+ Répondre à la discussion
Page 7 sur 7 PremièrePremière ... 5 6 7
Affichage des résultats 61 à 62 sur 62

Discussion: Douglas Hulick : nouvel auteur fantasy pur jus à L'Atalante + un sondage pas si idiot

  1. #61
    Copilote de La Dentelle du Cygne Avatar de Le K
    Date d'inscription
    June 2008
    Messages
    140

    Par défaut

    Citation Envoyé par Guinea pig Voir le message
    En soignant le choix de la police (et bien sûr celui du texte d'accroche de la 4° de couverture) on devrait pouvoir éviter aisément ce genre d'écueil, non ?

    (Ou alors une grosse vignette jaune fluo : "Attention ceci n'est pas un polar. Ceci est de la fantasy". Non orange, tiens, pour faire des couleurs complémentaires avec la couverture bleue ! )
    Encore faut-il parvenir à ce que le lecteur retourne le livre ! C'est le rôle du titre et de la couverture.
    Concernant ce choix de Princes, apparemment éloigné du texte du titre d'origine, il est justifié par des éléments présents dans le livre, notamment la présence de Princes Gris (sorte de Parrains, souvent doués de capacités magiques) qui s'affrontent dans les bas-fonds d'
    Ildrecca, tout ça pour un très vieux livres contenant des secrets inavouables ...
    Avatar Benjamin Carré

  2. #62
    Mot Avatar de Pink Pig Skin
    Date d'inscription
    October 2011
    Localisation
    Porcherie nouvelle de Jouy en Josas
    Messages
    62

    Par défaut C'est sous la couverture que ça se passe !

    Bon, à force de nous concentrer sur la couv', le titre et la police du titre on en a oublié l'essentiel : LE TEXTE !
    Et ce Princes de la Pègre est un très bon, un excellent livre de Fantasy / Action, très éloigné des énormes tartines de Fantasy à points de vue multiples qui encombrent nos librairies.
    On y suit de la première à la dernière ligne Drothe, un membre du clan de Nicco, parrain semi-psychopathe pour lequel il exerce la noble profession de nez (fouineur professionnel). Dans ce récit mené sans aucun temps mort, on démarre tambour battant sans la traditionnelle mise en place fastidieuse d'un univers pourtant solide mais que l'auteur a le bon goût de nous faire découvrir en allant, par touches légères et bien amenées. Le rythme est effréné, et Drothe puisera dans son sac de graines d'arhami plus que de raison pour rester vif et alerte. Un mal nécessaire lorsque on tente de vous assommer, vous embrocher ou vous jeter du métal en fusion à la tête toutes les dix pages.
    Alors il est bien évident que dans ce tourbillon effréné de courses poursuites et de scènes d'actions il ne reste pas beaucoup de temps pour s'attarder sur les paysages et les subtilités de l'empire et de sa capitale Ildrecca. La visite est menée au pas de charge, si ce n'est ventre à terre. Mais lorsqu'on lutte pour sa survie et pour celle de ses amis et parents, ce n'est pas vraiment le moment de décrire les soubassements de porte ou la technique de pavage des rues. Et pourtant, avec beaucoup de finesse l'auteur parvient à déployer un univers riche, cohérent et intriguant.
    Enfin ne nous leurrons pas : Drothe n'a rien d'un sale type, il est bien un héros dans cette aventure. Certes il évolue dans la pègre d'Ildrecca comme un poisson dans l'eau mais ses motivations profondes n'en sont pas moins honorables. C'est un personnage attachant, humain, amusant, subissant autant les évènements qu'il tente de les dominer. Les autres personnages du livre sont aussi tous très réussis, et leurs relations avec Drothe sont toutes subtilement dépeintes en quelques détours de phrases.

    En matière de références, comment ne pas penser à l'ambiance des livres de la Compagnie Noire de Glen Cook ? Quant à l'univers mafieux, il m'a beaucoup rappelé l'univers des Soprano.

    Princes de la Pègre est un page-turner dont la seule ambition est de nous divertir. Si vous aimez lire des livres au rythme trépidant et que vous ne l'avez pas encore lu, vous êtes dans l'erreur.

    PS : à mon sens, la couverture dessert un peu le texte, dans le sens où elle donne à penser qu'il s'agit d'un livre très sombre, ce qu'il n'est absolument pas. Mais c'est très subjectif, bien entendu.
    Etre né quelque part c'est toujours un hasard
    Si vous me trouvez mignon, mangez du jambon.

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts