L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du Cygne | Majestrum
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du Cygne

Matthew Hughes

Majestrum

Majestrum

Date de parution : février 2009


Traduit par : Patrick Dusoulier
Illustrateur : Amandine Labarre


ISBN13 : 9782841724543

Nombre de pages : 320
Prix : 17,90 €
État : disponible


Un coureur de dot atypique, une chan­sonnette obsédante, un grimoire indé­chiffrable… rien que de très banal pour Henghis Hapthorn, le plus illustre discri­minateur de Vieille Terre. Si ce n’était que son intégrateur s’est trans­formé en petit animal amateur de fruits exotiques, son intuition a décidé de devenir autonome, la Grande Roue s’apprête à passer de l’âge de la raison à celui de la magie… et l’archonte en personne l’envoie en mission parmi les Dix Mille Mondes. Sans compter Majes­trum… mais il serait prématuré d’en dire plus pour l’instant ! Mêlant savoureusement science, magie et enquête policière, Matthew Hughes développe son cycle de l’Ar­chonat dans le plus pur style de Jack Vance.
 
 
Retrouvez des critiques traduites dans la zone complément de la fiche de ce titre.
  • Revue de presse
+
Hughes - Majestrum - Les Chroniques de l'Imaginaire
Posté le 17 avril 2009 -
Pour Henghis Hapthorn, les affaires les plus intéressantes, que ce soit sur le plan intellectuel ou financier, viennent toujours de l'aristocratie. Toutefois, sa recherche, bien sûr couronnée de succès, des origines de Hobart Lascalliot, dont les intentions concernant la fille de lord Afre ne sont pas claires - ou ne le sont que trop - aux yeux de son père, n'est guère qu'un avant-propos qui lui permettra d'entendre pour la première fois le nom d'Osk Rievor.
Qui lui permettra également de tester sa collaboration incommode avec la fraction intuitive de lui-même, qu'il sent prendre une autonomie inconfortable à l'intérieur de leur crâne commun ; et avec le petit animal velu et gourmand en quoi s'est transformé son intégrateur.
Entre SF et Fantasy, ce roman est fort plaisant à lire. Même si les discussions internes du personnage principal sont répétitives d'une façon qui devient rapidement agaçante, l'action est bien rythmée, le style d'écriture est agréable, et les divers mondes décrits sont variés.
L'idée de base, d'une alternance dans l'univers entre la rationalité et "l'association par sympathie" (couramment appelée "magie") est originale et intéressante.
Les amateurs de Jack Vance, et autres auteurs décrivant des civilisations extra-terrestres de tout poil, sauront certainement apprécier cette histoire agréable. Pour ceux qui voudraient avoir une idée du style de l'auteur, ils en trouveront un avant-goût dans le numéro 169 de Solaris, chroniqué ici-même.
Mureliane, Les Chroniques de l'Imaginaire, le 23 Mars 2009

+
Hughes - Majestrum - Lanfeust Mag
Posté le 04 mai 2009 -

Mage... istral !
Il faut reconnaître que l'univers proposé par Mattew Hughes dasn son cycle de l'Archonat est l'un des plus originaux et étranges que l'ont ait croisé depuis longtemps. L'un des plus déconcertants également. L'auteur nous plonge d'emblée dans un futur très lointain où la technologie, très avancée, semble être qu'une toile de fond pour une société basée sur les rapports sociaux et humains. Entre modernité extrême et archaîsme persistant, le lecteur ne peut que se raccrocher à son imagination, aiguillonée par quelques rares informations pratiques, pour se faire une idée de l'univers exact dans lequel il avance. Il règne dans cette science-fiction comme un parfum d'héroïc-fantasy, renforcé par la présence de magie, qui place définitivement cette oeuvre dans le domaine de la planet fantasy (ou science-fantasy). Et de la bonne : distrayante, intriguante, drôle et déroutante. Si l'on peut se sentir de nombreuses fois à la limite de décrocher tant les points de repères manquent, Mattew Hughes parvient toutefois à se maintenir sur le fil du rasoir et à conserver l'attention de son lecteur grâce à un savoir-faire bien établi. L'écriture élégante, avec une pointe de maniérisme, et le style fluide premettent de se glisser dans l'histoire et de suivre le héros sans être le moins du monde perturbé dans cet environnement étrange au possible. Le récit, lui, est habilement monté et suffisamment intriguant pour vous accrocher et vous tenir en haleine jusqu'à un final peut-être un peu trop enlevé pour être pleinement satisfaisant. Mais la plongée dans ce monde singulier et truculent est décidément trop excitante et le voyage trop plaisant pour se priver de découvrir ce roman qu'on ne peut que conseiller aux fans de Jack Vance ou de Cycle de Ténébreuse de Marion Zimmer Bradley et à tous ceux qui ont envie de dépaysement et de bizarrerie. Ils seront bien servis.

lanfeust mag, avril 2009

+
Hughes - Majestrum - Mes Imaginaires (blog)
Posté le 06 mai 2009 -
Henghis Hapthorn est "le plus illustre discriminateur privé de Vieille Terre", entendez le meilleur détective privé, et il le sait. Un poil prétentieux, il va pourtant devoir en rabattre vu qu'il souffre, depuis un regrettable incident, d'un dédoublement de personnalité assez encombrant. Il cohabite en effet intérieurement avec son double, son "alter ego intuitif", la part magique de lui-même qui lui souffle des idées qui défient la rationalité. C'est qu'Henghis Hapthorn est le seul à savoir que l'humanité est à l'aube d'une ère nouvelle, ou plus exactement d'un retour programmé à l'ère de la magie.
"Je ne pus m'empêcher de repenser au sentiment d'effroi qui m'avait saisi lorsque mon compagnon intérieur était apparu, que mon intégrateur s'était métamorphosé, et que j'avais compris que ce monde de rationalité dans lequel je m'intégrais si bien allait bientôt laisser place au royaume de l'association par sympathie - autrement dit, de la magie - dans une nouvelle itération du grand cycle qui se perpétuait depuis des milliards d'années."
+
Hughes - Majestrum - NooSFere
Posté le 04 juin 2009 -
Henghis Hapthorn, détective privé de Vieille Terre, après s’être occupé d’un coureur de dot, reçoit la visite surprise de l’archonte. Plus haute autorité de la planète, celui-ci se sent menacé et demande à Hapthorn d’enquêter pour son compte. Cette menace se révèlera plus vaste et dangereuse qu’un simple complot et mettra en jeu des puissances d’un autre âge.

Deuxième roman du cycle de l’archonat traduit en francais, Majestrum est, plus encore que Le Brillion noir, extrêmement vancéen. De planètes aux coutumes étranges aux personnages hauts en couleurs croisés au fil du récit, Matthew Hughes rend un hommage permanent à l’œuvre de Jack Vance, et ce n’est pas la traduction de Patrick Dusoulier, grand spécialiste de Vance, qui doit atténuer cet effet.
Mais là s’arrête la comparaison. Hughes, s’il raconte aussi l’histoire d’une vengeance, n’utilise pas un héros cynique et désabusé. Au contraire, Hapthorn se révèle complexe, capable de commettre des erreurs ou de montrer des sentiments dans des circonstances inattendues. Il amusera le lecteur tout au long du livre dans ses relations avec son intégrateur, sorte d’IA portable devenue magiquement animale lors du passage dans une autre dimension, ainsi que dans ses dialogues schizophrènes avec ce qu’il appelle son alter ego, un deuxième esprit présent dans son cerveau qui possède des pouvoirs étranges, comme la capacité à détecter les traces de magie. Car ce monde, s’il dispose d’ordinateurs surpuissants, de vaisseaux spatiaux et d’un réseau reliant les intégrateurs dans un équivalent d’Internet, est aussi sujet à quelques phénomènes mystérieux pouvant passer pour de la magie (rassurons tout de suite les intégristes : cette présence magique s'intègre avec finesse à l’histoire).

Tout cela nous donne une intrigue menée sans temps morts, avec un personnage principal truculent dans un univers riche et exotique. Bref, de la SF d’aventure réussie et divertissante à l’image des œuvres les moins noires de Jack Vance. Notons enfin que les deux épisodes du cycle de l’archonat sont totalement indépendants, sans ordre de lecture – Majestrum est d’ailleurs le quatrième titre paru en version originale. Deux autres romans mettant en scène Henghis Haptorn sont parus depuis : espérons que l’Atalante continue la traduction de cette réjouissante série !

René-Marc DOLHEN, NooSFere, 24 mai 2009
+
Hughes - Majestrum - Science Fiction Magazine
Posté le 09 juin 2009 -
S'il y a une particularité attachée à cet éditeur nantais c'est bien de diversifier ses publications entre des oeuvres fleuves et populaires (cook, Hohlbein, etc) et des auteurs plus intimistes, ou du moins des auteurs qu'il fait apprendre à lire afin de bien pénétrer sans douleur leurs univers si particuliers. Les livres de Matthew Hugues font partie de cette seconde catégorie de livres inclassables.
Vieille Terre, Notre Terre en un avenir très lointain, que l'éternel orangé d'un soleil alors dans son déclain éclaire encore dans la lente déclinaison. Henghis Haptorn est un discriminateur privé qui dans la floraison de microsociétés qui pullulent sur la planète veille sur le retour des anciens pouvoirs de la magie dans notre monde. Car Henghis n'est pas un homme comme les autres ; de sa rencontre malheureuse avec un redoutable Thaumaturge il a vu la partie intuitive de son esprit devenir indépendant pendant que son "intégrateur" (ordinateur) voyait ses facultés muter sous la forme d'un animal à fourrure. Autant dire que Henghis sera le seul habilité lorsque commencera à faire parler de lui le terrifiant.
" Majestrum" En effet ce tyran, qui fut jadis chassé de notre dimension - il y a très longtemps de cela- cherche de nouveau à pénétrer notre monde afin de prendre possession des dix mille planètes. Mais pour se faire, ce tyran se doit de s'incarner dans la chair à partir des corps des sept magiciens qui l'ont renvoyé dans sa dimension jadis Henghis se lancera alors dans une enquête difficile dont la trame s'étend sur plusieurs plages géologiques. Autant dire que pour ce fin limier dont la partie rationnelle est toujours en contradiction avec sa partie intuitive, la magie de "Majestrum" va en quelque sorte poser certains problèmes d'interférence.
+
Hughes - Majestrum - Interview Actu SF
Posté le 23 juin 2009 -
ITW Matthew Hughes

de Matthew Hughes

Pour la traduction française d’un second roman, Majestrum, Matthew Hughes répond à nos questions. L’occasion de découvrir de l’intérieur l’univers baroque de "l’Archonat" qui vale à l’auteur sa comparaison avec Jack Vance Outremanche.

ActuSF : Quel a été votre parcours ? Comment en êtes-vous venu à écrire sous trois casquettes différentes ?
Matthew Hughes : J’ai toujours gagné ma vie en écrivant. C’est la seule chose que je peux faire assez bien pour gagner de quoi nourrir ma famille.

J’ai commencé comme journaliste dans de petits journaux en Colombie-Britannique. Puis, par le plus grand des hasards, on m’a proposé un poste d’assistant parlementaire à Ottawa. Ce qui m’a permis de découvrir que j’avais un talent naturel pour écrire des discours. Du coup j’ai été amené à diriger le pool d’auteurs des discours du ministre canadien de la justice, puis de celui de l’environnement du gouvernement de Pierre Trudeau de 1974 à 1979.

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Déraillé
Terry Pratchett
Livre9
La Longue Terre
Terry Pratchett/Stephen Baxter
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Frankenstein, toujours !
Posté 08 août 2018 -
Frankenstein : cinq mots pour décrypter la créature de Mary Shelley article de Lloyd Chery dans Le Point POP :
 
« Frankenstein, c'est presque de la hard-science avant l'heure », analyse l'auteur Johan Heliot. « On pourrait dire que ce livre est le père de la science-fiction moderne. Le roman s'interroge sur la nature de la vie et de l'homme, qui sont des questions encore très présentes dans ce genre. » Le spécialiste français des uchronies historiques publie, le 20 septembre prochain, Frankenstein 1918 aux éditions de l'Atalante. Cet excellent récit imagine les recherches de Frankenstein utilisées pour créer des super-soldats dans les tranchées allemandes. Reprenant le même procédé épistolaire de Shelley sous forme de mémoires et rapport de guerre, Heliot met en scène un Winston Churchill traquant, dans une Europe post-apocalyptique, un de ses monstres qui s'est échappé. Originale et efficace, cette uchronie rappelle que l'ouvrage de Shelley inclut plusieurs genres.
 
en librairie le 20 septembre 2018 !
frankenstein_1918_s.jpg
+
Offre numérique : Magie Ex Libris à 4,99 e
Posté 02 août 2018 -

Le troisième tome de Magie Ex Libris sort à la fin du mois !
Profitez-en pour acquérir Le Bibliomancien et Lecteurs nés, respectivement premier et deuxième tome, à prix réduit en numérique.
Ici : bit.ly/MagieExLibrisEmaginaire
et partout ailleurs.

magieexlibris_site.jpg

+
L'Or du diable, sélectionné pour le prix Utopiales 2018
Posté 26 juillet 2018 -

L'Or du diable d'Andreas Eschbach est sélectionné pour le Prix Utopiales 2018 !

Découvrez toute la sélection

 eschbach_or-du-diable_site.jpg

+
Le Chant du coucou, sélectionné pour le prix Elbakin 2018
Posté 26 juillet 2018 -

Nous avons la joie de vous annoncer que Frances Hardinge est nommée au prix Elbakin.net 2018 pour son roman Le Chant du coucou dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit".

Découvrez toute la sélection

chant-du-coucou_site.jpg

 

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected