L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du cygne | Des milliards de tapis de cheveux
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du cygne

Andreas Eschbach

Des milliards de tapis de cheveux

Des milliards de tapis de cheveux

Date de parution : novembre 2016


Traduit par : Claire Duval
Illustrateur : Vincent Madras


ISBN13 : 9782841727896

Nombre de pages : 320
Prix : 22,00 €
État : disponible

Nœud après nœud, jour après jour, toute une vie durant, ses mains répétaient les mêmes gestes, nouant et renouant sans cesse les fins cheveux, comme son père et le père de son père l’avaient fait avant lui...
N’est-ce pas étrange qu’un monde entier s’adonne ainsi au tissage de tapis de cheveux ? l’objet en est, dit-on, d’orner le Palais des Étoiles, la demeure de l’Empereur. Mais qu’en est-il de l’Empereur lui-même ? N’entend-on pas qu’il aurait abdiqué ? Qu’il serait mort, abattu par des rebelles ?
Comment cela serait-il possible ? Le soleil brillerait-il sans lui ? Les étoiles brilleraient-elles encore au firmament ?
L’Empereur, les rebelles, des milliards de tapis de cheveux ; il est long le chemin qui mène à la vérité, de la cité de Yahannochia au Palais des Étoiles, et jusqu’au Palais des Larmes sur un monde oublié...

— Livre cartonné et toilé —

  • Revue de presse
+
Eschbach - des milliards de tapis de cheveux - bibliotheca.skynetblogs.be
Posté le 25 janvier 2010 -

Des milliards de tapis de cheveux (Die Haarteppichknüpfer) est un choc pour tout lecteur qui l'aborde. Space-opéra politique, à la limite du conte, Des milliards de tapis de cheveux n'arrête pas de surprendre. Les rebelles qui ont tué l'Empereur des Etoiles - au pouvoir depuis cent mille ans ! - découvrent de bien étranges secrets en inventoriant l'ancien Empire. Ils découvrent des milliers des mondes cachés où la principale occupation des hommes est de fabriquer des tapis de cheveux tissés à partir de la chevelure de leurs femmes et filles. Ces tapis, qu'ils mettent toute leur vie à fabriquer sont, selon eux, envoyés à l'Empereur. Cependant les rebelles n'ont jamais trouvé la moindre trace de ces tapis dans le palais de l'empereur des étoiles, ni dans tous les mondes connus de l'Empire. Les rebelles vont s'efforcer à percer tous ces mystères. Le roman est en fait d'une succession de nouvelles, l'une après l'autre dévoile de plus en plus de cet univers et de ces mystères. Chaque histoire est racontée d'un point de vue différent. Le lecteur, qui accompagne cette quête de la vérité, découvre une explication d'autant plus stupéfiante qu'elle est logique. Folie organisée d'un pouvoir absolu chez l'Empereur, résignation et foi aveugle chez nombre de sujets, Des milliards de tapis de cheveux est une métaphore des choix possibles face à la vie et la société Andreas Eschbach est actuellement le chef de file de la science-fiction allemande. Ce livre est indispensable, que ce soit pour les fans de science-fiction, mais aussi pour tous les autres.

03-10-2005, bibliotheca.skynetblogs.be  

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Les lectures de Zazezizozu
Posté le 09 août 2016 -
Drôle de titre, couverture intrigante, bonnes notes sur Livraddict pour ce premier roman de science-fiction traduit en français de Andreas Eschbach.

Mon avis ne détonnera pas du lot puisque j'ai beaucoup aimé cette lecture.
L'histoire nous plonge dans un univers composé de milliers de planètes sur lesquelles un système de castes est présent. Les planètes sont dirigées par un dieu Empereur immortel qui commande des tapis de cheveux pour en orner son palais.

Chaque chapitre du livre donne le point de vue d'un personnage différent. Loin de déstabiliser le lecteur, ce schéma nous invite à tourner les pages pour connaître le suite. L'écriture est poétique et facile à digérer. S'il n'y a pas de grandes actions ou d'aventure périlleuse dans ce roman, il y a tout de même un univers très bien décrit, original, intéressant à découvrir.
L'intrigue qui se développe autour des tapis de cheveux est aussi fascinante. Tout le long du récit j'ai eu envie de savoir véritablement à quoi servent ces tapis et qui est cet énigmatique Empereur qui a su conquérir toutes ces galaxies ? Quel est son plan ? Est-il bon ou mauvais ?
A travers le roman on découvre tout un panel de personnages et de métiers : les tisseurs de tapis de cheveux, les marchands, les voleurs, les musiciens, les navigateurs dans les vaisseaux spatiaux, un archiviste, les rebelles... leur diversité aide à enrichir le récit et chacun ouvre une lucarne sur cette mystérieuse organisation.
Un certains nombre de passages sont très visuels, j'adorerai les voir en image. Le sentiment général qui ressort de cette lecture est la nostalgie et la tristesse d'un empire et des habitants qui le composent. En même temps, c'est une invitation à la réflexion sur les libertés individuelles et celles des peuples.

Le final, comme on s'y attend, se clos sur LA révélation et c'est très bien comme ça car à la fin on se sent rassasié par une bonne histoire. Si vous ne l'avez pas encore lu, qu'attendez-vous ?
 
Zazezizozu
https://zazezizozulectures.blogspot.fr/2016/07/des-milliards-de-tapis-de-cheveux-de.html
+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Stéphanie Nicot
Posté le 14 février 2008 -

Univers à première vue délirant qui trouve sa tragique explication à la fin du roman, space opera non militariste, Des milliards de tapis de cheveux est un choc. L'histoire ? De la S.-F. apparemment classique. Les rebelles qui ont tué l'Empereur immortel – au pouvoir depuis cent mille ans ! – découvrent de bien étranges secrets. Ils s'efforcent de comprendre pourquoi une planète entière est dévolue à la fabrication de tapis de cheveux. Et pourquoi des vaisseaux emportent ces ouvrages de toute une vie de tisseurs, non vers le palais de l'Empereur comme ils le croyaient, mais vers une destination inconnue... Le lecteur, qui accompagne chapitre après chapitre cette quête de la vérité, découvre une explication d'autant plus stupéfiante qu'elle est logique. Folie organisée d'un pouvoir absolu chez l'Empereur, résignation et foi aveugle chez nombre de ses sujets, révolte et volonté de compréhension chez les leaders rebelles, Des milliards de tapis de cheveux est une métaphore des choix possibles face à la vie. Chef de file de la S.-F. allemande, Andreas Eschbach s'est rapidement imposé en France. Il a obtenu, pour ce roman éblouissant qui a fait l'unanimité de la critique, le Grand Prix de l'Imaginaire 2001.

Stéphanie Nicot

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Les pipelettes en parlent
Posté le 22 septembre 2015 -
Andreas Eschbach livre avec Des milliards de tapis de cheveux une œuvre étonnante, de par son originalité et son habile construction, point d’orgue d’une intrigue qui se dénoue peu à peu sous les yeux du lecteur émerveillé.

L’auteur nous présente une société féodale empreinte de traditions profondément ancrées dans le cœur de ses habitants, dont les fondements reposent sur le culte voué à l’Empereur. L’Empereur sans qui le soleil ne saurait briller. Dans cette société, être tisseur est un sacerdoce. De père en fils, des générations entières consacrent leur vie à tisser les plus beaux tapis pour orner le palais de l’Empereur. Des milliards de tapis sont ainsi réalisés avec les seuls cheveux des femmes de leur famille.

En plus de proposer un univers innovant et parfaitement construit, Andreas Eschbach noue une intrigue qui tient en haleine. Car l’Empereur est tombé depuis 20 ans, alors qui envoie les marchands, qui récoltent les tapis et où vont-ils ? Dans un Empire colossal, en pleine réappropriation de lui-même après des millénaires de despotisme, cette question va devenir centrale. Car pour construire l’avenir, il faut comprendre le passé.

La plupart des protagonistes n’ont qu’une vie très courte, puisqu’ils n’apparaissent bien souvent que dans un seul chapitre. Mais c’est en quelques traits précis que l’auteur leur donne vie. Quelques pages lui suffisent pour nous emporter à la suite de ces hommes et de ces femmes prisonniers de traditions ancestrales.

Et c’est un enchevêtrement aussi fin que les tapis tissés par les personnages. Petit à petit l’auteur agrandit son univers, sa perspective. Il prend de la hauteur et nous permet de découvrir l’ampleur d’une machination à la cruauté infinie. Quelques maladresses ne sont pas évitées, mais cela n’atténue en rien la qualité intrinsèque de l’œuvre.
 
Les pipelettes en parlent
+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - La Dépêche du midi
Posté le 03 février 2009 -

La science fiction allemande est plutôt méconnue, mais elle recèle une perle : Andréas Eschbach.

Ce jeune écrivain s'est fait connaître dès 1995, il a remporté de nombreux prix et l'un de ses romans, Jesus Vidéo, a été adapté pour la télévision. On dit que pour faire un roman de science fiction, il faut d'abord une bonne idée, lui en met au moins une dizaine dans chacune de ses oeuvres !

Il est installé en Bretagne depuis 2003, et vit de sa plume dès la parution de son premier roman, Des milliards de tapis de cheveux, qui lui a valu une renommée internationale.

Il y cultive l'art de raconter des évènements galactiques à travers des destinées de gens ordinaires, développant une réflexion sur le sens des "vies minuscules" au sein d'un grand dessein ou des convulsions des empires. Sur une lointaine planète isolée, les hommes tissent de père en fils des tapis avec les cheveux de leurs femmes, destinés à orner le Palais de l'Empereur. Un Empereur dont après-tout, personne n'a plus de nouvelles depuis bien longtemps... Quand la tradition heurte la réalité, des detins se déchirent et les familles se brisent sur une minuscule poussière d'étoile dont nul ne se soucie ! Aux éditions L'Atalante.  

La Dépêche du Midi, 21 janvier 2009. 

 

 

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Bibliosff
Posté le 23 septembre 2016 -

Sous ce titre énigmatique se cache un vrai roman de space opera. Des générations de tisseurs utilisent les cheveux de leurs femmes pour les vendre à une guilde, qui les exporte vers le palais d’un Empereur galactique immortel. Le roman se présente sous forme de chapitres qui changent le plus souvent de protagoniste, avec une construction qui part d’une petite planète désolée où vivent des tisseurs, pour aller jusqu’au secret le mieux gardé de l’univers.

On découvrira donc au fil des pages le quotidien de tisseurs misérables, d’un collecteur de taxes ou d’un prédicateur, des marchands qui acheminent les tapis, d’un pilote de vaisseau descendu au sol, des sportifs spatiaux, mais aussi d’un archiviste impérial ou des rebelles qui disent avoir exécuté l’empereur. Et bien d’autres, dont certains encore plus étranges !

Une vaste fresque souvent étonnante, avec des personnages très variés et différents, une atmosphère étrange. Ou plutôt plusieurs atmosphères. Entre les habitants d’une petite planète pauvre et les hautes sphères du pouvoir galactique, il règne un parfum de trouble, de doute, de fin de règne alors que les rumeurs laissent entendre que l’empereur est mort, lui qui était censé être immortel. Mais les rebelles ont-ils vraiment gagné ? Et quels secrets découvriront-ils en explorant les ruines d’un empire millénaire ?

Je n’ai pas toujours été séduit par le style de la narration, mais il me faut reconnaître le talent d’Andreas Eschbach qui part d’un pitch a priori délirant pour en faire une histoire à l’ampleur galactique, avec des morceaux de puzzle disparates qui s’emboîtent à la perfection une fois les derniers chapitres lus. Un tour de force donc, à défaut d’un vrai coup de coeur.

 

Xapur - Bibliosff

 

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - La compagnie des geeks
Posté le 24 septembre 2015 -
L’auteur utilise un procédé d’écriture tout à fait ingénieux. En effet, il change de personnage principale à chaque chapitre, sans jamais revenir deux fois sur le même. Un personnage principal deviendras donc secondaire au chapitre suivant, vu par les yeux de son père, son fils, son professeur, etc … Cela nous offre une fresque incroyable, dénué des œillères d’un personnage trop présent.

PS : les fans de W40K auront un plaisir tout particulier sur les évocations de l’Empereur ;)

Note : 9/10
Auteur : Fred
 
La Compagnie des geeks
+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux- Lelitteraire.com
Posté le 28 août 2009 -

Eschbach, chef de file de la SF allemande, développe une remarquable réflexion sur les enjeux du pouvoir et la répétition infinie des courroies de transmission qu'il présuppose.

Un livre magistral, cousu de tout sauf de fil blanc.

 

 Frédéric GROLLEAU, lelitteraire.com,, 27 septembre 2004

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Le voyage du Phénix
Posté le 02 novembre 2015 -
On suit les tisseurs dans leur dur labeur, à se battre pour réaliser le but de leur vie, parfois victimes de personnes malveillantes invoquant des traditions quelconques pour les piéger. […] L’auteur nous amène au plus près des personnages, comme autant de biographie.

[…] Les nouvelles se lisent facilement grâce à une belle écriture, simple. On change d’histoire à chaque nouvelle, ce qui relance l’intérêt et varie les points de vue ; mais aussi de nouveaux personnages, de nouveaux endroits ; certains éléments d’une nouvelle renvoient à ceux d’autres nouvelles. Une toile historique est tissée, avec ses mystères. C’est aussi un recueil de genres : on commence avec de la fantasy mais vers le second tiers on tombe régulièrement sur du space opera.

Un mini livre-univers où l’on saute d’histoire en histoire. […]
 
JMB
+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - ActuSF
Posté le 28 août 2009 -

Premier livre traduit d'Andreas Eschbach, chef de file de la SF allemande, Des milliards de tapis de cheveux donne un souffle nouveau au genre, savant mélange de Fantasy, de Space Opera et de contes et légendes. Tant sur le plan de la forme que du fond, Eschbach atteint quasiment la perfection.

Des milliards de tapis de cheveux est un livre incontournable, et si vous n'êtes pas convaincu par tous les lecteurs qui clament haut et fot que c'est un pur chef-d'oeuvre, il ne vous reste qu'une seule démarche envisageable pour sauver votre âme :

1) Munissez-vous préalablement d'une poignée d'euros, d'un chéquier ou d'une carte bancaire.

2)  Dirigez-vous vers la librairie la plus proche (toute librairie ne possédant pas Des milliards de tapis de cheveux ne peut pas être considérée comme "bonne" à moins d'être momentanément en rupture de stock et donc d'être en attente de livraison de ces précieux volumes...)

3) Afin de ne pas perdre de temps : demandez à consulter Des milliards de tapis de cheveux d'Andreas Eschbach aux éditions de L'Atalante.

4) Prenez une dizaine de minutes pour découvrir le premier chapitre (de 7 pages)...

 

... et vous voilà convaincu, il ne vous reste plus qu'à passer à la caisse et régler votre achat. Vous serez certes un peu moins riche mais que sont quelques euros investis par rapport aux heures bienheureuses de lecture et de relecture de cette oeuvre magnifique ?

 

Xavier VERNET, actusf.com

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Le Journal du Dimanche
Posté le 28 août 2009 -

Ce livre, ambitieux par son thème, sophistiqué dans sa construction, est écrit dans un stylesimple, fluide, et laisse un souvenir très fort.

 

Michel PEBEREAU, Le Journal du Dimanche, 26 septembre 2004

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Levallois Info
Posté le 01 août 2011 -
Les Lettres allemandes n'ont pas été très généreuses avec la Science-Fiction. Dans le contexte politique des deux Allemagnes et de la guerre froide, les sujets développés en SF, comme l'anticipation ou l'utopie, étaient considérés comme des menaces ou au contraire, pouvaient être utilisés comme propagande. De ce fait, la SF allemande reste confidentielle, à part la série Perry Rhodan. Enfin, dans les années 90, plusieurs jeunes auteurs allemands sont salués par la critique internationale. C'est le cas d'Andreas Eschbach pour Des milliards de tapis de cheveux.
 
L'action se déroule aux confins de l'empire où se nichent quelques petites planètes isolées et oubliées. Seule une curieuse coutume les distingue : certains hommes, tisseurs de père en fils, y fabriquent des tapis de cheveux pour orner le palais des étoiles de l'empereur. Mais, une rumeur tragique court parmi la population : l'empire n'existe plus, l'empereur aurait été destitué. Mais comment est-ce possible, lui qui a donné vie aux étoiles et sans qui les soleils ne peuvent briller ? Pourquoi les vaisseaux impériaux emportent-ils toujours les tapis de cheveux par milliards ?
Les personnages se croisent au gré des différents chapitres qui semblent tous indépendants comme autant de petites nouvelles ne dévoilant le secret des fameux tapis qu'à la toute fin. 
 
Levallois Info
Coin de la Médiathèque
+
Eschbach Andreas -Des milliards de tapis de cheveux - Le livraire
Posté le 28 juin 2010 -

Des milliards de tapis de cheveux est le premier roman d’Andreas Esbach qui l’a fait découvrir lors de sa parution en Allemagne, en 1995. La première édition française est parue en 1999 chez L’Atalante.

La forme est assez inhabituelle, l’histoire se décomposant en dix-sept chapitres indépendant qui peuvent se lire comme autant de nouvelles. Certains personnages se retrouvent dans plusieurs chapitres, et l’explication de l’origine des tapis de cheveux -et d’un certain nombre d’autres énigmes- est donnée tout à la fin. Il faut accepter de ne pas tout saisir d’emblée et naviguer au fil de la lecture. Les chapitres sont écrits en suivant le point de vue d’un personnage différent à chaque fois, donnant au récit la complexité et la richesse d’une polyphonie, les caractères et les contextes étant extrêmement variés.

Tous n’auront donc pas le même impact sur le lecteur, suivant ses goûts et sa sensibilité. A mon sens, le chapitre 14, intitulé "Le Palais des Larmes" est sans doute le plus beau, d’une cruauté lyrique et pourtant sans appel, résumant à lui seul la virtuosité de l’écriture d’Esbach (traduite d’une main de maître). Impossible de citer les deux derniers et terribles paragraphes, les plus révélateurs du style de l’auteur, sans gâcher irrémédiablement le plaisir de la lecture.

Le chapitre 12, "Le Rebelle et l’Empereur", est également terrible, pour des raisons autrement différentes mais qui dans le contexte actuel suscite d’autant plus de questions sur la tyrannie d’un système de pensée unique, totalitaire et efficacement relayé par les organisations adéquates.

A la manière d’une enquête à rebours, on apprend comment l’Empereur est tombé, tué par les rebelles ; comment fonctionne l’Empire, ou plus exactement, comment il fonctionnait dans le système de Gheera.

Un livre bluffant, un de plus où on se dit que les distinctions de littérature s »blanche », « mauvais genres » ou « littératures de l’Imaginaire » n’ont, dans le fond aucune bonne raison d’être. Il y a la Littérature, celle qui soulève le cœur, qui empêche de dormir, qui fait écho à des questionnements, qui suscite les passions et qui reste, des années après, inoubliables, même si les premiers émois de lecture ne parviennent pas à être ressuscités. Tout ce qui reste est objet de consommation, plus ou moins durable, agréable et périssable. La première est Verbe (ce qui n’exclut pas, pour moi du moins, l’humour ou la légèreté), le reste est bavardage.

Le livraire

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Daily Mars
Posté le 10 janvier 2017 -

Andreas Eschbach avait déjà publié ce roman en 1999 aux éditions de l’Atalante. Depuis, impossible de le trouver. Il marqua cependant le renouveau de la SF allemande (et personnellement, signa mon amour pour ce genre. Rien que ça !). Nous voilà dans un roman choral, comptant l’histoire d’une planète lointaine dont les hommes tissent des tapis de cheveux de leur femme, en hommage à un empereur lointain. Mais de curieuses rumeurs naissent à travers les étoiles…

Déborah Gay - Daily Mars

+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Les lectures de Gribouille
Posté le 11 janvier 2017 -
Je choisis de vous présenter mon premier coup de cœur de l'année 2016, qui a été Des milliards de tapis de cheveux, de Andreas ESCHBACH.

Quelque part aux confins de l'empire se niche une planète que seule une curieuse coutume distingue de ses consoeurs : depuis des temps immémoriaux, les hommes, tisseurs de père en fils, y fabriquent des tapis de cheveux destinés à orner le palais des étoile de l'empereur.

Pourtant, certains, tel cet homme au passé nébuleux qui prétend venir d'une lointaine planète, racontent que l'empereur n'est plus. Qu'il aurait été tué par des rebelles.

Mais alors, à quoi - ou à qui - peuvent donc servir ces tapis ?

Pour moi, ce roman de science-fiction très original est une petite merveille. 

Voici ce que j'en disais il y a presque un an :

"La chose la plus remarquable, dans ce roman, c'est le style d'écriture de l'auteur. Il est d'une beauté et d'une poésie rarement vues dans un roman de science-fiction ! J'ai relu certains passages plusieurs fois, juste pour m'imprégner de chaque mot, tant c'était magnifique !

Au niveau de l'histoire, elle est également remarquable par son originalité : toute une planète qui s'est organisée autour d'une seule activité, le tissage de tapis faits avec les cheveux des femmes et des filles des tisseurs pour rendre gloire à l'Empereur-Dieu de cette galaxie, ce n'est pas banal !

La construction du roman est faite de chapitres qui racontent chacun l'histoire d'un personnage différent ; personnages qui, en apparence, n'ont aucun lien les uns avec les autres. Beaucoup d'entre eux n'apparaissent d'ailleurs qu'une fois, et on ne les revois plus.

Mais au fur et à mesure que l'on avance, on se rend compte que chacun joue un rôle, petit en apparence mais important, dans la trame de ce récit, comme quand on décompose une image et qu'on voit qu'elle est faite de dizaines d'images minuscules, sauf qu'ici, c'est le contraire : on part d'une quantité de petits tableaux, de tranches de vies, de points de vue, pour arriver, par un effet de recul, de "zoom arrière", si vous préférez, à une vision d'ensemble.

Et ainsi, c'est par petites touches, par de petits détails, au détour d'une phrase, d'une réplique dans une conversation, que l'on avance dans la compréhension du mystère que représentent ces tapis en cheveux.

Jusqu'à la révélation finale... incroyable !

Conclusion : J'ai énormément aimé cette construction et le style de ce roman, et je ne saurais que trop vous le conseiller, même si vous n'aimez pas la science-fiction, car malgré les éléments qui le placent dans ce genre de littérature, il s'agit au final d'une histoire d'êtres humains... "
 
 
Gribouille LechatLes lectures de Gribouille  
 
 
+
Eschbach - Des milliards de tapis de cheveux - Colcoriane
Posté le 28 mars 2017 -
[...] Ce fut un véritable coup de cœur. J’ai adoré l’écriture, les personnages, l’univers, l’intrigue, la construction du récit (ou devrais-je dire, des récits), et sa conclusion magistrale et démentielle.

Et, paradoxalement, je suis bien contente de ne pas l’avoir lu plus tôt. Je ne crois pas qu’à l’adolescence j’aurais su apprécier autant l’œuvre et tout le talent qui se cache derrière. J’étais, d’une part, bien trop concentrée sur les enchaînements de péripéties qui selon moi représentaient tout l’intérêt d’une histoire pour apprécier une histoire fragmentée comme celle-ci ; d’autre part, je n’avais pas encore une assez grande culture littéraire ni une assez bonne connaissance des techniques narratives pour déceler les prouesses auxquelles s’est livré l’auteur dans ce chef-d’œuvre.

Bref, j’arrête là l’éloge dithyrambique, vous aurez compris que je recommande chaudement ce livre à tous les amateurs de récits intelligent et bien construits ; une chronique détaillée est en préparation.

Colcoriane - Chez Colcoriane

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Jardin d'hiver
Olivier Paquet
Livre9
Échappée blanche
Michael Blaine
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En mars 2017, tous les ebooks de Javier Negrete à 4,99e
Posté 14 mars 2017 -

En numérique, le mois de mars est dédié à un écrivain espagnol : Javier Negrete. Découvrez « Alexandre le grand et les aigles de Rome », « Le Myther d’Er ou le dernier voyage d’Alexandre le Grand » ainsi que la série Chronique de Tramorée à 4,99 € chez tous vos revendeurs numériques. Bonne lecture !

javiernegrete_site.png

+
Les enfermés de John Scalzi, lauréat du prix Bob Morane 2017
Posté 09 mars 2017 -
Les lauréats du prix Bob Morane 2017 ont été annoncés.
Pour notre plus grand plaisir, le lauréat de la catégorie romans traduits est John Scalzi pour Les enfermés (traduit par Mikael Cabon).

lesenfermes2.jpg

 

+
Une nouvelle sur le système Trappist-1 par Laurence Suhner
Posté 28 février 2017 -

Laurence Suhner est l'auteur d'une nouvelle en lien avec la découverte du système planétaire Trappist-1. La version anglaise de sa nouvelle, The terminator, écrite en collaboration avec les astrophysiciens de l’équipe de Michaël Gillon a été publiée dans la revue Nature de ce mois de février et relayée sur le site de la Nasa. Pour la lire en français, rendez-vous sur le site de l'auteur.

Version anglaise / Version française

theterminator3.jpg

+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -
Nous avons pris la décision, à partir du 1er février, d’interrompre la réception de manuscrits pendant quelques mois et nous réfléchissons à une nouvelle méthode pour les traiter. Tous les manuscrits déjà reçus avant cette date seront lus. Cependant, n’hésitez pas à préparer vos textes, à les peaufiner, car nous vous signalerons comment les envoyer, et surtout quand. Alors suivez-nous sur les réseaux sociaux, des informations arriveront d’ici l’été.
Stay tuned !
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Les Croisades d'Unnord 22ème édition
Posté le 25 janvier 2017 par les croisades d'unnord
Bonjour à tous ! Je vous écris pour vous annoncer que la 22ème édition des Croisades d’Unnord est en marche avec, cette fois encore, un nouveau thème qui sera : Au-delà des apparences. Cette année [...]