L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du Cygne | L'or du diable
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du Cygne

Andreas Eschbach

L'or du diable

L'or du diable

Date de parution : janvier 2018


Traduit par : Pascale Hervieux
Illustrateur : Raphaël Defossez


ISBN13 : 9782841728367

Nombre de pages : 448
Prix : 23,90 €
État : disponible

Un livret qui relate des événements de la fin du XIIIe siècle et qui évoque une armure d’or forgée pour le chevalier Bruno von Hirschberg par la vertu de la pierre philosophale… fable ou réalité ?
Toujours est-il que d’occultes personnages poursuivent encore aujourd’hui la quête de la pierre disparue et que l’ordre très discret de la chevalerie Teutonique est lui-même impliqué.
Et voici, par un improbable concours de circonstances, qu’apparaît Hendrik Busske, modeste conseiller d’une société de placements financiers. Modeste, soit, mais non sans ambition. Gourou de la finance ? Et pourquoi pas ?
Mais faut-il convoiter l’or du diable ?

Au commencement, il y a la soif de l’or…
vient ensuite la soif de l’immortalité…
puis la soif d’aller plus loin encore…
  • Revue de presse
+
Eschbach - L'or du diable - Babelio
Posté le 19 février 2018 -
Diantre ! (équivalent de "diable !") :)
Un grand merci aux Editions l'Atalante de m'avoir fait découvrir Andreas Eschbach, auteur majeur de la science fiction allemande contemporaine, et je comprends pourquoi après lecture de cette petite pépite.
L'Or du Diable est un voyage alchimique mystérieux. Avec un nombre d'ingrédients impressionnant qui forment un tout cohérent dont je me suis proprement délecté.
Un plongeon dans des contes Moyenâgeux retraçant l'histoire de cet Or maudit, transmuté grâce une pierre mystérieuse, qui sème grandeur et décadence partout où elle est utilisée. 
Grâce à des intrigues et une trame narrative prenant place dans notre monde contemporain, rondement bien menées, vous ne vous ennuierez pas un seul instant .
Grâce aussi à des réflexions philosophiques brillantes et des connaissances ésotériques troublantes, qu'elles soient vraies ou non importe peu, tant j'ai été entraîné et propulsé dans cet univers mêlant contes historiques, buts véritables de l'alchimie, physique contemporaine, soif de pouvoir et d'immortalité. Tout cela avec une maîtrise et une intelligence d'écriture rarement lues. 
 
"La cellule n'a pas bougé de place et sans doute la clé se trouve-t-elle toujours dans la serrure. Si on ne la voit plus, c'est que Mendegger a réussi à la transférer sur un autre plan d'existence. A l'aide de la pierre bien entendu.[...] Nous n'avons généralement conscience que d'un seul plan d'existence, celui où nous séjournons nous-mêmes. le monde ordinaire pourrait-on dire. Mais il en existe un nombre infini au même endroit, dans le même temps, seulement séparés les uns des autres par leur niveau d'énergie".
 
Brillant.
Un Must-Read. Un Must-Have. Conviendra tout aussi bien aux lecteurs de Fantastique, qu'aux lecteurs de Thriller/Polar historique.
 
+
Eschbach - L'or du diable - Scifiuniverse
Posté le 10 avril 2018 -
Je veux de l'or ! Que diable !
 
Andreas Eschbach est le fer de lance de la science fiction allemande et l'Atalante une maison qui nous a habitué à des ouvrages de grande qualité. C'est donc avec intérêt que j'ai ouvert le nouvel ouvrage de l'auteur d'Un milliard de tapis de cheveux, un classique sf à lire si vous ne connaissez pas encore. Dans sa série Jesus Video, Andreas Eschbach avait écrit sur les boucles temporelles. Dans L'or du diable, il place son récit à deux époques distinctes : de nos jours et en l'an de grâce 1295.

Nous suivons la vie d'Hendrick Busske, employé d'une entreprise de placement financier allemand. Il doit assurer un séminaire à Zurich et s'inquiète de ne pas en être capable. La veille, se promenant dans les ruelles de Zurich, il furète chez un vieux bouquiniste et commence à lire un livre ancien. Ce livre parle d'une armure en or, un or qui pleure. Le livre étant déjà réservé, il ne peut l'acquérir et profite de l'inattention du bouquiniste pour dérober le manuscrit. Dans sa chambre d'hôtel, il lit l'histoire de Scoro, un homme qui va être capturé par un chevalier car il a avec lui une pierre rayonnante permettant de fabriquer de l'or. Sans en dévoiler plus, il s'agit évidemment d'alchimie et l'or obtenu passera rapidement pour maudit ou diabolique. Le lendemain, Hendrick se sert de préceptes alchimiques lus pour motiver ses auditeurs. Cela cartonne ! Il décide de tout lâcher pour lancer ses propres séminaires de développement personnel et placement rentable. Rapidement, il devient un gourou de la finance, se penche sur la question de l'alchimie pour petit à petit en apprendre plus sur les secrets de cet art mystique. Mais d'autres personnes s'intéressent aussi à ces mystères... Chevaliers de l'ordre teutoniques, véritables alchimistes, millionnaires excentriques, nombreux sont ceux qui vont interférer avec sa vie.
 
Ce roman est un thriller ésotérique mâtiné de surnaturel autour du thème de l'alchimie. Bien au-dessus d'un Da Vinci Code de Dan Brown et moins érudit que Le pendule de Foucault d'Umberto Eco, L'or du diable est facile à lire, très immersif et joue avec deux époques en variant les styles. Les passages contemporains ont une écriture vive et dynamique, le récit médiéval a un ton plus soutenu et le vocabulaire de l'époque. En effet, ces passages anciens sont les extraits de manuscrits volés, trouvés ou gardés en secret tout au long de l'histoire d'Hendrick. Ce sont les moments le splus intéressants du roman, on a très vite envie de savoir la suite de l'intrigue médiévale, tant le récit est vivant, et les références à l'alchimie précise et intriguante. Le thème de l'alchimie et de la pierre philosophale n'est pas traité comme dans un Fullmetal Alchemist, le but n'est pas seulement de transformer le mercure en or, ce n'est plus seulement l'immortalité, et des questions philosophiques se posent tout au long du livre sur le matérialisme, le bonheur, le hasard et le talent. Le roman pose la question du surhomme mais aussi de ce dont on se satisfait ou pas pour être heureux. Ainsi, Hendrick n'est pas un héros attachant, il a ses faiblesses, ses failles mais a cette tendance à n'être jamais heureux qui le rend agaçant. A côté, les autres personnages présentent également des doutes et des faiblesses, et aucun n'est aussi parfait qu'il le souhaiterait. Cela rend humain ces personnages et nous renvoie à nos propres faiblesses. Le frère du héros, Aldabert, apporte à l'histoire et notamment à la vision de l'alchimie un aspect scientifique pertinent.  La fin du roman offre une réponse mais laisse en suspend quelques questions sur l'alchimie, comme si l'auteur n'avait pas voulu trancher entre la science ou la magie. 

L'or du diable est un roman qui se lit aisément tant on veut en savoir plus sur les mystères de l'alchimie ! L'alternance entre un récit contemporain d'un héros qui devient gourou de la finance et de l'histoire médiévale de la pierre philosophale crée un rythme soutenu et un certain suspense. Les questions philosophiques que pose le livre et ses multiples références aux légendes anciennes sur l'alchimie sont passionnantes. On ne sait toujours pas vraiment au final si elle est plus proche de la science ou de la magie. Et quel est le rôle du diable dans tout cela ? 
 
 
Nathalie Z - ScifiUniverse
 
+
Eschbach - L'or du diable - Bifrost n°90
Posté le 07 mai 2018 -

Conseiller des investisseurs, leur dire comment faire fructifier leurs économies alors qu'on a soi-même un train de vie correct, mais sans plus, ce n'est pas évident tous les jours. Et même terriblement frustrant si l'on a un peu d'ambition. Or, de l'ambition, Hendrik Busske en a à revendre. Et l'écart entre ses rêves et la réalité lui pèse de plus en plus. Alors, quand il tombe par hasard sur un mystérieux ouvrage ancien évoquant la pierre philosophale, capable de créer de l'or, il le vole...et scelle ainsi son destin. pas de Marguerite, pour ce Faust moderne : seule la volonté de se hisser au dessus des autres, d'appartenir à la catégrie sociale supérieure, sert de moteur. Elle va l'entraîner dans une spirale...infernale ?

Délaissant ses thèmes futuristes habituels, Andreas Eschabach s'attaque au célèbre mythe de la pierre philosophale. L'histoire du jeune ambitieux, qui se déroule à l'époque moderne (mais commence avant l'an 2000 et son célèbre bug), est entrecoupée de la découverte d'anciens manuscrits. Avec eux, le lecteur retrouve les figures attendues : une époque barbare, des châteaux, des hommes rude set cupides, des savants mystérieux habités par la volonté de maîtriser des techniques mi-scientifiques, mi-magiques. Il découvre aussi la présence institante de l'Ordre des chevaliers teutoniques, auréolé d'un parfum de mystères, de complots, de plans secrets aux multiples ramifications.

Mais heureusement, à cette vision plutôt traditionnelle, l'auteur ajoute un regard scientifique [...]. Le frère du personnage principal travaille au CERN. Pour lui, cette pierre, si elle existe, doit être un fragment de météorite, pas la création d'un quelconque savant fou. S'il aide Hendrik dans sa quête, c'est pour récupérer cet objet et l'emporter dans son laboratoire afin de l'analyser. D'ailleurs on le voit dans les récits mediévaux, la pierre philosophale décrite semble avoir des propriétés radioactives...

Quête personnelle, voire philosophique, doublée d'un thriller (les manuscrits sont très recherchés). L'Or du Diable est un récit intelligemment construit (mais attendait-on autre chose d'Andreas Eschbach ?). D'un thème rebattu cent fois, il fait un roman agréable à suivre, bien ancré dans notre monde matérialiste, esclave des apparences, et en même temps dépaysant. [...]

Raphaël Gaudin - Bifrost n°90 

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Faux-semblance
Olivier Paquet
Livre9
L'ombre de la victoire
David Weber
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Offre numérique : La Flotte perdue à 4,99e
Posté 07 mai 2018 -

À l’occasion de la sortie d’Avant-garde, préquelle de La Flotte perdue, nous en profitons pour mettre un coup de projecteur sur la série principale de Jack Campbell ! Les six tomes de La Flotte perdue sont à découvrir en numérique à prix réduit.

laflotteperdue_site.jpg

 

+
La série de Marie Brennan sélectionnée pour le Prix Hugo
Posté 17 avril 2018 -

Les Mémoires de lady Trent, pentalogie fantasy consacrée à l'étude des dragons de Marie Brennan, dans la sélection pour le Prix Hugo de la meilleure série ! Nous en profitons pour vous annoncer que le quatrième tome, Le Labyrinthe des gardiens, arrivera en mai chez vos libraires.

Découvrir toute la sélection

ladyserie32.jpg

+
Un hors-série du Point Pop illustré par John Howe
Posté 12 avril 2018 -
Partez avec Le Point Pop sur les traces de Tolkien dans un numéro collector illustré par le célèbre John Howe !
Son ouvrage : Sur les terres de Tolkien, publié aux éditions L'Atalante, vous offre un panorama en images de son œuvre consacrée à Tolkien.

pointpop.jpg

+
Où sont les extraterrestres ? dans Sphères d’Influence, bien sûr !
Posté 12 avril 2018 -

Vous avez eu la chance de découvrir où étaient passées toutes ces civilisations extraterrestres qui sillonnent l’univers depuis bien longtemps. Celles que nous désespérons de ne jamais trouver. C’était dans Grand Central Arena, une sorte de modèle réduit de l’univers tout entier ! Quant à ceux qui n’ont pas encore lu le roman de Ryk E. Spoor, ne continuez pas la lecture de cet article avant de vous l’être procuré. Ça sent la divulgation… je vous aurais prévenus.

Lire la suite sur le blog

spoor_spheres_influence_site.jpg

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2018. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected