L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Pratchett - Pyramides - tempsdemots
Posté le 29 mars 2017

J’ai retrouvé avec bonheur l’humour de Terry Pratchett et le Disque-Monde, puisque lire l’un de ces tomes est finalement un peu comme un retour dans une maison de vacances.
L’intrigue était comme toujours rocambolesque, totalement barrée mais, en même temps, très carrée. Il y a dans ce roman un grand nombre de personnages qui amène chacun son humour très ironique.

Il y a ici toute une réflexion sur la foi portée aux Dieux et sur la manière dont les humains perçoivent ces derniers. Sur la différence qu’il y a entre ce qu’on veut croire et ce qui se passerait si finalement les Dieux s’exprimaient.

Comme toujours, mon moment préféré reste le petit passage de Monsieur La Mort ❤

En bref un roman sympa qui propose une intrigue décalée parfaitement « Pratchettienne ».

Rinne - tempsdemots



+


Pratchett - Pieds d'argile - Encore un chapitre
Posté le 29 mars 2017
J’aime le Guet. Vous le saviez déjà ? Eh bien, sachez que ce roman n’a rien changé à mon amour pour cette équipe de bras cassés chargée de protéger Ankh-Morpock et ses habitants.

Pieds d’Argile est donc un bon crû. Ce roman est un savoureux mélange entre humour et enquête. Si vous aimez les robots d’Isaac Asimov, alors les golems ne devraient pas vous laisser indifférents. En tout cas, moi, j’ai beaucoup aimé l’intrigue autour de ces golems, sur le fait qu’ils soient exploités par les autres et méprisés. J’ai aussi apprécié la question de l’affirmation de soi avec le nain (ou plutôt la naine) Hilare Petitcul qui se retrouve à bousculer les traditions naines (et ce cher Carotte) afin d’assumer sa féminité comme elle l’entend. En plus, c’est Angua, qui a du mal avec sa propre nature, qui l’aide dans ce but.

Vimaire est bien sûr là avec ses échanges toujours aussi savoureux avec le Patricien ou encore Carotte. Alors autant, ce dernier est super au niveau des golems, autant il l’est moins avec Hilaria… et il est toujours aussi largué dans sa relation avec Angua. Ou plutôt Angua est larguée par le fait que Carotte pense à sa façon et ne saisisse pas son humour. J’adore ce petit couple. Ils sont trop mignons… et puis j’adore Angua. Et Vimaire. Et Carotte. Non, ne me demandez pas de choisir, je ne saurais pas lequel choisir. Ou si Angua.

Mais aussi Vimaire. Et Carotte.

Bref, je n’ai pas parlé de tout. Il y a tellement de richesses dans les romans des Annales qu’il faudrait plus d’une chronique pour en faire le tour. Je me suis donc concentrée sur l’essentiel, sur ce que j’ai retenu d’une lecture, qui commence à dater. Sans l’once d’une hésitation, je vous recommande Pieds d’Argile pour son humour, son sérieux aussi, l’enquête et les thèmes qui y sont abordés !
 
Jupsychokiller - Encore un chapitre


+


Pratchett - Mortimer - Se nourrir de livres
Posté le 29 mars 2017

Je n’ai jamais été aussi heureuse de trouver la Mort comme héroïne d’un livre !

Bon OK, c’est pas drôle de se retrouver face à elle, avec sa voix intimidante, sa faux, sa cape noire et ses orbites vides. Mais quand elle décide de prendre des vacances et de s’offrir du bon temps, alors, là, c’est la fête ! Imaginez la Mort qui danse, qui boit à en être ivre, qui fait de l’humour.

Et quand il prend un apprenti, Mortimer, pour le remplacer, et que celui-ci décide de laisser la vie sauve à une princesse, tout part en vrille.

Bref, c’est un régal, j’ai passé un moment génial, un livre qui fait du bien au moral, bourré de jeux de mots, de style loufoques et cocasses, de personnages déjantés.

Avec toujours une réflexion sur un sujet important, avec « l’humanisation » de la Mort.

Soniaboulimiquedeslivres, Se nourrir de livres



+


Carey - Celle qui a tous les dons - Tanuki No Monogatari
Posté le 29 mars 2017

La mode des zombies m’est largement passée au dessus de la tête. Non pas que le côté glauque et gore me rebute. Mais la plupart des productions sur ce thème n’ont jamais réussi à me captiver (The walking dead et ses épisodes à rallonge en sont le meilleur exemple).

Heureusement, de bonnes choses existent aussi ! A l’image de World War Z (le livre ! pas la bouse qu’est le film) ou de The last of us, Celle qui a tous les dons est une bonne interprétation du trope des zombies mangeurs de chair humaine sur fond de pandémie fongique mondiale (ah les joies du cordyceps).

La première partie du roman est la plus intéressante. On y suit Melanie, une petite fille avide d’apprendre, adulant son institutrice préférée. Elle aime les récits de la guerre de Troie et le mythe de Pandore. Elle vit aussi enfermée 24h/24, 7j/7 dans un bunker haute sécurité. Et certains enfants de sa classe tendent à ne jamais revenir de leurs rencontres avec la dirigeante de la base, la glaciale Dr Cadwell.

Au fil des pages, Melanie comprend que quelque chose ne tourne pas rond chez elle. Et c’est là la meilleure trouvaille de ce livre : il nous plonge dans la tête d’un de ces zombies, ici nommés « afams ». Enfant d’infectés, Melanie est touchée par le même mal que ses parents mais elle a conservé toute sa tête. Et c’est d’autant plus horrible, car on perçoit toute la difficulté morale qu’a notre héroïne quand elle doit lutter contre ses pulsions.

Par la suite, le roman prend un format un peu plus classique d’horror survival. Le déroulement ne surprendra pas les aficionados du genre, mais on reste sur une bonne pioche. Le trame générale de cette seconde partie n’est pas la plus originale mais les personnages, bien moins archétypaux qu’il n’y parait de prime abord, nous offrent des échanges vifs et crédibles.

Un roman a conseiller à ceux qui veulent découvrir la littérature post-apocalyptique!

Tanuki - Tanuki No Monogatari



+


Scalzi - Les brigades fantômes - Albédo
Posté le 29 mars 2017

L’année dernière, j’ai enfin eu le loisir de me plonger dans un roman que j’avais repéré depuis un certain temps : Le Vieil Homme et la Guerre. La lecture en fut passionnante et très loin des clichés véhiculés par l’édition française sur la Sf militaire. Nous suivions l’engagement et le début de la carrière militaire de John Perry – âgé de 75 ans – au sein des Forces Coloniales (FDC). Le concept initial et l’utilisation de celui-ci par John Scalzi m’avait alors bluffée. C’est donc avec une attente certaine que je me suis plongée dans la suite de cette saga.

La magie opèrera-t-elle une fois encore ?

La brigade fantôme ne nous est pas inconnue; dans le tome précédent, elle a joué un rôle prépondérant aux côtés de John Perry, qui nous a permis de prendre contact avec cet univers. Nous continuons ainsi notre exploration. Il faut dire que le pitch de départ, un homme de 75 ans s’engageant dans les forces armées a de quoi interloquer le premier venu et pas que!

Nous découvrions ensuite que la défense des mondes humains se trouvaient entre les mains d’êtres finalement pas séniles. Leur conscience, leur personnalité et leurs souvenirs étaient transférés dans un double vert, un clone amélioré qui ferait pâlir d’envie même Hulk. Le procédé technique était peu évoqué, dans ce deuxième tome cette lacune est comblée puisque la brigade Fantôme est amenée à prendre en chasse un traître, le cerveau même de la technologie du transfert! Les rumeurs distillées dans Le Vieil Homme et la guerre se voient confirmées : les personnes qui se sont engagées mais qui sont mortes avant leur 75ème anniversaire, ne disparaissent pas dans les méandres administratives. Leur clone est « activé », certes sans mémoire ni personnalité, donc totalement vierge,  mais non perdu. Ainsi avons-nous des éclaircissements bienvenus sur ces fameuses unités et sur les aspects techniques du transfert. C’est ainsi le cas de Jared Dirac dont les réminiscences du passé le titillent peu à peu. Et pour cause, c’est le double du traître honni qui a mis la FDC et les humains en péril. Or Jared en prend conscience et s’interroge sur sa personnalité propre et sur son âme à lui, comme bon nombre de ses camarades de la brigade Fantôme.

En effet, le scientifique a vendu a l’ennemi ses connaissances et son expertise.  Trois races d’extra-terrestres s’unissent en secret pour prendre possession des mondes habités. Du coup, cette coalition hostile à l’homme prépare une invasion pour abattre les forces armées de la FDC :  les unités classiques ainsi que les troupes spéciales des brigades fantômes.

Il est bon de noter que les forces spéciales ne le sont pas que dans leurs missions. La manipulation génétique permet de calibrer les individus en fonction des besoins ou de l’effet recherché. Nous découvrons donc des pseudo-clones assez « évolués« . John Scalzi ouvre le champ de la réflexion sur l’éthique et la limite de la génétique, l’eugénisme, et nombre de questions classiques en SF. Il le fait avec élégance, sans avoir l’air de trop y toucher. C’est agréable, car si vous voulez profitez simplement du récit, ces questions ne sont que suggérées, il appartient au lecteur de s’en saisir.

Le thème génétique/humain n’est pas le seul évoqué dans le récit, car à travers l’expansion de l’humanité dans cet univers morcelé, c’est aussi notre soif de découvertes, notre curiosité insatiable, notre nature accaparante qui sont mises sur la sellette. Qu’est-ce qui nous arrêtera ?

Cette soif « impérialiste » (terme consacré si je me souviens bien de mes cours) se heurte à 3 types d’ET qui ne sont pas que des abrutis. Les odins sont particulièrement intelligents et ce sont surtout d’excellents geeks… ils sont redoutables. Ils fonctionnent d’une manière similaire aux colonies d’abeilles, mais sans reine (ou comme les fourmis, à vous de choisir). Ils sont totalement dénués de libre-arbitre individuel ou de réflexions abstraites, même collectivement. Les avoirs comme adversaires est plutôt une très mauvaise nouvelle. Et notre traître s’est allié avec eux…en échange d’une âme!

L’âme de ce récit finalement. Quelque soit l’angle d’attaque, Scalzi nous ramène à ce vague concept (il paraît d’ailleurs que pour certaines religions, les femmes n’en possèdent pas, c’est la conclusion d’éminents scientifiques d’Arabie Saoudite). Comme quoi ce sujet n’est pas si anodin même en 2016 et malheureusement dans les années à venir!

Est-ce que tout cela chatouille vos neurones ?

Je puis ajouter que question personnages, nous avons un auteur habile. Jared Dirac est des plus intéressant, loin du lourdaud des clichés habituels. Nous retrouvons également la dame Sagan découverte au tome 1 qui se révèle de plus en plus complexe. Les autres personnages n’ont pas le temps de tout à fait nous convaincre, car le roman est assez court. Scalzi a choisi d’aller à l’essentiel dans sa trame et d’éviter les scènes d’exposition, du coup les personnages accessoires sont plutôt taillés à la serpe…

Ce n’est pas le seul bémol que j’apporterais au roman de l’américain. Il a certes apporté des fondations plus solides à son univers et aux technologies employées, mais c’est au détriment du rythme, moins fluide que lors du premier tome. L’humour est bien présent et permet de passer outre ces petits temps dédiés aux fourneaux, même s’il s’agit parfois d’un humour « militaire »! Il faut souligner que la sensibilité et l’habileté de l’auteur permettent aussi de gommer ces quelques réserves.

Nous sommes immergés dans une Sf militaire très intelligente, sans être anti-militariste. Peu de personnages sont des parangons du militaire psychorigide et abruti, même si un général est assez caricatural.  Par ailleurs, Scalzi offre un récit captivant, avec une trame séduisante et des thématiques propres à la réflexion autour de l’âme, de la biotechnologie et du transhumanisme.

Quelles sont finalement nos limites ?

PS : J’ai beaucoup aimé.

Albédo - Albédo



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En mars 2017, tous les ebooks de Javier Negrete à 4,99e
Posté 14 mars 2017 -

En numérique, le mois de mars est dédié à un écrivain espagnol : Javier Negrete. Découvrez « Alexandre le grand et les aigles de Rome », « Le Myther d’Er ou le dernier voyage d’Alexandre le Grand » ainsi que la série Chronique de Tramorée à 4,99 € chez tous vos revendeurs numériques. Bonne lecture !

javiernegrete_site.png

+
Les enfermés de John Scalzi, lauréat du prix Bob Morane 2017
Posté 09 mars 2017 -
Les lauréats du prix Bob Morane 2017 ont été annoncés.
Pour notre plus grand plaisir, le lauréat de la catégorie romans traduits est John Scalzi pour Les enfermés (traduit par Mikael Cabon).

lesenfermes2.jpg

 

+
Une nouvelle sur le système Trappist-1 par Laurence Suhner
Posté 28 février 2017 -

Laurence Suhner est l'auteur d'une nouvelle en lien avec la découverte du système planétaire Trappist-1. La version anglaise de sa nouvelle, The terminator, écrite en collaboration avec les astrophysiciens de l’équipe de Michaël Gillon a été publiée dans la revue Nature de ce mois de février et relayée sur le site de la Nasa. Pour la lire en français, rendez-vous sur le site de l'auteur.

Version anglaise / Version française

theterminator3.jpg

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Les Croisades d'Unnord 22ème édition
Posté le 25 janvier 2017 par les croisades d'unnord
Bonjour à tous ! Je vous écris pour vous annoncer que la 22ème édition des Croisades d’Unnord est en marche avec, cette fois encore, un nouveau thème qui sera : Au-delà des apparences. Cette année [...]