L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Le Maedre | La soie et l'épée
Commande librairie Logo caddie
  • Le Maedre

Kai Meyer

La soie et l'épée

La soie et l'épée

Date de parution : octobre 2011

Série : Le peuple des nuées
Tome : 1

Traduit par : Nelly Lemaire

Collection : Le Maedre

ISBN13 : 978-2-84172-555-7

Nombre de pages : 336
Prix : 17,90 €
État : disponible

Jamais Nugua n’a rencontré d’être humain. C’est parmi les dragons qu’elle a grandi. Puis un jour, sans crier gare, ils ont disparu. Niccolo, lui, vit avec son peuple sur un nuage dans le ciel. Mais voici que l’éther, cette substance mystérieuse qui permet au nuage de survoler le monde, vient à manquer. La dégringolade est assurée. Or, l’éther, c’est le souffle des dragons.
Nugua et Niccolo ne se connaissent pas ; ils ne connaissent pas non plus cette Chine immense où leur quête des dragons disparus les entraîne. D’étranges rencontres les attendent : mages immortels chevauchant des grues, démons, guerriers mandchous, et cet étrange bonhomme enfermé dans son costume de dragon… Combats et sortilèges les guettent, mais aussi l’amour, même s’il est parfois le fruit de charmes diaboliques.
La Soie et l’Épée est le premier livre de la trilogie du « Peuple des nuées ».
  • Revue de presse
+
Meyer - La soie et l'épée - Les chroniques de l'imaginaire
Posté le 22 décembre 2011 -
Le peuple des Nuées, celui de Niccolo, vit depuis des siècles sur une île flottante constituée de nuages et de l'éther que rejettent les dragons, et que captent les pompes inventées par le Grand Leonardo.

Nugua a grandi parmi les dragons. Mais un jour ils disparaissent.

Et l'île s'arrête, bloquée entre des sommets montagneux, quelque part en Chine. Niccolo est chargé de partir à la recherche des dragons afin de rapporter de l'éther, à la grande fureur d'Alessia, la fille et héritière du duc Medici, qui aurait voulu y aller.

Voilà de la belle fantasy originale, sur fond de culture chinoise et en hommage à Léonard de Vinci. On y retrouve les "machines" inventées par le maître, ainsi que des chamans, des Mandchous, des immortels portés par leurs grues géantes... Tous ces éléments sont assez originaux pour faire oublier ce qu'a de banal l'intrigue proprement dite, d'un adolescent benêt chargé d'une mission capitale pour son peuple, qui bien sûr ne fait que des bêtises, et d'abord celle de tomber amoureux de la mauvaise personne...

C'est très bien écrit, la traduction est impeccable, la couverture est très appropriée, et en somme c'est un roman jeunesse que parents et ados pourront tous apprécier. Bien sûr, du fait qu'il s'agit du premier tome d'une trilogie, énormément de fils restent pendants à la fin, mais c'est normal, et pousse simplement à réclamer la suite ! 

Mureliane

+
Meyer - La soie et l'épée - Temps de livres
Posté le 23 janvier 2012 -

Niccolo vit avec son peuple sur les nuages. Ils parcourent la terre, contemplant le monde d'en bas, jusqu'au jour où les nuages perdent de l'altitude. Ce qui permet de maintenir le peuple des nuées en l'air c'est l'éther, rejeté par les dragons. Dragons qui ont disparu. C'est le constat fait par Nugua, une jeune humaine, élevée par Yaozi, un des dragons du Sud. La jeune femme, qui se considère comme un dragon, part à leur recherche.
Niccolo et Nugua ne se connaissent pas. Ils vont se rencontrer et découvrir qu'ils ont le même but : retrouver les dragons. C'est le début d'une aventure où la Chine, contrée mystérieuse, s'ouvre à eux.

Avec ce premier tome de La soie et l'épée, Kai Meyer nous ouvre les portes d'une trilogie fascinante. Il fallait oser mêler la Chine, les dragons et l'Italie. L'auteur allemand le fait avec brio. Mélanger les pays, l'histoire, Kai Meyer l'avait déjà fait avec L'histoire de Merle. Un magnifique roman d'aventure où l'Italie, l'Egypte et l'Enfer étaient mêlés. Le peuple des nuées est différent, mais tout aussi merveilleux.
Niccolo, l'un des personnages principaux, vient du peuple des nuées. Ils descendent d'italiens qui ont trouvé le moyen de rendre les nuages denses. Cette agglomération nuageuse forme un petit pays, avec des montagnes (de nuages), des lacs. Un savoir qui s'est perdu au fil des siècles. Un savoir qui est devenu interdit puisque les livres sont bannis. Une seule chose est sûre, les pompes à éther, qui permettent cette flottabilité, sont vides. Niccolo, qui garde des livres, malgré l'interdiction, se voit offrir une chance par le gouvernement en place : Aller sur terre, découvrir un dragon et rapporter son souffle. Pleuring est le personnage étrange de ce tome. Affublé d'un costume de dragon, il est victime d'un sortilège. Il ne peut retirer son costume et ne se souvient pas de ce qu'il faisait avant. Ses connaissances sont pourtant importantes pour ses compagnons de route. Il aurait pu être un personnage d'importance, mais il n'en est rien. Il est pleurnichard, peureux, sans parler de sa manière de se tenir. Une bien mauvaise imitation de dragon. Nugua, elle, traverse la Chine, rencontre les humains. Elevée par les dragons, malgré qu'elle ne le soit pas, elle pense être supérieure à ses compatriotes. Sa rencontre avec Niccolo et Pleuring, va peu à peu lui faire changer d'avis.
Ce pays permet  d'étranges rencontres : Une combattante avec des épées magiques,  des humains devenus immortels, alors que toute la Chine subit le joug des mandchous. C'est une période de peur qui traverse les habitants.

Si L'histoire de Merle était dès le début haletante, prenante, avec Le peuple des nuées, Kai Meyer prend son temps. Tout est décrit avec minutie, les émotions sont retranscrites precisément. Le sens de la narration est proche de la littérature asiatique où tout se met en place paisiblement. Ce n'est pas un tome d'introduction pour autant, mais le lecteur sentira que toute l'intrigue (apparemment simple) se met en place progressivement. Kai Meyer nous embarque dans une merveilleuse histoire. On finit le livre avec cette impression d'avoir voyagé avec les personnages, on en redemande.

Hervé Beilvaire

 


 

+
Meyer - Le Peuple des Nuées I : La Soie et l'épée - Les vagabonds du Rêve
Posté le 06 janvier 2012 -
Pas d'illusions à se faire, c'est une trilogie puisque désormais c'est la règle. En clair, la suite se fera attendre. Pour autant, cela a été une lecture très agréable. De la fantasy, assurément, mais avec beaucoup d'humour.
D'abord parce qu'il n'y a pas, à ma connaissance, beaucoup de fillettes élevées par des dragons. Moins encore qui vivent parmi ces créatures immortelles et se retrouvent seules du jour au lendemain toutes ayant disparu à l'entour.
Mais peut-être est-il plus extraordinaire encore de songer que le souffle des dragons, l'éther, disposant de propriétés particulières, sa disparition va entraîner l'inexorable chute d'une cité perchée sur un nuage.
Vous n'en saviez peut-être rien mais, depuis plus de deux siècles vit là-haut un peuple d'origine italienne, sans doute issu des voyages de Marco Polo.
En effet, ce sont les pérégrinations du jeune Niccolo Polo que nous allons suivre. Tout à la fois parce qu'il est avide de découvertes et de voyages, question d'hérédité sans doute, mais aussi parce sa liberté de pensée lui a attiré les foudres du duc Jacopo de Medici. La « punition », c'est partir à la recherche de ce fameux éther avant que leur territoire de nuages ne se délite complètement.
Le danger commencera à peine Niccolo aura-t-il réussi à descendre au pied des montagnes dans lequel son pays s'est retrouvé coincé en perdant de l'altitude.
Il recevra toutefois l'aide inattendue et bienvenue de Bisevent, une guerrière dotée de fort étranges pouvoirs avant de poursuivre vers un village où son chemin croisera celui de Nugua, partie par le vaste monde à la recherche de ses dragons protecteurs.
Mais de bien bizarres personnages se trouveront sur leur route. Amis ou ennemis ou, qui sait, un peu les deux ?
Un périple tout à la fois dans les provinces chinoises à l'époque de la Dynastie Qing et dans leurs légendes « circonvoisines ». Découverte de la nouveauté et clin d’œil pour les amateurs aux deux bouts de la Route de la Soie. De quoi plaire assurément aux lecteurs curieux.
Hélène Marchetto
 
 
+
Meyer - Le Peuple des Nuées I : La Soie et l'épée -Citrouille
Posté le 09 mai 2012 -
Noccolo vit sur une "île-nuage" à deux milles mètres au-dessus du sol, et qui fonctionne grâce à l'éther, souffle mythique des dragons la maintenant en l'air. Depuis la mort de son père, il vit seul dans une ferme à bord de l'île. Mais un jour l'île s'effondre jusqu'à toucher le sommet des montagnes de Chine. Niccolo se voit confier la difficile mission de retrouver les dragons mais un matin ils sont partis sans prévenir. Elle part à leur recherche...Les chemins de ces deux-là vont se croiser sur cette terre qui leur est inconnue, pleine de dangers...Enfin du renouveau en littérature imaginaire pour la jeunesse! Une belle fresque épique aux personnages singuliers et attachants. Kai Meyer sort des sentiers trop souvent battus et nous livre un très beau début de trilogie avec du suspens, de l'humour, du danger et un peu de magie issue de la mythologie chinoise! À découvrir très vite.
 
Amélie Raud-La Courte Échelle
Citrouille avril 2012
+
Meyer - La Soie et l'Epee - Mythologica
Posté le 07 août 2012 -

Enfin du neuf dans l’imaginaire ! La Soie et l’Épée est une véritable fresque épique, tenant en haleine le lecteur. Ce dernier ne manquera pas d’être surpris par cet univers à la saveur historique, mais qui, grâce à l’imagination de Kai Meyer, se transforme en un monde mystérieux, intriguant. Ce premier tome de la trilogie du Peuple des Nuées est un voyage dans une Chine revisitée, à la douce fragrance du lotus et exalté par le souffle de dragons mythiques.

Jamais Nugua n’a rencontré d’être humain. C’est parmi les dragons qu’elle a grandi. Puis un jour, sans crier gare, ils ont disparu. Niccolo, lui, vit avec son peuple sur un nuage dans le ciel. Mais voici que l’éther, cette substance mystérieuse qui permet au nuage de survoler le monde, vient à manquer. La dégringolade est assurée. Or, l’éther, c’est le souffle des dragons. Nugua et Niccolo ne se connaissent pas ; ils ne connaissent pas non plus cette Chine immense où leur quête des dragons disparus les entraine. D’étranges rencontres les attendent : mages immortels chevauchants des grues, démons, guerriers mandchous, et cet étrange bonhomme enfermé dans son costume de drégon… Combats et sortilèges les guettent, mais aussi l’amour, même s’il est parfois le fruit de charmes diaboliques. La Soie et l’Épée est le premier livre de la trilogie du Peuple des nuées.

L’île nuageuse du peuple des nuées est une idée tout bonnement incroyable. Elle doit sa fermeté et son maintien à ce souffle des dragons appelé éther. Depuis la disparition des créatures majestueuses, l’île a chuté brusquement pour se planter entre des montagnes et se désagréger. N’est-ce réellement qu’une coïncidence ? Le peuple des nuées est en danger, des monstres dangereux rôdant aux alentours. Les autorités de l’île vont envoyer Niccolo à la recherche des dragons afin de retrouver un peu d’éther. C’est durant son périple à travers la Chine du XVIIIe siècle que le jeune homme va faire la connaissance d’une guerrière mystérieuse, de la spontanée Nagua, d’un homme affublé d’un costume de dragon ridicule, d’un amour terrifiant, d’immortels dangereux et de mandchous cruels. N’oublions pas le moine guerrier citant Lao Tseu…

Entre magie et machines à la Jules Verne, créatures imaginaires et personnages historiques, le premier tome de la trilogie du Peuple des Nuées est une surprise de taille, empli d’un humour déluré. L’étrange équipe d’aventuriers qui va se former au cours de l’histoire est peu commune, pour notre plus grand plaisir. Dans des décors grandioses, Kai Meyer a su nous transporter au cœur de son imagination en nous proposant un scénario à l’originalité discutable, mais au charme certain. C’est un menu appétissant qui ne laisse pas le lecteur sur sa faim ! Ajoutons une pointe d’amour ensorcelé et comme cerise sur le gâteau des combats dignes d’un bon film d’arts martiaux et vous aurez là l’univers de La Soie et l’Épée. Autant avouer que ce premier tome excite un appétit qui ne pourra être sustenté que par une suite de la même trempe.

Malgré tout, le scénario de ce premier tome manque d’un peu d’ambition. Le lecteur suivra sa lecture plus par curiosité que par l’effet d’une tension constante. Autant dire un livre adapté à la jeunesse ! Nous excuserons donc les aspects prévisibles du livre. Peut-être devinerez-vous qui se cache sous le costume de dragon ? J’ai mon idée là-dessus. De même, nous excuserons la romance un peu niaise de notre jeune Niccolo.

Premier tome d’une trilogie prometteuse, La Soie et l’Épée est vraiment une bonne trouvaille, le style de l’auteur en renforçant la qualité. C’est un bon livre qui ne manquera pas de vous surprendre… Il ne me reste qu’une chose à ajouter : « celui qui sait ne parle pas, celui qui parle ne sait pas » (Lao Tseu). Bon voyage !

Hadrien
Mythologica

+
Meyer - La Soie et l'Epée - lesoir.be
Posté le 30 août 2012 -

Karou, Niccolo ou Alkan. Ce sont les héros/héroïnes de trois excellents romans pour ados.

La littérature jeunesse, c'est une belle part de l'édition de l'imaginaire. Un volume important des littératures de l'imaginaire se décline à l'intention des plus jeunes, pré-ados, ados et jeunes adultes. Regardez autour de vous, dans les transports en commun, quand les jeunes lisent, c'est souvent de la fantasy, de la bit-lit, de la science-fiction. Un marché que tous les éditeurs de l'imaginaire ont investi, d'Albin-Michel à Gallimard, via L'Atalante, Mango, Scrinéo, Bragelonne, etc. Une production impressionnante. Beaucoup d'ouvrages inintéressants et quelques pépites qui font la force de ces collections. En voilà trois, parmi d'autres, qui m'ont passionné ces derniers jours. Fille des chimères, de Laini Taylor, chez Gallimard Jeunesse ; La soie et l'épée, de Kai Meyer, chez L'Atalante, Le tourneur de page, de Muriel Zürcher, chez Eveil et Découvertes.

Une Américaine, un Allemand, une Française. Deux histoires de fantasy, une histoire de SF. Trois héros/héroïnes adolescents/tes évidemment. La Fille des chimères est amoureuse d'un ange, amour quasi impossible : anges et chimères sont en guerre depuis des lustres. Niccolo, dans La soie et l'épée, doit retrouver les dragons dans cette Chine du XVIIIe siècle pour pouvoir recueillir leur souffle, seul moyen de maintenir en l'air sa ville des nuages. Alkan et Tahar veulent combattre les méchants qui, au nom du Tourneur de page, tyrannisent les habitants de la Bulhavre, cette ville sous cloche où il faut être heureux, sous peine d'être effacé.

« Que le livre me plaise »

Trois bouquins bien menés, et qui en profitent pour intéresser les jeunes à des questionnements essentiels : la tolérance, l'ouverture aux autres, l'amitié, l'amour, le bonheur programmé et la liberté. Zürcher est efficace, Taylor est drôle, Meyer est poétique.

Mais comment les éditeurs choisissent-ils ces littératures pour jeunes ? « Il n'y a pas de critère, répond Stéphane Manfredo, directeur de la collection jeunesse de L'Atalante. C'est comme pour la littérature adulte : il faut que le livre me plaise jusqu'au bout. Enfin, il y a des critères quand même : la qualité du contenu, celle de l'écriture et l'originalité. Cette dernière est la plus importante, car les lecteurs jeunesse sont très exigeants. »

Ce qui est séduisant chez Zürcher, c'est son interrogation : le bonheur ne peut pas être décidé, il ne vient que si on est libre de le chercher. Chez Taylor, c'est le personnage de Karou, 17 ans, cheveux bleus, qui parle 17 langues, et qui se demande qui elle est. Chez Meyer, c'est la capacité d'enchantement : son univers est merveilleux, ses personnages, même secondaires, sont très attachants. De quoi d'ailleurs attirer autant les adultes que les ados.

« Ces livres sont le plus souvent destinés à un public très large, reprend Stéphane Manfredo. Je ne choisis de publier, moi, que des bouquins que j'ai pris plaisir à lire. Un bon livre, c'est un bon livre, quelle que soit la collection où il apparaît. » Je confirme : ces livres sont excellents. Quel que soit l'âge du lecteur. Même si la trame reste souvent la même – la quête de soi –, le talent des auteurs permet d'emprunter mille chemins pour atteindre le but. Ce sont ces chemins-là qui sont passionnants.

Jean-Claude Vantroyen
lesoir.be

+
Meyer - La Soie et l'Epée - Citrouille
Posté le 29 décembre 2012 -
Niccolo vit sur une «Île-nuage» à deux mille mètres au dessus du sol, et qui fonctionne grâce à l'éther, souffle mythique des dragons la mainte nant en l'air. Depuis la mort de son père, il vit seul dans une ferme au bord de llle. Mais un jour l'île s'effondre jusqu'à toucher le sommet des montagnes de Chine. Niccolo se voit confier la difficile mission de retrouver les dragons pour sauver son île. De son côté, Nunga a été élevée parmi les dragons mais un matin ils sont partis sans la prévenir. Elle part à leur recherche ... Les chemins de ces deux-là vont se croiser sur cette terre qui leur est inconnue. pleine de dangers... Enfin du renouveau en littérature imaginaire pour la jeunesse! Une belle fresque épique aux personnages singuliers et attachants. Kay Meyer sort des sentiers trop souvent battus et nous livre un très beau début de trilogie vec du suspens, de l'humour, du danger et n peu de magie issue de la mythologie chinoise ! A découvrir très vite.
Amélie Raud - La Courte Echelle
Citrouille
+
Meyer - La Soie et l'Epée - Emmanuel Collot
Posté le 21 février 2013 -

On ne pensait pas les allemands capables de faire vraiment dans l'épique à tout va. Juste avions-nous bien connaissance d'un géant comme Eschbach, voir encore le très populaire Hohlbein et le jeune prometteur qu'est Michael Marrak, dont on attend encore le grand retour. Mais le registre épique demeurait chez les allemands en règle générale comme un problème, ou du moins ne l'enviageaient-ils pas de cette manière; premièrement en raison de l'écueil du passé un peu lourd qui est le leur, mais aussi d'une société allemande de plus en plus attirée par la nouveauté littéraire et les diverses ubiquités de que cela permet. (...)

Si on rencontre bien des éléments qui font plus "science-fiction" dans ce premier opus fascinant (l'engin volant de Nicolo, l'éther comme source d'énergie), c'est juste pour servir de prétexte à dresser le portrait de deux civilisations bien différentes, et peut-être aussi deux façons de voir le monde. D'un côté, une peuplade asiatique à la poésie aussi discrète et précieuse que leur langage, le tout mâtine de furieux guerriers madchous; de l'autre une espèce d'utopie recouvrant une micro-société à l'italienne, le tout dans un dix-huitième siècle transfiguré par la magie d'une histoire réactivant de vieux archétypes au service d'une histoire qui toujours veut se démarquer du genre mais dont on peut sentir quelques influences américaines : comme par exemple ces fameux dragons qui évoquent les très scientistes dragons de Pern d'Anne MacCafrey. (...)

Meyer opère au même prodige fabuliste, réunissant les stances du conte pour aristocrate et un magique plus conventionnel à une science jamais dévoilée mais plutôt mise en suspend pour comprendre qu'entre les cultures et les personnes, il n'y a qu'un ensemble de valeurs bien provisoires qui les séparent, rien d'autre.

Le résultat demeure alléchant, beau au possible, avec au final une belle réinterprétation d'un mythe arthurien afin de le faire intéragir dans un autre sens. La subversive mais belle plume de Meyer fait son effet, on demeure emballé par autant de pittoresque et d'intelligence. Une belle histoire d'amour doublée d'une quête d'identité, et un combat symbolique contre le temps et ses maîtres, l'asservissement, et donc la naissance de la révolte.

Remarquable.

Emmanuel Collot

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Courageux
Jack Campbell
Livre9
Entends la nuit
Catherine Dufour
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Offre numérique : Mémoires de Lady Trent à 4,99e
Posté 09 novembre 2018 -

Le dernier tome des Mémoires de Lady Trent sort ce mois-ci : Le Sanctuaire ailé !
À cette occasion, le reste de la série est à prix réduit en numérique.

ladytrent_site.jpg

+
La pratique de l’Hilketa selon John Scalzi
Posté 06 novembre 2018 -

L’hilketa est un sport inventé aux États-Unis où deux équipes de onze joueurs ont pour principal objectif d’arracher la tête à l’un de leurs adversaires puis de la lancer ou de la porter entre les poteaux de but.

Ils marquent ainsi des points auxquels peuvent s’ajouter ceux attribués en récompense d’actions défensives ou offensives. En raison de la violence de cette discipline, aucun organisme humain n’est présent sur le terrain pendant la partie

Lire la suite sur le blog

hilketa.jpg

+
"Entends la nuit" sur Alternantes
Posté 17 octobre 2018 -

Écoutez l'émission ici

 catherine-dufour_couv_s.jpg

 

 

+
Texto, le nouveau roman de Dmitry Glukhovsky
Posté 24 septembre 2018 -


 

À paraître en janvier 2019.

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2019. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected