+ Répondre à la discussion
Page 3 sur 6 PremièrePremière 1 2 3 4 5 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 21 à 30 sur 54

Discussion: Lev Grossman - Les magiciens

  1. #21
    Super Modératrice Avatar de Meor
    Date d'inscription
    July 2009
    Localisation
    Paris
    Messages
    250

    Par défaut

    Ce qui énerve pas mal de lecteurs dans les Magiciens à savoir le caractère (de cochon) de Quentin est, à mon sens, une des grandes qualités du livre. Mais qui le place, aussitôt, en dehors des codes habituels de la fantasy.
    En prenant ainsi un anti-héros (ou plus précisément, comme j'ai eu la chance de l'étudier il y a quelques années) un "héros passif", Lev Grossman a pris un risque non-négligeable de destabiliser les lecteurs habituels de la Fantasy.
    Du coup, ça passe pas toujours. Et je le comprends très aisément.
    Personnellement c'est aussi, en tant que lectrice, ce qui a provoqué mon attachement à ce livre. J'ai un faible pour la tradition européenne (très 19eme) du héros passif, du dilettante, de l'incapable pourtant voué à de grandes choses… j'ai un faible pour ces personnages parce qu'ils sont humains. Ils ont de grandes failles, des blessures, avec lesquelles ils doivent tenter d'arpenter un quotidien pas toujours amical.
    En ça j'ai aimé Quentin, ses doutes, son incapacité à prendre les choses comme elles arrivent.

    En dehors de ce personnage j'ai aussi particulièrement apprécié Brakebills, même si, sans doute, un fourmillement plus ample de détail ne m'aurait pas déplu, j'ai apprécié d'aller à l'essentiel. De laisser de la magie, de l'imagination au lecteur. Nous *pouvons* imaginer *notre* Brakebills.
    [SPOILER]
    Et puis le passage au pôle sud, quelle beauté. Quelle force...
    La fin, il est vrai, m'a quelque peu destabilisée. Un poil convenue, peut-être, mais elle n'est que logique, étant donné le caractère de Q.
    [/SPOILER]

    Enfin voilà, mon petit avis.
    Je pense que Les Magiciens est un livre destabilisant si on l'imagine comme un roman de fantasy, d'école de magie, et il me fait plus penser à L'île du Crâne d'Horowitz ou aux Collège de magie de Stevemer, ou encore à Senilidad de Svevo et Tonio Krüger de Thomas Mann.


    Voilà voilà.
    Je parle rarement, mais je parle beaucoup dites donc…
    "If you can't do something smart, do something right"
    (Malcolm Reynolds, commandant du Serinity, Firefly)

    Avatar : Fray © Joss Whedon, Karl Moline & Andy Owen.

  2. #22
    Auteur Avatar de Anne
    Date d'inscription
    July 2008
    Messages
    40

    Par défaut

    Merci!

    A force de lire des avis outrés sur ce livre, j'en venais à me dire que j'étais la seule à l'avoir aimé.

    Très bons avis, je n'ai rien à ajouter, si ce n'est que je n'ai pas pensé une seule fois à Harry Potter, en dehors des clins d'oeil de l'auteur.

  3. #23
    Copilote de La Dentelle du Cygne Avatar de Le K
    Date d'inscription
    June 2008
    Messages
    140

    Par défaut

    ... c'est pas pour me vanter, mais je viens de recevoir le texte de la suite des Magiciens, intitulé THE MAGICIAN KING. L'éditeur prétend même que c'est encore meilleur ... fadaises, comment serait-ce possible, chacun sait que les séries ne sont qu'une longue et douloureuse pente. Nous verrons bien.
    Pour vous laisser quand même un petit quelque chose, voici la réclame qui commence à circuler sur ce livre et que je ne me suis pas ridiculisé à traduire :

    The Magician King.
    Hailed as a “painfully perceptive novel of the fantastic that brings to mind both Jay McInerney and J. K. Rowling,”* The Magicians was praised as a triumph by readers and critics of both mainstream and fantasy literature. Now Grossman takes us back to Fillory, where the Brakebills graduates have fled the sorrows of the mundane world, only to face terrifying new challenges.

    Quentin and his friends are now the kings and queens of Fillory, but the days and nights of royal luxury are starting to pall. After a morning hunt takes a sinister turn, Quentin and his old friend Julia charter a magical sailing ship and set out on an errand to the wild outer reaches of their kingdom. Their pleasure cruise becomes an adventure when the two are unceremoniously dumped back into the last place Quentin ever wants to see: his parent’s house in Chesterton, Massachusetts. And only the black, twisted magic that Julia learned on the streets can save them.

    The Magician King is a grand voyage into the dark, glittering heart of magic, an epic quest for the Harry Potter generation. It also introduces a powerful new voice, that of Julia, whose angry genius is thrilling. Once again Grossman proves that he is the modern heir to C.S. Lewis, and the cutting edge of literary fantasy.

    Avatar Benjamin Carré

  4. #24
    Livre Avatar de Guinea pig
    Date d'inscription
    December 2009
    Localisation
    LA
    Messages
    467

    Smile

    Je proteste : une traduction me semble indispensable ! Allez, au boulot !

    Pour les courageux, je signale tout de même la signification de "to pall", que je n'avais de mémoire jamais croisé et dont j'ai dû chercher la signification : "perdre de son charme" (plus joli en français, non ?).

    J'avais des doutes sur la suite de ce livre, qui me paraissait bien bouclé.
    Toutefois cette présentation me semble alléchante, l'auteur a choisi de rebondir en utilisant sur des éléments secondaires de son premier livre (avec toujours quelques clins d'œil amusants), je n'hésiterais pas à m'y plonger.

    (Et puis les séries ne flanchent pas tout de suite, c'est vers la fin qu'elles s'étiolent, quand les bonnes idées ont été usées et abusées jusqu'à la trame).

    (Et puis je m'insurge encore : pourquoi vouloir absolument coller une étiquette "génération Harry Potter" aux Magiciens et à sa suite, ça me dépasse... D'abord je ne vois vraiment aucune corrélation, et puis c'est affreusement pénalisant pour l'auteur. A bas les étiquettes ! ).

    (Et vive les adverbes ).
    (Avatar de Jun Kumaori)

  5. #25
    Fan ultime d'Honor
    Date d'inscription
    March 2010
    Messages
    598

    Par défaut

    A propos de "to pall", on emploie en français "pâlir" ou "s'affadir" au sens de "perdre de son charme".

    Et je ne suis pas du tout pressée de lire cette suite, quant à moi : ce qui m'intéressait le + dans Les Magiciens, c'était leur action éventuelle dans le "monde réel" (le nôtre, je veux dire), et je n'ai pas vraiment l'impression que cette suite apaise la frustration que j'éprouve à ce propos...

  6. #26
    Copilote de La Dentelle du Cygne Avatar de Le K
    Date d'inscription
    June 2008
    Messages
    140

    Par défaut

    Sans avoir commencé "The Magician King" mais sur la force des Magiciens, je dois avouer que je fais totale confiance à Grossman pour ... m'étonner, n'est-ce pas au fond du fond la raison pour laquelle on lit de la SF/Fantasy?
    Et qu'importe les voies qu'il empruntera, je suis prêt à suspendre mon incrédulité le temps qu'il faudra !
    Avatar Benjamin Carré

  7. #27
    Bad Cop suppléant Avatar de Taho
    Date d'inscription
    September 2008
    Localisation
    Aubervilliers
    Messages
    606

    Par défaut

    Ca y est, à mon tour, je suis allé faire un tour du côté de Brakebills et de Fillory. Pendant ma lecture, j'ai été à de nombreuses reprises un peu surpris par la fierté avec laquelle Lev Grossman semble pomper dans différentes oeuvres célebrissimes, comme l'a bien dit Spyro. Mais pour moi, la plus importante référence n'est pas autant Harry Potter que Le monde de Narnia. En effet, le côté école de magie ne concerne que la moitié du roman, et à partir du Livre II, on quitte Brakebills pour explorer d'autres univers : le nôtre, bien évidemment, vu du point de vue des sorciers, mais aussi un autre.

    Attention Spoiler ! Ne pas continuer sans avoir lu le roman !

    Parlons un peu de Fillory, messieurs-dames. Lorsqu'on a lu tous les bouquins de Narnia, il n'y a pas l'ombre d'un doute : Fillory, c'est un Narnia à peine déguisé. Mais pour une fois, cette référence ci n'est pas aussi assumée que les autres. Autant, l'auteur parle de Quidditch et de baguettes comme des références ouvertes à Harry Potter, les étudiants inventent des sorts tirés de Donjons & Dragons et le crient haut et fort, et Josh cherche même la fontaine qui le mènera aux Terres du Milieu. Mais Narnia ? Pas une seule référence assumée. Pourtant, l'analogie est flagrante.

    Aslan le lion est devenu Ember & Umber les béliers, la Sorcière blanche est devenue la Watcherwoman, les visiteurs qui débarquent le font à l'insu de leur propre volonté, souvent en se cachant dans des meubles, les enfants Chatwin sont dans un contexte très similaire à Peter, Edmund, Lucy et Susan dans Narnia (dans une maison inconnue avec un vieil original), et les humains qui débarquent sont censés devenir rois et reines.

    La liste se poursuit, notamment le plan portail qui permet d'aller dans tous les autres univers, qui est le même que dans The Magician's Nephew avec l'ajout d'un peu d'architecture. Tout cela m'a un peu dérouté, je dois l'avouer, car entre l'abus de références et le plagiat, il n'y a qu'un pas...

    FIN du spoiler !

    Mais je ne fais bien sûr que souligner un point en particulier : en effet, la lecture de ce roman est très plaisante. Le côté "initiatique" souligné par Guinea Pig est parfaitement mené. Quentin, le personnage principale, est un être humain, un vrai, il n'est donc pas lisse et brillant mais plein de défauts, de doutes, de colères et de sautes d'humeur. Tous ses camarades sont dans le même sac : tous surdoués, jamais vraiment à leur place, handicapés par leurs manques qu'ils comblent comme ils le peuvent, certains par excès d'alcool ou de sexe, d'autres en bachotant comme des forcenés.

    L'histoire a beau être tarabiscotée et bourrée de références, on s'y laisse glisser facilement. Il y a de l'aventure, il y a des bons dialogues, on ne s'ennuie pas, ou peu (seulement quand on tombe dans le gros cliché anti-Harry Potter, où l'auteur semble nous dire avec un peu trop d'insistance : "regardez ! mes personnages, ils sont pas comme Harry &co, ils connaissent le mot "Fuck!" et ont une libido !"). L'écriture est très bonne, facile d'accès (en VO en tout cas), sur un ton presque humoristique, mais que Guinea Pig a encore mieux cerné avec le terme "désenchanté". Le récit, entièrement en point de vue interne à la 3ème personne, retranscrit parfaitement le regard désabusé que Quentin pose sur ce qui l'entoure. On entre très bien dans sa peau, on ressent ses émotions contradictoires, on grandit avec lui.

    Au final, un bon livre, c'est sûr, mais qui laisse une drôle d'impression tout de même. Je conseille donc aux gens de le lire pour se faire leur propre idée (et surtout, de ne pas lire l'accroche du 2ème tome avant d'avoir lu le 1er, ça m'a complètement spoilé le dernier tiers du bouquin). J'en garde pour ma part le souvenir d'une lecture prenante, et je me lancerai sans hésitation dans le 2ème tome.
    Dernière modification par Aphraël 15/04/2011 à 11h32
    avatar : tatouage artistique du studio Atlantic Tattoo à Nantes

    Quand je modère, c'est en bleu

  8. #28
    Livre Avatar de Guinea pig
    Date d'inscription
    December 2009
    Localisation
    LA
    Messages
    467

    Wink Cogitations sur "Les Magiciens", seulement pour public averti (ie ayant lu le livre)!

    Citation Envoyé par Taho Voir le message
    Au final, un bon livre, c'est sûr, mais qui laisse une drôle d'impression tout de même. Je conseille donc aux gens de le lire pour se faire leur propre idée (et surtout, de ne pas lire l'accroche du 2ème tome avant d'avoir lu le 1er, ça m'a complètement spoilé le dernier tiers du bouquin). J'en garde pour ma part le souvenir d'une lecture prenante, et je me lancerai sans hésitation dans le 2ème tome.
    Je suis bien d'accord sur l'impression particulière que laisse ce livre ; pour ma part l'adjectif qui me vient à l'esprit est "glacé". Pour cette raison, bien que je l'ai beaucoup aimé, il y a très peu de chances que je le relise jamais.

    Pour la non référence directe à Narnia j'ai bien une explication...
    Dans le monde de Quentin, "Harry Potter", "le Seigneur des anneaux", etc. existent tels quels. Les personnages les ont lus et l'auteur les cite.
    En revanche, Narnia et Lewis ont été gommés et remplacés par Fillory et Christopher Plover. Si l'auteur faisait une référence à Narnia dans son livre, ce serait une grosse bourde, puisqu'il a écrit son histoire comme une sorte d'uchronie très limitée, avec un monde où Narnia n'aurait pas été écrit, mais Fillory, si !
    Pour moi, l'auteur a pensé qu'il été tellement évident que son Fillory était une variante de Narnia, créée pour son amusement et le nôtre, qu'il n'a pas pensé une seule seconde à le justifier !
    C'est vrai que j'aurais peut-être été plus gênée si j'avais été une fan de Narnia ; mais si j'ai bien aimé ces livres (lus sur le tard), je n'ai eu aucun coup de foudre.

    Et pour finir : "seulement quand on tombe dans le gros cliché anti-Harry Potter, où l'auteur semble nous dire avec un peu trop d'insistance : "regardez ! mes personnages, ils sont pas comme Harry &co, ils connaissent le mot "Fuck!" et ont une libido !"
    Et oui, c'est bien à mon sens la faiblesse de ce livre - crier haut et fort que ce n'est pas une histoire pour les enfants, en usant d'un style que je qualifierais aisément (mais je ronchonne, là) de limite "vulgaire".
    Pourtant, je crois que c'est pour cette raison-là (ce style parfois cru et froid) que certains lecteurs ont tant apprécié ce livre. Alors...
    (Avatar de Jun Kumaori)

  9. #29
    Copilote de La Dentelle du Cygne Avatar de Le K
    Date d'inscription
    June 2008
    Messages
    140

    Par défaut ... pas de suite à L'Atalante

    C'est avec tristesse que je dois vous informer que L'Atalante ne publiera pas la suite des Magiciens ... pourtant je l'ai lu en entier avec avidité, il faut dire que tout son univers et sa construction y est dévoilée ainsi que l'histoire de julia et le secret de son acquisition si mystérieuse de la Magie.
    Hélas la qualité du premier ne se retrouve plus dans cette suite sans doute invoquée par le Dieu tout-puissant du Marketing ...
    J'en reste tout triste.


    Avatar Benjamin Carré

  10. #30
    Super Modératrice Avatar de Lelf
    Date d'inscription
    December 2009
    Localisation
    Paris
    Messages
    439

    Par défaut

    Argh, c'est dommage. Bon, je savourerai le premier s'il doit être le seul (en français) alors ^^
    Imaginelf : de la culture, mais surtout de la littérature
    Avatar : Eco, BD par Bianco et Almanza

+ Répondre à la discussion

Règles de messages

  • You may not post new threads
  • You may not post replies
  • You may not post attachments
  • You may not edit your posts