L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Eschbach - Le dernier de son espèce - Ô Grimoire
Posté le 28 août 2017

« L’espace d’un moment, je me sentis étrangement vulnérable, à la limite de la fragilité. La batterie oscillait à chacun de mes pas ; mon turbocoeur, résolument inutile, me paraissait lui aussi curieusement présent. Tout cet attirail semblait prêt à déserter mon organisme pour dégringoler à terre. »

Andreas Eschbach, Le dernier de son espèce, L’Atalante, chapitre 3, 2014.

Motivations initiales

J’avais apprécié Des milliards de tapis de cheveux, aimé l’idée centrale de Jésus vidéo. Bref, dès qu’Andreas Eschbach est traduit en français, j’achète et je dévore !

Synopsis

Ce matin, Duane Fitzgerald se réveille hémiplégique et aveugle. Il y est malheureusement habitué : membre d’un projet de recherche de l’armée américaine bien des années avant, de nombreux implants (un turbocoeur, un oeil artificiel…) lui ont été posés, sensés faire de lui un combattant hors norme. Mais ces dispositifs ont tendance à tomber de plus en plus souvent en panne, alors que  le projet a été arrêté il y a bien des années.

Caché en Irlande – condition de sa survie, l’idée initiale ayant été de supprimer tous les cobayes lorsque l’expérience a été arrêtée -, il survit, au rythme des pannes qui le laissent cloué au lit ou amoindri par les bugs.

Et, parce qu’un malheur n’arrive jamais seul, dans la foulée de cette panne inquiétante, il prend petit à petit conscience que tous les autres membres du projet ont été progressivement éliminés. Par qui, pour quoi ? Parviendra-t-il à trouver un sens à tout cela ?

Avis

De mon point de vue, ce livre est une merveille. Tout simplement. D’abord parce qu’il est l’occasion de (re)découvrir Sénèque, dont une citation débute chaque nouveau chapitre. Ensuite parce que j’adore ces « objets » que nous proposent les éditions de l’Atalante…

Mais, surtout, parce qu’il est le récit d’une quête, d’une réflexion de Duane, sur ce qu’est l’humanité. En partant d’un paradoxe – Duane est un homme, mais pas seulement, pas uniquement, il est un homme « augmenté » qui affronte le fait d’être, de plus en plus souvent, diminué -, ce livre est en fait une réflexion sur ce qui fait l’homme. Et c’est finalement, par et à partir de son inhumanité, que Duane va retrouver la piste de sa profonde humanité. Au-delà du rêve cybernétique, au-delà des fausses idées d’un « progrès » (qu’il s’agisse du progrès technique ou du progrès de l’humanité), c’est à une véritable réflexion philosophique, au sens noble du terme, qu’Andreas Eschbach nous invite ici. Et, miracle, sous une forme accessible !

Ce livre, je l’offre régulièrement à mes proches, je l’offre à mes amis, je l’offre à tous ceux qui comptent pour moi. Non seulement je le conseille, mais il constitue pour moi une « ardente obligation ».

 

Ô Grimoire



+


Fakhouri - Le Clairvoyage - Librairie Critic
Posté le 28 août 2017
Une excellente surprise !
Après les sympathiques Le Mystère Olphite et Graal du Gobelin, la collection du Maedre de l'Atalante passe la seconde avec Clairvoyage, un joli petit roman de 250 pages d'Anne Fakhouri. Son premier.
Autant le dire d'emblée, il s'agit aussi du premier roman TOTALEMENT INDISPENSABLE de cette collection !
Illustré par une superbe couverture de Sarah Debove ( cf Thomas Lestrange ), le premier roman d'Anne Fakhouri peut se targuer d'être la bombe de fin d'année en fantasy jeunesse. Un superbe roman qui aurait tout autant pu être écrit par Gaiman ou Clive Barker ( et sa série Abarat ).
Seulement voilà, il est écrit par une jeune auteur française et c'est tant mieux ! Car si on pense à l'univers de ses deux grands auteurs, celui de Fakhouri n'a rien à leur envier par sa richesse, la tendresse que l'auteur porte à ses personnages ou encore sa plume enchanteresse.


+


Kay - Les lions d'Al-Rassan - albédo
Posté le 25 août 2017

Les Lions d’Al-Rassan se rattache presque à un pur roman historique. Presque. Une des caractéristiques signatures de Guy Gavriel Kay consiste à s’inspirer fortement d’un pays et d’une période de l’Histoire réelle et de la propulser dans un monde légèrement retouché.

Les Chevaux Célestes et Le Fleuve Céleste  proposent une immersion de toute beauté dans une Kitaï enivrante, réplique de la Chine des XIII° et XVI° siècle, alors qu’avec le présent roman, l’Espagne de la Reconquista est à l’honneur. Une autre caractéristique fondamentale de l’auteur canadien réside dans le soin apporté à cette retranscription historique et dans son travail de documentation en amont pour créer tout monde et une culture proches de la référence choisie.

Ainsi, les romans de Guy Gavriel Kay possèdent une saveur particulière si ce n’est unique, proche de récits historiques sans en être totalement. L’auteur respecte trop les acteurs des épopées célèbres pour les détourner et les faire vivre sous sa plume. Cette réserve nous offre ainsi des fantasy historiques palpitantes et envoûtantes à l’image des Lions d’Al-Rassan.

En effet, malgré la fidélité à l’Espagne du XI° siècle, il s’agit bien d’un roman de fantasy et non pas d’un simple roman historique transposé dans un pays imaginaire. Une touche légère paranormale avec un enfant doté de prémonitions s’assure d’ores et déjà de cette classification. Mais c’est surtout dans l’Espéragne (cf Espagne) de Kay, les deux lunes bleue et blanche- prenant possession de la nuit – qui font définitivement basculer le récit.  La présence de ce deuxième satellite n’est pas juste pour embellir le décor, la paire d’astres nocturnes influence sensiblement toute une culture, et joue un rôle majeur sur la psychologie collective du peuple kandith, les Errants (les juifs).

L’histoire proposée se déroule un quinzaine d’années après la chute du califat de Silvénes (pour nous, le califat de Cordoue). L’Espéragne se trouve divisé en quatre parties l’Al-Rassan (Al-Andalus) qui regroupe les divers royaumes asharites (musulmans), ainsi que le Ruende (Royaume de Leon), le Valledo (la Castille) et la Jalogne (la Catalogne élargie) gouvernés par des rois jaddites (chrétiens).

Les trois confessions connaissent des frictions et des tensions, mais sous l’Âge d’Or du califat, les peuples vivent dans une paix et même une sérénité relatives. L’Al-Rassan est sous domination asharite, et ceux-ci s’accommodent des deux autres religions. Il n’y a pas de conversions forcées, pour autant une certaine incitation existe, puisque les non-asharites doivent verser une taxe/impôt supplémentaire qu’ils soient jaddites ou kandith. Cependant, les élites et les personnes ouvertes font fi de ces différences à l’image du roi Badir et de son premier conseiller Mazur. Depuis longtemps, le souverain asharite de Ragosa (Saragosse) s’est associé avec  un kandith qui le « seconde »!

« Il y avait un monde à créer en Espéragne, en Al-Rassan, un monde fait de la rencontre des deux univers ou peut-être, si l’on voulait rêver de trois. Le Soleil, les étoiles et les lunes. »

La différence principale entre ces religions tient à la primauté accordée aux deux lunes par le peuple Errant, au soleil par les tenants de Jad (qui fut leur prophète ) et aux étoiles par les fidèles d’Ashar (le prophéte)… Évidemment, il y a d’autres variations culturelles, et des interdictions imposées, cependant elles s’axent sur cette trinité céleste. La subtilité et l’élégance de l’auteur est évidente dans ce choix de »totem » divin, et il enrichit le tout avec un background qui leur est propre.Cela s’illustre notamment avec les asahrites dont la religion est née dans le désert, qui se sont orientés grâce aux étoiles, et qui craignaient l’ardeur potentiellement mortelle du soleil…. ils entretiennent une relation unique avec l’eau et les étoiles bien évidemment, et ont une certaine méfiance vis à vis du soleil.

GG Kay parvient à construire un monde arabisant qui possède un parfum unique, et des fondations solides, tout en ce dissociant de la période historique choisie. Sa créativité  se ressent dans l’élaboration et l’illustration de ces trois religions, et surtout dans le background psychologique sur lequel elles s’appuient. Kay nous offre un monde parallèle au notre, tout aussi complexe et savoureux. S’immerger dans cet Al-Rassan, c’est comme franchir un portail et plonger directement dans un monde coloré, puissant et épicé.

La crédibilité de cet univers n’est pas le seul point fort du roman. L’intrigue qui retrace le début de la Reconquista espagnole avec en trame de fond la Première Croisade de Godefroy de Bouillon (en 1095) en reprend les éléments majeurs. Celle du roman aura son impact sur les événements se déroulant en Al-Rassan, mais, ce sont des destins individuels qui nous occupent essentiellement et qui nous feront vibrer.

Nous y suivons Jehane bet Ishak, une femme médecin kindath qui a hérité la passion de son père, un praticien réputé dans toute l’Espéragne. Nous faisons sa connaissance à Fezana le Jour de la Douve; date qui va bouleverser son avenir. Je n’en dirai pas davantage car l’auteur s’est échiné pour entretenir le suspens, alors je ne vais pas vendre la mèche… Sachez simplement qu’elle rencontre un personnage célèbre, dont la réputation est ambiguë, Ammar Ibn Khairan, poète, soldat et diplomate; et l’assassin du dernier calife de Silvénes (Cordoue) à Al-Fontina…

Un grande partie du roman se jouera à travers son regard. Nous découvrons une femme passionnée par son métier, en recherche constante de perfection. Malgré la réputation de son père, elle ne vit pas dans son ombre et ne cherchera pas à rivaliser avec lui, mais surtout à s’accomplir en tant que professionnelle et femme. D’un caractére affirmé, les pieds sur terre, quelques introspections nous livrent ses états d’âme, ses peurs, ses fragilités, et ses petites faiblesses. Elle est un compagnon de route parfait pour guider le lecteur à travers cette captivante épopée.

Un duo masculin est au cœur du récit, Ammar d’une part, et Rodrigo Belmonte d’autre part, un capitaine du Valledo qui n’est autre que le Cid (oui, celui de Corneille aussi!) personnage historique de la Reconquista. L’auteur s’est également inspiré d’un poète de l’époque pour son personnage d’Ammar, mais je doute qu’il s’agisse d’un assassin et d’un ca’id.

Guy Gavriel Kay construit l’asharite tout en ambiguïté et en charme. Outre ses talents de bretteur, le diplomate s’avère aussi habile à charmer les gens par ses mots, que sa main  l’est à infliger mort et blessures à l’arme blanche. Le poète en lui n’est jamais bien loin, et porte en lui un spleen prémonitoire pour sa péninsule. La place de la poésie et des arts est toujours aussi importante dans l’œuvre de Kay, à la fois pour enrichir le cadre et le worlbuiding, mais aussi en tant « qu’acteurs » dans les événements et la psychologie des personnages. A signaler : Ammar est un proche du roi de Cartada, et se trouve aux côté de son fils hériter à Fezana.

Le lecteur pourrait croire qu’une opposition de fait est programmée avec le Cid, Rodrigo Belmonte (qui a conservé son prénom), surtout que le Capitaine est à l’opposé du spectre asharite. C’est assez cocasse d’ailleurs, car Ammar est un personnage billant, resplendissant, tout en verve, alors que Rodrigo fils du Soleil est au contraire d’un tempérament calme, presque taciturne, peu disert, et dans l’efficacité.

La rencontre de  ces deux géants va effectivement faire des étincelles : deux âmes qui se reconnaissent comme des frères au premier coup d’oeil. Le trio multi-confessionnel va ainsi vivre une épopée vivifiante, qui emporte le lecteur sur son passage, mais à l’image du spleen habitant le poète, le drame se devine alors que la Reconquista se profile, et ses déchirantes divisions de loyauté.

C’est prenant, c’est émouvant, c’est magnifique, et finalement triste. Chapeau à Guy Gavriel Kay de nous faire vibrer avec tant de maestria.

Toute la créativité de l’auteur est alliée à un gros travail de documentation et mis en valeur par une plume soignée et réfléchie. L’écriture n’est pas « égale » d’un bout à l’autre du récit, Kay joue sur les variations, avec une rythmique qui évolue en fonction des passages et des protagonistes. Lors dune scènes d’action, les phrases sont plutôt brèves, lors d’une introspection, c’est plus long, plus « plat ». Les passages nostalgiques sont rendus avec un choix de mots et de musicalité plus langoureux,… Il est dommage que la traduction, pas mauvaise au demeurant, ne lui rende pas entièrement justice.

Le rythme est lent, surtout lors des cent premières pages, et cela risque de surprendre plus d’un lecteur découvrant l’auteur. Mais, lent ne rime pas avec ennui…

Il y a peu de temps, Céres et Vesta de Greg Egan abordait aussi une des thématiques présentes dans Les Lions d’Al-Rassan : la ségrégation.  Ici, elle vous est servi avec une belle élégance et subtilité. Nous pouvons apprécier également ces immenses qualités dans le traitement de l’épineux sujet des religions, à la fois si proches et si éloignées, qui déchaînent des passions parfois incompréhensibles.

 

Magnifique roman de fantasy historique qui nous emporte dans un Al-Rassan sur fond de Reconquista. L’histoire proposée nous fait vibrer au diapason de personnages captivants, attachants et émouvants. Le tout n’est pas dépourvu de fond, et se révèle un plaidoyer tout en sensibilité sur l’ouverture d’esprit. Un splendide rugissement.

En conclusion : j’ai été conquise! (Pavé de 600 pages lu en 2 jours).

albdoblog



+


Kay - Le Fleuve Céleste - Albédo
Posté le 18 août 2017

Le Fleuve Céleste – Guy Gavriel Kay

Et si magique.

L’Atalante

Ce roman de Guy Gavriel Kay fait suite aux Chevaux Célestes; 300 ans se sont écoulés depuis la fin des événements relatés alors, dans cette Kitaï directement inspirée de la Chine.

La guerre civile dont nous avons vécu les prémices dans le tome précédent laissa de profondes cicatrices dans le paysage asiatique. La Kitaï a peur de ses généraux et préfère désormais perdre du terrain face aux redoutables Cavaliers des Steppes plutôt que de s’exposer à une lutte fratricide. Les empereurs précédents choisirent d’abandonner une partie de leur territoires, une bande pourtant symbolique : les Quatorze préfectures bordant la limite nord du pays.

La situation n’est pas du goût de Ren Daiyan qui rêve de restituer toute sa splendeur à l’Empire.  De l’autre côté du spectre, nous trouvons Lin Shan, cultivée, unique qui enchante la cour de l’Empereur Wenzong. Leur destin est lié.

Le roman est composé de cinq parties et ce découpage savamment orchestré conduit inexorablement à la chute de la dynastie Song. Telle une onde harmonique, chacune amplifie cette sensation d’inéluctable. D’ailleurs, le son persistant et grave d’un immense gong résonne et semble persister à la fin de chacune d’entre elles.

Cette fantasy historique patiemment élaborée et richement documentée est typique de notre auteur.  A travers le destin des deux protagonistes principaux le lecteur prend contact avec cet empire surprenant et puissant.

Ainsi, d’un côté trouvons-nous un soldat  impliqué dans l’action, et de l’autre une femme de lettre et de l’art qui subit. Les deux faces d’une même pièce, opposées tout en étant liée. Ce double point de vue est primordial dans la saveur qui se dégage du roman de Kay.

Effectivement comment comprendre et accepter qu’une nation si puissante, si riche de ressources, de moyens et d’hommes se laissent presque volontairement malmenée par les barbares (Mongols) de la steppe?

Goooong!

Ren Daiyan et le lecteur se rebellent contre cette résignation, contre cet abandon déloyal. Nous découvrons ainsi un jeune homme, fils d’un archiviste dans une province septentrionale qui rêve de revanche mais surtout d’arracher les Quatorze Préfectures des mains des barbares.  Il est certain de sa destiné ainsi que de la pureté de sa mission et mettra tout œuvre pour réaliser cette prouesse. Tout au long de son parcours, le lecteur est invité à découvrir la Kitaï provinciale, paysanne, loin des yeux de la Cour et des puissants. Des petites gens, simples, vivant parfois dans le dénuement, sensibles aux accidents de la vie (famines, guerres et rebellions), savourant la paix, fidèles à leurs croyances ancestrales et animistes.

Pour tout ce peuple, l’attitude des dirigeants est incompréhensible, et la perte des territoires du Nord demeure une source de honte. C’est dans cette population, bercé dans ces espoirs et cette blessure que le jeune homme va mûrir, grandir et se forger. Aux moments clés, c’est aussi parmi eux qu’il trouvera un soutien sans faille. L’action sera au rendez-vous avec chacune de ses apparitions, parfois pour une simple escarmouche, une infiltration en territoire ennemi ou une bataille d’envergure, quelques fois aussi pour la bagatelle…

Gooooooong!

A l’opposé, Lin Shan apporte une vision tout à fait différente sur la nature même de la Kitaï. Certes, nettement plus contemplative, mais pas moins puissante et robuste. C’est à travers elle que nous nous apercevons de sa résilience, qualité indispensable et fondatrice de son éternité. Les nations barbares la balayeront sans doute, la brutaliseront certainement, mais tandis qu’elles passeront, la Kitaï demeurera. En effet, la force d’une telle nation n’est point dans la brutalité, ni dans l’affrontement des hommes, mais dans ses arts, dans son esprit, dans son âme.

Avec Lin Shan, le lecteur se familiarise avec son aspect le plus doux, mais également le plus redoutable. La culture Kitaï est sophistiquée, élégante, nuancée et complexe,  son influence a traversé et continue de traverser les siècles et les frontières. L’auteur prend le temps de construire cette ambiance particulière, immatérielle et de retranscrire cette aptitude à la contemplation. Certes, Lin Shan n’en est pas la seule actrice puisque nous suivons un illustre poète banni accompagné par son fils, et l’oncle de ce dernier qui aura une mission d’ambassade auprès des barbares du Nord.

L’auteur évite de tomber dans un faux rythme, ou de mettre le lecteur sur la touche, car Guy Gavriel Kay utilise le présent de l’indicatif lors de chaque passage avec Lin Shan. Ceci permet de nous propulser habilement au cœur de l’histoire, au tout premier rang. Aussi, vit-on les moments pleinement et perçoit-on davantage de dynamisme,  contrant ainsi la langueur du contemplatif.

Gooooooooooong!

Je rassure le lecteur, nous sommes bien dans de la fantasy et des éléments propres à ce genre sont bien présents, notamment avec des esprits, des femmes-renards (daji), et surtout avec des idéogrammes très particuliers… Il est toutefois inutile d’attendre de spectaculaires batailles magiques avec des sorts plus visuels et impressionnants les uns que les autres. Tout est dans l’ambiance, l’histoire et les personnages savoureux.

Question rythme, nous sommes dans la continuité Des Chevaux célestes, il est donc posé, travaillé et se fond parfaitement avec l’idée que je me fais de la Chine, à la fois douce et implacable. Il n’est pas nécessaire d’avoir lu le tome précédent pour s’attaquer au Fleuve Céleste, cependant quelques petits clins d’œil parsèment l’histoire et sont appréciables en ayant goûté à l’histoire précédente (une référence aux 250 chevaux, une femme à la chevelure rousse, les vers d’un poète,….). Tout n’est pas parfait : quelques redondances et répétitions sont parfois ennuyeuses.

Goooooooooooong!

Le Fleuve Céleste s’inscrit parfaitement dans la continuité du tome précédent sur la Chine éternelle. L’auteur nous plonge au cœur de cet immense pays avec douceur, pour nous faire palpiter à l’unisson de personnages captivants. Un incontournable de la fantasy historique, un démenti éblouissant sur l’inanité du genre.



+


Chambers - Libration - ActuSF
Posté le 18 août 2017

À l’occasion de la sortie en français d’un deuxième roman : Libration aux éditions de L’Atalante, Becky Chambers répond à nos questions

 

 

ActuSF : Vous avez un parcours plutôt tourné vers le théâtre (études d’art du spectacle, administratrice de compagnies de théâtre), qu’est-ce qui vous a donné envie d’écrire des romans de science-fiction ? 

Becky Chambers : Les livres et la science ont été mes premiers amours. Ma mère m’a envoyé, il y a peu, une petite autobiographie que j’avais écrite à l’école alors que j’avais 9 ans. Dans cette dernière, j’avais dit vouloir écrire des livres quand je serais grande (bon, j’ai aussi dit que je voulais trois golden retrievers, mais ce n’est pas vraiment le cas…) J’ai toujours écrit, j’ai toujours adoré écrire. A mon sens, la vraie question est plutôt de savoir pourquoi j’ai fait un petit détour par le théâtre. J’ai commencé quand j’étais adolescente, et je trouvais que c’était vraiment enivrant. J’ai pu vivre dans des histoires pendant quelques temps et j’ai rencontré d’autres gens bizarres comme moi. Mais quand j’ai commencé à travailler à un niveau professionnel, j’ai commencé à réaliser que les histoires racontées par le théâtre moderne n’étaient pas les histoires qui m’intéressaient le plus. Après le travail, mes collègues allaient voir d’autres pièces. Moi, je rentrais chez moi regarder Star Trek ou j’allais au musée écouter des présentations scientifiques. Et enfin, j’ai commencé à comprendre ce que cette différence disait sur moi et je me suis dirigée vers une autre voie. Aujourd’hui, j’ai écrit professionnellement presque aussi longtemps que j’ai fait du théâtre. Cela m’a appris beaucoup de choses sur la vie, des choses qui me servent tous les jours. Mais revenir à l’écriture me représente mieux. L’écriture me reconnecte avec ce que je suis réellement.

 

Vos deux romans ont un univers commun, pouvez-vous nous le présenter ?

Mes livres ont pour cadre la Confédération galactique, une gigantesque société multiraciale qui s’est répandue dans toute la Voie lactée. On peut un peu le voir comme une Union Européenne galactique. Tout le monde a son propre territoire et sa propre culture, mais les habitants partagent des lois de base, ils ont mis en place des moyens de voyager et d’échanger facilement, et ils passent la majorité de leur temps à résoudre des différends sans verser le moindre sang. Les humains sont les outsiders de ce futur. La Terre est devenue inhabitable dans sa majorité et nous sommes représentés partout. Nous n’avons pas grand-chose à offrir, mais nous commençons à nous faire notre place dans la CG. Mes livres sont remplis d’espèces extraterrestres, de langues différentes et de sous-cultures, de technologies positives et négatives, et aussi de tonnes de nourritures bizarres. J’aimerais voir certains des lieux que visitent mes personnages. D’autres, je préfèrerais vraiment les éviter. Je n’ai pas peur de montrer le mauvais côté de la galaxie, mais au final, j’aimerais en faire un futur accueillant. J’aimerais en faire un endroit dans lequel les gens ordinaires peuvent s’identifier et se projeter.

 

Libration est-il la suite de L’espace d’un an (qui a été, rappelons-le, nominé au prix Hugo du Meilleur roman) ? Ces romans peuvent-ils être lus indépendamment l’un de l’autre ?

Libration est effectivement la suite de L’espace d’un an, mais on peut lire l’un sans avoir lu l’autre. Au lieu de suivre les personnages principaux du premier livre, il suit l’évolution de deux personnages mineurs. J’ai écrit Libration en pensant que le lecteur lirait les livres dans l’ordre, vous aurez donc plus de contexte sur ces personnages et leurs rôles si vous commencez par L’espace d’un an. Mais des lecteurs qui ont lu Libration d’abord m’ont dit ne pas s’être senti perdus. J’essaie de faire en sorte que le lecteur puisse commencer où il le veut.

 

Vos personnages sont très divers, extraterrestres ou non. Leurs différences vous permettent notamment de soulever des questions sur la tolérance, était-ce un but lors de la conception de ces romans ou cela s’est-il installé naturellement au cours de l’écriture ? 

Je ne suis pas certaine que c’était un but, mais plutôt une évidence. Mes racines sont internationales, pluridirectionnelles et plurilingues. Je suis une petite fille d’immigrants, et femme d’immigrant aussi. Je suis née dans une région multiculturelle de Los Angeles et j’ai été à l’école avec des enfants de milieux et de religions différents. Je suis gay ce qui, je pense, en dit aussi long en ce qui concerne la tolérance. Cette combinaison de faits a notamment eu pour conséquence que ma vie a été majoritairement définie par ces différences entre moi-même et les autres autour de moi, ou les différences au sein de la société, ou de la loi, ou toute autre chose. Je ne pourrais pas écrire une histoire qui ne soit pas liée à mon expérience personnelle. Et je pense que personne ne le peut. Et la différence, c’est aussi l’adversité et parfois le danger. Mais c’est aussi la beauté. Il y a quelque chose de beau à s’entendre avec quelqu’un dont on ne partage pas la langue. Il y a quelque chose de beau à regarder des enfants se raconter les différentes fêtes familiales qu’ils ont célébrées. Il y a quelque chose de beau à goûter une nouvelle cuisine, à apprendre de nouvelles coutumes, à laisser son cerveau s’habituer à une nouvelle façon de penser. 

Il me paraît évident que la vie dans la galaxie serait aussi variée qu’ici sur Terre, et donc il en découle logiquement que nos cultures seraient toutes aussi variées. Afin de coopérer, nous aurions à trouver un espace de tolérance et de respect. L’alternative serait la guerre, et ce n’est pas le propos ou le but de mon travail.

 

Les critiques soulignent le fait que vos personnages sont particulièrement travaillés, pourquoi avoir choisi de ne pas poursuivre avec eux dans Libration ?

Parce que j’avais raconté l’histoire que je voulais raconter. Je n’avais rien d’autre à raconter à leur sujet, je ne voulais donc pas me forcer juste pour faire un L’espace d’un an 2. Je voulais aussi explorer d’autres aspects de la Confédération galactique. Si je devais ne parler que d’un équipage, je n’aurai qu’un seul type de perspective, et nous le connaissons déjà. Je veux aller plus loin que ça.

 

Avec Poivre dans Libration, comme avec Rosemary dans L’espace d’un an vous mettez en avant le fait que le passé de l’individu ne conditionne pas son avenir. Le refus du déterminisme est-il important pour vous ?

 Quelle question intéressante ! Oui, c’est tout à fait ça. Je porte un très grand intérêt aux sciences autant naturelles que sociales, et les constantes que chaque champ partage ont changées. Les espèces évoluent. Les sociétés évoluent. Il n’y a pas de plus gros mensonge que “ça a toujours été comme ça,” - peu importe le contexte dans lequel vous l’utilisez. Cela s’applique aux individus également. Notre passé est une information, mais celui-ci ne nous dicte pas où nous allons.

 

On parle souvent de science-fiction positive lorsqu’on qualifie vos romans, qu’est-ce que cela signifie ?

Toutes les histoires sont le reflet de l’époque à laquelle elles sont écrites, et c’est tellement facile de s’en rendre compte en science-fiction. La science-fiction actuelle se tourne vers des sujets désagréables et sombres, et il y a de bonnes raisons à cela. Nous vivons une époque terrifiante. Notre espèce a enfin compris que nous faisons partie d’un système interconnecté global à peu près au même moment où nous sommes en train de le détruire. Nous nous penchons sur des questions de durabilité, de progrès et d’éthique technologique et nous sommes terrifiés. L’avenir, si vous lisez un tant soit peu les journaux, n’est pas radieux. Nous exprimons donc cette peur au travers de la science-fiction. Les extraterrestres sont des monstres, la technologie est un spectacle d’horreur, et nous allons tous mourir dans un désert à la recherche d’eau. 

Attention, je pense que ces histoires sont très bien. Elles sont un bon moyen d’explorer nos peurs, et pour beaucoup, elles sont très sympas, malgré leur côté austère. Mais je pense que nous avons besoin d’équilibrer le tout. Il nous faut une raison de traverser les temps difficiles qui s’annoncent. La survie en soi n’est pas assez, pas si nous n’avons pas un futur radieux vers lequel tourner nos boussoles. La prudence est importante, tout comme l’espoir. Moi, je vise l’espoir.

 

Allez-vous, dans vos prochains projets, continuer à exploiter cet univers, à explorer ces thématique ?

Pour encore quelques livres, oui. Je vais continuer dans la même veine que Libration – explorer de nouveaux personnages en explorant de nouvelles parties de la galaxie.

 

Avez-vous l’intention de venir prochainement, pour rencontrer vos lecteurs français ?

Oui ! Je serai à Nantes aux Utopiales en novembre. C’est la première fois que j’irai en France j’ai hâte.

 

Traduction des propos : Erwan Devos et Hermine Hémon

 

Emma Battinistini



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En septembre 2017, tous les ebooks de Jean-Marc Ligny sont à 4,99e
Posté 05 septembre 2017 -

jeanmarcligny_site.jpg

Au mois de septembre, tous les romans de Jean-Marc Ligny sont à 4,99 € en numérique. Une bonne occasion pour découvrir Aqua TM, roman multi-primé : Prix Bob Morane 2007, Prix Rosny Aîné 2007, Prix Une autre Terre 2007 et Prix Julia Verlanger 2007.

+
François Rouiller reçoit le prix Rosny Aîné
Posté 17 juillet 2017 -

metaquine12.png

François Rouiller est le lauréat du prix Rosny Aîné pour Métaquine dans la catégorie "roman". Bravo à l'auteur et merci aux participants à la 44e convention de SF.

+
Notre collection poche débarque !
Posté 24 mai 2017 -

 grandangle-poches-general.jpg

Voilà bientôt 30 ans que notre collection s'étoffe, et nombre des livres que nous avons publiés ne sont disponibles qu'en grand format. Certains libraires s'étant montrés encourageants, voire insistants (merci!), L'Atalante Poche voit donc le jour et arrive dans les rayons le 25 mai prochain avec 6 premiers titres. Rendez-vous chez votre libraire !

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons, depuis le 1er février, interrompu la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 16 juin 2017 par Spyro1
Ben depuis ils sont passé a lune autre guerre, je pense que ce tome cloturerait celle là, ensuite après une 30 aine d'années de guerre ininterrompue, le sel de la série se perdrait un peu a mon sens [...]