L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Bordage - L'Enjomineur 1792 - LireetClaire
Posté le 05 octobre 2017

Du grand art : une histoire profonde et intéressante sur fond historique, tout ce que j’aime ! C’est extrêmement documenté et très bien écrit.

Tout d’abord bravo à l’auteur de nous faire entrer dans la grande histoire avec autant de brio. Après un premier chapitre qui sert avant tout à poser l’intrigue, on suit dès le deuxième, le personnage d’Emile dans le bocage vendéen et l’on est confronté au patois. Là on peut dire que ça passe ou ça casse : les phrases sont abruptes et sans traduction on pourrait se détourner du récit par paresse. Mais en fait, on entre comme dans du beurre dans cette « langue » à condition de se laisser porter et de ne pas s’agacer de ne pas tout comprendre parfaitement. Ensuite par accumulation et déduction on comprend les dialogues facilement, en particulier parce que les réponses sont en français. On referme le livre en ayant retenu ce magnifique juron :  » grand fils de vesse ». Ce patois crédibilise le récit et nous immerge dans une époque.

L’autre tour de force, à mon avis, consiste dans le choix des personnages. Sur le sujet des guerres de Vendée, qu’aurait pu choisir un auteur lambda pour présenter les points de vue ? Un chouan royaliste contre un révolutionnaire anticlérical ? C’est bien plus subtil… Pierre Bordage propose deux personnages « décentrés » qui pour des raisons différentes ne prennent pas parti. Pour l’un, Emile, c’est parce qu’il est lettré et raisonne en véritable humaniste, effrayé des passions qui montent et de la guerre qui se prépare, et pour l’autre, Cornuaud, parce qu’en fieffé coquin, il ne voit que son propre intérêt dans toute situation et ne possède aucun idéal. Et c’est cette distanciation qui va justement apporter le meilleur éclairage. Toutes leurs rencontres avec des paysans, des nobles, des gredins, de bons citoyens, des brutes sanguinaires… vont occasionner des dialogues qui nous permettent de mieux comprendre le contexte et les raisons de chacun. J’ai trouvé ça parfaitement dosé. De plus les deux personnages se répondent en miroir, l’un incarnant le bien et l’autre le mal, chacun menant sa quête (retrouver la femme aimée/se débarrasser d’un maléfice), et évoluant pour finalement peu à peu devenir un duo moins manichéen.

La question de la présence de la magie enfin me fait classer ce roman dans le bon fantastique, même si la fin de ce premier tome tranche la question. Il y a d’une part la question de la magie Vaudou, car l’on se demande si l’envoutement de la sorcière est imaginaire ou si ce sont les remords qui rongent Cornuaud. D’autre part Emile, rationaliste, refuse toute incursion de la magie dans sa vie avant de devoir se rendre à l’évidence.

 

Lire et Claire



+


Bordage - La trilogie des guerriers du silence - MédiathèqueMargueriteDuras
Posté le 05 octobre 2017

Quoi de plus naturel que de faire voler des pierres, quoi de plus naturel que de se transporter de planètes en planètes uniquement par la pensée !

Soutenu par les Scaythes d’Hyponéros, l’Ang’empire et l’Eglise kreuzienne ont entamé une véritable croisade et expansion religieuse à travers l’univers. Seule une poignée d’élu peut parvenir à stopper cette domination…la domination du Blouf, la domination du néant que va engendrer le monde d’Hyponéros !

Si vous voulez découvrir le destin exceptionnel de douze hommes, femmes et enfants, plongez-vous dans une Trilogie dans laquelle le silence est maître. Partagez le destin de Jet At-Skin, d’Aphykit une femme d’une beauté qui ravira le cœur de Tixu petit employé d’une compagnie de téléportation. De San Frisco, de Fracist Bogh grand maître de l’Eglise kreuzienne, de Menati Ang et bien d’autres…

Mêlant entité religieuse, descriptions de mondes extrêmement différents, s’attardant sur la psychologie et n’omettant pas les descriptions physiques, Pierre Bordage nous transporte à travers les étoiles dans des contrées dont nous ne soupçonnerions pas l’existence…1600 pages et une pointe de rage lorsque l’on tourne la dernière page en se demandant pourquoi cette trilogie se termine si vite ! A lire absolument…

 

Durasbib, Le Carnet de Marguerite



+


Pratchett - Au Guet ! - LeJournaldeFaenor
Posté le 05 octobre 2017

Avec Au Guet !, huitième tome des Annales du Disque-Monde, il est évident que nous avons droit à un des tous meilleurs ouvrages de la saga, rien que ça !

Il faut dire que celui-ci est un pur chef d'œuvre de Fantasy humoristique tout en étant également un véritable polar, et, cette fois, on peut dire que l'auteur britannique aura parfaitement réussi le mélange des genres, ce qui, a première vu, n'est pas chose aisée. Et pour ce qui est de l’intrigue en elle-même, celle-ci, une fois de plus, se déroule dans la si peu agréable cité d'Ankh-Morpork, cependant, cette fois-ci, c'est au guet que nous allons avoir à faire, ou plutôt à ce qui en reste tant celui-ci est méprisé par les habitants.

Pourtant, lorsque les premières victimes sont retrouvées calcinées et que la rumeur d'un dragon commence à courir, se sont ces braves représentants de la Loi (enfin, c'est un bien grand mot) qui vont s’atteler à la tache et sauver la cité. Terry Pratchett a un don extraordinaire pour nous créer des personnages qui deviennent instantanément cultes (ce que, il faut bien le reconnaître, est assez rare) et ce, quelque soit leur degré d'importance dans l'histoire. Et, bien évidement, les membres du Guet n'en sont pas en reste : entre le Capitaine Vimaire, stéréotype même du flic de polar, désabusé et alcoolique mais qui ne lâche rien, Carotte, le Nain d'adoption, plutôt naïf et qui ne voit que par son manuel de Loi, Colon le sergent grassouillet et Chicard, sale, petit et voleur, on est plus que servis. Surtout que (à part Carotte, nouvelle recrue idéaliste), la devise du guet est d’éviter les problèmes et que la lâcheté est un bon moyen de survie, on se dit que ces fis limiers n'iront pas bien loin. Et pourtant...

Cependant, si nos braves gardes de nuit attirent l'attention, les autres protagonistes ne sont pas en reste : entre le Praticien, de plus en plus développé au fil des tomes, le Bibliothécaire toujours égal a lui même, J'me tranche la Gorge, vendeur ambulant, Dame Ranking a la forte... euh, personnalité, les dragons, omniprésents et, le mystérieux Grand Maître Suprême, à l'origine de tous les ennuis, chacun, à sa manière est inoubliable. Mais si les personnages sont parfaits, il en va de même de l'histoire : passionnante, drôle (on est dans les Annales pardieu !), assez bien ficelée, il est quasiment impossible de lâcher ce livre tant il est prenant. Autant qu'un polar, comme je vous le disais en préambule, un très bon polar dans un monde médiéval fantastique ubuesque ou tout peut arriver, surtout le plus improbable !

Bref, vous l’avez compris, Au Guet ! est un véritable bijou, qui vous fera mourir de rire et que vous n'oublierez pas de sitôt.

 

Le Journal de Faenor



+


Correia - Le Fils de l'acier noir - Lespetitsmotsdeslibraires
Posté le 05 octobre 2017
Gemmell n’est pas mort : la preuve il s’est réincarné dans Larry Correia pour cette série épique !

+


Kay - Les Lions d'Al-Rassan - yoassarian
Posté le 05 octobre 2017

Avec cette énième réédition Des lions d’Al-Rassan chez l’Atalante, voici l’occasion de lire l’une des œuvres les plus fortes et personnelles de Guy Gavriel Kay, à mille lieues du laborieux cycle de « La tapisserie de Fionavar ». Attention, chef-d’œuvre !

« Les pas des hommes sont autant de traces dans le désert. Rien n’est destiné à durer sous l’orbe des lunes. Même le soleil se couche. »

Trois peuples, trois religions cohabitent dans l’ancienne Espéragne. Au Nord, les royaumes désunis des Jaddites, adorateurs du soleil, se disputent la suprématie sur la péninsule, cherchant à reconquérir leurs terres perdues du Sud. En ce lieu, l’empire d’Al-Rassan a éclaté, déchiré entre plusieurs cités-États, contraignant les asharites, fidèles aux étoiles venus du désert, à payer un tribut au Nord pour acheter la paix. Enfin, honnis de tous et pourtant indispensables, les Kindaths, éternels errants vénérant les deux lunes, s’accommodent des sursauts de l’Histoire, tout en restant conscient que « où que souffle le vent, il pleuvra sur les Kindaths. »

Mais, le délicat équilibre prévalant depuis des décennies s’apprête à éclater, entraînant dans ses soubresauts les destins de trois personnages. Celui de Rodrigo Belmonte, LE Capitaine à la réputation de droiture et de vaillance, celui de Ammar Ibn Khairan, poète, diplomate, soldat et assassin du dernier calife d’Al-Rassan, et celui de Jehane, Kindath et médecin réputée.

Après l’Italie de la Renaissance (Tigane), la Provence médiévale du fin amor (La chanson d’Arbonne), c’est au tour de l’Espagne de l’Al Andalus d’être mise en scène de manière détournée par le truchement de la fantasy de Guy Gavriel Kay. Ici, point de créatures merveilleuses ou horrifiantes ni de magie de pacotille, juste des faits d’inspiration historique dans leur cruel et inexorable déroulement. L’auteur canadien tisse ainsi une tapisserie empreinte de mélancolie, prenant pour trame l’histoire de l’Espagne et pour intrigue les destins individuels de quelques personnages fictifs.

Réécriture du mythe du Cid et de la Reconquista, Les Lions d’Al-Rassan oppose un Occident et un Orient alternatif pour en retenir l’universalité du propos et le caractère épique. On vibre ainsi pendant les batailles, on s’enthousiasme pour le cosmopolitisme et la tolérance, on enrage devant la peur, l’ignorance qui stimulent la bassesse et la haine jusque dans le cœur des plus purs (envolée lyrique n°3544). Bref, on se laisse aller, sans succomber à cette éreintante conception manichéenne colportée par de nombreux romans de fantasy.

En conclusion, Les lions d’Al-Rassan montre de manière magistrale, il y en a besoin actuellement, qu’il existe une autre façon de faire de la fantasy et qu’il est possible de réenchanter l’Histoire.

 

Yoassarian



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En novembre, tous les ebooks de David Weber à 4,99e
Posté 13 novembre 2017 -
davidweber_site.jpgEn novembre, tous les ebooks de David Weber sont à prix réduit. Profitez-en pour découvrir la saga Honor Harrington.
+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]