L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Campbell - Les dragons de Dorcastel - Les Rêveries d'Isis
Posté le 20 novembre 2018

Un monde hors de notre temps où magie et technologie coexistent en deux guildes adverses, chacune niant le rôle et les réussites de l’autre. Un monde où les mages s’estiment au-dessus des autres, se servent s’ils désirent quelque chose et vendent leur protection aux puissants. Un monde où les mécaniciens méprisent le commun des mortels mais aussi les mages… Au milieu de ce jeu de pouvoir apparaissent Alain d’Ihris et Mari de Caer Lyn, le premier est le plus jeune mage jamais diplômé, la seconde, la plus jeune maître mécanicien. Ennemis et pourtant étrangement associés par le destin, ils devront sans cesse affronter les embûches sur leur chemin.

J’ai particulièrement aimé ce roman : l’univers est riche, les tensions et les jeux de pouvoirs intriguent et maintiennent notre attention. La société telle qu’elle est décrite ne nous laisse pas indifférente. Nous sommes tantôt agacés par l’attitude des uns, tantôt révoltés par le manque de respect et la lâcheté des autres. Ce qui est certain : dans ce monde de faux semblant, nos deux héros ne peuvent se fier à personne, et l’apprennent à leurs dépens…  Le contraste entre ambitions affichées des guildes, les bas instincts des puissants et la candeur des héros est plus qu’efficace. A cela s’ajoute le parfait entrelacs de magie et de technologie qui rend l’histoire encore plus savoureuse.

La narration est fluide et ménage le suspense.  Le lecteur est poussé en avant tant par la soif de connaître la suite que de comprendre les énigmes que soulève chaque pas de nos héros.

Alain d’Ihris m’a beaucoup ému : il se sert de ses enseignements, questionne sa propre formation, il réfléchit au Bien et au Mal pour essayer de trouver sa propre voie. Mari de Caer Lyn m’a un peu plus agacée, elle serait plutôt « l’attachiante », elle ne cesse de vouloir avoir raison, mais cache au fond une grande bonté.  Leur amitié improbable, leur complémentarité, leurs désaccords, l’écart entre leur conception du monde ajoutent à ce roman le soupçon d’humour qui fait la différence.

Je garde un souvenir ému et amusé de ces deux personnages et j’attends avec impatience la suite de leurs aventures. Ce premier volet leur a réservé doutes, embûches et énigmes sur un rythme échevelé, ne leur laissant aucun répit… je ne doute pas que la suite soit aussi savoureuse et dense !

En bref, ce roman est une merveille : il questionne la société et toute forme d’apartheid, il questionne la notion d’amitié et nous entraîne dans une quête exaltante !

- Isis, le 27 décembre 2017.



+


Brissot - Vagabonds des airs - Les Rêveries d'Isis
Posté le 20 novembre 2018

Il n’y a rien à faire, première ou deuxième lecture, Vagabonds des airs est un véritable coup de cœur pour moi.  Le roman est rythmé, captivant et empreint d’une poésie extraordinaire, tant pour l’univers créé que pour le style de l’auteur, tantôt lyrique, tantôt épique.

L’univers est saisissant : dans un monde post-apocalyptique où le Grand Maelström a réduit à néant des pans entiers de civilisation, les mers sont devenues le lieu de l’aventure, tout comme les airs. Des zones sont devenues électriquement neutres, des cités volantes sont tombées dans les océans ou ont été désertées tandis que d’autres sont encore peuplées d’êtres plus ou moins bienveillants… Des créatures extraordinaires existent, se cachent de peur d’être traquées par des aventuriers cupides et sans scrupule. Les Fils des Courants, les Volants et ce mystérieux Sculpteur de chair sont autant de personnages que vous découvrirez avec bonheur, au gré des aventures de Tom et d’Ila.

A cela s’ajoute une narration fluide qui ménage le suspense notamment par le tressage des voix : le vécu des personnages alterne de chapitre en chapitre et les fils parallèles finissent par se rejoindre avec une évidence déconcertante. La narration fait donc la part belle aux personnages qui sont un des points forts du roman. Ils sont attachants et sensibles, et m’ont tous séduite. Si les personnages foisonnent, aucun n’est inutile. Beaucoup de questions se bousculent: le personnage nommé « Elle » reste très longtemps énigmatique, tout comme Pique et Pensée. Mais leur rôle devient tangible et ô combien capital !


Dans ce roman, le lecteur est sans cesse poussé en avant, emporté par la frénésie des personnages à accomplir leur destin, suspendu aux pages, frémissant pour les héros, pressé de découvrir l’issue de ces quêtes ontologiques. Et il faut reconnaître que l’auteur a su rendre la complexité de l’être humain, ses hésitations, ses doutes et ses colères.

Ainsi, Vagabonds des airs est un excellent roman. La poésie du monde décrit entre en osmose avec les personnages. Tout est captivant. En un mot : une pépite !

- Isis, le 27 février 2018.



+


Fakhouri - Le Clairvoyage - Les Rêveries d'Isis
Posté le 20 novembre 2018

Ce roman reste une énigme pour moi : comme Clara, je me suis trouvée précipitée dans un univers dont je ne comprenais ni les règles ni la logique. Tout me paraissait étrange, étonnant, grinçant et glaçant aussi parfois… Et j’ai apprécié cette multitude d’émotions. J’ai aimé trembler face à la banshie, j’ai aimé m’amuser des discordes des lutins, j’ai aimé m’inquiéter de cette tante fantomatique et de ce chat inquiétant, avant de savourer le jeu de mot lié à son nom. J’ai frissonné devant l’inquiétante maison d’Antoine que j’avais – par ailleurs – renoncé à vraiment comprendre… Et finalement, bien que perdue et décontenancée, je n’ai jamais songé une seconde à arrêter ma lecture. Mue par une force puissante, j’ai lu, lu et avancé avec Clara, me suis étonnée avec elle, et je me suis lancée avec elle corps et âme dans l’aventure. Je crois réellement que le bonheur de ce livre réside là-dedans. Nous plonger au plus près de l’état du personnage, nous pousser à nous interroger sans engendrer la moindre répulsion. Sacrée performance qui est bien entendue liée à la plume de l’autrice claire, nette, fluide. Le récit s’écoule sous yeux et les pages filent sans que nous ne nous en apercevions !

Si Clara m’a bien évidemment plu, je suis aussi séduite par Antoine, cet oncle qui est un doux rêveur, Gauvain est un personnage intéressant lui aussi et… Bébé – ou plutôt Elisabeth- me fascine désormais, de personnage spectral, elle devient centrale. Je dois dire que ce renversement est particulièrement intéressant et m’attire déjà vers la suite. Nul doute que le deuxième tome sera riche en aventures, en rebondissements et en révélations! Mon bémol serait là : ce premier tome ne résout pas grand chose… Si je veux avoir le fin mot de tout cela, me voilà obligée d’embarquer aux côtés des héros et de traverser la Brume des jours, à mes risques et périls… Néanmoins, trop de choses sont restées en suspens pour que je puisse résister bien longtemps.

Je suis donc enchantée de ma lecture. Le Clairvoyage est un petit bijou d’intelligence et d’originalité. J’ai aimé être ballottée comme Clara au gré d’événements qui me dépassaient, être plongée dans un monde de féerie et de fantaisie et découvrir au détour d’une page une référence culturelle apportant saveur et densité au texte. Un roman haut en couleurs !

-Isis, le 30 octobre 2018.



+


Hardinge - Le Chant du coucou - Les Rêveries d'isis
Posté le 20 novembre 2018

Le Chant du coucou porte bien son nom. Comme l’oiseau le fait, une étrange coucou, une petite fille, a pris la place de Triss dans son foyer, sans que personne hormis sa sœur ne semble s’en apercevoir. Mais cette Triss commet des bévues et attire l’attention. Bientôt, sa véritable nature l’emporte et une folle cavalcade s’engage. Où est la vraie Triss? Qu’entend faire notre coucou et pourquoi est-il là? Ce sera à vous de le découvrir!
(…)
L’univers imaginé par Frances Hardinge est d’une précision glaçante : les ciseaux et le coucou, les Adjacents, l’Architecte, Pie-Grièche et tous les autres forment une communauté de Petit Peuple bigarré, bizarre, inquiétant et le passage entre les mondes est digne d’un dessin d’Escher. De quoi vous faire tourner la tête et vous entraîner dans un Ailleurs, beau par son étrangeté et terrible par ses réalités! C’est donc une réelle réussite, un petit bonheur de lire cette langue poétique et douce qui parvient à faire surgir un univers entier par la force évocatrice des mots. Plus d’une fois, j’ai relu une description en me disant que telle ou telle formule était réellement belle, pas efficace ou précise, mais belle. Alors bien sûr, quelques expressions m’ont surprise, mais ce n’est pas ce qui m’est resté en tête lorsque j’ai fermé le roman, repue et contente.

Ainsi, j’ai adoré Le Chant du Coucou : ce que je conserve de ce texte, c’est la beauté de la plume, la profondeur des personnages et la cavalcade enlevée et rythmée qui m’a emportée bien loin de la grisaille automnale.

- isis, le 19 novembre 2018.



+


Heliot - Frankenstein 1918 - NineHank
Posté le 19 novembre 2018

Bonne nouvelle si comme moi vous avez un faible pour les uchronies : Frankenstein 1918 en est une, et une plutôt réussie même. Dans ce roman, l’auteur imagine que la Première Guerre Mondiale n’a pas pris fin en 1918 comme dans l’Histoire que nous connaissons, mais qu’elle s’est poursuivie jusqu’en 1933.

Comme on peut le deviner dès le titre du roman, ce dernier va mêler les références littéraires et historiques (mais aussi scientifiques !) puisque le roman de Mary Shelley de 1818 va être au centre de l’intrigue. Johan Héliot nous propose en effet une version alternative de l’Histoire où les expériences du docteur Frankenstein auraient été utilisées afin de produire des soldats d’exception pendant la Guerre.

L’une des belles réussites du roman, c’est la manière très littéraire qu’a Johan Héliot de présenter l’intrigue, d’une manière un peu 19ème siècle je trouve. Ainsi, le roman se présente comme la lecture de différents carnets et journaux – qui s’entrecroisent et se répondent. Les personnages qu’on y croise y sont tantôt narrateurs, tantôt acteurs et j’ai beaucoup aimé cet aspect qui rend la lecture très agréable.

Ce qui m’a convaincue dans le roman, c’est vraiment la force de l’uchronie que Johan Héliot nous propose. L’univers qu’il a construit est très complet et semble parfaitement faire sens. Par ailleurs, il ne s’agit pas seulement d’une uchronie, mais d’un type tout à fait spécifique d’uchronie. En effet, si nous avons la possibilité de comparer l’Histoire avec les événements alternatifs du roman, les personnages de l’intrigue ne l’ont évidemment pas. Par ailleurs, le roman nous plonge non pas dans une étape reconnue de cette Histoire alternative, mais dans une frange secrète de cette dernière que les personnages ne découvrent – en même temps que le lecteur – que par la lecture des carnets. Tout dans cette histoire est donc tout à fait crédible, tant du point de vue du lecteur que du point de vue des personnages. (...)

- Aurore, le 17 novembre 2018.



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Tous les livres numériques de Dmitry Glukhovsky à 4,99 euros
Posté 16 janvier 2019 -

 glukho_022019_499.jpg

En janvier, tous les romans de Dmitry Glukhovsky sont à 4,99 € au format numérique. Découvrez son œuvre littéraire à la veille de la sortie du jeu Metro Exodus et de son nouveau roman Texto.

Sur Kobo, 7switch, Emaginaire et partout ailleurs.

+
Univers Métro 2033
Posté 13 décembre 2018 -

Vous avez lu Métro 2033 et vous voulez jouer au jeu vidéo ?
Vous avez joué au jeu vidéo et vous voulez lire les romans ?
Cette infographie apportera les réponses à toutes vos interrogations pour une expérience encore plus immersive dans l'univers Métro 2033.

 metro_info_rs_2.jpg

+
Manuscrits
Posté 13 décembre 2018 -
Nouvelle année, nouvelle session.
 
Pour la deuxième année consécutive, nous ouvrons la réception des manuscrits du 1er au 31 janvier. Envoyez-nous vos textes pendant cette période. Mais attention, le sort d’enchantement de notre boîte mail sera de nouveau actif le 1er février à minuit, supprimant tous les messages reçus après la date limite.
 
Et la session de l’an passé ? Sur les 885 textes reçus, certains sont toujours en lecture, mais la grande majorité a été traitée. Nous avions décidé d’ouvrir de façon temporaire le service des manuscrits pour une raison principale : limiter les envois qui ne nous sont pas spécifiquement adressés. Nous ne souhaitons pas juger de la qualité d’un carnet de voyage, d’un recueil de poésie ou d’une autobiographie. Et cela fut un succès, voilà pourquoi nous continuons selon cette méthode. L’objectif premier est de pouvoir consacrer un maximum de temps à vos textes.

Quant à ce que l’on y a trouvé, on vous en dit plus très bientôt. 

manuscrits_2019_generique.jpg

 

+
Sélection - Prix Libr'à Nous Imaginaire
Posté 28 novembre 2018 -

Nous sommes heureux de découvrir Le Chant du coucou sélectionné dans la catégorie Imaginaire du prix Libr'à Nous !

Retrouvez les autres romans en compétition sur leur site.

chant-du-coucou_hd.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected