L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | Le Maedre | Izaïn, né du désert
Commande librairie Logo caddie
  • Le Maedre

Johan Heliot

Izaïn, né du désert

Izaïn, né du désert

Date de parution : octobre 2009

Série : La quête d'Espérance
Tome : 1

Illustrateur : Manchu

Collection : Le Maedre

ISBN13 : 9782841724796

Nombre de pages : 192
Prix : 10,50 €
État : disponible

Sous le commandement de la jeune Légyria, le vaisseau animal Espérance parcourt les pistes du désert, acheminant de précieuses cargaisons d’oasis en oasis.
Un matin, le bosco du bord, Orso, ancien mercenaire, aperçoit le ballet de charognards mécaniques dans le ciel : les inquiétants oiseaux-machines sont sur le point d’attaquer un enfant naufragé qui erre dans le sillage d’Espérance. Orso se lance à sa rescousse.L'enfant prononce un premier mot : Izaïn - qui deviendra son nom.
Entre récit de piraterie et science-fiction, La Quête d'Espérence embarque le lecteur dans un fabuleux voyage, à la découverte d'un monde lointain dont les origines seront dévoilées au gré des trois tomes, qui verront Espérence, après avoir silloné le sable, parcourir les mers puis les airs...
 
Sélection Prix Tam-Tam 2011 Plus d'informations sur le site du prix
  • Revue de presse
+
Heliot - Izaïn, né du desert - Phénix-web
Posté le 24 novembre 2009 -

Johan Héliot est un auteur de talent aux multiples facettes. Il écrit ici un roman pour la jeunesse où l’action et les rebondissements se succèdent. Ce premier volume de la quête d’Espérance permet de découvrir un monde dangereux où les hommes se déplacent à travers les déserts en dirigeant des animaux s’apparentant à des limaces gigantesques pourvues d’un rostre monstrueux. Les personnages sont bien campés et la diversité de leurs caractères rend la lecture plaisante.

Le récit développe plusieurs pistes qu’il n’est pas facile de hiérarchiser car l’auteur garde de nombreux secrets sur son monde et ses habitants. Izaïn, le jeune rescapé, semble cependant avoir une importance capitale, même s’il n’est pas possible d’identifier son rôle à venir. Cette quête débute de la meilleure des façons et laisse le lecteur curieux et impatient de pouvoir lire la suite.

 Orso est le bosco d’Espérance, un vaisseau du désert qui parcourt les pistes d’oasis en oasis. Depuis la mort du Capitaine Ellerios, c’est sa fille Légyria qui dirige le bâtiment, et celle-ci a décidé de réaliser un coup. Pour cela elle doit faire affaire avec Kéziel, le meurtrier de son père. Orso s’y oppose en vain mais ce n’est pas son seul souci. En effet, mû par une impulsion soudaine, il s’est porté au secours d’un naufragé du désert et il en a désormais la responsabilité. Le jeune garçon se révèle fort énigmatique car s’il comprend ce que les marins lui disent, il parle une langue étrangère et n’a plus de souvenir, en dehors de son nom, Izaïn. Orso espère qu’avec l’aide du soigneur du navire, Bayu, il comprendra ce qui est arrivé à l’adolescent. Les deux hommes devront faire vite, car l’Espérance doit affronter les nombreux dangers que font peser sur elle les fanatiques religieux Fondationnistes ou les terribles Pirates de Fer.

Chris de Savoie

+
Heliot - Izaïn, né du desert - Les chroniqueurs vagabonds
Posté le 03 novembre 2009 -

 Johan Heliot nous livre là le premier tome d’une aventure « pour la jeunesse » bien agréable à lire. Il n’est point courant de voyager sur des céphalopodes, certes, pas plus dans le désert qu’en mer ou dans les airs, comme le prévoient les futurs tomes, mais n’est-ce pas le voyage qui importe, au fond, et les voyageurs ?

D’oasis en oasis, l’Espérance trace son chemin à travers le désert, dirigée par sa jeune capitaine Légyria. Ainsi va le commerce en ces terres lointaines et s’échangent les marchandises précieuses. Que la vie soit difficile ne va pas empêcher Orso, le second, de prendre des risques pour sauver un petit gosse qui s’accroche dans le sillage d’Espérance et que les charognards attaquent déjà. Cela vaut la peine près tout de sauver un esclave potentiel. Encore faut-il qu’il soit en état d’être vendu. Aussi Orso va-t-il avoir besoin de marchander des soins auprès de Bayu, le guérisseur du bord. Toutefois, Fentz, « artiste » en fuite hébergé à bord, s’intéresse lui aussi de bien près au jeune réfugié. S’il bénéficie de l’indulgence de la capitaine parce qu’il sculpte la corne d’Espérance, son animal-vaisseau, il cherche tous les moyens pour retourner à une vie de cour qui lui manque. Or, contre toute attente, Légyria a décidé de se diriger vers la proche Baas’Abell, ville des plus dangereuses, au motif d’y faire des affaires particulièrement fructueuses en ces temps de troubles mais aussi de se venger du meurtrier de son père. Les choses ne se dérouleront pas vraiment comme prévu, aussi son navire, s’il peut repartir avec la cargaison prévue, aura-t-il la charge de passagers imprévus dont certains clandestins, et quoi de plus tentant qu’un bâtiment plein d’un possible butin ? 

Hélène

+
Heliot - Izaïn né du désert - le Cafard Cosmique
Posté le 03 décembre 2009 -

Chaque personnage possède sa part d’ombre... Complots et vengeances se fomentent en coulisses. D’une plume élégante, Héliot distille juste assez d’éléments et titille la curiosité du lecteur sans pour autant déflorer l’intrigue. Il met en place habilement plusieurs pièces d’un puzzle complexe, qui – on l’imagine – s’imbriqueront dans les tomes suivants. Il dispose d’une matière riche, un monde aride où les alliances se concluent aussi vite que les trahisons, et dans lequel le chacun pour soi règne en maître.

La narration est vive, percutante. Chaque chapitre saute d’un personnage à l’autre, donnant au lecteur l’envie de tourner la page pour voir plus avant. Héliot a un excellent sens du rythme, rendant la lecture plaisante et sans accroc, malgré tout victime de certaines facilités. Le déroulement de l’intrigue et les personnages laissent ainsi peu de place aux surprises. Alors que transparaît le plaisir de l’auteur à raconter une histoire de pirates à la sauce fantasy, un peu plus de liberté de sa part aurait pu rendre ce livre purement réjouissant.

Ce roman se conclut par un cliffhanger du plus bel effet.

(…)

Un texte plaisant, bien ficelé qui donne envie de se plonger dans la suite...

+
Heliot - Izaïn, né du desert - Le Dauphiné Libéré
Posté le 31 décembre 2009 -

Johan Heliot est un grand conteur, il fusionne ici avec bonheur deux grandes formes du récit d'aventures, l'histoire de pirates et l'univers de la science-fiction.

On n'est pas loin du grand Jack Vance.

+
Heliot - Izaïn, né du desert - IF is Dead
Posté le 07 janvier 2010 -
Diantre, mon livre préféré serait un livre que je n’ai même pas chroniqué ? Eh bien oui ! C’est tout simplement parce que je l’ai lu très récemment et que la critique n’a pas encore été publiée. Et pour cause, j’ai du le lire juste après Noël, par là, dès que j’ai fini Immortel de Traci L. Slatton. Du coup, ce coup de coeur 2009 va vous sembler un peu bizarre, et il faut dire qu’il l’est: Izaïn, né du désert, est un livre pour jeunes, et non pas pour adultes. Ce premier tome de la série La Quête d’Espérance, est écrit par Johan Heliot, un français donc. Je pourrais l’expliquer de nombreuses manières, mais c’est tout simplement un petit bijou de littérature Jeunesse. C’est même le livre parfait je dirai, sans défaut, quelque chose à offrir à un garçon qui ne lit pas, et que vous aimeriez bien convertir à la lecture. Vous avez plus de chances de le convertir qu’avec un Harry Potter par exemple, car Izaïn possède toutes les qualités sans aucun des défauts habituels, à mon humble avis. Il est captivant dès le début, l’univers est original et fascinant, il n’y a pas de longueur, pas d’incohérence, le récit est haletant du début à la fin, et j’ai hâte d’en lire la suite ! Je ne vous en ferai pas le synopsis plus en avant, vous l’aurez dans la critique, mais ô combien j’aurai aimé le lire il y a quelques années, alors que j’étais encore un jeune dabYo, et que mon cœur pouvait s’enflammer bien plus vite. Oui, ce livre m’aurait beaucoup plu. Mais même aujourd’hui, en jeune adulte que je suis, il me plait déjà énormément. Johan Heliot nous laisse découvrir un monde merveilleux, bien loin des habituels clivages de la Fantasy pour adolescents (en général un royaume à sauver), et avec une intrigue plutôt ambitieuse. Bien sûr, il y a de la prophétie dans les parages, il y a de l’élu, mais ça passe comme une lettre à la poste, tellement ça colle, tellement c’est bien écrit et amené. Bref, le choix était difficile, j’ai beaucoup hésité, et puis la fraîcheur du livre de Johan Heliot a su combler les lacunes de la littérature jeunesse. Un livre que je vous conseille, à tout age, d’autant qu’il est rapide à lire et qu’il vous tiendra jusqu’à sa fin !                                                                                                                                                                        
                                                                                                                                                                                                                                 dabyo
+
Heliot - Izaïn, né du desert - Quadrant Alpha
Posté le 20 janvier 2010 -

Après Andreas Eschbach & Pierre Pelot (entre autre), voici donc que Johan Heliot prête également sa plume à cette collection jeunesse. Le roman est court, moins de 200 pages. C'est sans doute pourquoi l'auteur ne s'embarrasse pas d'une présentation longue et tortueuse. Immédiatement, vous serez amenés à plonger au sein du désert. Pour y découvrir "Espérance" le vaisseau animal des sables et son équipage de "Terreux". Ces marchands qui traversent les immenses étendues d'un désert des plus inhospitaliers pour rallier entre elles les oasis et permettre ainsi au commerce de subsister même en ces terres sauvages. Si la présentation est sommaire et l'action très vite au rendez vous, n'en demeure pas moins que l'auteur esquisse avec talent un univers particulier où les "Terreux" disputent les voies commerciales du désert aux "Charognards" et autres "Traqueurs". et où l'eau est vue avec une grande méfiance. Un monde où les vaisseaux du désert, animaux vivants, stockent les cargaisons dans leurs nombreux estomacs et fournissent fluides vitaux et autres sucs rares à ceux qui parfois sont amenés à vivre en son sein !

L'action, je l'ai dis, est rapide à se mettre en place et rythme tout le récit, lui même émaillé de nombreuses péripéties et retournements de situation. Pas le temps de s'ennuyer au cours de ce très court roman qui fleurte sans arrêt entre SF apocalyptique et roman de pirates, comme l'indique à juste titre la quatrième de couverture. Les personnages ne sont en rien les archétypes de ce genre d'ouvrage mais gardent malgré tout une saveur propice à l'attachement. Attiré par le résumé, j'ai lu ce roman par simple curiosité. Histoire de voir, en fait, ce que donnait la plume de Johan Heliot plongée dans l'encre jeunesse. Je poursuivrai la saga pour elle même. Pour en apprendre un peu plus sur cet univers et pour connaître le destin des personnages. Vous l'aurez compris je me suis laissé assez facilement prendre par la magie du désert. Je profite de l'occasion pour saluer la politique éditoriale de cette maison hautement recommandable et dire tout le bien que je pense de sa collection "La Dentelle du Cygne" à qui je dois quelques centaines d'heures de bonheur...

 Le quadrant Alpha, dimanche 17 janvier 201O.

+
Heliot - Izaïn, né du desert - livresfantastiques.fr
Posté le 20 janvier 2010 -

Donc l’histoire est assez simple au départ, c’est l’histoire d’Espérance, un vaisseau vivant, un peu comme un ver avec une immense corne, qui parcourt le désert grâce au fluide qu’elle transporte et qui lui fournit l’énergie dont elle a besoin. Les terreux sont les membres de l’équipage. Les vaisseaux sont contrôlés par leur capitaine d’une façon mystérieuse, et le pouvoir de contrôle se transmet de père en fils/fille. Orso est un terreux, un bosco (c’est un terme de marin qui signifie un maître de manoeuvre), sa tâche est d’assurer la cohésion entre les membres de l’équipage, et il n’hésite pas à employer la manière forte pour cela. Depuis plusieurs jours il suit l’avancée d’un corriace garçon qui suit Espérance, à bout de forces. Après l’avoir sauvé des griffes des charognards, Orso découvre que le garçon, qu’il prénomme Izaïn, est un garçon très spécial… Ce garçon va donc être un mystère que tout le monde va chercher à percer. L’immersion dans l’histoire se fait en douceur et facilement, sans incompréhension, c’est en même temps simple et efficace, car on entre vraiment dans l’histoire. Le seul reproche que j’aurais à faire à ce niveau là, c’est les zones d’ombre au niveau des personnages, on ne nous les décrit pas et ils ne sont généralement pas très complexes, des pans entiers de leur personnalité ne nous sont pas dévoilés, et c’est aussi le cas du vaisseau vivant, dont on se fait une image seulement par la couverture… Mais le vaisseau a-t-il des pattes ou rampe-t-il comme un serpent ? Mais c’est du jeunesse et c’est donc facilement excusable. Le style en lui même est simple et bien étudié, à la troisième personne et au passé. Mais il suffit et c’est justement ce qui fait que le livre est si prenant. On passe d’un personnage à l’autre, à l’intérieur même de chaque chapitre, et souvent, on en veut presque à l’auteur car c’est au moment le plus crucial et l’on avale donc les parties suivantes, pour enfin retrouver la suite qui nous avait été enlevée. L’intrigue quand à elle, évolue peu à peu, par intermittence. Là où l’on croit que le chemin principal a été fixé, le récit s’engage d’un coup dans un chemin intermédiaire qui devient le principal au bout d’un moment. L’histoire d’Izaïn passe donc au second temps pendant une très grande partie du récit. On n’est jamais largué dans le récit, tout est amené souplement et même si les rebondissements sont assez prévisibles, on ne peut pas s’en plaindre parce que l’auteur réussit à nous tenir en haleine jusqu’au moment où il faut tout dévoiler.

Bartimeus 

+
Heliot - Izaïn, né du desert - ifisdead.net
Posté le 20 janvier 2010 -

Je continue ma petite incursion dans le monde de la Fantasy jeunesse avec Izaïn, né du désert de Johan Heliot, sortie récemment aux éditions l’Atalante dans la collection Jeunesse. C’est un auteur français que nous voulions lire depuis un bon moment ici, notamment à cause de son roman Steampunk, Seule la Lune le sait. Izaïn est le premier de la série La Quête d’Espérance. On y suit plusieurs point de vue pour découvrir un monde où l’on ne navigue pas uniquement sur l’eau, mais aussi sur le sable dans d’immenses désert. Synospsis. Izaïn, né d désert, La Quête d'Espérance, de Johan Heliot Le code des terreux est clair: si l’un d’eux sauve un naufragé du désert pour le remonter sur la proue du navire, alors sa vie lui appartient et il peut en faire à sa guise, le vendre comme esclave, par exemple. C’est dans cette optique qu’Orso observe l’adolescent qui marche depuis plusieurs jours sur le sable brûlant, en suivant le sillage du navire Espérance sur lequel il est le bosco. Puis, il fini par prendre les choses en mains, saute du navire pour atterrir dans le désert, sauve le môme, et court après le bâtiment mouvant pour y remonter. Vous vous en doutez, ce n’est pas n’importe quel gamin qu’il a sauvé… Mais ça, il ne le sait pas. Dit comme ça, ça ne vous donnera peut être pas très envie, et pour cause, les livres pour adolescents où il est question d’élus ne manquent pas. Entre Harry Potter ou récemment Les Chevaliers d’Emeraude, ce n’est pas ce qui manque. Dans ces cas là, c’est donc la façon de narrer, la qualité du scénario et surtout la magie de l’univers présenté que tout va se jouer… Et heureusement pour nous, Johan Heliot manie excellemment les trois, et y rajoute de nombreux points positifs en sus. Tout d’abord, l’univers dans lequel se déroule notre histoire est tout simplement captivant. Certes, nous sommes dans un univers de pirates, de voyages en navires, etc. Mais ce sont des pirates sur du désert et sur des navires vivants, qui se nourrissent d’un mystérieux fluide pour avancer sur les dunes et permettre aux équipages de traverser les déserts pour aller de ville en ville, d’escale en escale. Nous suivons bien entendu l’un de ces bateaux, nommé Espérance. Je n’en dis pas plus car la découverte de tout ce folklore fait partie de l’expérience de la lecture, et qu’il serait dommage de la gâcher. Comme d’habitude, on est littéralement lâché dans l’univers et c’est à nous de nous raccrocher à la première bouée que nous découvrons. Izaïn, né d désert, La Quête d'Espérance, de Johan HeliotPar contre je peux vous dire que ce monde promet d’être aussi riche que celui du sorcier que tout le monde connaît, et que c’est ce qui fait la grande force de l’ouvrage. Mais pas la seule, le style de l’auteur et la façon de narrer est aussi très bonne. En général, on suit un personnage le temps de quelques pages, puis on passe au suivant. Bref, une succession de points de vue qui permet surtout un rythme effréné, très captivant. On a envie de savoir la suite et on lit le personnage qui suit dans le seul but de retourner au personnage de départ… Vous connaissez l’histoire, c’est bel et bien le même principe, et il est très agréable de le voir adapté au format jeunesse. La très courte taille des chapitres, environ cinq à dix pages, permet d’avancer vite et de ne pas s’ennuyer. Et lorsqu’on est jeune, ce que l’on souhaite en lisant un livre, outre le fait de découvrir un monde magique et qui fait rêver, c’est de ne pas s’ennuyer. Et là, il faut dire que ce premier tome de La Quête d’Esperance est à la hauteur des notres, d’espérances. Si vous le faites lire à un jeune adolescent, je mettrais presque ma main à couper que cela lui plaira. Tout y est, pour le bonheur des plus petits… comme des plus grands, car contrairement à d’autres pointures du genre, le fait d’avoir une culture littéraire ou d’avoir lu de nombreux livres ne changera en rien votre appréciation ! Pour être honnête, si aujourd’hui j’avais quelques années de moins, je le hisserai directement au sommet de mes livres préférés, car c’est clairement ce que j’aurai adoré lire… J’ai donc dévoré le livre, fini en deux petites séances de lecture, et à aucun moment je ne me suis ennuyé. Au final, ma seule déception sera de l’avoir lu après Noël, sans quoi je l’aurai volontier offert à mon petit frère. La suite, Les Pirates de fer, sortira bientôt, je n’ai malheureusement pas pu trouver la date, mais je compte bien me renseigner.

dabYo, 14 janvier 2010

+
Heliot - Izaïn, né du desert - Le dauphiné libéré
Posté le 02 février 2010 -

Le premier tome de La quête d'espérance, saga plus spécialement destinée à la jeunesse, nous entraîne sur une mer de sable, qui n'est pas sans rappeler les grands désert de Dune, à bord d'un magnifique vaisseau installé sur le dos d'une créature géante et télépathe. L'équipage d'"Espérance" a recueilli en route un drôle de gamin qui semble tombé du ciel sans souvenirs. Il va bientôt devenir l'enjeu d'une terrible lutte de pouvoir. Johan Heliot est un grand conteur, il fusionne ici avec bonheur deux grandes formes du récit d'aventures, l'histoire de pirates et l'univers de la science-fiction. on est pas loin du grand Jack Vance.

Hubert Thierry, Le dauphiné libéré, 21 decembre 2010.

+
Heliot - Izaïn, né du desert - CitronMeringue
Posté le 05 février 2010 -

D’oasis en oasis, l’Espérance trace son chemin à travers le désert, dirigée par sa jeune capitaine Légyria. Ainsi va le commerce en ces terres lointaines et s’échangent les marchandises précieuses. Que la vie soit difficile ne va pas empêcher Orso, le second, de prendre des risques pour sauver un petit gosse qui s’accroche dans le sillage d’Espérance et que les charognards attaquent déjà. (...) Johan Heliot nous livre là le premier tome d’une aventure « pour la jeunesse » bien agréable à lire. Il n’est point courant de voyager sur des céphalopodes, certes, pas plus dans le désert qu’en mer ou dans les airs, comme le prévoient les futurs tomes, mais n’est-ce pas le voyage qui importe, au fond, et les voyageurs ?

 

Hélène, 1 novembre 2009, parcheverses.blogspot.com.

+
Heliot - Izaïn, né du desert - blog critic
Posté le 02 mars 2010 -

Un vrai roman d'aventures, ca fait du bien. Si ce premier tome annonce une intéressante trilogie il permet également de découvrir un monde qui regorge de personnages hauts en couleur (navigateurs, pirates, oasis, marchants, navires hors-du-commun et autres prophéties...) ainsi que les liens qui se recoupent entre ceux-ci. C'est avec plaisir que l'on découvre les "marins" du navire Espérance et l'on suit avec la même impatience l'intrigue qui se noue entre plusieurs protagonistes et surtout ce fameux Izaïn, qui semble plus important qu'un orphelin lambda. Si les personnages sont attachant, que dire d'Espérance, le navire? Fascinant est le mot juste. Le ton du roman est entraînant, les pages s'enchaînent à grande vitesse, jamais l'ennui n'est venu s'immiscer dans ma lecture de ce roman. Et si je n'avais qu'un seul regret, c'est que le second tome ne sorte que dans quelques mois.

8/10 Johan Héliot nous offre là un très bon roman d'aventure, les lecteurs auraient tort de se priver de ce bon moment de lecture!

Meor, 15 novembre 2009, librairie.critic.over-blog.fr.

+
Heliot - Izaïn, né du desert - mythologica.net
Posté le 29 mars 2010 -

En ouvrant ce livre puis en le lisant j’ai été très surpris. En fait j’ai été inattentif puisque je ne me suis pas rendu compte avant de tourner la dernière page qu’il s’agissait d’un roman jeunesse… Cela peut sembler surprenant et pourtant. Après avoir lu Steppe rouge du même auteur j’étais réellement curieux de voir ce qu’il serait en mesure de proposer sur un univers de SF. Et là je ne fus pas déçu. Izaïn, né du désert est la promesse d’un cycle de SF particulièrement trépidant et passionnant. Je m’en vais de ce pas vous expliquer pourquoi. Manchu est l’illustrateur qui nous propose la première mise en place de l’univers d’Espérance. Soleil, sable et un monstre muni d’une gigantesque corne sont les éléments retenus pour illustrer cette couverture. De loin en loin on pourrait presque dire qu’elle laisse présager une sorte de Dune renouvelé avec ses vers des sables, ses guerriers,… Mais vous allez voir que Johan Heliot parvient à créer un univers assez particulier pour être unique. Commençons par Espérance. Sorte de gigantesque limace des sables qui porte sur son dos un équipage, comme dans un véritable récit de piraterie. Car c’est bien là le point sur lequel Johan Heliot va s’appuyer : nous proposer un récit de piraterie en plein désert. Autant vous dire qu’il fallait y penser… Ainsi Espérance est une sorte de navire du XVIIIème siècle auquel la plume a donné une vie propre. Articulant son récit autour de ce principe l’auteur vient agréger de nombreux éléments classiques du roman jeunesse et notamment l’amitié et le caractère exceptionnel d’une jeune homme, Izaïn. Des questions de religion, de rivalités entrent en ligne de compte également pour créer un récit complet qui ravira petits et grands. Car c’est bien là que se trouve l’une des facultés les plus impressionnantes de ce roman : je ne savais pas qu’il était classé dans un rayon jeunesse et j’ai réellement apprécié cette ignorance car je suis parti sans aucun à-priori et ai pu me faire réellement plaisir à cette lecture. Les personnages tels qu’Izaïn, Orso, Légyria, Bayu, viennent émailler de leur présence les lignes du roman et lui offrent une dimension tout à fait particulière. Entre récit de piraterie désertique et roman jeunesse, Izaïn, né du désert, saura ravir petits et grands grâce au talent de la plume de Johan Heliot. Si je devais trouver un comparatif je dirais que ce récit est aux confluents de Dune de Franck Herbert et de L’Île au Trésor de Robert Louis Stevenson, mêlant deux genres pourtant totalement différents de manière symbiotique pour créer un récit inédit qui, comme tout bon premier tome, pose de nombreuses questions mais ne délivre pas encore ses énigmes… Un roman à mettre sans problème dans toutes les mains et qui, je l’espère annonce une longue vie à la Quête d’Espérance. La littérature imaginaire en jeunesse et sa foisonnante qualité promets beaucoup de longs jours de gloire pour nos univers préférés avec un renouvellement des lecteurs sans cesse plus important. Que demander de mieux ? Le tome 2 et tout de suite !

Deuskin, mythologica.net

+
Heliot - Izaïn, né du desert - Courrier français
Posté le 23 avril 2010 -

Johna Heliot est bien connu dans le petit monde fort turbulent de la science-fiction française actuelle. Depuis à peine dix ans, il a accumulé textes (trente romans, de nombreuses nouvelles) et récompenses, touchant à tous les genres de la littérature de l'imaginaire. Izaïn, né du désert, premier tome d'une trilogie, s'adresse plus particulièrement à la jeunesse (quoique...). Une belle histoire, récut d'aventures et de science-fiction, fertile en rebondissements, où Espérance, vaisseau du désert doué de vie, parcourt les déserts. L'aventure débutera par le sauvetage d'un enfant naufragé. Et le voyage commence, superbement écrit, alerte et débridé... hélas à suivre ! Patience: le second tome, Les pirates de fer, est prévu en avril !

 Christian Robin

+
Heliot - Izaïn, né du desert - Imaginelf
Posté le 31 mai 2010 -

Un univers mystérieux

Izaïn, né du désert plonge dès la première page dans une aventure palpitante. Décor inconnu et vocabulaire étrange accueillent le lecteur, qui doit alors se fier aux yeux du bosco pour découvrir l’univers environnant. Du sable à perte de vue et pourtant l’intrigue se déroule sur un navire bien particulier : Espérance, sorte de grosse limace décrite de manière affectueuse et personnage à part entière du récit. Où se trouve ce désert, quelles sont ces créatures-navires et d’où viennent-elles, qu’est-ce que ces créatures mécaniques qui hantent l’étendue ? Les premières questions se bousculent, le lecteur est d’ores et déjà captivé.

Izaïn entre en scène immédiatement, naufragé secouru, ne parlant au départ pas la langue des terreux et possédant un livre étrange. A la fois terriblement enfantin et faisant preuve d’une étonnante sagesse, il apporte de nouvelles interrogations. Mais Johan Heliot choisit de révéler son univers petit à petit et de laisser la part belle à l’aventure humaine plutôt qu’aux explications théoriques. Sans frustrer le lecteur, il apporte à chaque page de nouvelles connaissances, notamment concernant les différents peuples qui sont amenés à se croiser, tout en laissant une ouverture importante pour la suite. Tout ceci laisse entrevoir la complexité d’une trame bien pensée, un pur régal de maîtrise narrative.

Fabuleuse aventure servie par des personnages attachants

L’histoire ne connaît aucun répit, l’auteur rythmant son récit par de nombreuses rencontres, souvent peu amicales, et par la découverte de nombreux sites géographiques. Difficile d’en dire suffisamment pour intéresser sans trahir quelques éléments clés. Sont évoqués bien entendu d’inévitables abordages, bandes de voleurs ou fanatiques religieux, qui croisent tous le sillage d’Espérance.

Le roman est admirablement porté par de superbes personnages, tous intéressants à leur manière. Bien que certaines personnalités soient un peu attendues, pour ne pas dire “clichées”, cela n’entame aucunement la satisfaction car il est impossible de prévoir les rebondissements et donc les réactions de chacun. Les caractères sont bien trempés, qu’il s’agisse du guerrier Orso, à la fois protecteur et bourru, de la capitaine Légyria, jeune mais autoritaire, de l’artiste Fentz, profiteur et couard, ou même du vieux guérisseur Bayu, mémoire vivante des terreux qui s’occupe d’Izaïn. Les méchants ou assimilés ne sont pas en reste, notamment les mystérieux pirates de fer que craignent les terreux et dont le premier opus révèle peu, mais suffisamment pour vouloir dévorer la suite. Le destin de ces protagonistes ne laisse pas indifférent. Chacun a un passé bien rempli, parfois lourd à porter, qui leur donne une grande profondeur. Les surprises ne manquent pas au moment de l’action, dans leurs agissements ou leurs décisions, révélant ainsi leurs subtilités.

Une histoire à suivre absolument

La lecture, véritable exploration, est rapide et bien trop courte pour le plaisir ressenti. Johan Heliot réussit à construire un univers dense et à lancer plusieurs pistes intéressantes en un petit nombre de pages, performance à souligner. Sans oublier le style fluide, aux descriptions envoûtantes et aux dialogues savoureux, peignant avec subtilité cet horizon inconnu qui ne demande qu’à se dévoiler.

Nul doute que la suite, intitulée Les Pirates de fer, sera du même acabit, en attendant la conclusion dans le troisième opus à paraître.

Un coup de cœur pour un roman certes jeunesse, mais dont le charme saura ravir les lecteurs de tous âges.

Lelf - Imagninelf.com

+
Heliot - Izaïn, né du désert - La revue des livres pour enfants
Posté le 07 juillet 2010 -
Johan Heliot parvient à établir dans le premier tome de cette trilogie un univers complexe mais assez envoûtant. Paré d’un véritable savoir-faire pour créer des mondes cohérents, ils nous promène ici sur un territoire désertique sans confins, sur lequel glissent des vaisseaux immenses, mi-vivants, mi-mécaniques. Le livre s’inscrit certes de plain-pied dans la science-fiction, mais il est surtout animé d’actions et d’aventures de piraterie des sables. Il tombe cependant parfois dans des lieux communs du genre et peut décourager au vu de la multiplicité des personnages à suivre.
+
Héliot - La quête d’Espérance T.1 et T.2 – Lecture jeune N°135
Posté le 05 octobre 2010 -

[…]Désirs de vengeance, attaques, sauvetages, trahisons, pratiques d’espionnage, délivrances, poursuites, pillages, massacres, s’accumulent et le lecteur ne peut s’ennuyer ! Le narrateur braque son objectif successivement sur les différents protagonistes, majorant ainsi le suspense, accélérant le rythme du récit très bien construit, à l’écriture soignée. Johan Héliot en intégrant de la science-fiction et en élargissant les enjeux du récit de piraterie et de chasse au trésor renouvelle le genre ainsi que le thème de l’île au trésor. Le lecteur attend le troisième et dernier tome de La Quête d’Espérance !

(Retrouvez l'intégralité de cet article dans Lecture Jeune N°135)
+
Heliot - Izaïn, né du désert - Les Chroniques de l'imaginaire
Posté le 24 janvier 2013 -

Entre steampunk, fantasy et fantastique, ce roman bien construit, au rythme vif et aux personnages attachants a beaucoup de qualités. Espérance semble une parente très éloignée de ces autres "vaisseaux du désert" que furent les vers de sable dans l'oeuvre de Frank Herbert, et cette reprise avec variation du thème de base est une excellente idée, les deux gigantesques bêtes étant trop éloignées pour qu'on puisse taxer Heliot de plagiat, ni même d'emprunt. Le petit "appat" final, repris des traditions du roman-feuilleton, est une bonne idée, remplissant efficacement sa fonction consistant à inciter le lecteur à réclamer la suite d'urgence.

Mureliane (17/11/2009)

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Aqua TM
Jean-Marc Ligny
Livre9
Métro 2033
Dmitry Glukhovsky
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
Le fol après-midi steampunk
Posté 17 octobre 2017 -

Le temps d'un après-midi, venez vivre un moment steampunk à l'occasion du Mois de l'Imaginaire, et de l'anniversaire de la Fabrique Onirique, avec diverses animations : concours de costumes, photos dans le studio de la Fabrique Onirique, dédicace de Victor Fleury, auteur de L'Empire Electrique, le samedi 21 octobre à 15h30 à la Librairie L'Atalante ... Et bien d'autres surprises !

 steampunk.jpg

+
Prix Actusf de L'Uchronie 2017 : nominations !
Posté 09 octobre 2017 -

La série "La longue Terre" de Stephen Baxter et Terry Pratchett nommée au prix spécial du Prix Actusf de l'Uchronie !couv_pratchett-baxter.jpgthumb_la-longue-guerre.jpgthumb_couv_pratchett_longue_mars_2.jpg

longue-utopie.jpglong_cosmos_site.jpg

+
En octobre, tous les ebooks de Terry Pratchett à 4,99e
Posté 02 octobre 2017 -

terrypratchett_site.jpg

En octobre, (re)découvrez l’incontournable Terry Pratchett, mondialement connu comme l’auteur des Annales du Disque-monde. À lire en numérique et à prix réduit.
+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons, depuis le 1er février, interrompu la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]