L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du Cygne | Entends la nuit
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du Cygne

Catherine Dufour

Entends la nuit

Entends la nuit

Date de parution : 18 octobre 2018


Illustrateur : Aurélien Police


ISBN13 : 9782841728756

Nombre de pages : 352
Prix : 21,90 €
État : disponible

La chair et la pierre sont de vieilles compagnes. Depuis des millénaires, la chair modèle la pierre, la pierre abrite la chair. Elle prend la forme de ses désirs, protège ses nuits, célèbre ses dieux, accueille ses morts. Toute l’histoire de l’humanité est liée à la pierre.

Quand on a 25 ans, un master en communication, une mère à charge et un père aux abonnés absents, on ne fait pas la difficile quand un boulot se présente.
Myriame a été embauchée pour faire de la veille réseaux dans une entreprise du côté de Bercy, et elle découvre une organisation hiérarchique qui la fait grincer des dents : locaux délabrés, logiciel de surveillance installé sur les ordinateurs, supérieurs très supérieurs dans le style british vieille école.
Mais quand un de ces supérieurs s’intéresse à elle via Internet au point de lui obtenir un CDI et lui trouver un logement, elle accepte, semi-révoltée, semi-séduite…
Mauvaise idée ? Pas pire que le secret qu’elle porte.
Myriame est abonnée aux jeux dangereux dans tous les cas, et sa relation avec Duncan Algernon Vane-Tempest, comte d’Angus, décédé il y a un siècle et demi, est à sa mesure. Du moins le croit-elle.

Catherine Dufour, éprise de légendes urbaines, nous offre avec ce roman un « anti-Twilight » tout en humour et une ode à Paris bouleversante.
  • Revue de presse
+
Dufour - Entends la nuit - Just A Word
Posté le 12 octobre 2018 -

Cela faisait neuf ans qu’on l’attendait : Catherine Dufour revient enfin à la littérature de l’Imaginaire après quelques détours par l’Histoire, le théâtre et les grandes dames. Point de futur post-apocalyptique arôme punk mais un retour vers le fantastique à l’humour grinçant et contagieux qu’elle affectionne tant.

Entends la nuit, publié cette fois aux éditions L’Atalante, explore Paris et ses vieilles pierres pour dénicher les lémures, des êtres inquiétants mais aussi étrangement sexy…

C’est le CDD de votre vie !

Tout commence avec l’arrivée de Myriame, une jeune femme au caractère bien trempé, à la Zuidertoren, une société parisienne coincée entre les immeubles grisâtres de Bercy. Joie et bonheur, Myriame accède au rêve capitaliste moderne : le CDD (et peut-être un jour le CDI, soyons fous !). En prime, un bureau qui porte le chiffre 327 avec des murs glacés façon Igloo pleureurs et un logiciel espion nommé Pretty face qui s’assure que vous travaillez comme il faut derrière votre écran. Sur Pretty face, Myriame aperçoit un homme étrangement attirant, un visage trop beau pour être vrai, un Loki peu loquace. Rapidement, elle comprends que derrière Loki se cache Sir Duncan Vane, l’un des dirigeants de la Zuidertoren. Lorsque celui-ci commence ouvertement à lui faire des avances et qu’elle tombe peu à peu dans ses filets, c’est le coup de foudre assuré…littéralement !

Le monde du travail, monstre moderne

Catherine Dufour troque les vampires de Twilight pour des aristocrates suradaptés au monde capitaliste moderne, écrasant leurs employés et les gardant bien sagement dans le pas cadencé du monde de l’entreprise. Dans Entends la nuit, c’est d’abord par la situation peu enviable de nouvelle employée dans une grande boîte lambda que Catherine nous entraîne. Bien vite, elle bascule cependant dans l’étrange et donne aux supérieurs hiérarchiques des atours surnaturels, des bêtes intrigantes et distantes que l’on ne comprend pas et qui effraient autant qu’elles attirent. Dès lors, le roman se focalise sur la romance quasi-sadomasochiste entre Duncan Vane et Myriame, un noble froidement séduisant et une femme ordinaire au caractère revêche. Petit à petit, on comprend que Duncan n’est pas humain et que Myriame vient de mettre le pied dans un nid de serpents.

Mânes and woman

Au lieu de réutiliser directement le mythe du vampire, Catherine Dufour ressuscite celui du lémure, fantôme malfaisant de la mythologie romaine, et celui des mânes, les esprits des ancêtres. Elle transforme momentanément sa romance en une (re)découverte de ces légendes oubliées et tente d’en faire l’ombre tutélaire des mythes plus modernes tels que le vampire, la goule ou le zombie, simples incarnations de ces anciennes divinités. Entends la Nuit reprend ensuite le chemin de la romance et montre le jeu de séduction dangereux qui se joue entre Myriame et Vane. Cette ennuyeuse romance pourrait égarer plus d’un lecteur…s’il n’y avait pas le truculent humour et le franc-parler d’une Catherine Dufour pleinement consciente du potentiel parodique et bouffon de la situation qui permet tout juste à ce cache-cache amoureux de ne pas virer au Twilight-bis faussement rebelle. Myriame n’est pas Bella et reste toujours lucide sur la pulsion de mort qui l’habite et lui fait côtoyer un monstre, un vrai, capable de l’absorber purement et simplement s’il le souhaite. Avec des répliques féroces et un rythme finement calibré, Catherine Dufour se tire de ce mauvais pas pour soutirer des sourires complices au lecteur.

Le sang des pierres

Mais surtout, la vraie originalité d’Entends la nuit, c’est de replacer Paris au centre du jeu. Oubliez la quête du sang, ici la pierre fait la loi. Incarnés dans les murs et les catacombes, les lémures offrent un lustre nouveau au patrimoine parisien, rappel inattendu de la puissance du temps et de ces grandes bâtisses qui nous observent vivre et mourir à travers les siècles. Normal dès lors que les lémures se comportent comme des nobles d’un autre temps, figures déplacées dans un monde moderne qui ne croit plus en eux. Modernité et patrimoine se tirent la bourre à qui mieux mieux et finalement la romance pourrait bien se trouver ailleurs que dans les draps de Myriame. Peut-être qu’Entends la nuit aime davantage Paris qu’elle n’aime ses frivolités amoureuses qui finiront inévitablement dans les flammes. Peut-être.

On frôle la catastrophe ! Catherine Dufour se met en tête d’écrire une romance fantastique avec toutes les scènes langoureuses que cela présuppose mais…non, Catherine Dufour reste Catherine Dufour avec son humour caustique qui emporte finalement le tout. Ajoutez une délectable métaphore sur le monde du travail et un amour de Paris qui flamboie à travers les créatures fantastiques hantant ces pages et vous obtenez un roman addictif et drôle à souhait.

Note : 8/10

-  Nicolas Winter, le 08 octobre 2018.

+
Dufour - Entends la nuit - Just A Word
Posté le 17 octobre 2018 -

Interview Entends la Nuit
Catherine Dufour is back !

    Neuf ans ! Il aura fallu neuf ans pour vous voir revenir à l’imaginaire avec Entends la nuit. Pourquoi ces détours littéraires ? Que vous ont-ils apportés ?


Bon sang, neuf ans ! Non, je ne crois pas qu’il s’agisse d’un retour. D’abord, parce qu’Entends la nuit n’a rien à voir avec ce que j’ai pu écrire en science-fiction ou en fantasy autrefois. C’est du pur fantastique.
Ensuite, parce que j’ai continué à publier des nouvelles, surtout de science-fiction, pendant toutes ces années — réunies bientôt dans un recueil. Plus que d’un détour littéraire, disons que j’ai rencontré, au début des années 10, des gens très cool chez Fayard et que j’y suis restée. Je continue à travailler chez eux, d’ailleurs.

    “J’ai voulu mettre en scène le dénominateur commun de tous nos effrois !”

    Une jeune femme brûlante de désir, un homme ténébreux et mystérieux mais aussi dangereux au possible, des monstres sanguinaires en goguette… Vous vouliez concurrencer Twilight et consorts ?


Voilà.
L’amour peut-il exister entre une jeune fille fauchée et un jeune homme riche ? Eh bien non ! La richesse, ce n’est pas le fait d’un individu.
C’est une caste, et elle est pleine de piranhas.

    Au départ, Entends la nuit effraie par son monde du travail écrasant et totalement sous contrôle. Une expérience que vous avez-vous-même vécue ou une totale appropriation ?


Je crois que c’est le monde du travail, ni plus ni moins. Vu du bon côté de la barrière, d’ailleurs : ces jeunes gens ont un contrat, un bureau personnel, du chauffage, une cantine, des congés — toutes sortes de luxes de plus en plus rares.

    Le personnage de Vane est un lémure et non un vampire. Pouvez-vous nous en dire plus sur ces créatures et comment vous est venue l’idée de les utiliser dans votre roman ?


J’ai beaucoup lu des folkloristes comme Seignolle, Lecouteux ou Van Gennep. Derrière tous les lutins, les elfes, les trolls, les sorcières et autres vampires, c’est toujours le même peuple qui transparaît : les ancêtres. Les morts. Non pas qui reviennent : qui ne sont jamais partis.
Dis manibus sacrum locus, consacré aux dieux mânes de ce lieu. J’ai voulu mettre en scène le dénominateur commun de tous nos effrois.

    De son côté, Myriame est une jeune femme à l’humour particulièrement caustique…ce qui ne l’empêche pas de dégouliner d’amour pour Vane. Ce qui est dangereux est-il forcément plus attirant ? À quel moment la pulsion de mort prend le pas sur la passion ?


Si quelqu’un un aime quelqu’un là-dedans, ça doit être Vane. Myriame, elle, est poussée par la curiosité surtout, par l’avidité aussi — elle dégouline, mais pas précisément d’amour. Il ne me semble pas qu’elle dispose d’une seconde pour aimer Vane. Quant à savoir ce qui est le plus mortifère, entre une vie de salariée pauvre et monter à l’assaut d’une montagne de pognon, je ne me prononcerai pas. Ce qui est attirant dans le danger, c’est qu’il fait fuir l’ennui — et l’ennui est mortel.
Disons que Myriame est coincée de tout côté.

    Autre personnage majeure de votre roman : Paris. La ville des Lumières n’est pas qu’un simple décor pour Entends la nuit, n’est-ce pas ? Est-elle un monstre elle aussi à sa façon ?


Bien vu. C’est le personnage qui me plait dans ce roman.
J’adore cette ville, ses toits, ses catacombes, ses recoins hantés. Au Palais Royal, je me plais à suivre des yeux les fantômes des femmes révolutionnaires en bonnet rouge, et la silhouette de Proust dans le jardin des Tuileries — aussi celles des moines bêchant le sol du jardin du Luxembourg, du temps où celui-ci s’appelait Vauvert. Il y a le petit Musset bouquinant sous un arbre, Hugo qui allait chercher son lait dans une ferme du Mont Parnasse, Châteaubriant qui cachait ses amours dans une maison de campagne de Port Royal, Hemingway qui regardait les troupeaux de chèvres gambader sur le boulevard Saint Michel — Je ne m’en lasse pas…

    Pensez-vous donner une suite à Entends la nuit dans les neuf ans à venir ?


C’est ce qu’il y a de commode avec les morts : on peut abuser de leur compagnie pendant pas mal d’années !

    “J’adore cette ville, ses toits, ses catacombes, ses recoins hantés.”

    Vous avez des projets en ce moment ?


Plein !
Notamment une biographie d’une pionnière de l’informatique, un livre sur le Bataclan [Dont Catherine évoquait déjà l’existence dans cette interview], un recueil de nouvelles. Bref, je ne m’ennuie jamais !

    Et pour finir, si vous pouviez choisir un bel homme ténébreux dans la littérature pour parcourir en amoureux les catacombes, qui choisiriez-vous ?


Un mec avec un plan et une bonne frontale !

- Nicolas Winter, le 15 octobre 2018.

+
Dufour - Entends la nuit - Le Nuage Vert
Posté le 26 octobre 2018 -

Myriame 25 ans commence son nouveau boulot de chargée de veille à la Zuidertoren, dans le quartier de Bercy. Elle se retrouve dans un bureau glacial et est surveillée par un logiciel espion, qui porte le doux nom de Pretty face et s’assure que les employés travaillent vraiment. C’est par l’intermédiaire de Pretty face qu’elle va rencontrer le mystérieux Sir Duncan Vane, l’un des dirigeants de la Zuidertoren. Lorsqu’il lui propose un CDI et de lui trouver un logement elle n’hésite pas trop longtemps, surtout qu’elle est très intriguée par le personnage. Duncan Vane se révèle être décédé depuis un siècle et demi et le petit jeu de séduction devient dangereux.
Avec Entends la nuit Catherine Dufour nous entraîne dans les rue de Paris mais aussi dans ses entrailles. On visite, on passe entre les murs des grandes bâtisses parisiennes et on croise au passage des êtres malfaisants tirés d’anciens mythes. Les aristocrates anglais sont aussi toxiques que les vampires du nord-ouest américain et le roman pourrait presque ressembler à de la bitlit classique. Sauf qu’il est question de classe sociale, d’immortalité bien sûr et que le tout est traité avec une bonne dose d’humour grinçant. La fin est bien loin des clichés du genre et apporte une bouffé d’optimisme.

- Librairie Le Nuage Vert, le 25 octobre 2018.

+
Dufour - Entends la nuit - Le Bibliocosme
Posté le 07 novembre 2018 -
Après la SF, place à la fantasy-urbaine

Cela faisait longtemps qu’on avait pas entendu parler de Catherine Dufour au sein des littératures de l’imaginaire (la dernière sortie SF de l’auteur datait de 2009 et elle s’était depuis consacrée à d’autres écrits comme un guide pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses, ou encore une une vie sexuelle de Lorenzaccio). L’auteur nous revient donc cette année chez l’Atalante avec un roman de fantasy urbaine présenté par l’éditeur comme un « anti-Twilight tout en humour ». C’est à la suite d’un article réalisé pour le monde diplomatique et consacré aux deux phénomènes littéraires que sont « Twilight » et « Cinquante nuances » que Catherine Dufour a eu l’idée d’écrire sa propre romance torturée. Pari risqué, car l’équilibre est souvent difficile à trouver entre la transposition pure et simple et la parodie sans nuances. L’auteur s’en sort cela dit remarquablement bien et nous livre ici un texte qui, quoique bourré d’humour, n’en dépeint pas moins une histoire d’amour tragique, tout en abordant quantité de thèmes en lien avec la société d’aujourd’hui. [Je précise que, même si je vais prendre garde à ne pas trop en révéler sur l’intrigue, je suis néanmoins obligée de mentionner dans le dernier paragraphe deux ou trois éléments qu’on ne découvre qu’un peu tardivement dans le récit.] Le roman met en scène Myriame, une jeune femme qui vient d’être embauchée sur Paris par une boîte dans laquelle elle est censée faire de la veille informatique. Là, elle se retrouve confrontée à un homme en particulier, un des grands pontes de l’entreprise, avec lequel elle ne communique que par mails et coups de fil interposés. La relation commence assez mal, pourtant, très vite, Myriame se sent irrésistiblement attirée par cet étrange jeune homme aux manières vieillottes mais impeccables, qui manifeste pour elle un intérêt appuyé. Déjà difficile en raison de leurs positionnements hiérarchiques respectifs, la situation de nos deux tourtereaux va se complexifier encore davantage lorsque notre héroïne va apprendre la véritable nature de son patron…

Une romance dénuée de mièvrerie

Le roman reprend tous les codes des romans/films du style « Twilight » ou « Cinquante nuances », notamment en ce qui concerne les personnages. On retrouve en effet un homme au statut « élevé » (parce que plus riche et plus beau que les autres) autour duquel plane une aura de mystère, et une héroïne un peu paumée qui ne s’intéresse que de loin aux choses de l’amour et qui va laisser cet homme charismatique prendre les commandes de sa vie. De ce point de vue là, Catherine Dufour reste fidèle à ses inspirations, ce qui pourra, dans un premier temps, ennuyer ou agacer une partie de son lectorat. Et puis, au fil du récit, l’auteur s’écarte de plus en plus de la trame classiquement adoptée par ce type de romance pour nous délivrer un tout autre message. L’héroïne, d’abord, se révèle rapidement bien plus dégourdie et autonome que les femmes qui l’ont précédé dans ce rôle (même si, étant donné la passivité des donzelles mises en scène par Stephenie Meyer et E. L. James, ce n’était pas franchement difficile). Certes, Myriame tombe bel et bien sous le charme de son irrésistible patron surnaturel, au point de le laisser prendre un certain nombre d’initiatives à sa place, mais elle n’en garde pas moins tout au long du récit un recul qui lui permet de prendre conscience de l’étrangeté et de la nature malsaine de cette relation dont elle tente de reprendre le contrôle. Si l’héroïne se révèle aussi attachante, c’est aussi et surtout grâce à son sens de la répartie qui lui permet de remettre régulièrement à sa place son « prince charmant » au moyen de répliques bien senties dans lesquelles elle ne s’embarrasse d’aucune politesse et ne recule devant aucun tabou. Le fait que la narration soit endossée par la jeune femme pendant toute la durée du roman implique inévitablement que le pendant masculin du duo soit plus en retrait (ce qui permet d’ailleurs de renforcer le mystère qui entoure sa personne). Celui-ci remplit pour autant parfaitement son rôle de prince charmant prédateur, se montrant tour à tour vulnérable ou tyrannique, effrayant ou charmant.

Une satire du monde du travail moderne

L’un des principaux atouts du roman tient cela dit moins à la qualité de l’histoire d’amour dépeinte qu’aux thématiques sociétales mises en avant par l’auteur. Les circonstances dans lesquelles se rencontrent les deux personnages servent ainsi surtout de prétextes pour aborder la situation du monde de l’entreprise aujourd’hui. Catherine Dufour nous dépeint une compagnie dans laquelle tous les employés sont contrôlés et surveillés en permanence par leur hiérarchie et leurs collègues, et où la quête de rentabilité aboutît à des situations complètement absurdes (états lamentable des toilettes pour que les employés y passent le moins de temps possible, logiciel de surveillance installés sur les ordinateurs…). Et le pire dans tout cela, c’est qu’il ne s’agit même pas des délires d’un auteur de SF paranoïaque mais bien de techniques employées dans certaines entreprises aujourd’hui. L’auteur aborde également la précarité dans laquelle ces sociétés maintiennent leur personnel, composé très majoritairement de femmes (évidemment, puisqu’on peut les payer moins cher !). Le roman aborde aussi de manière plus subtile un sujet qui n’est jamais traité dans ce type de romance, à savoir les différences en terme de « classes sociales » des deux amants. On a en effet constamment à faire à un homme appartenant à l’élite de la société et qui va tenter de faire entrer la pauvre petite employée/lycéenne/étudiante de base (rayez la mention inutile) dans son monde, dont elle doit bien sûr apprendre les codes. Ce fantasme de l’homme richissime tombant sous le charme d’une femme de « petite » condition n’est évidemment pas nouveau, mais l’auteur lui donne ici une réponse pour le moins inattendue qui m’a, personnellement, beaucoup plus amusée que toutes les versions proposées précédemment (qui finissent quasiment toutes par un happy-end hautement improbable). Cette profondeur, le roman de Catherine Dufour la tient, entre autre, de ses nombreuses influences, parmi lesquels on peut citer, par exemple, Balzac (dont certains vers ont été choisis pour servir de titre au roman) ou encore Shakespeare (et notamment le personnage de Richard III dont on retrouve ici certains répliques).

    La voix continue, crissant dans les ténèbres. Elle me raconte les gigantesques incendies ravageant les hameaux de paille au pied des châteaux de pierre, vaporisant les taudis pour se débarrasser des pauvres, morts ou vivants. Et plus tard, les bulldozers qui écrasent les places, les rues, les cours, les cimetières, les halles, les docks, les ossuaires et les carrefours, qui gomment les villages, les villes, les lieux et leur mémoire – pour les remplacer par des tours qu’on fait imploser tous les trente ans, ville nouvelle, ville vide, sans histoire et sans esprits – tandis que beaux quartiers, châteaux et palais sont sanctuarisés. Alors c’est ça. Lutte des classes minérale.

Quand le surnaturel s’invite à Paris

Parmi les autres points positifs, il convient également de mentionner la qualité du décor qui occupe une place centrale dans le récit. Loin de se limiter au rôle de paysage plaqué en simple fond, la ville de Paris est au contraire très bien utilisée par l’auteur qui nous la fait arpenter d’une manière peu commune. Le café de Flore, l’académie française, les catacombes, le toit de l’Opéra Garnier, la tour Saint-Jacques… : c’est qu’on en voit, des monuments de la capitale, au cours des pérégrinations de nos deux héros. ! Des monuments que l’on connaît tous mais que l’auteur nous dévoile ici sous un tout autre jour, faufilant ses personnages dans les rares interstices urbains qui existent encore aujourd’hui. Ces ballades dans les murs de Paris sont évidemment l’occasion de rappeler à la fois quelques uns des épisodes les plus importants de l’histoire de la ville (la Révolution, le siège des Prussiens…), mais aussi des anecdotes plus croustillantes ou plus sanglantes qui participent à rendre le décor vraiment vivant aux yeux du lecteur. Tout cela n’aurait évidemment pas pu être possible si l’auteur n’avait pas fait le choix de mettre en avant une créature surnaturelle dont le sort est intimement lié aux murs et aux pierres, à savoir les lémures. Évoqués dès l’Antiquité par les Romains, les lémures sont les spectres d’hommes et de femmes ne parvenant pas à trouver le repos et hantant par conséquent la demeure dans laquelle ils ont péri. Considérés comme des esprits malfaisants, ils sont souvent assimilés à d’autres créatures horrifiques tels que les fantômes ou encore les vampires, et c’est avec eux que notre héroïne va avoir maille à partir. L’idée est originale, et le traitement qu’en propose l’auteur encore davantage, ce qui donne lieu à des scènes parfois franchement cocasses qui permettent au roman d’adopter de temps à autre un ton plus léger. Cela fournit également à l’auteur l’occasion d’aborder des thèmes eux aussi peu communs, à savoir la préservation du patrimoine ou encore les politiques d’urbanisme (qui trouvent ici une justification pour le moins… étonnante).

Pari réussi pour Catherine Dufour qui nous offre avec Entends la nuit un roman qui n’échappe pas à quelques écueils mais qui se révèle dans l’ensemble cohérent et surtout très rafraîchissant. Une histoire d’amour improbable dénuée de toute mièvrerie, une héroïne avec du mordant, des promenades extraordinaires dans les murs de Paris, des problématiques liées au monde de l’entreprise : autant d’ingrédients détonnant que l’auteur est parvenu à arranger de manière surprenante pour un rendu réussi. A noter que la scène finale n’exclue pas une suite, chose que l’auteur ne réfute d’ailleurs pas…
-Boudicca, le 7 novembre 2018.
+
Dufour - Entends la nuit - Le Bibliocosme
Posté le 07 novembre 2018 -
Après la SF, place à la fantasy-urbaine

Cela faisait longtemps qu’on avait pas entendu parler de Catherine Dufour au sein des littératures de l’imaginaire (la dernière sortie SF de l’auteur datait de 2009 et elle s’était depuis consacrée à d’autres écrits comme un guide pour les petites filles qui ne veulent pas finir princesses, ou encore une une vie sexuelle de Lorenzaccio). L’auteur nous revient donc cette année chez l’Atalante avec un roman de fantasy urbaine présenté par l’éditeur comme un « anti-Twilight tout en humour ». C’est à la suite d’un article réalisé pour le monde diplomatique et consacré aux deux phénomènes littéraires que sont « Twilight » et « Cinquante nuances » que Catherine Dufour a eu l’idée d’écrire sa propre romance torturée. Pari risqué, car l’équilibre est souvent difficile à trouver entre la transposition pure et simple et la parodie sans nuances. L’auteur s’en sort cela dit remarquablement bien et nous livre ici un texte qui, quoique bourré d’humour, n’en dépeint pas moins une histoire d’amour tragique, tout en abordant quantité de thèmes en lien avec la société d’aujourd’hui. [Je précise que, même si je vais prendre garde à ne pas trop en révéler sur l’intrigue, je suis néanmoins obligée de mentionner dans le dernier paragraphe deux ou trois éléments qu’on ne découvre qu’un peu tardivement dans le récit.] Le roman met en scène Myriame, une jeune femme qui vient d’être embauchée sur Paris par une boîte dans laquelle elle est censée faire de la veille informatique. Là, elle se retrouve confrontée à un homme en particulier, un des grands pontes de l’entreprise, avec lequel elle ne communique que par mails et coups de fil interposés. La relation commence assez mal, pourtant, très vite, Myriame se sent irrésistiblement attirée par cet étrange jeune homme aux manières vieillottes mais impeccables, qui manifeste pour elle un intérêt appuyé. Déjà difficile en raison de leurs positionnements hiérarchiques respectifs, la situation de nos deux tourtereaux va se complexifier encore davantage lorsque notre héroïne va apprendre la véritable nature de son patron…

Une romance dénuée de mièvrerie

Le roman reprend tous les codes des romans/films du style « Twilight » ou « Cinquante nuances », notamment en ce qui concerne les personnages. On retrouve en effet un homme au statut « élevé » (parce que plus riche et plus beau que les autres) autour duquel plane une aura de mystère, et une héroïne un peu paumée qui ne s’intéresse que de loin aux choses de l’amour et qui va laisser cet homme charismatique prendre les commandes de sa vie. De ce point de vue là, Catherine Dufour reste fidèle à ses inspirations, ce qui pourra, dans un premier temps, ennuyer ou agacer une partie de son lectorat. Et puis, au fil du récit, l’auteur s’écarte de plus en plus de la trame classiquement adoptée par ce type de romance pour nous délivrer un tout autre message. L’héroïne, d’abord, se révèle rapidement bien plus dégourdie et autonome que les femmes qui l’ont précédé dans ce rôle (même si, étant donné la passivité des donzelles mises en scène par Stephenie Meyer et E. L. James, ce n’était pas franchement difficile). Certes, Myriame tombe bel et bien sous le charme de son irrésistible patron surnaturel, au point de le laisser prendre un certain nombre d’initiatives à sa place, mais elle n’en garde pas moins tout au long du récit un recul qui lui permet de prendre conscience de l’étrangeté et de la nature malsaine de cette relation dont elle tente de reprendre le contrôle. Si l’héroïne se révèle aussi attachante, c’est aussi et surtout grâce à son sens de la répartie qui lui permet de remettre régulièrement à sa place son « prince charmant » au moyen de répliques bien senties dans lesquelles elle ne s’embarrasse d’aucune politesse et ne recule devant aucun tabou. Le fait que la narration soit endossée par la jeune femme pendant toute la durée du roman implique inévitablement que le pendant masculin du duo soit plus en retrait (ce qui permet d’ailleurs de renforcer le mystère qui entoure sa personne). Celui-ci remplit pour autant parfaitement son rôle de prince charmant prédateur, se montrant tour à tour vulnérable ou tyrannique, effrayant ou charmant.

Une satire du monde du travail moderne

L’un des principaux atouts du roman tient cela dit moins à la qualité de l’histoire d’amour dépeinte qu’aux thématiques sociétales mises en avant par l’auteur. Les circonstances dans lesquelles se rencontrent les deux personnages servent ainsi surtout de prétextes pour aborder la situation du monde de l’entreprise aujourd’hui. Catherine Dufour nous dépeint une compagnie dans laquelle tous les employés sont contrôlés et surveillés en permanence par leur hiérarchie et leurs collègues, et où la quête de rentabilité aboutît à des situations complètement absurdes (états lamentable des toilettes pour que les employés y passent le moins de temps possible, logiciel de surveillance installés sur les ordinateurs…). Et le pire dans tout cela, c’est qu’il ne s’agit même pas des délires d’un auteur de SF paranoïaque mais bien de techniques employées dans certaines entreprises aujourd’hui. L’auteur aborde également la précarité dans laquelle ces sociétés maintiennent leur personnel, composé très majoritairement de femmes (évidemment, puisqu’on peut les payer moins cher !). Le roman aborde aussi de manière plus subtile un sujet qui n’est jamais traité dans ce type de romance, à savoir les différences en terme de « classes sociales » des deux amants. On a en effet constamment à faire à un homme appartenant à l’élite de la société et qui va tenter de faire entrer la pauvre petite employée/lycéenne/étudiante de base (rayez la mention inutile) dans son monde, dont elle doit bien sûr apprendre les codes. Ce fantasme de l’homme richissime tombant sous le charme d’une femme de « petite » condition n’est évidemment pas nouveau, mais l’auteur lui donne ici une réponse pour le moins inattendue qui m’a, personnellement, beaucoup plus amusée que toutes les versions proposées précédemment (qui finissent quasiment toutes par un happy-end hautement improbable). Cette profondeur, le roman de Catherine Dufour la tient, entre autre, de ses nombreuses influences, parmi lesquels on peut citer, par exemple, Balzac (dont certains vers ont été choisis pour servir de titre au roman) ou encore Shakespeare (et notamment le personnage de Richard III dont on retrouve ici certains répliques).

    La voix continue, crissant dans les ténèbres. Elle me raconte les gigantesques incendies ravageant les hameaux de paille au pied des châteaux de pierre, vaporisant les taudis pour se débarrasser des pauvres, morts ou vivants. Et plus tard, les bulldozers qui écrasent les places, les rues, les cours, les cimetières, les halles, les docks, les ossuaires et les carrefours, qui gomment les villages, les villes, les lieux et leur mémoire – pour les remplacer par des tours qu’on fait imploser tous les trente ans, ville nouvelle, ville vide, sans histoire et sans esprits – tandis que beaux quartiers, châteaux et palais sont sanctuarisés. Alors c’est ça. Lutte des classes minérale.

Quand le surnaturel s’invite à Paris

Parmi les autres points positifs, il convient également de mentionner la qualité du décor qui occupe une place centrale dans le récit. Loin de se limiter au rôle de paysage plaqué en simple fond, la ville de Paris est au contraire très bien utilisée par l’auteur qui nous la fait arpenter d’une manière peu commune. Le café de Flore, l’académie française, les catacombes, le toit de l’Opéra Garnier, la tour Saint-Jacques… : c’est qu’on en voit, des monuments de la capitale, au cours des pérégrinations de nos deux héros. ! Des monuments que l’on connaît tous mais que l’auteur nous dévoile ici sous un tout autre jour, faufilant ses personnages dans les rares interstices urbains qui existent encore aujourd’hui. Ces ballades dans les murs de Paris sont évidemment l’occasion de rappeler à la fois quelques uns des épisodes les plus importants de l’histoire de la ville (la Révolution, le siège des Prussiens…), mais aussi des anecdotes plus croustillantes ou plus sanglantes qui participent à rendre le décor vraiment vivant aux yeux du lecteur. Tout cela n’aurait évidemment pas pu être possible si l’auteur n’avait pas fait le choix de mettre en avant une créature surnaturelle dont le sort est intimement lié aux murs et aux pierres, à savoir les lémures. Évoqués dès l’Antiquité par les Romains, les lémures sont les spectres d’hommes et de femmes ne parvenant pas à trouver le repos et hantant par conséquent la demeure dans laquelle ils ont péri. Considérés comme des esprits malfaisants, ils sont souvent assimilés à d’autres créatures horrifiques tels que les fantômes ou encore les vampires, et c’est avec eux que notre héroïne va avoir maille à partir. L’idée est originale, et le traitement qu’en propose l’auteur encore davantage, ce qui donne lieu à des scènes parfois franchement cocasses qui permettent au roman d’adopter de temps à autre un ton plus léger. Cela fournit également à l’auteur l’occasion d’aborder des thèmes eux aussi peu communs, à savoir la préservation du patrimoine ou encore les politiques d’urbanisme (qui trouvent ici une justification pour le moins… étonnante).

Pari réussi pour Catherine Dufour qui nous offre avec Entends la nuit un roman qui n’échappe pas à quelques écueils mais qui se révèle dans l’ensemble cohérent et surtout très rafraîchissant. Une histoire d’amour improbable dénuée de toute mièvrerie, une héroïne avec du mordant, des promenades extraordinaires dans les murs de Paris, des problématiques liées au monde de l’entreprise : autant d’ingrédients détonnant que l’auteur est parvenu à arranger de manière surprenante pour un rendu réussi. A noter que la scène finale n’exclue pas une suite, chose que l’auteur ne réfute d’ailleurs pas…
-Boudicca, le 7 novembre 2018.
+
Dufour - Entends la nuit - Charybde2
Posté le 14 novembre 2018 -

La pierre-argent, le pouvoir, le travail, le fantasme : une redoutable et joueuse fable fantastique contemporaine.

Gagner sa vie (ou, contrainte et forcée, perdre sa vie à la gagner) : dans un Paris contemporain où le droit du travail recule inexorablement pour laisser place à la triomphante précarité généralisée, une jeune diplômée de communication et de data mining, revenue sans le sou de diverses galères libertaires à Amsterdam, intègre la branche française de l’entreprise familiale Zuidertoren. Au cœur d’un banal et pourtant étonnant immeuble du douzième arrondissement parisien, entre high tech presque flamboyante et pierre de taille légèrement décrépite, systèmes informatiques ultra-modernes de surveillance et de productivité, pièces mal chauffées et humidités suintantes, Myriame semble bien partie pour vivoter sa survie dans un univers du travail ne proposant guère autre chose lorsque deux rencontres, celle de l’un des mystérieux et très british dirigeants de l’entreprise et celle d’une boule rageuse de foudre globulaire qui la manque de quelques centimètres, semblent peut-être changer la donne, et ouvrir des perspectives insoupçonnées dans le mur froid de la réalité.

Neuf ans après son grand « Outrage et rébellion », ayant proposé entre temps aux lectrices et aux lecteurs trois excursions étonnantes dans la non-fiction, et de nombreuses nouvelles – dont l’une des plus récentes, « Pâles mâles », dans le recueil collectif « Au bal des actifs – Demain le travail » (2017), résonne naturellement et intensément avec le présent texte -, Catherine Dufour nous offre un nouveau roman, chez L’Atalante. Solidement ancré dans le présent blafard d’une lutte des classes à nouveau de moins en moins larvée, « Entends la nuit » joue avec les attentes de lecture et les genres littéraires, rend de rusés hommages et cligne savamment de l’œil en direction tant du Tim Powers de « Le poids de son regard » (1989) que du Éric Corbeyran du « Chant des Stryges » (1997), questionne rageusement les archétypes lénifiants de transgression sans conséquence que nous propose ces derniers temps, à nouveau, la pop culture malaxée et pré-digérée par l’industrie du divertissement (de « Twilight » à « Cinquante nuances de Grey »), et introduit plus ou moins subrepticement un redoutable débat possible sur la nature même du fantastique contemporain, entre réenchantement, mise en abîme, démobilisation et filtre de combat. À propos de vieilles pierres et de catacombes que l’on aurait jurées désuètes, simples motifs devenus anodins, à propos de mythes et de légendes autour de la mort toujours recommencée, à propos surtout de l’avidité – toujours plus insatiable qu’avouée – que sécrètent l’argent et la puissance, Catherine Dufour nous rappelle en jouant sérieusement, avec un extrême brio, que la posture narrative n’est jamais neutre, et que la manière dont le récit rend compte des rêves et des cauchemars de ses protagonistes, y compris ou principalement des plus modestes d’entre eux, demeure, encore et toujours, éminemment politique.

- Charybde2, le 11 novembre 2018.

+
Dufour - Entends la nuit - Fantastinet
Posté le 14 novembre 2018 -

Quand je vois passer un petit message indiquant qu’Entends la nuit va paraître aux éditions L’Atalante, avec une couverture magnifique d’Aurélien Police, sous l’appellation d’Urban Fantasy, cela éveille mon intérêt, et une nouvelle fois, je ressors emballé de cette lecture.

N’ayant pas lu Twillight, je serai bien en peine d’être une caution sur le côté anti-Twillight  d’Entends la Nuit mais je n’ai pas de mal à imaginer que cette histoire d’amour compliquée entre un lord anglais dans le directoire d’une entreprise hi-tech et une petite employée tout juste débarquée est l’apothéose de l’homme de pouvoir face à la femme “socialement” inférieure, entre le riche et le pauvre… Pourtant, j’ai quand même eu rapidement l’impression que la jeune Myriame reprenait la main sur la relation et cassait un peu cet aspect femme soumise au beau et étrange et intriguant lord…
Mais, il serait bien limitatif de ne voir que l’aspect parodique. Avec beaucoup du justesse, l’autrice nous décrit un monde du travail impitoyable, que nous percevons dès le départ lorsque la jeune femme se présente à nous avec une mère malade, un père qui a fui une partie de ses responsabilité et un diplôme qui ne lui sert pas à grand chose. Alors comme beaucoup, elle accepte le travail qu’elle peut, précaire bien sûr. Et dès le départ, elle comprend que rien ne lui sera épargné : son bureau vient de subir un dégât des eaux, et elle doit se débrouiller pour le rendre respirable. Les commodités ne sont pas avec un minimum de confort pour éviter que les salariés n’y passent trop temps, la hiérarchie directe a les dents qui rayent le parquet et ne sont que axés sur la productivité, aidé en cela par un système qui permet à tout à chacun de surveiller ses collègues (je vous laisse découvrir ce système).

Et puis, l’incroyable se produit : repérée (et dénoncée dans un premier temps) par Duncan, elle verra le tapis se dérouler pour elle CDI, logement, on en aurait presque la larme à l’oeil par tant de gentillesse… ou de condescendance ? Un moyen de faire comprendre à tous que le petit peuple est à la merci des chefs et par là même qu’elle est redevable. L’employé.e dépendante de son patron, à un point qui dépasse l’entendement et qui tombera amoureux du bellâtre…

Alors, vous vous demandez où se trouve l’élément surnaturel qui me fait parler de ce roman ? Il y a bien un autre monstre que le travail tel qu’il est décrit (bien que je ne suis pas sûr de savoir lequel m’inquiète le plus) : Duncan Vane n’est pas qu’un cadre de l’entreprise, il est aussi un mâne qui pourrait tuer la jeune femme d’un claquement de doigt, et cette possibilité reste bien présente dans l’esprit de la jeune femme. Cet esprit ancien va nous permettre de découvrir un Paris que je ne connaissais pas, faisant découvrir des cours, des tunnels, cimetières ou encore les catacombes moins connues… On sent l’amour de Catherine pour cette ville.

Ce roman est donc à l’image de son autrice, drôle et engagé… et donc immanquable !

- Allan, le 10 novembre 2018.

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du Cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Courageux
Jack Campbell
Livre9
Entends la nuit
Catherine Dufour
  • Newsletter
        Inscription newsletter
  • À la une
+
Offre numérique : Mémoires de Lady Trent à 4,99e
Posté 09 novembre 2018 -

Le dernier tome des Mémoires de Lady Trent sort ce mois-ci : Le Sanctuaire ailé !
À cette occasion, le reste de la série est à prix réduit en numérique.

ladytrent_site.jpg

+
La pratique de l’Hilketa selon John Scalzi
Posté 06 novembre 2018 -

L’hilketa est un sport inventé aux États-Unis où deux équipes de onze joueurs ont pour principal objectif d’arracher la tête à l’un de leurs adversaires puis de la lancer ou de la porter entre les poteaux de but.

Ils marquent ainsi des points auxquels peuvent s’ajouter ceux attribués en récompense d’actions défensives ou offensives. En raison de la violence de cette discipline, aucun organisme humain n’est présent sur le terrain pendant la partie

Lire la suite sur le blog

hilketa.jpg

+
"Entends la nuit" sur Alternantes
Posté 17 octobre 2018 -

Écoutez l'émission ici

 catherine-dufour_couv_s.jpg

 

 

+
Texto, le nouveau roman de Dmitry Glukhovsky
Posté 24 septembre 2018 -


 

À paraître en janvier 2019.

+
Manuscrits
Posté 01 février 2018 -

La session de janvier de réception des manuscrits est close. Avec 885 titres reçus, nous avons du pain sur la planche ! C’est pourquoi, si vous souhaitez nous envoyer votre texte, nous vous prions d’attendre que nous ouvrions une nouvelle session – nous l’espérons courant 2019. Cela dépendra du temps que nous prendront le grand nombre de textes reçus. Suivez-nous sur les réseaux sociaux au fil des mois pour plus d’informations.

manuscrits885_2.jpg

 

+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
No database selected