L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Brennan - Une histoire naturelle des dragons - SmallThings
Posté le 28 mars 2017
Une histoire naturelle des dragons vient de paraître aux éditons l’Atalante. La figure mythologique du dragon a de tous temps fasciné et c’est évidemment avec cette même fascination que je me suis jeté sur ce livre et sa couverture présentant un écorché de dragon.

Pensez donc, voilà ce qu’on me proposait en exergue :

« Soyez avertis, cher lecteur : les volumes de cette série contiendront des montagnes gelées, des marais fétides, des étrangers hostiles, des compatriotes hostiles et à l’occasion des membres de ma famille hostiles, de mauvaises décisions, des mésaventures géographiques, des maladies dépourvues d’attrait romantique et une abondance de boue. Vous poursuivrez votre lecture à vos risques et périls. »

Avec un tel contrat de lecture, c’est avec plaisir qu’on se laisse emmener pour un voyage fantastique, captivant mais aussi surprenant.

Une histoire naturelle des dragons est le premier tome des mémoires de son héroïne, Lady Trent. Maintenant devenue âgée, cette naturaliste d’un genre nouveau doit arrêter ses explorations pour revenir sur son travail et nous en narrer la genèse. En évoquant son enfance puis ses jeunes années, Lady Trent nous prépare à l’accompagner à la chasse au dragon. Préparez vous à être plongé-e-s dans une légère uchronie, un monde qui ressemble à s’y méprendre au nôtre à l’époque victorienne, si ce n’est que les noms ont été habilement transformés, et surtout, grosse différence, que les dragons arpentent les terres sauvages. Ce sont les dernières créatures porteuses de mystère pour la science naturelle qui se formalise timidement, des créatures qui passionnent la jeune Isabelle Trent.

Le premier tiers du livre raconte donc l’enfance de notre intrépide héroïne. Disons le clairement c’est une tête brûlée prête à courir au devant de mille dangers pour apprendre tout ce qu’elle peut sur ces dragons qui la fascinent. Après de nombreuses aventures de jeunesse, son caractère bien trempé vaudra à Isabelle de rejoindre rapidement sa première expédition visant à étudier les dragons en Vystranie (un endroit qui a tout pour rappeler la Slovaquie). Nous allons donc suivre la formation de Lady Trent s’habituant à la vie en territoire inconnu, se frayant une place dans un monde masculin qui voudrait la voir rester à sa part congrue, puis enfin découvrant les mystérieux dragons de Vystranie.

Le style d’Une histoire naturelle des dragons est très agréable à lire, le vocabulaire rend le ton d’une dame éduquée mais aussi d’une aventurière de l’époque victorienne. Les passages sont très bien découpés, le ton est énergique sans longueur, ce qui donne une lecture agréable tolérant malgré tout les pauses et interruptions (oui je pense à vous qui lisez dans les transports).

Pour ma part, je suis tombé sur ce livre en Angleterre et je l’ai donc lu dans sa version originale. Le langage passe très bien si vous avez un bon niveau d’anglais. Certaines tournures de phrase très vieillottes pourraient vous obliger à relire plusieurs fois un passage, mais le vocabulaire reste assez facile et l’avantage d’un anglais plus classique reste indéniablement les tournures et les mots qui ressemblent plus au français, si l’on prend garde aux faux amis, bien sûr. La traduction française d’Une histoire naturelle des dragons est de bonne qualité et je vous invite chaudement à foncer sur la version française si vous voulez une lecture plus agréable.

Pour ce premier roman de sa série sur Lady Trent et ses études des dragons, Marie Brennan nous donne un roman qui a tout pour captiver. L’écriture d’Une histoire naturelle des dragons accroche et, même si le premier tiers prend du temps à mettre en place le décor de toute la saga ainsi que l’intrigue de ce tome, on se laisse prendre très rapidement dans l’histoire et il n’est plus possible de quitter le livre.

Les années plus jeunes de l’héroïne peuvent sembler un passage un peu long, mais Marie Brennan en profite délicieusement pour revenir sur la place de la femme dans la société du XIXe siècle. Je dois dire que j’ai été très agréablement surpris de trouver du féminisme dans de la littérature fantastique. Dans ce genre littéraire les personnages féminins ont longtemps été des faire-valoir ou des « récompenses » pour le héros. Ici il y a une réflexion et une volonté de mettre cela en exergue, sans jouer la carte de l’outrance. Le pari est tenu et plutôt intéressant. 
L’écriture de Marie Brennan restitue à merveille une sensibilité féminine et je ne doute pas que son propre passé de femme dans le milieu académique lui sert de référentiel à bien des moments dans le livre. Subtilement amené sans être trop ostentatoire, ce féminisme est un ajout très intéressant dans la littérature fantastique actuelle.

Ne réduisons cependant pas ce livre à ce seul trait, aussi pertinent qu’il soit. Il y est également question de personnages et de relations humaines. J’ai vraiment apprécié le fait que le personnage principal puisse changer d’avis, réaliser ses erreurs, ses jugements sur les personnes et commenter sur les événements relatés. Là aussi, Marie Brennan sort des personnages monolithiques des canons du genre. Isabelle Trent est une universitaire et elle a souvent des réactions inadaptées socialement qui, si elles ne jouent pas sur quelque chose que vous avez vécu, rend le personnage attachant et profond; Lady Trent est maladroite et cela rend le personnage encore plus réaliste.

La découverte du monde uchronique par ses yeux est également très bien maîtrisée, sans tomber dans la tentation de trop en dire, la narration en focalisation interne est vraiment très bien maîtrisée.
 Enfin, un dernier aspect particulièrement plaisant, pour nous aider à rentrer dans l’étude scientifique des dragons, rien de tel qu’un récit écrit par une spécialiste. Marie Brennan n’a certes pas chassé le dragon dans son habitat naturel mais elle a étudié la biologie et sait donc rendre dans le travail de son héroïne tout un tas de détails pertinents autant qu’intéressants. Une histoire naturelle des dragons est aussi agrémenté de dessins qui aident à l’immersion (oui, je le confesse, j’aime lire des livres avec des images!).


Vous l’aurez donc compris, j’ai vraiment apprécié la lecture de ce premier tome. Afin d’être honnête avec vous et tous les autres livres dont je parlerai, si je devais trouver un petit défaut à ce premier tome c’est que, mettant en place le personnage principal et le monde dans lequel il évolue, il prend du temps à vraiment entrer dans le vif du sujet. Même si les petites [saynètes] de l’enfance de Lady Trent sont intéressantes, on a un peu de mal au début à voir vers quoi va tendre l’histoire ; ce défaut est cependant corrigé dans la seconde moitié où tout s’accélère.

J’avoue donc envisager avec délectation l’arrivée prochaine dans ma liste de lecture du tome 2 de la saga de Lady Trent mais je reconnais pour le moment que Marie Brennan a déjà su transformer son essai.
Rappelons qu’Une histoire naturelle des dragons était le lauréat du Prix Imaginales 2016 dans la catégorie roman étranger traduit !

 Le Dilettante - Les petits livres by Small Things



+


Brennan - Le Tropique des serpents - Tasha's books
Posté le 28 mars 2017

J’ai acheté Le Tropique des serpents à sa sortie, mais ce n’est que la semaine dernière que j’ai mis le nez dedans. J’avais besoin de faire une pause dans mes explorations noires et cette plongée dans un univers de fantasy plutôt light me semblait parfaite. Bien m’en a pris. J’ai retrouvé ce que j’ai aimé dans le premier volume. L’arrière-plan victorien (ou supposé tel car nous sommes dans un pays imaginaire, rappelons-le) est moins appuyé, tout simplement parce que notre héroïne, Isabelle, quitte vite son pays pour une nouvelle exploration, qui va cette fois-ci l’amener plus loin de chez elle. Mais pour autant, les pesanteurs morales de l’époque se font bel et bien sentir, et notre scientifique passionnée se heurte au machisme d’une société bien guindée, tout comme Nathalie, sa jeune acolyte dans ce volume (aux côtés de Tom Wilker bien sûr). C’est une fois de plus un ton qui me séduit, qui déroge aux conventions dans la représentation de la féminité. Car Isabelle refuse de sacrifier sa passion pour les dragons à son fils, qui l’embarrasse plus qu’autre chose. Il y a quelques passages bien sentis sur l’obligation faite aux femmes de prendre soin de leur progéniture, sur l’obligation de se marier (et Nathalie veut absolument échapper au mariage).
L’intrigue m’a beaucoup plu et Marie Brennan a su renouveler son univers. La découverte d’un nouvel espace géographique engendre un autre type de péripéties, de dangers et de chocs culturels. Je ne me suis pas ennuyée une seconde, et certains passages m’ont fait écarquiller les yeux. Croyez-moi, ça ne m’arrive pas si souvent.
J’ai déjà dit un truc similaire à la fin du tome 1, mais tant pis : j’ai hâte de retrouver l’univers de Marie Brennan dans le tome 3.

Tasha Gennaro - Tasha's books



+


Brennan - Une histoire naturelle des dragons - Albédo
Posté le 28 mars 2017

Connaissez-vous Adèle Blanc-Sec ? Les BD ? Le film peut-être ?

Si c’est le cas, l’héroïne -Lady de Trent – de cette Histoire naturelle des Dragons ne vous surprendra pas, car c’est véritablement une Adèle en puissance. En premier lieu, nous découvrons une Isabelle d’une grande vitalité et d’un bel attrait. De plus, nous flirtons avec des époques similaires où la place de la femme dans la société est bien délimitée : pas trop d’autonomie, pas trop de culture et surtout hop! à la maison!

Le tempérament de la future Lady de Trent n’est pas compatible avec une vie dans un cocon anesthésiant et plein de vacuité. Elle est passionnée, irrémédiablement attirée par les dragons peu étudiés mais déjà célèbres.  Cette passion dévorante la conduit à enfreindre en premier lieu les règles familiales au péril de sa vie, puis la bienséance de la société (toujours de manière risquée). Ces créatures sont sa raison de vivre. Sans cette relation étroite avec les dragons, sa vie n’a plus la même saveur, elle ne peut s’épanouir ni se projeter dans la futur… Une chance qu’elle épouse un homme, Jacob, des plus compréhensif et avant-gardiste qui l’autorise à l’accompagner dans un voyage d’étude sur une espèce de dragon. Bien entendu, les péripéties de notre aventurière vont soulever bien des découvertes et pas uniquement d’ordre naturalistes…

En avance sur son temps, le verbe haut quand il le faut, curieuse, autodidacte, déplaçant et bousculant les convenances, elle possède bien des traits de la célèbre Adèle Blanc-sec. Bref, elle décoiffe! Elle décape cette société frileuse! L’univers de ces deux héroïnes, partagent également des points communs qui permettent de relever l’aspect extraordinaire de leur tempérament ainsi que leurs centres d’intérêt : l’histoire naturelle et l’archéologie.

En effet, dans cette Europe imaginaire de la fin  du XIX° siècle, une femme n’a rien à faire au beau milieu d’un désert ou sur les hauteurs de montagnes glacées à la chasse aux dragons. Le pays d’origine d’Isabelle ressemble d’ailleurs beaucoup à l’Angleterre victorienne. L’ambiance décrite par Marie Brennan ainsi que les carcans sociaux mis en place dans son récit y font clairement référence. La société est prude et très rigide, d’où les difficultés pour la jeune fille, puis la femme à s’épanouir et assouvir sa passion pour l’histoire naturelle, occupation à cent lieues de la  bienséance! La chance lui sourit toutefois très rapidement (il en faut toujours une bonne part) car son père s’avère ouvert et tolérant jusqu’à couvrir les incartades littéraires de la jeune Isabelle. Il la guide même en direction de son futur époux, démontrant là une belle compréhension de sa fille alliée à un amour paternel discret et tangible. Les aventures naturalistes d’Isabelle la conduisent par la suite dans un pays plutôt froid et aride, du moins en terme de société. Le village qui leur sert de point de chute est décrit comme arriéré et peu communicatif. […]

Les critiques que j’ai consultées évoquaient un ton Young Adult (de qualité). Effectivement, Marie Brennan a choisi de nous délivrer les mémoires de Lady de Trent à la première personne. Le ton est enjoué et léger, accompagné d’une certaine autodérision tout aussi plaisante. […]

Je ne parlerai point des dragons, c’est l’enjeu de ce roman. Il s’agit justement d’une histoire naturelle sur ces animaux, aussi, dévoiler leur nature ou leur comportement ternirait-il le plaisir de cette découverte lors de votre lecture. J’ai adoré cette partie « immersion scientifique » à propos de cette créature mythologique, à la fois complexe et sauvage. C’est très réussi.[…]

Albédo - Albédo



+


Brennan - Une histoire naturelle des dragons - Book en stock
Posté le 28 mars 2017

Marie Brennan nous propulse dans un univers de Fantasy bien à elle, où les noms des pays, des villes, des peuples sortent tout droit de son imagination. C'est assez déstabilisant au départ car on se croirait vraiment dans la campagne anglaise, et c'est pire lorsqu'on essaye de se repérer à l'aide des cartes fournies en début d'ouvrage ! Ces dernières n'ont fait que m'embrouiller je dois dire, et j'ai fini par laisser tomber et me fier à mon ressenti, à savoir l'Angleterre, puis l'Europe centrale pour la Vystranie. Il faut dire que l'écriture très visuelle de l'auteur nous y encourage fortement. Ce dépaysement permet à l'auteur d'aborder le thème passionnant du choc des cultures et de tous les problèmes inhérents à ces différences... on n'est pas loin d'une ambiance colonisation !

Le ton employé et le récit que nous découvrons nous éloigne pourtant complètement d'un univers Fantasy, et ce malgré la présence omniprésente des dragons. Ceux-ci font réellement partie du décor, leur présence est une évidence comme celle des loups en Vystranie. J'adore ce décalage ainsi créé, bien accentué par les remarques de notre Lady Trent âgée, qui ponctuent de temps en temps le récit.

On lit donc avec avidité les aventures de ce groupe d'explorateurs scientifiques d'une époque révolue. Les découvertes sur certaines particularités anatomiques de ces dragons soulignent l'esprit inventif et néanmoins ingénieux de l'auteur. Amateurs d'actions trépidantes, passez votre chemin, ici le récit est calme et posé, même si parfois ça s'accélère un peu. Le moteur de cette lecture vient plus du côté intriguant de l'énigme que cherche à résoudre nos scientifiques : pourquoi ces dragons sont-ils devenus agressifs depuis peu.

Bref, je me suis régalée avec ce premier tome et je suis ravie de savoir qu'il y en a quatre autres derrière. Je ne peux clore cette chronique sans parler des magnifiques illustrations qui parsèment ce récit que l'on doit à Todd Lockwood, et qui sont un réel plus. A l'image de celle de la couverture, elles sont somptueuses et renoueraient (presque) mon amour pour l'anatomie ! :)

Dup - Book en stock



+


Brennan - Une histoire naturelle des dragons - Lectures d'Alice
Posté le 28 mars 2017

J’ai dévoré le premier tiers du livre en une journée ; Marie Brennan a une plume de haute qualité, et il y a quelque chose dans ce livre qui m’accroche. Peut-être le côté « mémoires », qui donne envie d’en savoir plus : « lady Trent » fait parfois référence à des évènements de sa vie dont nous ne savons encore rien, et cela donne envie d’arriver à ces passages.

J’aime aussi le soin apporté au worldbuilding ; l’univers est construit avec soin, jusqu’à prendre en compte les difficultés engendrées par la barrière de la langue quand lady Trent se rend dans un autre pays.

L’adepte de sciences naturelles que je suis savoure également toutes les descriptions scientifiques, anatomiques, des dragons. Ils sonnent réels, logiques, crédibles. Aussi si un dragon se met à se comporter étrangement, on ne pense pas « c’est normal, c’est une créature magique qui obéit à ses propres lois », on est intrigué parce que ce n’est pas normal, selon les règles édictées par Marie Brennan et auxquelles se réfère lady Trent.

J’apprécie aussi la petite dose de féminisme du livre : lady Trent se bat pour exercer ses passions dans une société victorienne assez misogyne, mais cela reste crédible. Les hommes ne font pas d’exceptions pour elle sans raison : elle réfléchit, manipule, joue la comédie en trouvant des façons « féminines » de présenter ses passions, pour obtenir ce qu’elle veut. En somme, elle est intelligente et interagit avec le monde de façon crédible, mais elle a ses défauts : une certaine naïveté, assez vite mise à l’épreuve, notamment.

Parmi les personnages que j’aime beaucoup jusqu’ici, nous avons le père de lady Trent que j’ai trouvé très touchant et Jacob, qui fait preuve d’une patience et d’une compréhension que l’on devine rare à cette époque.

J’ai terminé ma lecture en trois jours ; la fin m’a semblé un peu précipitée, mais ce livre est bon. Vraiment bon.

Alicetari - Lectures d'Alice



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En mars 2017, tous les ebooks de Javier Negrete à 4,99e
Posté 14 mars 2017 -

En numérique, le mois de mars est dédié à un écrivain espagnol : Javier Negrete. Découvrez « Alexandre le grand et les aigles de Rome », « Le Myther d’Er ou le dernier voyage d’Alexandre le Grand » ainsi que la série Chronique de Tramorée à 4,99 € chez tous vos revendeurs numériques. Bonne lecture !

javiernegrete_site.png

+
Les enfermés de John Scalzi, lauréat du prix Bob Morane 2017
Posté 09 mars 2017 -
Les lauréats du prix Bob Morane 2017 ont été annoncés.
Pour notre plus grand plaisir, le lauréat de la catégorie romans traduits est John Scalzi pour Les enfermés (traduit par Mikael Cabon).

lesenfermes2.jpg

 

+
Une nouvelle sur le système Trappist-1 par Laurence Suhner
Posté 28 février 2017 -

Laurence Suhner est l'auteur d'une nouvelle en lien avec la découverte du système planétaire Trappist-1. La version anglaise de sa nouvelle, The terminator, écrite en collaboration avec les astrophysiciens de l’équipe de Michaël Gillon a été publiée dans la revue Nature de ce mois de février et relayée sur le site de la Nasa. Pour la lire en français, rendez-vous sur le site de l'auteur.

Version anglaise / Version française

theterminator3.jpg

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Les Croisades d'Unnord 22ème édition
Posté le 25 janvier 2017 par les croisades d'unnord
Bonjour à tous ! Je vous écris pour vous annoncer que la 22ème édition des Croisades d’Unnord est en marche avec, cette fois encore, un nouveau thème qui sera : Au-delà des apparences. Cette année [...]