L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Suhner - Vestiges - Appuyersurlatouchelecture
Posté le 19 novembre 2017

"Je suis celui dont la forme n'a ni début, ni centre, ni fin. Mes yeux sont les astres, brûlant les mondes de leurs rayons. Je suis le feu qui s'étend et qui embrase".

Vestiges, de Laurence Suhner, est donc le premier tome de "QuanTika" et nous emmène sur une lointaine planète colonisée par l'homme. S'il n'y régnait pas un hiver éternel, et du genre rude, l'hiver, elle serait parfaitement habitable et agréable à vivre. Mais, l'homme l'a destinée à un tout autre rôle. Planet opera, roman d'aventures à la Indiana Jones, jouant avec les codes du fantastique et conservant encore bien des mystères au bout des 700 pages de ce premier volet, dévorées sans même s'en rendre compte, voici un voyage captivant, dépaysant... Et un poil effrayant, aussi...

La force de ce premier tome, malgré son épaisseur qui ne doit pas vous rebuter, c'est que c'est un pur roman d'aventures qui, une fois lancé, devient un formidable thriller qu'on peine à lâcher. Et l'on découvre alors que, dans cet univers science-fictif, Laurence Suhner développe une histoire qui, dans un autre contexte, serait plus proche du fantastique que de la SF.

 

Laurence Suhner réussit à nous proposer un univers original dans sa forme, mais également par les énigmes qu'ils posent, et qui justifient d'ailleurs à elles seules l'estampille science-fiction. Si vus craignez les digressions scientifiques façon hard science, parce que comme moi, vous ne maîtrisez guère le sujet, sachez qu'il y en a dans Vestiges, mais qu'elles n'entravent pas la lecture des Béotiens.

C'est le premier tome d'une trilogie, il reste bien du chemin avant de pouvoir comprendre tous les secrets de Gemma, ceux qui relèvent de la science, ceux qui relèvent de ce que l'on qualifiera de fantastique (en clair, ce qu'on explique pas forcément par la science, que ce soit lié ou pas à l'état des connaissances). Mais il est clair qu'on a envie de poursuivre le voyage.

J'ai dévoré ce roman en deux jours, sans me rendre compte que j'avançais aussi vite. Le mélange SF-aventures-mystères fonctionnent parfaitement, il y a de l'action, c'est spectaculaire, mais beaucoup de choses reposent aussi sur les personnages et leurs caractères. On peut toujours trouver qu'un personnage mériterait de gagner en épaisseur, mais ce sont aussi leurs zones d'ombre qui jouent.

Les rapports de force, les enjeux, non seulement ceux qui sont au centre de l'histoire racontée dans Vestiges, mais aussi ceux, plus larges, qui concernent Gemma, les découvertes effectuées et le travail réalisé pour essayer de les comprendre, de décrypter ces fameux vestiges, tout cela donne une ambiance électrique, inquiétante, dangereuse, mais aussi un côté thriller digne d'un page-turner.

 

 


C'est une bonne occasion de découvrir les qualités d'une écrivaine d'imaginaire suisse, Laurence Suhner, qui, jusque-là, avait publié des nouvelles et des bandes dessinées (en tant que scénariste, mais aussi en tant que dessinatrice, ce n'est pas si courant). "QuanTika" est sa première expérience comme romancière, et le moins qu'on puisse dire, c'est qu'elle se lance avec un projet fleuve.

Cette trilogie est aussi un projet très ambitieux, dont Laurence Suhner semble maîtriser les principaux éléments. L'univers est complexe, comme j'ai essayé de vous le montrer, il repose sur plusieurs piliers assez différents, qui vont des questions purement scientifiques, à d'autres plus politiques, et même idéologiques.

Côté sciences, on touche aussi bien à la discipline reine qu'est la physique, pour ce qui concerne les technologies permettant les voyages spatiaux que les questions liées à Gemma, son hiver éternel et ses phénomènes inexplicables. On est aussi bien dans la recherche que dans la prospective, le concret et l'hypothétique.

Mais, avec Ambre et son projet de recherche, d'autres sciences, comme l'archéologie, les sciences humaines, pourquoi pas la théologie, également, vont intervenir, offrant une palette très large de domaines où exercer ses compétences et mener des investigations. Un personnage, le professeur Seth Tranktak, dont le rôle pourrait gagner en importance dans les tomes à venir, incarne cela.


Il semble en effet que, dès ce premier tome, on s'achemine vers quelque chose qui dépasse le savoir humain, y compris celui de ces professionnels éminents dans leurs domaines respectifs, mais qui restent des hommes. Un des thèmes intéressants du livre est d'ailleurs la lutte permanente contre une tendance naturelle à l'anthropocentrisme, sujet récurrent de la SF impliquant les rencontres avec des civilisations inconnues.

A la fin de Vestiges, les secrets de Gemma restent entiers et l'on s'en réjouit. C'est l'assurance de replonger bientôt dans un univers déroutant, dépaysant, hostile et pourtant attirant, par la curiosité qu'il suscite, de retrouver des personnages faillibles et imparfaits, mais qu'on a envie de retrouver, même si cela implique de les confronter à des dangers terribles...

Et des mystères capables de remettre bien des choses en cause, non seulement dans la manière dont les personnages (et le lecteur à leur suite) envisagent Gemma, dans l'avenir de cette planète et de ses habitants, mais aussi, peut-être plus largement, dans la vision plus globale de l'univers... Et pas seulement par le prisme de la fiction.

 

- Joyeux-drille, 12/11/17 

 



+


Negrete - Alexandre le grand et les aigles de Rome - ActuSF
Posté le 07 novembre 2017

Et si Alexandre avait survécu à son empoisonnement ? Après avoir conquis le plus vaste empire du monde vers l’Est, jusqu’au confins de l’Indus, que serait-il advenu s’il avait eu le temps de se tourner vers l’ouest... vers Rome ? Voici la réponse...

Javier Negrete est un écrivain espagnol à qui l’on doit déjà les Chroniques de Tramorée et Le mythe d’Er (prix Bob Morane en 2004) et Seigneurs de l’Olympe (prix Utopiales en 2008).
Né en 1964, c’est un passionné de sa période de prédilection : l’Antiquité (élément transparent à la lecture de ce roman tant il regorge de données historiques et folkloriques précises).
C’est aussi un touche-à-tout de la littérature qui a écrit des ouvrages de science-fiction, des romans historiques, des essais, un techno-thriller. 
Il est toujours professeur de grec en lycée.
 
Les plaisirs du : "Et si..."
 
Javier Negrete manie avec bonheur le pouvoir de l’uchronie.
Le plaisir jouissif du "Et si..." est ici porté par une plume efficace et poétique d’une part et une véritable maîtrise du sujet d’autre part. Le plaisir de lire les aventures de ces personnages est renforcé par la multitude d’anecdotes, de références littéraires et mythologiques, tirées des nombreuses civilisations antiques réunies sous la bannière d’Alexandre. 
 
Le roman, relativement volumineux mais qui se dévore sans peine, est porté par un cocktail de personnages réels ou fictifs qui permettent de découvrir les sciences, les mœurs, les histoires, l’art de la guerre et de la politique dans la Grèce hellénistique et la République romaine déclinante.
À travers leurs histoires croisées, Javier Negrete reconstitue la geste passionnante et tragique d’une guerre qui aurait opposé Alexandre le Grand et un aïeul de Caius Julius César.
 
Javier Negrete joue aussi avec les codes du genre : conte prophétique et roman historique, il flirte aussi avec le fantastique sans jamais laisser échapper son souci de la vraisemblance.
 
Aussi reste-t-on un peu sur sa faim lorsque l’histoire se termine : sans rien dévoiler de l’intrigue, passionnante, je dirais que Javier Negrete laisse en suspens plusieurs questions qui paraissent essentielles.
Peut-être s’est-il laissé l’occasion d’écrire un second tome (que j’attends alors avec impatience) ou bien a-t-il choisi de laisser le lecteur juge du destin de ses personnages.
Dans tous les cas, on referme ce roman en ayant vécu une belle et grande histoire, en ayant appris des mythes et légendes passionnants, et en ayant dans la tête des envies d’encore.

 

Guillaume Casabianca



+


Eschbach - Aquamarine - emaginarock
Posté le 07 novembre 2017
Aquamarine est un super roman fantastique et d’anticipation, raconté à la première personne par Saha elle-même. Ce côté « journal intime » permet de rentrer très facilement dans l’histoire. Dans ce monde futuriste, tout passe par le numérique; il n’y a plus de livres ni de mammifères marins, exceptés les requins qui n’ont pas succombé à l’extermination humaine. Mais Saha va découvrir qu’il existe autre chose de bien plus étrange dans les profondeurs de l’Océan Indien…
La couverture signée Killian Prevost est tout à fait en accord avec d’abord l’histoire du roman, mais aussi le style de l’auteur : simple et épuré.
À la limite du roman pour ados, Aquamarine dresse le portrait d’une jeune fille timide et effacée qui vit avec sa tante sourde-muette et est dispensée de natation pour cause de « plaies » au niveau des côtes. Souffre-douleur de la pimbêche du lycée (fille du grand patron de la ville), Saha est un jour poussée dans le bassin aux poissons. Ne sachant pas nager, elle pense alors se noyer, mais lorsqu’elle revient à elle, on lui apprend qu’elle est restée plus de 15min sous l’eau. Alors que se passe-t-il? Pourquoi s’en est-elle sortie? Et d’où viennent ses plaies qui n’ont pas vraiment l’air d’avoir été faites par un robot de jardin?
Saha va partir à la découverte de son passé ; à la découverte d’elle-même grâce à Pilgrit, le jeune garçon qui lui a sauvé la vie. Elle lui apprendra son secret et grâce à lui apprendra également à s’ouvrir aux autres. Outre le fantastique parfaitement traité et original (avec toute une ambiance maritime à la fois dépaysante et apaisante), l’intérêt du roman réside également dans l’histoire au quotidien de cette jeune fille sans amis, différente des autres. L’ensemble est très touchant notamment grâce à une très belle écriture, poétique, mais aussi très directe et simple. Le personnage de Pilgrit vient apporter un peu d’humour sur cette trame plutôt sombre, malgré une belle évolution de la jeune fille.

Aquamarine est un très beau roman fantastique avec une ambiance nouvelle et une héroïne attachante ; une écriture de qualité pour une trame bien maîtrisée et intelligente. À lire !

 


+


Weber - La Maison d'acier - Le blog SF de Marc
Posté le 02 novembre 2017

Le cycle Honor Harrington écrit par David Weber s’est enrichi d’un guide de l’univers de la série et d’un court roman. 

Ce livre est uniquement fait pour les fans du cycle. C’est la référence pour toute personne qui veut connaitre les données techniques des vaisseaux, la personnalité des différents acteurs de ce cycle, la politique menée par les différentes puissances spatiales, les différentes technologies utilisées, etc. En somme, tout ce qui a pu être lu précédemment dans ce cycle est ici résumé et classé. 

La maison d’acier est un roman à ne pas négliger. Il précède le cycle Honor Harrington et se focalise sur le roi Roger Winton III, le père de la reine Elizabeth III. On suit l’héritier du trône depuis qu’il est lieutenant de vaisseau dans la flotte royale manticorienne, jusqu’à ce qu’il prenne la succession de sa mère pour devenir roi, puis jusqu’à son décès. L’histoire s’étale sur plusieurs décennies, pendant lesquels Roger assiste lentement à la montée en puissance de la République populaire de Havre, qui annexe petit à petit les systèmes stellaires voisins et devient une menace de plus en plus grande pour Manticore.

Pas de combats spatiaux dans ce roman, si ce n’est celui qui se passe à la fin de la guerre entre Havre et Manticore (donc à l’époque d’Honor Harrington) et qui est mené par l’amiral Havre-Blanc pour le compte de la reine Elizabeth.

Une préquelle indispensable au lecteur du cycle Honor Harrington, qui permet de comprendre comment Havre a lentement mais surement envahi d’autres systèmes stellaires et comment Manticore a préparé le choc inévitable avec Havre.

Pas d’Honor Harrington dans ce roman, car elle est l’aboutissement de ce qui va suivre. Par contre, quelle planification subtile écrite par David Weber ! On peut faire les mêmes reproches que les autres livres du cycle. C’est-à-dire des longueurs dans certains débats politiques ou stratégiques. Mais au final on se dit que cela renforce la cohérence du roman et de ses suites.

J’ai aimé ce livre autant que ses personnages, car j’avais envie de retrouver un univers qui m’était familier depuis plusieurs années. La partie guide de l’univers est plus à consulter qu’à lire. Celui qui aime ce cycle y trouvera son bonheur. À conseiller aux fans d’Honor Harrington.

Marc, le 5 août 2017 




+


Goddyn - Le sang des 7 rois (livre 4) - De livres en livres
Posté le 02 novembre 2017
Encore un tome excellent ! On sent qu'on entre dans une seconde phase de l'histoire, ou les camps sont moins cachés et agissent ouvertement et en nombre. Un très bonne lecture.

La trame continue de la même façon que précédemment, nous faisant suivre un nombre importants de protagonistes dans tous les camps impliqués dans cette guerre. On a vraiment un panel très large et du coup on a vraiment l'impression qu'il ne se passe pas un instant sans qu'il ne se passe quelque chose d'important quelque part. Le tout est très bien fait parce que les différentes parties s'imbriquent vraiment bien les unes dans les autres, nous donnant une image bien complète. 

Du coup l'histoire avance vraiment bien. On a un rythme enlevé et jamais de passages lents ou qui donnent l'impression qu'il ne servent à rien. On en a fini avec la passivité, le temps est venu de prendre les armes, de se défendre. 

Jusqu'ici toute une parti des protagonistes étaient dans une logique de se cacher pour survivre, ils avaient toujours vécu comme ça. Mais maintenant ils comprennent que ça ne marchera pas et que les autres massacreront tout le monde avant si ils n'interviennent pas. 
On a toujours notre lot de retournements de situations, de trahisons bien sur, ça fonctionne toujours très bien et si jusqu'ici on avait un peu l'impression que le monde sombrait dans le chaos, ce changement de situations fait que l’opposition se réveille enfin. C'est un gros tournant qu'on sent se mettre en place. 

17/20
 


+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En novembre, tous les ebooks de David Weber à 4,99e
Posté 13 novembre 2017 -
davidweber_site.jpgEn novembre, tous les ebooks de David Weber sont à prix réduit. Profitez-en pour découvrir la saga Honor Harrington.
+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]