L'atalante éditions
Accueil | Revue de presse
Commande librairie Logo caddie
  • REVUE DE PRESSE

Scalzi - Les enfermés - Les mécaniques imaginaires
Posté le 28 mars 2017
Un polar-de-science-fiction très sympathique, une lecture détente pour les week-ends d’hiver.

Note : 4/5

[...] Les enfermés est un bon livre, un de ceux qui l’on lit facilement, bourré d’action sans pour autant en fait trop, gorgé d’optimisme et de rythme, autant que d’humour – même si le résumé peut sembler légèrement déprimant, au premier abord.
En quelques mots : une super-grippe extrêmement mortelle (400 millions de morts) et mondialement répandue (le foyer initial étant un colloque de scientifiques spécialisés en virologie, Scalzi ne se refuse rien) est apparue 25 ans avant le début du roman. Je cite le résumé : Si la plupart des malades, cependant, n’y ont réagi que par des symptômes grippaux dont ils se sont vite remis, un pour cent des victimes ont subi ce qu’il est convenu d’appeler le « syndrome d’Haden » : parfaitement conscients, ils ont perdu tout contrôle de leur organisme ; sans contact avec le monde, prisonniers de leur chair, ils sont devenus des « enfermés ».
Autant pour le résumé légèrement déprimant ! Mais rassurez-vous : l’humanité a vite réagi et a trouvé des solutions. Des implants cérébraux permettant aux « Haden » de communiquer, puis de commander des androïdes qui leur servent de corps, et même des « intégrateurs », des rescapés de la maladie qui parviennent à accueillir la conscience d’un Haden. Les intégrateurs louent leurs services pour la 1/2 journée ou la journée et sont très demandés : c’est la seule façon qu’ont les Haden de ressentir à nouveau le goût de la nourriture bien consistante, le souffle du vent sur la joue, ou tout autre activité humaine à laquelle vous pourriez penser si vous étiez enfermé H24 dans votre lit.
[Je vous laisse le temps de réfléchir à cette question]
Chris est un Haden, qui a été enfermé très jeune et n’a rien connu d’autre que sa vie d’Haden, le corps dans un lit, la conscience dans son « Cispé » (son droïde). Il vient de rentrer au FBI ; le livre commence avec le début de sa première enquête. Un meurtre, dont le suspect est un intégrateur. Oui, mais était-il aux manettes de son corps, ou bien était-il intégré au moment du meurtre ?
Le rythme du livre est celui de l’enquête, haletant comme un bon thriller. Seule différence : dans Les enfermés, on ne casse pas de la bagnole en de folles poursuites, mais des Cispés…
Avec un fort zeste d’éthique et une pincée de politique pour assaisonner le tout et permettre au roman de tourner dans la tête une fois qu’on l’a fini. Vous ne penserez plus le handicap de la même manière.

Alice - Les mécaniques imaginaires



  • Les archives
Brennan - Une histoire naturelle des dragons - Le blog de Galleane
Posté le 28 mars 2017

Ce n'est pas le premier roman que je lis de cette auteure, j'avais lu il y a des années, son diptyque des deux sœurs que j'avais beaucoup aimé. Ici on reste dans le même genre, la fantasy, mais le contenu diffère radicalement.

 

J'ai été étonnée par la forme du récit lorsque j'ai commencé ma lecture. Pourtant ce n'est pas faute d'être prévenu avec le titre, mais sait-on jamais si comme moi ça n'a pas fait tilt dans votre cerveau, mais Une histoire naturelle des dragons est écrit sous forme de mémoires (des fois je me désespère moi-même). Lady Trent s'adresse à nous en étant âgée et revient sur sa vie passée. Avec ce premier tome c'est logiquement le début de son aventure qu'on découvre, sa toute première expédition plus exactement. Comme le dit si bien le titre encore une fois, mon cerveau était là opérationnel (en même temps avec le mot dragon il n'a pas de loupé le coquin), il va être question de dragons. Ah ce doux mot, à la consonance si séduisante à mes oreilles, je n'allais pas manquer de voir de quoi il allait retourner. Je suis fascinée par ces créatures, les trouvant tellement majestueuses, si belles et si terribles à la fois. Du coup vous vous doutez que cette partie du récit a su me plaire et l'histoire qui tourne autour également.

Mais d'abord, avant d'entrer dans le vif du sujet, l'auteure revient sur l'enfance d'Isabelle, notre héroïne. Ainsi on apprend comment est venu sa passion pour les dragons, comment elle l'a alimentée en dépit de son sexe car étant une femme et faisant partie d'une bonne famille, ça a posé bien des problèmes. Et les choses ont aussi été compliquées quand il a fallu qu'elle trouve un mari. Avant l'expédition en elle-même, une installation ma foi charmante est à découvrir. Il est toujours plus ou moins question des dragons, mais une fois l'expédition lancée, l’intérêt que leur porte Isabelle revêt une autre forme. Il est question de recherches, de comprendre l'espèce, d'essayer d'en apprendre plus alors que les connaissances sur ses créatures s'avèrent très limitées.

Tout ça se fait dans un environnement qui n'est pas le pays de naissance de l'héroïne. Découverte d'une nouvelle contrée, d'une autre façon de vivre, devoir conjuguer avec les habitants du village qui les accueille et qui ne sont pas les plus ouverts, fait partie de ce qui vous attend. Des éléments en plus vont se greffer au récit principal, quelques étrangetés qui vont commencer à arriver, rendant ainsi l'histoire un peu plus dynamique, même si avouons-le, il n'y a pas énormément d'action à se mettre sous la dent. L'histoire a tout du roman historique, le contexte, dans lequel les personnages évoluent, ressemble fortement à l'époque victorienne, et la narration prédomine sur le reste. Ce n'est donc pas un titre qui conviendra à tout le monde.

Cela ne m'a pas dérangé, même si à certains moments j'aurais apprécié plus de rythme, mais ça fait partie du charme qui se dégage de l'ouvrage. Les choses étranges qui apparaissent sont intéressantes à suivre et contribuent à accrocher le lecteur qui veut savoir ce que tout ce qui arrive cache. La bonne nouvelle c'est que je n'avais pas mis la main sur la vérité, la moins bonne c'est que ce n'est pas foncièrement incroyable non plus. On est certes dans un récit de fantasy, avec des créatures incroyables, mais avec une intrigue assez posée, du coup les événements répondent à ce descriptif. L'essentiel arrive à la fin, les événements ne font que s'amplifier pour trouver une conclusion dans les dernières pages. Il n'empêche que c'était sympathique à suivre, que l'ensemble est cohérent et que l'essentiel reste bien amené. En outre un événement plus étonnant que les autres survient à un moment, mais évidemment je n'en dirais rien. Cependant cela change certaines choses pour la suite.

Et puis dans tout ça Isabelle est une héroïne que j'ai pris plaisir à suivre. C'est une femme qui a une passion qu'elle ne devrait pas avoir, qui va tenter de la vivre avec les limites qu'on lui impose. On comprend qu'elle va de plus en plus faire abstraction de plein de choses pour vivre comme elle l'entend, car en s'adressant à nous en étant une vieille femme, on voit comment elle a évolué. C'est un personnage foncièrement intéressant, j'aime les femmes qui justement ne se complaisent pas dans le rôle que la société veut leur imposer et qui essaient de briser leur chaîne. La petit chose que je regrette un peu c'est le manque de développement des seconds rôles. Après étant donné qu'on lit des mémoires, c'est peut-être normal, l'accent est davantage mis sur Isabelle. A voir par la suite. C'est donc un premier tome que j'ai lu avec plaisir, appréciant le fond et la forme après quelques pages pour prendre le pli. Lire une intrigue centrée autour des dragons m'a beaucoup plu et les dessins qui parsèment l'ouvrage, pas tous du même acabit, ajoutent ce petit plus bien agréable à l'ensemble.

 

Laetitia - Le blog de Galleane



+


Brennan - Une histoire naturelle des dragons - Le cercle des Bouquineuses compulsives anonymes
Posté le 28 mars 2017

Une histoire naturelle des dragons est le titre des mémoires de Lady Trent, grande exploratrice et spécialiste des dragons. Dans ce récit, elle raconte son enfance dans la province du Scirland, sa rencontre avec son futur mari, Jacob Camherst, et sa première grande expédition en Vystranie pour y observer les veurs des rochers.

Ce qu’il faut savoir de la société fictive inventée par Marie Brennan, c’est que les convenances sont étrangement similaires à celles de notre Angleterre victorienne. Impensable donc pour une jeune fille d’étudier, d’avoir sa propre bibliothèque ou, pire encore, de se consacrer à sa passion pour les dragons !

Bien entendu, la jeune Lady Trent (alors connue sous le nom d’Isabelle Hendemore) refuse de se plier à ces règles et a donc tendance à se retrouver dans des situations plus risquées les unes que les autres.  Elle décide notamment, contre l’avis de tous, d’accompagner son mari lors d’une périlleuse expédition scientifique visant à percer les mystères des veurs des rochers (oui parce qu’en fait, même si dans ce monde croiser un dragon est à peu près aussi fréquent que de croiser un écureuil ou une biche pour nous, les connaissances scientifiques sur ces bêtes sont quasi inexistantes…)..

Ce roman se présente donc comme un mélange entre un récit d’aventure, une autobiographie fictive et une étude zoologique (pensez Le monde perdu de Conan Doyle rencontre Mes saisons en enfer de Martha Gellhorn). La narratrice alterne entre le récit de son voyage en Vystranie, ses découvertes scientifiques et quelques commentaires sarcastiques sur la naïveté et l’insouciance dont elle faisait preuve étant plus jeune.

J’avoue avoir eu un peu de mal avec l’idée de cette pseudo société victorienne au début de ma lecture, parce que si déjà on décide de créer une société complètement fictive, pourquoi s’entêter à y inclure des convenances ultra genrées semblables aux nôtres ? Mais j’ai fini par trouver l’intérêt : ici, ce sont ces règles si strictes concernant ce qu’il est convenable de faire pour une femme qui permettent à la narratrice d’avoir ce caractère intrépide et un peu borné. C’est son refus de se plier aux règles qu’on voulait lui imposer qui me l’a rendue si sympathique, tout comme le fait qu’elle fasse toujours l’inverse de ce qu’on lui ordonne. Lady Trent est un personnage qui n’en fait qu’à sa tête et fait tout pour vivre son rêve d’étudier les dragons quitte à déplaire au reste de la bourgeoisie (donc forcément, moi, je l’aime bien).

(Alors oui je suis sûre qu’il y a d’autres moyens pour rendre un personnage féminin badass plutôt que de la jeter au milieu d’une société patriarcale super stricte, mais ici le stratagème fonctionne bien, donc je valide)

Une histoire naturelle des dragons ne sera probablement pas mon roman préféré cette année, mais il s’agit tout de même d’une lecture plaisante, prenante, même si le rythme n’est pas toujours soutenu, dépaysante, pleine de dragons, et rien que pour cela il mérite d’être lu ! J’ai particulièrement apprécié les courts résumés au début de chaque chapitre, quelques phrases qui intriguent sur les événements à venir sans jamais divulgâcher.

(Je me permets de vous parler de la demande en mariage de Sir Camherst à Isabelle : absolument adorable. Deux geeks plus maladroits l’un que l’autre qui n’arrivent pas à croire que l’autre veut effectivement se marier. I ship it.).

Pour les pressés :

_ Les mémoires fictives de Lady Trent, exploratrice obsédée par les dragons.

_ Des dragons tellement petits qu’on dirait des colibris.

_ Des dragons un peu moins petits qui font un peu moins colibris.

_ Un roman d’aventure sympathique.

 

Captain Alinea - Le cercles des Bouquineuses compulsives anonymes



+


Brennan - Une histoire naturelle des dragons - SmallThings
Posté le 28 mars 2017
Une histoire naturelle des dragons vient de paraître aux éditons l’Atalante. La figure mythologique du dragon a de tous temps fasciné et c’est évidemment avec cette même fascination que je me suis jeté sur ce livre et sa couverture présentant un écorché de dragon.

Pensez donc, voilà ce qu’on me proposait en exergue :

« Soyez avertis, cher lecteur : les volumes de cette série contiendront des montagnes gelées, des marais fétides, des étrangers hostiles, des compatriotes hostiles et à l’occasion des membres de ma famille hostiles, de mauvaises décisions, des mésaventures géographiques, des maladies dépourvues d’attrait romantique et une abondance de boue. Vous poursuivrez votre lecture à vos risques et périls. »

Avec un tel contrat de lecture, c’est avec plaisir qu’on se laisse emmener pour un voyage fantastique, captivant mais aussi surprenant.

Une histoire naturelle des dragons est le premier tome des mémoires de son héroïne, Lady Trent. Maintenant devenue âgée, cette naturaliste d’un genre nouveau doit arrêter ses explorations pour revenir sur son travail et nous en narrer la genèse. En évoquant son enfance puis ses jeunes années, Lady Trent nous prépare à l’accompagner à la chasse au dragon. Préparez vous à être plongé-e-s dans une légère uchronie, un monde qui ressemble à s’y méprendre au nôtre à l’époque victorienne, si ce n’est que les noms ont été habilement transformés, et surtout, grosse différence, que les dragons arpentent les terres sauvages. Ce sont les dernières créatures porteuses de mystère pour la science naturelle qui se formalise timidement, des créatures qui passionnent la jeune Isabelle Trent.

Le premier tiers du livre raconte donc l’enfance de notre intrépide héroïne. Disons le clairement c’est une tête brûlée prête à courir au devant de mille dangers pour apprendre tout ce qu’elle peut sur ces dragons qui la fascinent. Après de nombreuses aventures de jeunesse, son caractère bien trempé vaudra à Isabelle de rejoindre rapidement sa première expédition visant à étudier les dragons en Vystranie (un endroit qui a tout pour rappeler la Slovaquie). Nous allons donc suivre la formation de Lady Trent s’habituant à la vie en territoire inconnu, se frayant une place dans un monde masculin qui voudrait la voir rester à sa part congrue, puis enfin découvrant les mystérieux dragons de Vystranie.

Le style d’Une histoire naturelle des dragons est très agréable à lire, le vocabulaire rend le ton d’une dame éduquée mais aussi d’une aventurière de l’époque victorienne. Les passages sont très bien découpés, le ton est énergique sans longueur, ce qui donne une lecture agréable tolérant malgré tout les pauses et interruptions (oui je pense à vous qui lisez dans les transports).

Pour ma part, je suis tombé sur ce livre en Angleterre et je l’ai donc lu dans sa version originale. Le langage passe très bien si vous avez un bon niveau d’anglais. Certaines tournures de phrase très vieillottes pourraient vous obliger à relire plusieurs fois un passage, mais le vocabulaire reste assez facile et l’avantage d’un anglais plus classique reste indéniablement les tournures et les mots qui ressemblent plus au français, si l’on prend garde aux faux amis, bien sûr. La traduction française d’Une histoire naturelle des dragons est de bonne qualité et je vous invite chaudement à foncer sur la version française si vous voulez une lecture plus agréable.

Pour ce premier roman de sa série sur Lady Trent et ses études des dragons, Marie Brennan nous donne un roman qui a tout pour captiver. L’écriture d’Une histoire naturelle des dragons accroche et, même si le premier tiers prend du temps à mettre en place le décor de toute la saga ainsi que l’intrigue de ce tome, on se laisse prendre très rapidement dans l’histoire et il n’est plus possible de quitter le livre.

Les années plus jeunes de l’héroïne peuvent sembler un passage un peu long, mais Marie Brennan en profite délicieusement pour revenir sur la place de la femme dans la société du XIXe siècle. Je dois dire que j’ai été très agréablement surpris de trouver du féminisme dans de la littérature fantastique. Dans ce genre littéraire les personnages féminins ont longtemps été des faire-valoir ou des « récompenses » pour le héros. Ici il y a une réflexion et une volonté de mettre cela en exergue, sans jouer la carte de l’outrance. Le pari est tenu et plutôt intéressant. 
L’écriture de Marie Brennan restitue à merveille une sensibilité féminine et je ne doute pas que son propre passé de femme dans le milieu académique lui sert de référentiel à bien des moments dans le livre. Subtilement amené sans être trop ostentatoire, ce féminisme est un ajout très intéressant dans la littérature fantastique actuelle.

Ne réduisons cependant pas ce livre à ce seul trait, aussi pertinent qu’il soit. Il y est également question de personnages et de relations humaines. J’ai vraiment apprécié le fait que le personnage principal puisse changer d’avis, réaliser ses erreurs, ses jugements sur les personnes et commenter sur les événements relatés. Là aussi, Marie Brennan sort des personnages monolithiques des canons du genre. Isabelle Trent est une universitaire et elle a souvent des réactions inadaptées socialement qui, si elles ne jouent pas sur quelque chose que vous avez vécu, rend le personnage attachant et profond; Lady Trent est maladroite et cela rend le personnage encore plus réaliste.

La découverte du monde uchronique par ses yeux est également très bien maîtrisée, sans tomber dans la tentation de trop en dire, la narration en focalisation interne est vraiment très bien maîtrisée.
 Enfin, un dernier aspect particulièrement plaisant, pour nous aider à rentrer dans l’étude scientifique des dragons, rien de tel qu’un récit écrit par une spécialiste. Marie Brennan n’a certes pas chassé le dragon dans son habitat naturel mais elle a étudié la biologie et sait donc rendre dans le travail de son héroïne tout un tas de détails pertinents autant qu’intéressants. Une histoire naturelle des dragons est aussi agrémenté de dessins qui aident à l’immersion (oui, je le confesse, j’aime lire des livres avec des images!).


Vous l’aurez donc compris, j’ai vraiment apprécié la lecture de ce premier tome. Afin d’être honnête avec vous et tous les autres livres dont je parlerai, si je devais trouver un petit défaut à ce premier tome c’est que, mettant en place le personnage principal et le monde dans lequel il évolue, il prend du temps à vraiment entrer dans le vif du sujet. Même si les petites [saynètes] de l’enfance de Lady Trent sont intéressantes, on a un peu de mal au début à voir vers quoi va tendre l’histoire ; ce défaut est cependant corrigé dans la seconde moitié où tout s’accélère.

J’avoue donc envisager avec délectation l’arrivée prochaine dans ma liste de lecture du tome 2 de la saga de Lady Trent mais je reconnais pour le moment que Marie Brennan a déjà su transformer son essai.
Rappelons qu’Une histoire naturelle des dragons était le lauréat du Prix Imaginales 2016 dans la catégorie roman étranger traduit !

 Le Dilettante - Les petits livres by Small Things



+


Brennan - Le Tropique des serpents - Tasha's books
Posté le 28 mars 2017

J’ai acheté Le Tropique des serpents à sa sortie, mais ce n’est que la semaine dernière que j’ai mis le nez dedans. J’avais besoin de faire une pause dans mes explorations noires et cette plongée dans un univers de fantasy plutôt light me semblait parfaite. Bien m’en a pris. J’ai retrouvé ce que j’ai aimé dans le premier volume. L’arrière-plan victorien (ou supposé tel car nous sommes dans un pays imaginaire, rappelons-le) est moins appuyé, tout simplement parce que notre héroïne, Isabelle, quitte vite son pays pour une nouvelle exploration, qui va cette fois-ci l’amener plus loin de chez elle. Mais pour autant, les pesanteurs morales de l’époque se font bel et bien sentir, et notre scientifique passionnée se heurte au machisme d’une société bien guindée, tout comme Nathalie, sa jeune acolyte dans ce volume (aux côtés de Tom Wilker bien sûr). C’est une fois de plus un ton qui me séduit, qui déroge aux conventions dans la représentation de la féminité. Car Isabelle refuse de sacrifier sa passion pour les dragons à son fils, qui l’embarrasse plus qu’autre chose. Il y a quelques passages bien sentis sur l’obligation faite aux femmes de prendre soin de leur progéniture, sur l’obligation de se marier (et Nathalie veut absolument échapper au mariage).
L’intrigue m’a beaucoup plu et Marie Brennan a su renouveler son univers. La découverte d’un nouvel espace géographique engendre un autre type de péripéties, de dangers et de chocs culturels. Je ne me suis pas ennuyée une seconde, et certains passages m’ont fait écarquiller les yeux. Croyez-moi, ça ne m’arrive pas si souvent.
J’ai déjà dit un truc similaire à la fin du tome 1, mais tant pis : j’ai hâte de retrouver l’univers de Marie Brennan dans le tome 3.

Tasha Gennaro - Tasha's books



+


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En mars 2017, tous les ebooks de Javier Negrete à 4,99e
Posté 14 mars 2017 -

En numérique, le mois de mars est dédié à un écrivain espagnol : Javier Negrete. Découvrez « Alexandre le grand et les aigles de Rome », « Le Myther d’Er ou le dernier voyage d’Alexandre le Grand » ainsi que la série Chronique de Tramorée à 4,99 € chez tous vos revendeurs numériques. Bonne lecture !

javiernegrete_site.png

+
Les enfermés de John Scalzi, lauréat du prix Bob Morane 2017
Posté 09 mars 2017 -
Les lauréats du prix Bob Morane 2017 ont été annoncés.
Pour notre plus grand plaisir, le lauréat de la catégorie romans traduits est John Scalzi pour Les enfermés (traduit par Mikael Cabon).

lesenfermes2.jpg

 

+
Une nouvelle sur le système Trappist-1 par Laurence Suhner
Posté 28 février 2017 -

Laurence Suhner est l'auteur d'une nouvelle en lien avec la découverte du système planétaire Trappist-1. La version anglaise de sa nouvelle, The terminator, écrite en collaboration avec les astrophysiciens de l’équipe de Michaël Gillon a été publiée dans la revue Nature de ce mois de février et relayée sur le site de la Nasa. Pour la lire en français, rendez-vous sur le site de l'auteur.

Version anglaise / Version française

theterminator3.jpg

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Les Croisades d'Unnord 22ème édition
Posté le 25 janvier 2017 par les croisades d'unnord
Bonjour à tous ! Je vous écris pour vous annoncer que la 22ème édition des Croisades d’Unnord est en marche avec, cette fois encore, un nouveau thème qui sera : Au-delà des apparences. Cette année [...]