+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: Du tabac pour le puma, de Juan Hernández Luna

  1. #1
    Signe Avatar de ekwerkwe
    Date d'inscription
    August 2008
    Messages
    17

    Par défaut Du tabac pour le puma, de Juan Hernández Luna

    Je ne vais pas parler de nouveautés (car j'en lis peu), mais exhumer des collections un roman qui n'a pas beaucoup fait parler de lui en France à sa sortie, en 1999, et c'est regrettable. D'autres ont été moins bêtes, et lui ont décerné le prix Hammett, lors de la Semana Negra, à Gijon, en 1997. Mérité.


    Par où commencer pour parler de cette pelote embrouillée, dont on ne parviendra pas, de toutes façons, à tirer un bel écheveau lisse et net?

    Par des questions?
    Reste-t-on un mari quand sa femme est partie? Reste-t-on magicien quand on ne fait disparaître que le contenu des bouteilles d’alcool? Reste-t-on pompier du moment que l’on garde l’uniforme? Qui gagnera le tournoi de dominos? Le tigre Diablo dévorera-t-il quelqu’un avant la fin du roman?

    Par du suspens…
    Ce roman révèlera comment une grève de consommateurs d’électricité peut illuminer le quotidien… cependant que la Main furtive attaquera avec audace l'intimité des jeunes bourgeoises… et le doute planera sur la mort de l’homme au pouce replié…

    Par des affirmations.
    Au Mexique il y a des trafiquants d’immigrés clandestins. Au Mexique il ne faut jamais faire confiance aux hommes politiques. (J’aimerais vraiment beaucoup aller au Mexique.)

    Et la magie, où est-elle? eh bien, peut-être dans le fait que tous ces éléments isolés rapportés dans de très courts chapitres (mettez dans le chapeau, secouez, c’est mélangé) construisent une véritable histoire. Je ne dis pas que quand j’ai refermé le roman, j’avais tout compris. Je dis que j’avais voyagé, et adoré le voyage.

    Pendant la lecture, j’ai beaucoup pensé à Taïbo II, celui de À quatre mains ou Ombre de l’ombre, par exemple: pour la narration éclatée, la prégnance du passé dans un présent tortueux, les personnages excessifs, leur générosité et l’absurdité des leurs enquêtes. Et puis c’était facile, il y avait un appel du pied qui ne se dissimulait même pas, un vrai clin d’œil amical. Si je n’y avais pas pensé toute seule, j’aurais eu du mal à y échapper.

    Mais Juan Hernández Luna a une voix, un regard très personnels: à la frontière entre réalisme et absurde, entre noir et poésie, entre tragique et comique. Sur cette frontière, Du tabac pour le puma est un roman qui, à de multiples niveaux, interroge la validité du monde dans lequel nous vivons, et sa réalité. Oh, sans se prendre au sérieux. Avec humour et mélancolie. Et c’est beau.

    Et c’est assez pour dire que voilà un roman dont j’ai aimé les défauts autant que les qualités.
    _________________
    Avatar Oh my cavalier!

  2. #2
    Administrateur Avatar de L'Atalante
    Date d'inscription
    September 2007
    Messages
    83

    Par défaut

    En effet c'est un grand, Paco Taibo II a dit de lui "Le plus dur, le meilleur, la relève du nouveau roman noir mexicain."

    À lire aussi : Le corbeau, la blonde et les méchants de Juan Hernandez Luna.

    Peut-être l'occasion de rencontrer d'autres auteurs mexicains au Salon du Livre de Paris qui met ce pays à l'honneur cette année.
    Dernière modification par Tetishery 25/02/2009 à 14h56

  3. #3
    Signe Avatar de ekwerkwe
    Date d'inscription
    August 2008
    Messages
    17

    Par défaut

    Citation Envoyé par L'Atalante Voir le message
    En effet c'est un grand, Paco Taibo II a dit de lui "Le plus dur, le meilleur, la relève du nouveau roman noir mexicain."

    À lire aussi : Le corbeau, la blonde et les méchants de Juan Hernandez Luna.

    Peut-être l'occasion de rencontrer d'autres auteurs mexicains au Salon du Livre de Paris qui met ce pays à l'honneur cette année.
    Je viens de commencer Le Corbeau..., j'en dirai bientôt quelques mots. Probablement enthousiastes.
    Son style a beaucoup de points communs avec celui de Taïbo II (que je vénère), et ça n'a vraiment rien à voir avec ce qu'on a l'habitude de lire en matière de polar. Après, je ne sais pas si c'est typiquement mexicain, mais je ne pense pas. Au fait, il n'est pas au Salon cette année (mais Taïbo II, si).
    _________________
    Avatar Oh my cavalier!

  4. #4
    Signe Avatar de ekwerkwe
    Date d'inscription
    August 2008
    Messages
    17

    Par défaut

    J'ai fini Le corbeau... il y a un petit moment. J'y ai retrouvé le Juan Hernandez Luna de Du tabac pour le puma, notamment sa construction éclatée, mais en plus court, moins complexe. Finalement, je ne regrette pas de ne pas avoir commencé par le premier.
    _________________
    Avatar Oh my cavalier!

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts