L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Romans, etc. | Jacques Demy et les racines du rêve
Commande librairie Logo caddie
  • Romans, etc.

Jean-Pierre Berthomé

Jacques Demy et les racines du rêve

Jacques Demy et les racines du rêve

Date de parution : août 2014


Illustrateur : Raphaël Defossez

Collection : Romans, etc.

ISBN13 : 9782841726783

Nombre de pages : 512
Prix : 25,00 €
État : disponible

Mort en 1990, le cinéaste Jacques Demy laisse derrière lui une œuvre unique, inclassable, dont l'élégance et l'apparente légèreté masquent mal la gravité profonde.
C'est ce double visage du réalisateur que dessine Jacques Demy et les racines du rêve de Jean-Pierre Berthomé, au travers des entretiens avec le cinéaste, ses amis, ses acteurs et ses collaborateurs, des analyses des films, et des rapports que le livre tisse, avec acuité et méthode, entre le cinéma et la vie, image par image.

Publié pour la première fois en 1982, puis réédité en 1996, Jacques Demy et les racines du rêve fait l'objet ici d'une nouvelle édition mise à jour.

"Voilà un livre en forme de conte de fées, qui nous entraîne "au-delà du miroir" et fait apparaître l'invisible."
Claude-Marie Trémois, Télérama

"Les Racines du rêve est non seulement la première monographie digne de ce nom consacrée à Demy mais c'est aussi un ouvrage complet, sérieux, quasi incontournable et qui invite d'emblée au respect. Cette véritable somme 'demiesque' impressionne par la richesse de ses informations et la qualité de son contenu."
Charles Tesson, Cahiers du cinéma
  • Revue de presse
+
Berthomé - Jacques Demy et les racines du rêve - Ouest France
Posté le 26 octobre 2014 -

En 1982, Jean-Pierre Berthomé publiait Demy et les racines du rêve. Il en offre, aujourd'hui, une version définitive.

"Je tiens Jacques Demy pour l'un des créateurs les plus originaux du cinéma moderne. L'un des plus mal connus aussi, comme si la transparence de son art appelait les malentendus." Voici ce qu'écrivait le Nantais Jean-Pierre Berthomé, en guise d'introduction de la première édition de Jacques Demy, les racines

du rêve. Publié aux éditions L'Atalante, l'année même de la sortie sur les écrans d'Une chambre en ville, l'ouvrage imposant était à la fois une somme et une introduction a l’œuvre enchantée-désenchantée du réalisateur de Peau d'Âne et des Parapluies de Cherbourg.

Quinze ans plus tard, une nouvelle version avec trois nouveaux chapitres et Trois places pour le 26 complétait la biographie et la filmographie. Au bénéfice du temps, l'auteur offre, aujourd'hui, une version définitive d'une monographie qui demeure la référence.

En un dernier chapitre, à la lumière des « gender studies », il interroge les non dits de l'œuvre de Demy, la place du corps féminin-masculin dans un cinéma passionné et ambigu, la manière dont le cinéaste joue avec les codes et s'affranchit des gles morales et sociales. Et conclut : "Nous savons maintenant combien ces enchantements de surface dissimulent de failles obscures qui demandent encore d'être explorées."

 

Yves AUMONT

Ouest France

+
Berthomé - Jacques Demy et les racines du rêve - Les Nouvelles littéraires
Posté le 21 novembre 2008 -

Un bien beau livre de cinéma. L'approche d'un homme et de son œuvre à travers une compréhension critique, une attention chaleureuse, une analyse minutieuse...

Michel Boujut, les Nouvelles littéraires

+
Berthomé - Jacques Demy et les racines du rêve - CNL
Posté le 12 mars 2015 -

Parmi la masse des ouvrages consacrés à des cinéastes vivants, un faible nombre atteint un tel degré de qualité. Et au sein même de cette catégorie, les ouvrages précis et complets sont également peu fréquents. Aussi faut-il saluer particulièrement celui-ci qui n’est pas seulement une filmographie illustrée ou une vague évocation impressionniste de « l'univers » du cinéaste. Le parti pris choisi par J.-P. Berthomé est celui du récit qui allie dans un ensemble très documenté l'oeuvre et la personnalité de Jacques Demy. Il réussit ce que l'on peut faire de mieux dans le genre, c'est-à-dire à nous  montrer précisément l'évolution de Demy et à nous faire revivre les enchaînements, les hasards et les récurrences qui ont conduit à cet ensemble discontinu qui passe du succès à l'oubli. Il nous fait mieux comprendre les influences croisées qui ont produit cette oeuvre à la fois provinciale (Nantes toujours sous-jacente - et d'ailleurs l'auteur et l'éditeur du livre sont nantais) et cosmopolite, légère mais souvent cruelle, populaire mais rarement reconnue par le grand public qui se place en marge du cinéma français.

 

CNL n° 146 - janvier 1982/ décembre 1983

+
Berthomé - Jacques Demy et les racines du rêve - Cahier du cinéma
Posté le 12 mars 2015 -

Figure bien connue des milieux cinéphiles nantais, Jean-Pierre Berthomé a écrit son livre sur Jacques Demy, un projet qui lui tenait a cœur depuis fort longtemps. Les Racines du rêve est non seulement la première monographie digne de ce nom consacrée à Demy mais c'est aussi un ouvrage complet, sérieux, quasi incontournable et qui invite d'emblée du respect. Cette véritable somme « demiesque » impressionne par la richesse de ses informations et la qualité de son contenu: Jean-Pierre Berthomé commence d’abord par un récit bio-filmographique où il raconte l'enfance de Demy, évoque la ville de Nantes et nous révèle surtout les anecdotes concernant les débuts on ne peut plus artisanaux du cinéaste. Pour chaque film (l’œuvre est découpée chronologiquement), outre les témoignages recueillis (auprès de Demy essentiellement et de ses proches collaborateurs), tous les éléments de la mise en scène (décors, costumes) sont traités séparément avec toute l’attention et la méticulosité qui leur sont dus. La présentation du livre a recueilli les mêmes soins (voir la filmographie) même si, critique purement formelle, le lecteur s'étonnera de ne trouver aucune photo légendée.

 

Charles Tesson – Cahier du cinéma n°344 – février 1984

+
Berthomé - Jacques Demy et les racines du rêve - Cinéma 82
Posté le 12 mars 2015 -

Suivant pas à pas, avec la méthode et la profondeur des universitaires (quand ils font bien leur travail) les films de Jacques Demy, de ses premiers films en 8 mm, à « Une chambre en ville », Jean-Pierre Berthomé, parle cinéma, style, décors, couleurs, musique ; il parle de Nantes et de la notion de « provincialisme », il parle de société, de guerre d'Algérie, de rapports au père et à l'enfant, et, ce faisant, bat en brèche, réduit en cendres les platitudes généralement utilisées pour parler de la « douceur », de « l’élégance » de Demy. I1 reconnaît lui-même que l’on pourrait approfondir les thèmes, l’étude de la mort, de la passion. Je serais tentée de dire : à quoi bon ? Pour qui sait la lire cette étude est une merveilleuse invite a pénétrer dans l'univers de Demy qu' « Une chambre en ville » installe plus fortement encore parmi les très grands.

 

Mireille Amiel – Cinéma 82 – novembre 1982

+
Berthomé - Jacques Demy et les racines du rêve
Posté le 12 mars 2015 -

Cette seconde édition comporte une véritable mise à  jour : deux chapitres supplémentaires concernent « Parking »  ( 1985)  et « Trois places pour le 26 » (1988)  mais surtout un chapitre est consacré à « Jacquot de Nantes »,  le film d' «évocation d'une vocation» qu'Agnès Varda a tourné sur l'enfance du cinéaste, film-clé qu'il est indispensable de montrer aux lycéens en introduction a 1’univers affectif d'un auteur à la  fois rêveur et opiniâtre, léger et grave. Doté d'un index, d'une filmographie entièrement revue - on y découvre que Jacques Demy a été assistant d'Albert Lamorisse - d'une fiabilité assurée (en particulier pour les distributeurs : les droits de plusieurs films de Demy ont été  rachetés par Cine-Tamarisqui  veut sauver les copies de l’abandon et de la  dispersion), ce livre est une somme - pas du tout un pensum - et des lycéens peuvent le lire avec plaisir et profit. La  méthode de Jean-Pierre Bertha est scrupuleuse. Il  avertit le lecteur des étapes  l'origine, il y  a un thèse universitaire) traversées avant et après la première publication. Il prévient de l'impossibilité pour lui « d'affecter une extériorité du jugement » envers un homme et une œuvre avec lesquels il a entretenu des relations privilégiées. D'où un livre formidablement documenté, où les interprétations s'appuient sur des faits et des données concrètes. Le chapitre sur « Les parapluies de Cherbourg » n'a pas été réécrit (Jean-Pierre Berthomé a remis l'analyse du film à Nathan pour la collection Synopsis) mais, tel qu'il est, il fournit les informations nécessaires à une approche didactique rigoureuse. Il informe aussi sur la genèse de la musique et du décor. Son ton de plaidoirie entraîne irrésistiblement au dépassement du premier degré du film. Tous les films du cinéaste bénéficient du même souci d'exactitude etde justesse. L'aspiration mystique,  le goût de l'adaptateur à l'écran du « Bel indifférent » (1957) pour l'univers de Jean Cocteau, ne sont pas négligés. Les multiples correspondances qui tissent la trame et la cohérence romanesque de l'œuvre sont l'objet d'un inventaire séduisant. Jean-Pierre Berthomé dévoile les «racines» personnelles et culturelles de la démarche de créateur de Jacques Demy. Sa conclusion émue donne sa vraie dimension à la part du privé (l’amour Demy-Varda) et à celle du public : treize films seulement, «une conception du statut de l'artiste qui ignore ... les contraintes de l'intendance » et qui revendique la liberté du poète.

 

Françoise Jeancolas

+
  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Libration
Becky Chambers
Livre9
Jardin d'hiver
Olivier Paquet
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
François Rouiller reçoit le prix Rosny Aîné
Posté 17 juillet 2017 -

metaquine12.png

François Rouiller est le lauréat du prix Rosny Aîné pour Métaquine dans la catégorie "roman". Bravo à l'auteur et merci aux participants à la 44e convention de SF.

+
Celle qui a tous les dons – The Last Girl
Posté 29 juin 2017 -
the-last-girl-affiche.jpg L'adaptation cinématographique du roman de Mike Carey, Celle qui a tous les dons, sort en France le 28 juin. Le film est réalisé par Colm McCarthy et nous retrouvons à l'affiche Gemma Arterton, Glenn Close et Paddy Considine. Tous en salles !
+
Notre collection poche débarque !
Posté 24 mai 2017 -

 grandangle-poches-general.jpg

Voilà bientôt 30 ans que notre collection s'étoffe, et nombre des livres que nous avons publiés ne sont disponibles qu'en grand format. Certains libraires s'étant montrés encourageants, voire insistants (merci!), L'Atalante Poche voit donc le jour et arrive dans les rayons le 25 mai prochain avec 6 premiers titres. Rendez-vous chez votre libraire !

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 16 juin 2017 par Spyro1
Ben depuis ils sont passé a lune autre guerre, je pense que ce tome cloturerait celle là, ensuite après une 30 aine d'années de guerre ininterrompue, le sel de la série se perdrait un peu a mon sens [...]