L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du Cygne | Les dragons de Dorcastel
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du Cygne

Jack Campbell

Les dragons de Dorcastel

Les dragons de Dorcastel

Date de parution : août 2016


Traduit par : Denis E. Savine
Illustrateur : Dominick Saponaro


ISBN13 : 9782841727759

Nombre de pages : 384
Prix : 21,90 €
État : disponible

Dematr est un monde où la magie et la technologie coexistent. Depuis leurs grands halls, la guilde des mages et celle des mécaniciens veillent à ce qu’elles restent leurs propriétés exclusives, même si les guildes n’hésitent pas à monnayer leurs services aux gens du commun – qu’ils fussent empereurs, princes ou simples marchands.
Alain d’Ihris est le plus jeune mage jamais sorti des écoles de sa guilde, et Mari de Caer Lyn la plus jeune maître mécanicien à quitter les bancs de la sienne.
Seuls survivants à une attaque mystérieuse de la caravane au sein de laquelle ils traversaient le désert, les deux jeunes gens ne se doutent pas des embûches qu’ils devront déjouer pour accomplir des destins qui semblent intimement liés. Ils devront lutter contre des ennemis invisibles et protéiformes, remettre en question l’ordre établi et les enseignements de leurs propres guildes, tout en essayant de comprendre les sentiments qui les animent.
Leur premier défi sera de découvrir qui sont les dragons qui terrorisent la cité de Dorcastel…

Jack Campbell est connu et apprécié pour sa série de space opera « La flotte perdue ». Les dragons de Dorcastel met en scène une critique des sociétés où sévissent apartheid et hiérarchie des classes et plaide en faveur d’une jeunesse formée à l’ouverture d’esprit !
  • Revue de presse
+
Campbell - Les dragons de Dorcastel - Elbakin
Posté le 17 octobre 2016 -
Que se passe-t-il quand deux adolescents que tout oppose viennent à se rencontrer et à devoir collaborer pour leur survie ? D’autant plus que leurs enseignements respectifs ont tout fait pour leur apprendre que l’autre était un charlatan…
Sous les couverts d’une histoire de fantasy plutôt commune, Jack Campbell nous livre en fait ici un plaidoyer pour une adolescence libre, où chacun doit faire ses propres choix pour se construire. Mari la mécanicienne et Alain le mage évoluent dans un monde où leurs guildes respectives dominent sans partage, et où le gros de la population, les communs, les craignent mais les respectent de moins en moins. D’autant plus qu’une ancienne prophétie annonce l’arrivée d’une descendante d’un héros mythique, qui mènera les guildes à leur perte. Celles-ci vont alors tout faire pour l’empêcher.
On comprend vite que nos deux héros vont se trouver au cours de cette prophétie, voir qu’ils vont en être le déclencheur. L’univers dans lequel ils évoluent ne sert finalement que de décor. Si l’auteur nous distille quelques informations à droite à gauche, difficile de s’y plonger totalement tant il a la saveur d’un carton-pâte : charmant mais peu crédible. Pourtant, les pistes laissées par Jack Campbell, notamment sur l’origine de la guilde des mécaniciens, sont suffisantes pour maintenir notre intérêt.
Le coeur du roman tourne autour de l’histoire entre Mari et Alain. Voir l’évolution des sentiments qu’ils développent l’un vis-à-vis de l’autre ; les voir se rendre compte, à travers le regard de l’autre, que le monde n’est pas tel que leur guilde le leur a inculqué fait vraiment tout l’intérêt du roman.
On sent le soin apporté par l’auteur à ses personnages, et ceux-ci sont extrêmement développés. Tellement d’ailleurs que tous les autres individus qu’ils rencontrent paraissent vides et falots. Encore cette impression que le projecteur éclaire tellement nos deux héros que le reste alentour n’est que de la mise en scène, du décor… On sent que l’auteur a vraiment un message à faire passer au lecteur, et ce parfois au détriment d’une intrigue certes efficace mais classique.
Les Dragons de Dorcastel s’avère être un roman agréable, qui devrait ravir les adolescents, public auquel il est clairement destiné, tant son message d’émancipation et de construction de soi est fort. Les autres y trouveront un roman plaisant à lire, sans grande prétention, mais sérieux et appliqué, avec assez d’éléments pour avoir envie de lire le prochain tome.

7.0/10

 

Gilthanas

Elbakin

+
Campbell - Les dragons de Dorcastel - Les Rêveries d'Isis
Posté le 20 novembre 2018 -

Un monde hors de notre temps où magie et technologie coexistent en deux guildes adverses, chacune niant le rôle et les réussites de l’autre. Un monde où les mages s’estiment au-dessus des autres, se servent s’ils désirent quelque chose et vendent leur protection aux puissants. Un monde où les mécaniciens méprisent le commun des mortels mais aussi les mages… Au milieu de ce jeu de pouvoir apparaissent Alain d’Ihris et Mari de Caer Lyn, le premier est le plus jeune mage jamais diplômé, la seconde, la plus jeune maître mécanicien. Ennemis et pourtant étrangement associés par le destin, ils devront sans cesse affronter les embûches sur leur chemin.

J’ai particulièrement aimé ce roman : l’univers est riche, les tensions et les jeux de pouvoirs intriguent et maintiennent notre attention. La société telle qu’elle est décrite ne nous laisse pas indifférente. Nous sommes tantôt agacés par l’attitude des uns, tantôt révoltés par le manque de respect et la lâcheté des autres. Ce qui est certain : dans ce monde de faux semblant, nos deux héros ne peuvent se fier à personne, et l’apprennent à leurs dépens…  Le contraste entre ambitions affichées des guildes, les bas instincts des puissants et la candeur des héros est plus qu’efficace. A cela s’ajoute le parfait entrelacs de magie et de technologie qui rend l’histoire encore plus savoureuse.

La narration est fluide et ménage le suspense.  Le lecteur est poussé en avant tant par la soif de connaître la suite que de comprendre les énigmes que soulève chaque pas de nos héros.

Alain d’Ihris m’a beaucoup ému : il se sert de ses enseignements, questionne sa propre formation, il réfléchit au Bien et au Mal pour essayer de trouver sa propre voie. Mari de Caer Lyn m’a un peu plus agacée, elle serait plutôt « l’attachiante », elle ne cesse de vouloir avoir raison, mais cache au fond une grande bonté.  Leur amitié improbable, leur complémentarité, leurs désaccords, l’écart entre leur conception du monde ajoutent à ce roman le soupçon d’humour qui fait la différence.

Je garde un souvenir ému et amusé de ces deux personnages et j’attends avec impatience la suite de leurs aventures. Ce premier volet leur a réservé doutes, embûches et énigmes sur un rythme échevelé, ne leur laissant aucun répit… je ne doute pas que la suite soit aussi savoureuse et dense !

En bref, ce roman est une merveille : il questionne la société et toute forme d’apartheid, il questionne la notion d’amitié et nous entraîne dans une quête exaltante !

- Isis, le 27 décembre 2017.

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Je m'en rappelle - 579 impressions marseillaises
Serge Valletti
Livre9
Un roman de quartier
Francisco González Ledesma
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
En février, Lazare en guerre à prix réduit en numérique
Posté 12 février 2019 -

Le premier tome de "La Guerre sans fin", Paria, sort dans moins de deux semaines ! À cette occasion, nous vous proposons de découvrir "Lazare en guerre" à prix réduit en numérique.
Sur Kobo, sur Emaginaire, sur Amazon et partout ailleurs.

lazareenguerre499.jpg
+
Johan Heliot à la Foire du livre de Bruxelles
Posté 12 février 2019 -
Le samedi 16 et dimanche 17 février, venez rencontrer Johan Heliot à la Foire du livre de Bruxelles.
Il sera en dédicace le samedi à 17h et le dimanche à 11h, 16h ainsi que 17h30.
Le dimanche à 16h, il interviendra lors de la table ronde : Frankenstein, le mythe est vivant.
 
heliot_3.jpg frankenstein_1918_s.jpg
+
L’Atalante, 30 ans au compteur
Posté 11 février 2019 -

« Au départ une petite librairie de 15m2 spécialisée dans le cinéma au cœur de la ville de Nantes. Puis la librairie s’agrandit et devient édition, et du cinéma passe à l’imaginaire et à la science-fiction. C’est d’abord un catalogue étranger, dont une prise de guerre qui lui permet de se consolider : Terry Pratchett et sa saga du Disque-monde. Puis peu à peu des auteurs français, et non des moindres : Pierre Bordage avec sa trilogie des Guerriers du silence, Roland Wagner, Serge Lehman et maintenant Catherine Dufour. En 30 ans, L’Atalante est devenue l’un des piliers de la SF en France. C’est son anniversaire que nous fêtons aujourd’hui. »

Nicolas Martin, La Méthode scientifique sur France Culture – 26/01/2019

Écoutez l'émission

 franceculture.png

+
Manuscrits
Posté 21 janvier 2019 -

Et la session de l’an passé ?

En 2018, nous avons reçu 885 manuscrits lors de l’ouverture de notre session annuelle de janvier, changement de méthode dont nous sommes satisfaits. Nous y avons trouvé une plus large proportion de fantasy (50 %) que de science-fiction (40 %) et assez peu de fantastique (10 %), sans compter les inclassables…
Plusieurs textes nous ont semblé prometteurs, mais souvent il leur manquait un petit quelque chose pour être publiables. N’hésitez pas à persévérer, à retravailler vos textes ou à en écrire d’autres. Faites-vous plaisir, surtout.
Un dernier conseil, le plus important selon nous : lisez ! Inspirez-vous, baignez dans les récits de vos prédécesseurs. Pierre Bordage, Michael Moorcock, Guy Gavriel Kay, Orson Scott Card, Ursula K. Le Guin, Jean-Marc Ligny, Becky Chambers pour n’en citer que quelques-uns. Il y a l’embarras du choix.

Lors de cette session, merveille !, nous sommes tombés sur une pépite. Il s’agit d’un roman de fantasy historique revisitant un mythe soufi. Il nous emmène en terres franques, en Syrie et en Irak. L’écriture de l’autrice est bouleversante tant par son érudition sur le sujet que par sa galerie de personnages fabuleux, tous uniques et ancrés dans leur époque et leur culture. Nous sommes heureux de bientôt publier L’Appel des Quarante, le premier opus de "La Rose de Djam", par Sandrine Alexie
   retoursur2018_manuscrits_2019_s.jpg
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected