L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Scalzi - Les Brigades fantômes - La vie page à page
Posté le 02 novembre 2017
J'avais beaucoup aimé Le vieil homme et la guerre, le roman de science-fiction de John Scalzi qui a fait un tabac il y a quelques années. Voici mon avis sur le deuxième tome de la série !

Ce roman est le second tome de la série inaugurée par Le vieil homme et la guerre que j'avais adoré, et dans mon enthousiasme, je n'avais pas osé continuer la série immédiatement, je la gardais en réserve en cas de besoin urgent de bonne lecture.

Au début, j'ai été un peu décontenancée : l'histoire commence avec une série de personnages que je ne connaissais pas du tout, alors que je m'attendais à retrouver John Perry, le "vieil homme" du premier tome, comme personnage principal. Autant vous le dire tout de suite : John Perry est presque entièrement absent de cette aventure. Ca ne veut pas dire qu'il a disparu, ni qu'il ne s'agit pas réellement d'une suite : l'intrigue se déroule dans son univers, certains personnages principaux lui sont proches, et le résultat de cette aventure aura un effet direct sur son avenir à lui. 

L'intrigue est typique des romans de John Scalzi, donc forcément elle m'a beaucoup plu : de l'action, des manœuvres politiques, des personnages à l'humour ravageur et aux répliques acérées, des rebondissements, et vu la série, quelques actions type space opéra. Clairement ce n'est pas le roman qui va changer le genre, mais c'est celui qui a trouvé son créneau et y excelle. Il étend aussi le décor surprenant de cette série qui se déroule dans un univers dont le contexte historique et politique restait un peu flou à la fin du premier tome.

Le personnage principal de ce roman est particulièrement intéressant, je trouve. L'auteur a décidé d'extrapoler l'aspect futuriste le plus difficile à accepter du monde qu'il a inventé et de l'illustrer au travers d'un personnage franchement sympathique. Je ne pense pas qu'il soit nécessaire de s'identifier ou d'apprécier un personnage principal pour apprécier un roman, mais l'empathie que ce héros-ci fait naître chez le lecteur est un des atouts de ce roman.

Voilà, en gros : je me suis beaucoup amusée. John Scalzi est décidément un auteur qui ne me déçoit jamais, et je peux déjà vous l'annoncer : j'ai directement enchaîné avec le tome 3 de la série Le vieil homme et la guerre qui s'intitule La dernière colonie
 


+


Meyers - La Guerre des vœux - Elbakin
Posté le 17 octobre 2017

Les Seigneurs des tempêtes continue son bonhomme de chemin avec ce second tome et autant le dire tout de suite, ce second tome est tout aussi bon que le premier, si ce n’est plus. On y retrouvera donc Tarik et Sabatea à Bagdad et Junis auprès des Seigneurs des tempêtes.
Encore une fois, l’ambiance et les décors rencontrés représentent le gros point fort de ce roman, qui sert une histoire dynamique, intelligente et entraînante d’un bout à l’autre. Qui dit nouveau lieu, dit nouveaux personnages et encore une fois on se retrouve avec un éventail assez hétéroclite. Que ce soit Almarik le Byzantin ; Kalhis, le conseiller du roi ou encore Ifranji et « Face de nuit », les « Laurel & Hardy du désert » comme j’aime à les appeler, chacun apportera sa pierre à l’édifice et aura son rôle à jouer dans la guerre qui se fait de plus en plus proche entre les Humains et les Djinns. Guerre qui fait déjà rage entre les créatures magiques et les Seigneurs des tempêtes menés par Maryam et Jibril, un enfant pas comme les autres.
Comme dans le premier volume, le début prend son temps pour mettre les intrigues en place avant d’accélérer le rythme sans que ce dernier ne devienne brouillon pour autant. On comprend au fil des pages que cette guerre qui menace est bien plus complexe que ce que l’on nous a présenté dans le premier tome et certaines révélations vers la fin du tome s’avèrent tout bonnement géniales.
Nous avons donc droit à un second tome haut en couleur, qui dépasse largement le statut de volume de transition pour nous plonger d’ores et déjà dans une attente fébrile.

8.0/10

Par Asavar, le 22/03/2015



+


Costikyan - Space OPA - Courrier français
Posté le 13 octobre 2017

Il faut toujours se méfier des extraterrestres, pn le sait depuis que H. G. Wells a écrit sa "Guerre des Mondes". Et de plus en plus, parce qu'ils ont bien changé, les fourbes ! Plus question d'envahir la terre en zigouillant tout ce qui bouge avec des pistolets à rayons... Les voilà maintenant dans la peau d'ignobles capitalistes ne connaissant que la dure loi du marché, et l'OPA qu'ils ourdissent contre la planète, irrémédiablement colonisée et exploitée comme le fut le tiers-Monde en son temps, est fatale à plus d'une entreprise... Ainsi, Joseph Mukerjii se retrouve du jour au lendemain sur la paille. Comment rebondir, si ce n'est partir à la conquête de la Galaxie ?

Cette conquête absolument hilarante, Greg Costikyan, nous la raconte, avec force coups de griffe bien appuyés sur un monde déshumanisé où l'Argent (cici, le dollar) est roi. Un roman féroce et irrésistible, dans la lignée des meilleurs textes de Robert Shecklay, où le rythme et la fantaisie ne faiblissent jamais.

Christian Robin, Courrier français, N°3065 13 juin 2003. 



+


Costikyan - Space OPA - Playstation2 mag
Posté le 13 octobre 2017

Les larves rampantes et les insectes grésillants sont là, descendus sur terre, pour faire... leurs courses. Alors que toute invasion extraterrestre est habituellement suivie d'une vampirisation des ressources terrestres et humaines dans tout bon livre de SF qui se respecte, Greg Costikyan nous les présente ici comme d'invétérs consommateurs. Mais le danger plane quand même car leurs besoins sont en décalage avec ceux des hommes. La plupart des sociétés de production font faillite, l'économie s'effondre et seuls quelques irréductibles innovateurs vont s'adapter à ce nouveau régime et pourvoir à la demande de ces envahisseurs gluants. Critique humoristique de la société de consommation et du capitalisme en général, Greg Costikyan, auteur de nombreux scénarios pour jeux de rôle, nous plonge dans un univers de SF cohérent, dont les absurdes lois du marché ne sont pas si éloignées de ce que nous vivons aujourd'hui.

Playstation2 magazine, N° 76 juin 2003. 



+


Kay - Les Lions d'Al-Rassan - Icarus
Posté le 13 octobre 2017
 Dans ce gros et beau roman, à l'histoire riche et solide, G. G. Kay met en scène un flot d'aventures « historiques » sans temps morts et, comme à son habitude, des personnages forts et complexes. Il y peint en particulier un portrait de femme médecin tout-à-fait remarquable.
     Si l'on se laisse entraîner sans difficulté par le souffle de cette vaste épopée, que le talent de conteur et la puissance d'évocation de Kay rendent passionnante, on remarque l'absence quasi-totale des éléments habituels de la fantasy, à savoir magie et créatures fantastiques.
     Et c'est peut-être là l'aspect le plus inhabituel, le plus surprenant et le plus intéressant de cette oeuvre... En effet, en situant l'action dans un monde imaginaire, très inspiré cependant par l'Espagne médiévale à l'époque de la reconquête, l'auteur oblige le lecteur à s'interroger : pourquoi ne pas avoir écrit un véritable roman historique et pourquoi choisir la fantasy sans utiliser la liberté d'introduire des éléments fantastiques ?
     Les réponses ne sont pas évidentes, mais il est rapidement évident que le roman permet de réfléchir sur l'Histoire tout autant qu'un livre soi-disant ancré dans la réalité, ce qui amène à relativiser l'importance que l'on accorde à l'exactitude de certains faits historiques, car l'imagination permet d'apporter des éléments qui peuvent être plus riches de sens.
     Kay s'explique d'ailleurs lui-même dans un entretien accordé en 1998 à la revue Parallèles (n°8) : Je crois que la fantasy offre de magnifiques « outils » pour réécrire de l'Histoire. La fantasy rend un récit « universel » en l'arrachant de sa gangue spatio-temporel, ce qui permet au lecteur de replacer les éléments dans un cadre plus vaste.
     Cette démarche originale et la qualité de l'oeuvre qui en résulte suffit à classer Kay comme un auteur à part, et Les lions d'Al-Rassan est un exemple parfait de la réussite de son projet : le récit y atteint l'universalité souhaitée par l'auteur.
 
Pascal Patoz, 1999. 


+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
Libration sélectionné pour le prix Libr'à Nous 2018
Posté 30 novembre 2017 -

Libration de Becky Chambers est sélectionné dans la catégorie Imaginaire du prix Libr'à Nous !

Découvrez toute la sélection.chambers_libration1.jpg 23844952_2178574499036622_5849656067202614671_n.jpg

+
On parle de nous…
Posté 23 novembre 2017 -

À Francfort, Foire du Livre 2017 :

 

Dans Ouest-France (édition du 20/11 par Yves Scherr) :

equipe.jpg

 

 

 

 

 

Sur Télénantes (minutes 2:20) :

snapshot.jpg

 

+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]