Cook - Le château noir - Les lectures de Xapur
Posté le 16 décembre 2017

Retour dans le monde de la Compagnie Noire avec ce deuxième tome des récits qui lui sont consacrés. Le Château Noir, loin d’être aussi épique que le premier volume, commence au contraire de façon bien plus intimiste.

Un rythme plus lent qui s’intéresse de près aux personnages. Que ce soit Toubib, le rédacteur des annales de la Compagnie, ou Marron Shed, un aubergiste qui va se trouver mêlé de près à la mystérieuse construction du Château Noir et tenir un rôle clé dans le récit. Une première partie que j’ai trouvé moins prenante, peut-être à cause du rôle somme toute secondaire qu’y joue la Compagnie Noire.

Les événements s’accélèrent vers la fin du roman, avec de grands bouleversements qui vont marquer les personnages. Le mystère qui entoure le Château est dévoilé, les combats commencent et les magiciens s’activent ! Les Asservis sont bien sûr de la partie, et la Compagnie paiera un lourd tribut, avant de se retrouver grandement bouleversée (à tous points de vue). Une fin de tome que j’ai préféré, peut-être parce que j’y ai retrouvé ce que j’avais aimé dans le premier livre, une fantasy sombre, cynique et désabusée.

- Xapur, le 17/10/12. 



+


Cook - La compagnie noire Tome 1 - Les lectures de Xapur
Posté le 16 décembre 2017

Raconté par Toubib, le bien-nommé soldat qui tient les chroniques – ou annales –  de la Compagnie Noire, et qui se trouve être aussi leur médecin, ce récit est celui d’une longue série de batailles, dans lesquelles la troupe de mercenaires se retrouve mêlée bien involontairement à des évènements qui la dépasse. Une lecture parfois âpre, notamment au début, et racontée à la première personne. Ainsi le style est concis, comme les notes que prendrait le narrateur, et les chapitres assez courts. On n’a donc pas toujours les tenants et les aboutissants des agissements des autres personnages, les évènements étant relatés par cet annaliste.

Embauchés par un seigneur plutôt étrange, ces soldats, pourtant habituellement peu regardant sur la morale, vont petit à petit en venir à craindre leur employeur et à se demander dans quel guêpier ils se sont fourrés. Une lecture jubilatoire quand les évènements, de plus en plus glauques, s’enchaînent. Des anti-héros cyniques et désabusés, mais pourtant fidèles à leur engagement, quelles qu’en soient les conséquences, même lorsqu’ils se rendant compte qu’ils sont dans le camp du mal absolu ! D’ailleurs, le héros s’attirera une attention bien encombrante…

Ajoutons à cela une galerie de personnages attachants, entre le capitaine bourru mais plein d’honneur, les magiciens aussi taquins que compétents, le personnage principal plein de doutes et de contradictions, et les servants bien typés de la grande méchante, elle-même ambiguë à souhait…

De la dark fantasy, sans contestation possible, qui change agréablement des niaiseux elfes gambadant dans la forêt autour d’un beau chevalier cherchant sa princesse ! Un peu d’originalité par rapport aux canons du genre, voilà ce que Glen Cook nous raconte dans ce récit que j’ai trouvé très amusant. Enfin, pas pour tout le monde 😉

- Xapur, le 06/10/12. 



+


Dunyach - L'enfer du troll - Les lectures de Xapur
Posté le 16 décembre 2017

Il est assez rare que j’apprécie les livres humoristiques dans les littératures de l’Imaginaire, mais ayant lu les aventures précédentes du troll, je savais à quoi m’attendre et que j’allais apprécier l’humour de Jean-Claude Dunyach, et je pense que le fait qu’il y mêle une satire de la vie de l’entreprise n’y est pas étranger.

Suite directe des précédentes tribulations (mais lisible séparément), nous retrouvons notre troll préféré coulant le parfait amour avec sa trollesse préférée. Mais celle-ci le trouve un peu désoeuvré et démoralisé, puisqu’il ne travaille plus, et s’arrange pour que son ancien chef lui confie une mission, et surtout… un budget ! Il lui faudra donc escorter Sheldon et Brisène lors de leur voyage de noces vers une destination paradisiaque et en profiter pour inspecter les mines locales, tout en vérifiant le rapport quotidien de l’éternel stagiaire Cédric.

On retrouve donc les personnages découverts lors des précédentes aventures du troll, embarqués (c’est le cas de le dire) dans un voyage périlleux sur un bateau de croisière qui ne s’amuse pas. Que leur veut le fourbe elfe Seth (un elfe c’est fourbe, par principe, et puis c’est tout) ? Pourquoi les chevaliers en formation ne sont-ils pas plus motivés ? Que trament les nécromanciens du marketing à coup de cartes de visites ? Entre soupçons, disparition de Sheldon en haute mer, typhons à éviter, visites au bar et à la boutique de souvenirs ou encore fabrication de diamants à partir de charbon lors des effusions torrides du couple troll (adeptes du Kamasoutroll), la première partie du roman multiplie les clins d’oeil et les jeux de mots.

Une fois arrivés à destination, il ne leur faudra rien de moins que déjouer l’Apocalypse (sans dépasser leur budget) ! Sur une île aux airs de parc d’attraction infestée de zombies, avec un petit magicien doté d’un bâton et nommé Dayo, la petite équipe entrera dans le coeur d’un volcan où les forces obscures, car motivées et sournoisement aidées par des consultants, de l’organisation n’ont qu’une idée en tête : faire déferler sur le monde une catastrophe sans précédent, un fléau absolu. Ouvrir les portes de l’enfer du management…

Dans la droite lignée de L’instinct du Troll, ce roman reprend les éléments de son succès : humour omniprésent à base de jeux de mots et de situations délirantes, pastiche de la fantasy (« Méfie-toi de l’elfe, c’est le genre à laisser traîner ses oreilles partout. Vu leur taille, je suis même étonnée qu’il ne trébuche pas dessus »), blagues parfois gravier-leuses, satire du monde de l’entreprise (« Je suis toujours le dernier à être informé des problèmes, on dirait. J’ai du monter en grade sans m’en apercevoir ») et de son charabia marketing-managemental (ménage mental ?) et des sous-traitants. La présence de madame troll permet également d’ajouter quelques vannes et dialogues sur la vie de couple et ses travers (« Elle porte le genre de parfum qui rend les hommes fous. Surtout quand ils en découvrent le prix. »).

Un ensemble réussi, une épopée qui permet de sourire ou de rire à chaque page avec une équipe d’aventuriers qui se heurtent aux forces du mal, pire, de la motivation en entreprise ! Sans devoir ménager leurs efforts ni dépasser leur budget… Chaudement recommandé à ceux qui ne veulent pas finir enfermés dans une boule de neige sur l’étagère d’une boutique de parc d’attraction 🙂

- Xapur, le 15/05/17. 



+


Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Lorhkan
Posté le 16 décembre 2017

Une fable cosmique

On commence par être intrigué. Ce roman que l’on dit de science-fiction ressemble plutôt, à la lecture du premier chapitre, à un roman de fantasy. Premier chapitre assez classique : exposition de quelques enjeux, des us et coutumes de ce monde que l’auteur nous propose, à travers un père et son fils qui a soif d’aventures et de connaissance. Et puis paf ! La fin du chapitre nous retourne, et on finit par être curieux de lire la suite.

Et puis on est dérouté. Car chaque chapitre suit un personnage différent. Ce roman se veut presque un recueil de nouvelles. Mais chaque nouvelle est liée aux autres, soit par les personnages, soit par les évènements, etc… On pourrait reprocher à ce procédé de rendre impossible l’implication émotionnelle, l’attachement aux personnages. Ce serait sans compter sur la maîtrise de l’écriture de l’auteur : certaines nouvelles sont touchantes, émouvantes, d’autres tristes, bouleversantes, glaçantes ou bien surprenantes par leur chute ou leurs révélations. Les amateurs de nouvelles (dont je fais partie) seront aux anges. Cela permet par ailleurs de brosser le portrait d’un univers bien plus efficacement qu’en ne suivant qu’un seul personnage. Et par ce procédé, l’auteur parvient à brouiller les pistes. Il tisse (je n’ai pas pu m’en empêcher, désolé !) son intrigue patiemment, le tout est remarquablement cohérent. L’aspect science-fiction se montre enfin. On sent bien que quelque chose se trame, que sous ces tapis de cheveux se cache un secret bien gardé. Et on est captivé.

Arrive enfin la révélation finale. Bien sûr je n’en dirai pas plus à ce sujet, sachez simplement qu’elle est parfaitement dans le ton du livre, terrible d’absurdité, tragique même. L’homme n’en sort pas grandi. Sublime conclusion, couronnée par un dernier chapitre d’une tristesse absolue. Et on finit totalement convaincu.

Ce roman est également une excellente porte d’entrée dans le monde de la science-fiction, accessible à tous. Remarquablement cohérent, riche d’une construction originale, au contenu poétique et tragique, difficile de contester les prix qu’il a reçu. Et difficile d’y rester insensible.

- Lorhkan, le 01/09/11. 



+


Brennan - Une histoire naturelle des dragons - Un papillon dans la lune
Posté le 16 décembre 2017
Une Histoire naturelle des dragons est un roman de Fantasy de Marie Brennan s'inscrivant dans sa série Mémoires de Lady Trent. L'Atalante publie ce texte, illustré par un amoureux des dragons, Todd Lockwood qui met en image certaines étapes du parcours d'Isabelle. C'est un récit naturaliste raconté par une femme forte, en avance sur son temps, vivant dans une société ressemblant fort à l'Angleterre victorienne, où existent des créatures extraordinaires, les magnifiques dragons. 

 
 
Voici le premier tome des Mémoires de Lady Trent, dont on fait la connaissance pendant son enfance. Seule fille d'une fratrie de six enfants, sa mère tente de l'élever dans le respect des convenances. Isabelle n'en a que faire, tout ce qu'elle veut c'est connaître la vie et ses mécanismes, et notamment les mystérieux dragons. Elle commence par collectionner en secret des lucions (dragons luminescents considérés à tort à l'époque comme des insectes) et disséquer des oiseaux, ce qui lui vaudra pas mal de soucis. Son père étant heureusement de son côté, il lui permettra d'avoir accès à sa bibliothèque et de découvrir des ouvrages scientifiques décisifs pour son avenir.

Le monde créé par Marie Brennan se situe entre Angleterre Victorienne et mythologie. Ces repères m'ont permis d'entrer facilement dans la lecture, moi qui suis généralement vite perdue en Fantasy. Je ne sais plus qui parlait de Downton Abbey avec des dragons, il y a un peu de ça en effet ! Le roman est d'ailleurs l'occasion de tout un questionnement par rapport à la hiérarchisation des relations humaines, dans une société ou entre régions ou pays.

 
 
La place de la femme est un des thèmes principaux de ce roman. Dans cette société imaginaire ressemblant beaucoup à l'Angleterre de la fin du XIXè et du début du XXème siècle, les femmes doivent avoir de bonnes manières et trouver un mari. Ne pas être trop intellectuelles, avoir des lectures légères. Et fermer leur bouche. Bien évidemment, on se doute que le destin d'Isabelle, instinctive et impulsive, scientifique et méthodique, sera tout autre. Elle le dit d'ailleurs elle-même avec sa façon intéressante (et intelligente de la part de l'auteur, qui nous donne des infos sur la suite) d'interpeler le lecteur. Mais en attendant, elle est une jeune femme qui doit tout de même respecter la bienséance. Alors partir en voyage dans un pays étranger sur les traces de dangereux dragons, cela ne va pas être simple !

Autre élément central et fort agréable, le côté naturaliste et scientifique de l'expédition. C'est à un vrai voyage d'études que nous assistons, à la découverte d'une espèce encore méconnue dans son milieu naturel, le dragon vystranien appelé "veur des rochers". Une fois sur place, il s'avère que les dragons attaquent régulièrement les humains, attitude inhabituelle (et dangereuse !) sur laquelle nos amis vont enquêter au péril de leur vie. Le dessin de Todd Lockwood donne un aspect vivant et réaliste au récit, nous offrant l'occasion de visualiser divers dragons, lieux ou personnages.

Finalement, j'ai trouvé le roman un peu court, puisqu'il ne raconte que le début de la vie d'Isabelle, son premier voyage et sa passion naissante pour les dragons. J'ai hâte de lire la suite, qui s'intitule The Tropic of Serpents en VO, prévue chez L'Atalante pour l'automne 2016 !

"Les moutons mangeaient l'herbe, les loups mangeaient les cerfs 
et les dragons mangeaient tout ce qui ne courait pas assez vite."

Pour résumer, Une Histoire naturelle des dragons, tome 1 des Mémoires de Lady Trent, de Marie Brennan, est un roman de Fantasy naturaliste publié chez L'Atalante. Le lecteur y fera la connaissance d'Isabelle, passionnée de dragons et bien décidée à vivre sa passion à fond malgré les obstacles nombreux qui se mettront en travers de son chemin de femme et de scientifique. Voici une introduction fort intéressante, à la fois mémoires d'une femme âgée et récit d'aventures d'une jeune femme curieuse du monde qui l'entoure. J'attends maintenant la suite avec impatience.
 


+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Entreprenez en Paix (SPACE O.P.A)
Posté 20 février 2018 -

Dans ce livre écrit en 2000, à la folle époque de la première bulle Internet, Greg Costikyan a déjà saisi les caractéristiques du XXIe siècle commençant. Vous y trouverez en particulier ceci : « Bienvenue dans l’Amérique du vingt et unième siècle : nos présidents ne sont plus des présidents mais se contentent de jouer ce rôle à la télé » ! Pas mal, non ?

Lire l'article sur le blog

space_nl.png

 

+
Redécouvrez le grand classique de Thomas Malory
Posté 20 février 2018 -
Après plusieurs mois d'absence des étals de vos librairies, Le roman du roi Arthur et de ses chevaliers de la Table Ronde est de nouveau disponible.

Achevé en 1470, réagencé et publié par l'imprimeur Caxton en 1485, l'ouvrage n'a pas cessé d'être réédité en Angleterre ; il est la référence arthurienne de toute la culture anglo-saxonne. De siècle en siècle, il a inspiré les grands poètes, plus tard les cinéastes. Il figurait aussi parmi les quatre livres que Lawrence d'Arabie emportait dans ses sacoches de selle quand il partait pour de lointains voyages.

Un grand classique à découvrir, si ce n'est déjà fait.malory2.jpg

+
Prix Bob Morane 2018 : finalistes
Posté 08 février 2018 -
La liste des finalistes du prix Bob Morane 2018 a été révélée. Nous sommes ravis d'y trouver trois ouvrages publiés aux éditions L'Atalante.
Catégorie Romans étrangers : Libration de Becky Chambers
Catégorie Nouvelles : Faux-semblance d'Olivier Paquet et Le Terminateur de Laurence Suhner.
 
chambers_libration_site.jpg paquet_nouvelles_site.jpg leterminateur_site.jpg
+
Offre numérique : 3 romans de John Scalzi à 4,99e
Posté 05 février 2018 -
À l'occasion de la sortie du nouveau roman de John Scalzi, La Controverse de Zara XXIII, découvrez trois autres de ses livres à prix réduit.
Seulement en février : ici et partout ailleurs. scalzi_site.jpg
+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected