L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du Cygne | Le sang des Ambrose
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du Cygne

James Enge

Le sang des Ambrose

Le sang des Ambrose

Date de parution : mai 2010


Traduit par : Marie Surgers
Illustrateur : Frédéric Perrin


ISBN13 : 9782841725076

Nombre de pages : 512
Prix : 24,00 €
État : disponible

Derrière la vie du roi se tient le Protecteur. Derrière le Protecteur son Ombre est aux aguets…

    Le jeune roi Lathmar est convaincu de sa disparition prochaine. Entre la mort suspecte de ses parents, l’armée privée de son oncle le Protecteur du Trône et les purges successives parmi ses proches, seule sa lointaine aïeule Ambrosia Viviana dresse un dernier rempart contre l’usurpateur.   

    Sauf à faire appel au frère d’Ambrosia, l’imprévisible Mor­lock Am­bro­sius, maître Faiseur, sor­cier, bretteur et redoutable ivrogne. Et sauf à décou­vrir et vaincre, der­rière le Pro­tecteur, le mys­té­rieux ma­rionnettiste qui jongle avec l’âme de ses proies et se prépare à dévorer l’empire.

  • Revue de presse
+
Enge - Le sang des Ambrose - Le blog d'Aphraël
Posté le 03 juin 2010 -

Les éditions L'Atalante tablent sur un retour de la Sword & Sorcery, attendant beaucoup de ce one-shot. Après tout, la Compagnie Noire précédemment publiée dans cette maison d'édition a remporté un vif succès et est devenue une véritable référence de dark fantasy. Et on retrouve dans ce roman un cadre très sombre, où l'espoir reste infime et les dangers foisonnent. Heureusement, Ambrosia et Morlock sont de grands magiciens centenaires, et ont de nombreux ressorts pour supporter la situation. Le jeune roi est rapidement attachant : déboussolé dans un monde qu'il comprend mal, dépassé par sa charge, il s'adapte et essaie d'apprendre au mieux pour se défendre et acquérir plus d'indépendance et d'autonomie.

La magie est très puissante. Savamment employée dans un scénario soigné, elle enrichit l'intrigue et offre une véritable évasion, dans un monde assoiffé de sang et de souffrance : les vieux Ambrose trouvent des solutions simples et spectaculaires à des problèmes complexes, et apportent une touche d'humour et un décalage bienvenu. On retrouve une machine tirée de l'imaginaire steampunk, et les sentiments mis en avant sont très humains. Malgré quelques petits détails ambigus, le roman offre de nombreuses bonnes idées et une histoire attrayante et bien menée.

L'ensemble, marquant, fait plaisir à lire. Le contexte assez sombre reste à prendre en compte avant d'offrir ce livre à de jeunes lecteurs, mais est très intéressant si on souhaite découvrir la dark fantasy. Je suivrai cet auteur, très prometteur au vu de ce premier roman.

Aphraël - aphrael.over-blog.com

+
Enge - Le Sang des Ambrose - Elbakin.net
Posté le 21 juin 2010 -

Le retour de la fantasy sombre et sans concession ? Voilà un roman de plus qui aura su faire parler de lui, dans une certaine mesure, au moment de sa sortie il y a quelques mois, chez nos camarades américains.

James Enge a assurément su créer une figure marquante avec le personnage de Morlock Ambrosius, qui n’est pas précisément un enfant de chœur et doit composer avec une généalogie chargée. Alors, bien sûr, se posera la question du « plus » que peut apporter un héros ténébreux et torturé… Le cliché n’est jamais bien loin. Il livre ici un roman relativement court, nerveux, direct, qui vise de toute évidence à décrocher un véritable uppercut au lecteur.

Humour et action constituent deux des ingrédients principaux de ce roman à la structure bien maitrisée, qui sait nous tenir en haleine. Mais notons que la chose est peut-être ici facilité par une intrigue qui ne s’embarrasse pas d’un background s’étalant sur des centaines de pages, jouant plutôt la carte des analepses, toujours dans cette optique « droit au but ». Nous plongeons directement au cœur des évènements.

D’aucuns trouveront probablement qu’il y a là un manque, des creux : plusieurs personnages ont droit à une caractérisation pas plus épaisse qu’une feuille de cigarette et l’on pourra se demander si l’auteur a totalement réussi son passage du format nouvelle au format roman, car nous n’aurions probablement pas craché sur un peu plus d’étoffe, quitte à ralentir quelque peu le rythme souvent frénétique du récit qui nous emporte par ailleurs dans un véritable tourbillon.

Un tel ouvrage revitalise-t-il vraiment la sword & sorcery ? Disons plus modestement qu’il s’agit là d’un ouvrage dans la lignée des fleurons de ce sous-genre, qui devrait ravir les lecteurs saturés de parutions jeunesse ou heroïc fantasy, mais qui ne bouleverse pas la donne pour autant.

Gillossen - Elbakin.net

+
Enge- Le sang d'Ambrose- Chroniques de l'imaginaire
Posté le 05 août 2010 -

 

Les jours du jeune roi Lathmar semblent comptés : après avoir éliminé ses parents, son ambitieux oncle et régent - le Protecteur Urdhven - est bien décidé à se débarrasser également de lui pour usurper le trône de l’Empire d’Ontil. Heureusement, l’orphelin est un Ambrose et peut compter sur l’aide de ses lointains aïeuls dont le seul nom fait trembler le peuple, qui n’aime guère les sorciers quasi-immortels : la froide Ambrosia Viviana, présente dans les coulisses de l’Empire depuis qu’elle en a fondé la lignée ; et son frère, le formidable Morlock Ambrosius, maître Faiseur et combattant redoutable. Leurs capacités ne seront pas de trop pour contrer le Protecteur Urdhven, mais surtout l’Ombre qui se cache derrière : un ennemi terrifiant qui dévore patiemment et impitoyablement l’Empire de l’intérieur…

Voilà de la bien belle fantasy ! Le monde est complexe, avec un contexte politique et magique bien construit que le lecteur découvre petit à petit. La sorcellerie employée est très variée : très noire quand il s’agit de créer des golems, inventive et mêlés de technologie pour commander un véhicule-araignée, plus légère et amusante quand il s’agit d’équiper un cheval de fers sans poids, permettant à l’animal extasié de voler dans les airs…

Les personnages principaux sont intéressants et variés. Morlock semble le vrai (anti-)héros de l’aventure : puissant sorcier, mais également ivrogne luttant contre la rechute, au physique difficile et à la personnalité excentrique s’il en est. A ses côtés, l’ami de toujours, apprenti respectueux du grand talent de son maître : le nain Wirth, loyal et débrouillard. Quand au petit roi Lathmar, qui raconte l’histoire, il ajoute une touche de fraicheur à l’ensemble : désemparé, largement dépassé par les événements, il tente cependant de garder la tête froide et de s’adapter, perdu au milieu d’adultes puissants et difficiles à vivre ! Un regret cependant : les personnages secondaires sont rapidement ébauchés et manquent de profondeur.

Au final, une histoire attrayante et rondement menée dans laquelle on n’a pas le temps de s’ennuyer !

Ecrite par Soleil-, le 15 Juillet 2010

+
Enge - Le sang des Ambrose - Ifisdead
Posté le 30 août 2010 -
Intrigues politiques, sort impitoyable réservé aux gens du communs pour la lutte des pouvoirs, tout ce qui fait un bon livre du genre est là. Et plus encore, car au fil de la lecture une ressemblance avec une autre œuvre que j’apprécie énormément se fait de plus en plus ressentir: La Compagnie Noire. […] Mais la comparaison s’arrête là, car Le Sang des Ambrose est loin d’être une simple copie du chef d’œuvre de Glen Cook.
[…]
Le style de James Enge, ici traduit par Marie Surgers, est des plus agréable. Ca se lit bien et rapidement, la plupart des scènes sont faciles à suivre et ce même lorsque la magie prend part à l’action. Il y a en effet beaucoup de magie dans Le Sang des Ambrose et c’est d’ailleurs la spécialité de notre Morlock. Cependant, la magie n’est pas ici expliquée, et c’est là une autre ressemblance avec La Compagnie Noire. Elle existe, elle est pratiquée, et bien que l’on a des brèves descriptions, on ne cherche pas à comprendre le pourquoi du comment. Ca ne m’a pas choqué, et je trouvais que ça allait bien avec le rythme du bouquin.
[…]
Ce premier roman James Enge est un roman très agréable à lire, et place l’auteur dans la liste de ceux qui sont à suivre pour les prochaines années

+
Enge - Le sang des Ambrose - le Cafard Cosmique
Posté le 22 septembre 2010 -

Face à la déferlante de romans de fantasy épique calibrés (et à rallonge), la sword & sorcery à l’ancienne s’était faite plutôt discrète ces dernières années et il n’y avait guère que la réédition de Conan et la traduction française de Kane pour la remettre à l’honneur.

Avec Le Sang des Ambrose, James Enge fait l’effet d’avoir donné un gros coup de pied dans une fourmilière endormie et l’on se surprend à apprécier à sa juste valeur ce roman sans fioriture et sans artifice, qui va droit au but sans s’embarrasser d’un background nécessitant trois cents pages d’annexes en fin de volume (seulement deux pages, c’est pas la mer à boire).

C’est sobre, élégant, original et d’une rare efficacité. Bref, L’Atalante à vu juste, James Enge est un auteur à surveiller et surtout à traduire.

 

Lire l'intégralité de la chronique sur le Cafard Cosmique.

+
Enge - Le sang d'Ambrose - Book en stock
Posté le 22 octobre 2010 -

Alors si il y a un premier chapitre réussi c'est bien celui du sang des Ambrose. […] Alors ça, je vous le dis pour un début de roman, c'est un sacré début!

Et le reste est du même acabit. Le jeune roi va prendre du plomb dans la cervelle et devenir finalement le héros qu'on attend. Les deux sorciers (la grand-mère et son frère) sont assez caricaturaux mais dans le bon sens du terme, tandis que Wyrth le nain se mettra en quatre pour faire cohabiter tout ce monde sans faillir à l'honneur de sa race!

Les personnages sont fouillés et souvent ambigus. On ne comprend pas toujours immédiatement leurs actions et donc on se demande toujours si l'un d'entre eux ne serait pas un traitre. Sauf Lathmar qui est droit et honnête, mais souvent dépassé par les évènements. Malgré tout, ses actions en surprendront plus d'un, y compris le lecteur.Le monde dans lequel se passe le roman est moyen-âgeux fantasy, somme toute classique, mais l'histoire qui s'y trame est elle peu ordinaire et franchement réussie. Bien sûr il y a un grand méchant qui tire les fils dans l'ombre (mais dont on n'a pas la moindre idée de l'identité), bien sûr le méchant fait des choses horribles (mais on découvre très tard quoi) et bien sûr les gentils vont tout faire pour le contrecarrer (mais pas de la façon dont on imagine).Au final, ça donne un très joli pavé de fantasy qui se lit avec énormément de plaisir! Je l'ai personnellement trouvé très original et je me suis retrouvée plongée dans cette aventure corps et âme. Je ne serais pas contre une petite suite pour savoir ce que devient Lathmar.

La fin est hors norme justement. Une sorte de happy end oui, mais pas tout à fait et pas pour tout le monde.En plus, et ça ne gâche rien, le récit se déroule sur un seul tome, ce qui est très agréable. Et pourtant en 470 pages on a l'impression d'avoir lu une énorme saga de fantasy tellement c'est dense et pleins de rebondissements!Un énorme moment de plaisir pour moi et je remercie les éditions L'Atalante et Livraddict pour ce (une fois de plus) génial partenariat!

Phooka

Lire l'article en entier 

+
Enge - Le sang d'Ambrose - The Bouddha bar
Posté le 22 octobre 2010 -

Je pense que pour moi c'est une première. De la Fantasy Noire, où l'espoir est toujours infime, le scénario ne fait qu'enchaîner catastrophe sur catastrophe.

Il y a quatre personnages principaux. Le jeune roi Lathmar, dont les parents viennent d'être assassinés, ses proches tombent comme des mouches. Seul sa grand-mère, magicienne et plusieurs fois centenaire, résiste aux purges. Cette grand-mère, Ambrosia a un caractère bien trempé et terrorise son descendant.

Autre personnage, Morlock, qui est à mes yeux le plus fascinant. Il est à la fois, comme sa soeur, un magicien, un multi-centenaire, mais il a un caractère trés particulier avec des réactions assez inattendues et il a un dialogue parfois décalé. D'ailleurs, il a un compagnon de route, un apprenti que me fait un peu penser à Gimli d'une certaine trilogie bien célèbre de Tolkien.

 

Ces trois personnages devront lutter pour sauver le Royaume d'un mage noir trés maléfique. Voilà le synopsis de l'intrigue, plus le roman avance et plus les héros de cette histoire vont souffrir.

Ils auront de moins en moins de chance de s'en sortir. Le mage noir va s'attacher à couper les fils de l'Espoir patiemment pour tenter de les ronger de l'intérieur.

Et tout semble aisé pour ce magicien car les trois accolytes sont pétris de défauts. A commencer par Lathmar, qui est déboussolé, peureux, ne connaît rien au monde et va se trouver confronté aux pires horreurs que son Empire n'ai jamais affronté.

Ambrosia et Morlock vont apprendre au jeune homme ce qui ne figure sur aucun manuel du parfait souverain.

 

C'est un bon premier roman que nous livre James Enge. Une intrigue bien ficelée, que le lecteur suit avec étonnement.

Malgrè tout, je n'ai pas réussi à m'attacher au personnage principal de Lathmar qui est trop souvent dépassé par les événements.

Étonnament, je suis plus attiré par le personnage de Morlock qui lui est plein de subtilité.

 

L'ensemble du livre est bien conçu et écrit même si ce dernier n'est pas tout public car trés noir. Il remplit trés bien son office en emmenant le lecteur dans un univers bien différent de notre réalité.

Auteur à suivre....


  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
L'ombre de la victoire
David Weber
Livre9
Malboire
Camille Leboulanger
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Frankenstein, toujours !
Posté 08 août 2018 -
Frankenstein : cinq mots pour décrypter la créature de Mary Shelley article de Lloyd Chery dans Le Point POP :
 
« Frankenstein, c'est presque de la hard-science avant l'heure », analyse l'auteur Johan Heliot. « On pourrait dire que ce livre est le père de la science-fiction moderne. Le roman s'interroge sur la nature de la vie et de l'homme, qui sont des questions encore très présentes dans ce genre. » Le spécialiste français des uchronies historiques publie, le 20 septembre prochain, Frankenstein 1918 aux éditions de l'Atalante. Cet excellent récit imagine les recherches de Frankenstein utilisées pour créer des super-soldats dans les tranchées allemandes. Reprenant le même procédé épistolaire de Shelley sous forme de mémoires et rapport de guerre, Heliot met en scène un Winston Churchill traquant, dans une Europe post-apocalyptique, un de ses monstres qui s'est échappé. Originale et efficace, cette uchronie rappelle que l'ouvrage de Shelley inclut plusieurs genres.
 
en librairie le 20 septembre 2018 !
frankenstein_1918_s.jpg
+
Offre numérique : Magie Ex Libris à 4,99 e
Posté 02 août 2018 -

Le troisième tome de Magie Ex Libris sort à la fin du mois !
Profitez-en pour acquérir Le Bibliomancien et Lecteurs nés, respectivement premier et deuxième tome, à prix réduit en numérique.
Ici : bit.ly/MagieExLibrisEmaginaire
et partout ailleurs.

magieexlibris_site.jpg

+
L'Or du diable, sélectionné pour le prix Utopiales 2018
Posté 26 juillet 2018 -

L'Or du diable d'Andreas Eschbach est sélectionné pour le Prix Utopiales 2018 !

Découvrez toute la sélection

 eschbach_or-du-diable_site.jpg

+
Le Chant du coucou, sélectionné pour le prix Elbakin 2018
Posté 26 juillet 2018 -

Nous avons la joie de vous annoncer que Frances Hardinge est nommée au prix Elbakin.net 2018 pour son roman Le Chant du coucou dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit".

Découvrez toute la sélection

chant-du-coucou_site.jpg

 

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected