L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | La Dentelle du cygne | Coup de tabac
Commande librairie Logo caddie
  • La Dentelle du cygne

Terry Pratchett

Coup de tabac

Coup de tabac

Date de parution : octobre 2012

Série : Les Annales du Disque-monde
Livre : 34

Traduit par : Patrick Couton
Illustrateur : Paul Kidby


ISBN13 : 9782841726110

Nombre de pages : 480
Prix : 21,00 €
État : disponible

Blousé, Vimaire. Dame Sybil, son épouse aimante, lui impose quinze jours de congés à la campagne dans le manoir familial. La vie de hobereau, rien de folichon pour le commissaire divisionnaire du Guet d’Ankh-Morpork, non plus que la déférence servile qu’on lui témoigne, à lui qui tient pour article de foi que les hommes sont tous les mêmes le pantalon baissé. La tradition le veut, le flic en vacances n’a pas ouvert sa valise que le premier cadavre lui saute à la figure. Mais ce n’est pas un meurtre ordinaire qui attend Vimaire, c’est un crime contre l’existence et la dignité d’une espèce entière. Qu’importe s’il est hors de sa juridiction, si les repères lui manquent dans le monde rural et si l’on s’acharne à le mener en bateau, la justice doit passer.
  • Revue de presse
+
Pratchett - Coup de tabac - Funéraire info
Posté le 03 décembre 2012 -

Un nouveau livre de Terry Pratchett est toujours un événement, surtout lorsqu’on connaît les difficultés personnelles de l’auteur. Quand il met en scène un de ses héros récurrents les plus populaires, la liesse gagne ses fans. Critique d’une non objectivité assumée.

Sir Terry

Il existe deux catégories de lecteurs : ceux qui aiment Terry Pratchett, et ceux qui ne connaissent pas Terry Pratchett. Parmi ces derniers, on intégrera indifféremment ceux qui ne connaissent véritablement pas Sir Terry Pratchett, et ceux qui ne veulent pas le connaître, parce qu’il écrit de la fantasy (comme Tolkien) mais de la fantasy humoristique, de surcroît (comme personne, à part peut être certains passages de Fritz Leiber, auquel Pratchett rend hommage dans son premier tome de la saga du disque-monde). Dommage pour eux, parce que, au delà du genre, Terry Pratchett est un vrai écrivain, avec un fond, une critique sociale percutante, et une forme, un style qui n’appartient qu’à lui.

Chaque livre de Terry Pratchett est un petit miracle, et c’est désormais au sens propre : atteint d’une forme rare de la maladie d’Alzheimer, Terry Pratchett a entamé une procédure de suicide assisté. Cette dernière a fait scandale en Angleterre, ou la popularité de Pratchett est immense sur cent livres vendus en Albion, un est un livre de l’auteur, ce qui lui a valu l’anoblissement de la reine, pas moins.

Ce livre, « Coup de Tabac » a été écrit l’année ou il a fait sa demande de suicide.

Le disque-Monde

Le disque-monde est LA création de Pratchett. Un univers clos, fait de continents, de pays, de villes, des personnages, avec sa technologie propre, et la magie, partout, quasiment à l’état sauvage. Il est difficile d’expliquer le disque-monde en quelques lignes. « Coup de Tabac » est le cinquantième livre de Pratchett, et le trente quatrième tome des « Annales du Disque-Monde ».

Les personnages du Disque-Monde sont parfois récurrents. Plusieurs tomes sont consacrés aux trois Soeurcières, par exemple, et d’autres au guet d’Ankh-Morpork, principale ville du Disque, et personnage à part entière. La Mort y a aussi sa personnification tout à fait savoureuse.

Le monde de Pratchett est un miroir déformant du nôtre, un univers médiéval en pleine révolution sociale et technologique, ou les luttes de classe, les conflits entre minorités, et même les modèles économiques ont leur place. C’est, de plus, le seul univers de fantasy à ce jour ou l’on peut trouver une usine de préservatifs.

Il est important de noter que les livres du Disque-Monde peuvent être lus dans n’importe quel ordre, indépendamment, mais les lire tous apportera un éclairage sur l’évolution de l’auteur. De parodie au début, la sérié a évolué vers plus de maturité, de sérieux, aussi, avec toujours cet humour Pratchettien.

Coup de tabac

Et le personnage qui revient dans ce tome est Vimaire. Le Duc Samuel Vimaire, pour être exact, commissaire divisionnaire du Guet d’Ankh Morpork, le personnage le plus intéressant et le plus complexe du Disque-Monde. Flic alcoolique et désabusé lors de ses premières apparitions, il s’élève par la grâce de l’amour et d’un concours de circonstances dans l’échelle sociale, jusqu’à devenir le second personnage le plus important de la ville. Sauf que Vimaire reste un prolétaire dans l’âme, n’oublie pas qu’il a grandi dans le ruisseau, au sens propre, et prend un malin plaisir à brosser à rebrousse-poil les riches et les puissants à la moindre occasion.

Sauf que cette fois-ci, Vimaire s’est fait avoir. Victime d’un complot entre le Patricien, dictateur éclairé d’Ankh Morpork et chef de Vimaire, et la propre épouse du commissaire : le voilà exilé pour quinze jours de vacances à la campagne.

Bien entendu, rien ne va se dérouler comme prévue, et Vimaire va débrouiller rapidement les fils d’un crime, dont on ne dira rein pour ne pas déflorer l’intrigue. Le tout sur fond de relations maîtres/valets, et de considérations sur la campagne, son charme boueux, et la fascination des jeunes enfants pour la scatologie.

Il est fascinant de voir que l’inspiration de l’auteur ne faiblit pas après trente quatre volumes. Alors, comment est il, ce Disque-Monde là ? C’est du Pratchett, un chef d’œuvre, donc, à lire toutes affaires cessantes.

Dans le recueil du Guet d’Ankh Morpork, vous retrouverez les premières aventures de Vimaire, dans ce que la série propose de meilleur. Idéal pour se familiariser avec l’univers de Pratchett.

                                                                                                                                     Guillaume Bailly

+
Pratchett - Coup de tabac - Psychovision
Posté le 09 décembre 2012 -

Rien ne va plus au guet d'Ankh-Morpork. Le commissaire Vimaire s'apprête à rendre sa plaque au seigneur Vétirini...
Pour quinze jours...
De vacances...
Et à la campagne en plus !
Peut-on imaginer un sort plus terrible pour ce bon vieux Sam qui a tant fait pour sa ville ?
Seulement, Dame Sybill est bien décidé à emmener son époux pour profiter de la campagne, admirer les arbres et entendre les oiseaux chanter. Choses auxquelles le super-flic, digne enfant des villes, ne comprend absolument rien.
Une fois sur place, Sam Vimaire sent pourtant quelque chose de louche et la disparition d'une figure local dont on l'accuse du meurtre va en quelque sorte l'obliger à abroger ses vacances, car la justice est la même partout, même en dehors de sa juridiction.

C'est donc le commissaire Vimaire et dans une moindre mesure le guet qui seront les héros de cette trente-quatrième aventure sur le disque-monde, une nouvelle enquête policière, mais à la Pratchett et du coup, ça change tous, car le suspens et l'humour se mélangent une nouvelle fois tout en abordant un sujet de société. Ici, c'est le racisme et l'intolérance qui va mener le commissaire à la poursuite du pire des crimes : un meurtre !
Une nouvelle race est également introduite dans ce tome avec les Gobelins, car si on a déjà croisé Troll, nain, orc et même vampire, sans compter Chicard Chique, les gobelins n'étaient pas encore apparu. Il faut dire que leur tendance à vivre dans le noir et leur coutume de pot Unggue qui sert à garder tout ce qui sort de l'un d'eux n'aide pas vraiment au rapport de bon voisinage que ce soit à la campagne ou à la ville.
Mais voilà, en tuer un de manière affreuse, ça reste un meurtre et Vimaire ne peut laisser passer ça, surtout que les gobelins semblent bien moins monstrueux et beaucoup plus humains qu'on ne le pense, plus en tout cas que certain de leur bourreaux. A l'insu de sa femme, Vimaire enquête, mais se doit de respecter les conventions et la bourgeoisie alors qu'il leur donnerait bien de grands coups-de-pied dans le fondement, mais que ne ferait-on pas par amour ?
Le suspens est donc là et l'humour y est aussi. Entre l'admiration du petit Sam pour un auteur qui lui fait découvrir le caca et le grand qui bouscule le protocole à tour de bras, les passages humoristiques sont donc loin d'être absent et on rigole souvent, juste avant d'être émue ou surpris par un nouveau rebondissement. Ce livre se déroule à tout allure, ne laissant pas le temps au lecteur de décrocher entre deux rigolades.
Même la première partie avec Vimaire qui doit partir à la campagne, forcément s'y ennuyer, ou analyser avec un pragmatisme qui lui est propre la propriété d'un fleuve, mais c'est surtout dans un moment Pratchettien à souhait ou le commissaire se fait chantre du féminisme et essaye de convaincre quatre filles de bonne famille d'aller bosser pour pouvoir payer leurs dotes !

Ce qui surprend avec ce nouveau tome et qui n'est pourtant plus frais dans l'univers de Pratchett, c'est le côté très contemporain du Disque-Monde, véritable caricature de notre monde, mais réalisé avec la subtilité de l'humour de Pratchett et la magie de la fantasy. Cette série se révèle le plus souvent plus moderne que l'urban fantasy se déroulant pourtant à notre époque, car il en est une satire réussie.
Pratchett nous convainc donc encore et nous livre un trente-quatrième annale digne des précédentes, voir des meilleurs, rempli de moments cultes comme l'auteur nous en a offert par dizaine et dont on ne se lasse pas. Terry Pratchett fait partie des auteurs qui se renouvellent à chaque roman, conservant le meilleur, renouvelant les thèmes et approfondissant les personnages. Un petit regret quand même : a quand une nouvelle aventure de la Mort ou de Mémé Ciredutemps ?

 

Note : 9/10

 

Stegg

+
Pratchett - Coup de Tabac - Jeu de Rôle Magazine
Posté le 02 janvier 2013 -
Ah, le bon air frais de la campagne. Quoi de mieux pour prendre quelques jours de vacances avec son épouse adorée et son petit garçon chéri. Sauf quand on s'appelle Samuel Vimaire, Duc et Commissaire Divisionnaire, et que l'on est un pur produit de la ville. Mais quand dame Sybille force son époux à prendre 15 jours de congé dans le manoir familial, celui-ci se résigne à un séjour ennuyeux. Fort heureusement pour lui (et aussi pour nous), à peine arrivé, il sera confronté à un meurtre horrible, prélude à une enquête qui dérangera les riches propriétaires locaux. Finalement, Vimaire devra admettre que ce type de vacances lui convient bien !
 
Une fois de plus, Terry Pratchett nous livre sous la même couverture un roman de fantaisie humoristique et un plaidoyer pour la tolérance. Après s'être attaqué dans ses précédent romans à la crise financière, ou encore à l'ignorance source de tout les maux, il nous rappelle dans celui-ci que tous les êtres, même les plus répugnants, ont des sentiments et peuvent souffrir, mais sont aussi capables de créer de la beauté. Un rappel important pour tous dans ces temps où la peur de l'étranger est attisée par certains pour servir leurs intérêts (électoraux ou autres ... ). Coup de tabac est un livre à lire et à relire, mais également à faire lire autour de soi. Il constituera pour tous les publics tout à la fois un divertissement très agréable et un sujet de réflexion utile.
                                                                                                                                           Charlotte NOAILLES
+
Pratchett - Coup de Tabac - Scifiuniverse
Posté le 02 janvier 2013 -

COUP DE TABAC : ENCORE UN TABAC !

« Mais c'étaient des chaussettes redoutables, si épaisses, broussailleuses et compactes qu'il avaient dû acheter des chaussures une fois et demie plus grandes que ses pieds. S'il agissait ainsi, lui qui n'avait jamais fréquenté aucun lieu de culte avec des intentions religieuses, c'était parce qu'il vénérait dame Sybil, et pas une journée ne se passait sans qu'il s'étonne de la voir éprouver les mêmes sentiments à son égard ».

Ce trente quatrième tome des Annales du Disque-monde se passe dans les environs proches de la ville de Ankh-Morpok. Sam Vimaire, le commissaire divisionnaire, est sollicité par sa dame pour passer une quinzaine de repos dans le manoir familial à la campagne. Évidemment, la vie bucolique de châtelain aisé ne correspond pas à la nature profonde de Sam Vimaire qui sent quand l'air tourne vinaigre, ou lorsque des hommes frustres cachent des secrets honteux. Sa persuasion alliée à la force brutale de son « majordome » Villequin entrouvrent progressivement des portes fermées depuis plusieurs années. Terry Pratchett, malgré une histoire conventionnelle, captive son lecteur par une écriture extraordinairement accrocheuse, un mélange d'argot et de verve stylistique. On dévore ses descriptions et l'atmosphère entourant le village domanial avec gourmandise et délectation. On se surprend à rire des situations délicieusement enfantines sans tomber dans le mauvais goût ou le graveleux. Le fils de Sam est passionné par les excréments d'animaux. Cela reste subtil et toujours amusant, une légèreté étonnante quand on traite de sujets aussi physiologiques. Après une entame d'environ deux cents pages, Coup de tabac accélère le rythme et aucune mollesse ne vient ternir ce magnifique roman de fantasy burlesque, mais qui aborde des thématiques sérieuses et contemporaines, le racisme, les a priori sur des civilisations considérées comme inférieures, la tolérance, la droiture, le rôle de la justice aussi bien individuellement que socialement, et apprendre à connaître l'étranger afin de mieux l'accepter et le respecter. On apprécie cet engagement de l'auteur qui indirectement oblige le lecteur à se poser des questions sociétales malheureusement d'actualité. Coup de tabac relève un autre défi, il se comprend parfaitement même s'il s'agit d'une premiere intrusion afin de découvrir l'univers étoffé du Disque-monde, pas besoin d'être un acharné pour se glisser dans la peau de ses personnages charismatiques et de suivre leurs péripéties avec bonheur et plaisir. C'est un roman indépendant qui nécessite aucune connaissance particulière pour l'appréhender et se plonger dans une enquête policière endiablée et engagée idéologiquement. Au contraire, Coup de tabac est tellement agréable à lire que la probabilité d'agrandir le cercle d'admirateurs de Terry Pratchett devient une évidence. Les 480 pages se tournent avec une telle facilité qu'une tristesse subjective envahit le lecteur quand le « clap » de fin retentit. On en redemande et on salive d'avance de la prochaine offrande prenant comme cadre ce magnifique monde fantastique.

Saluons la traduction d'excellente qualité de Patrick Couton qui rend hommage au talent de Terry Pratchett par son travail professionnel et retranscrit fidèlement le style particulier de l'auteur britannique. 

                                                                                                                                                                     Amaury L.

+
Pratchett - Coup de tabac - petrolkiwi.over-blog.com
Posté le 28 janvier 2013 -

Sam Vimaire est un vrai gars de la ville, pas de la ville youpi-youpla-boum, mais celle qui sent le troll et les égoûts. La bonne ville. Sam Vimaire est un vrai flic. Les vrais flics sont fiers et violents et plein de noblesse, même s'ils vivent dans la ville aux étrons et ont comme partenaire des nains, des trolls et d'autres minorités plus ou moins visibles. Sam Vimaire est un vrai mari. Les vrais maris savent que l'amour réside dans la crainte religieuse de leur chère et tendre. C'est pourquoi Vimaire se retrouve contraint de prendre des vacances dans la campagne où il va devoir pour la première fois jouer le rôle, donné par son mariage, de Duc.

Accompagné de Villequin, son fidèle majordome qui plie une chemise aussi délicatement qu'il tranche une gorge, Vimaire va mettre le pied dans une cambrousse consanguine et secrète, et puisqu'un policier reste un policier, le ressortir plein de supositions soupçonneuses.

Que s'est-il passé il y'a trois ans ? De quoi voulait parler le forgeron disparu ? Qui a sauvagement assassiné la jeune gobeline au point d'en couvrir la colline de sang ?

Pendant ce temps, en ville, d'autres mystères émergent : D'où viennent ses étranges cigares qui pleurent ?

Là, bande de vauriens, vous voilà tous pleins d'anticipation. Si c'est le cas, je vous conseille de lire le livre plutôt que mon résumé, qui ne saurait rendre honneur à un bon Pratchett. Mais comme je vous connais, vous allez vouloir savoir... (Je sais surtout que si je m'arrête là, Petite Chose va m'assassiner dans mon sommeil)

Ainsi donc, Sam Vimaire, femme, enfant et majordome psychopathe déboulent en cambrousse avec perte et fracas. Sam ne comprend rien à la caste supérieure et malgré ses efforts il est incapable de suivre tous les protocoles. Respecté en ville, il de vient le duc lourdau et pilleur de terres. Mais une enquête se profile à l'horizon, tout juste de quoi asseoir sa légende jusqu'ici.

Ca commence par une bagarre contre le forgeron Jefferson, qu'il incite à parler. Rendez-vous pris dans un endroit sombre et désert. Le forgeron est absent mais la colline est couverte de sang. Après enquète, il s'avère qu'il ne s'agit pas de sang humain et voilà Vimaire sommé par les gobelins de faire justice. Vimaire accepte. Les humains cambroussards s'offusquent. Les gobelins sont de la vermine, le meurtrier doit plutôt être récompensé. Vimaire creuse et découvre un trafic de gobelins, extrêmement lucratif pour une personne unique et inconnue. Un trafic tellement atroce que malgré la "verminité" des victimes, l'ancien shérif, bourrelé de remords, s'est suicidé.

En ville, on découvre un trafic d'objets religieux gobelin, le Ungghe, des fioles ouvragées façonnées par les gobelins et dans lesquelles ils conservent précieusement certaines sécrétions ou déchets corporels. Le trafic touche une certaine catégorie de fiole, les plus précieuses et les plus tristes. Celles façonnées autour des larmes d'une mère gobelin contrainte de manger son bébé pour le sauver d'une famine ou d'une épidémie. Un des collègues de Vimaire, irrespectueux envers la fiole se retrouve mortellement contaminé et nécessite une aide urgente qu'il ne pourra trouver que dans une caverne de gobelins. De son côté, Vimaire par en chasse. Il poursuit un fantôme, un émissaire dont personne ne se souvient, que personne ne peut décrire, dont il ne subsiste que le nom, Stratford, et le fait qu'il se "transforme" quand il tue. D'homme fade, il devient homme-diable. Il retrouvera sa trace, la perdra, craindra pour sa famille, les sauvera... 

+
Pratchett - Coup de tabac - actusf
Posté le 28 janvier 2013 -

La lecture idéale pour les fêtes et leur « trêve des confiseurs », c’était bien sûr le dernier Terry Pratchett, Coup de tabac, pour le plaisir intact de retrouver le Disque-monde. Cet opus est intégralement consacré à une enquête de Sam Vimaire, qui présente la particularité de l’emmener loin de son environnement habituel, le Guet d’Ankh-Morpork. Le commissaire se retrouve en effet en vacances familiales à la campagne, contraint et forcé par sa délicieuse épouse, et ça n’est pas sans le déboussoler. Il va retrouver ses marques en se lançant sur la piste de crimes longtemps passés sous silence. Une inoffensive contrebande de tabac dissimule en effet des déportations et meurtres de gobelins, couverts par une justice locale dévoyée.

Au fil de cette intrigue policière, on sourit souvent – à telle apparition d’une jeune Jane Austen alternative, à telles notations sur la vie de couple, sur l’angoisse de l’homme des villes face à la vie exotique des provinces, sur les mœurs méconnues des gobelins. Savoureux également, le personnage de la romancière pour enfants, auteur du Monde de Caca et à l’origine d’une vocation précoce chez Sam Junior, 6 ans. Mais c’est là le plus subversif du roman, que j’ai trouvé assez peu corrosif, et à vrai dire plutôt bien-pensant.

Le Pratchett satiriste des débuts, à la parodie piquante, s’est peu à peu effacé, et disparaît ici derrière une défense, en soi très légitime, des droits des peuples les plus marginalisés (les gobelins, voleurs pouilleux mais sublimes artistes, sont les Roms du Disque-monde !), et surtout, derrière un héroïsme plein et entier – Sam Vimaire est vraiment un type formidable, auquel on ne peut guère trouver le moindre défaut. Il suscite donc à juste titre les plus profondes loyautés chez les personnages secondaires, et la plus grande sympathie chez le lecteur : du coup, on est loin de la déconstruction des figures héroïques typique de la light fantasy.

Anne Besson

+
Pratchett - Coup de tabac - Les Chroniques de l'imaginaire
Posté le 30 janvier 2013 -

L'inspecteur Harry du Disque-Monde nous revient en pleine forme pour un polar inhabituel dans Les annales du Disque-Monde. Le récit sort de l'ordinaire car, à côté de l'enquête de Vimaire, Pratchett nous détaille la vie domestique (avec sa femme, son fils et son attitude d'aristocrate urbain terre-à-terre) de l'un de mes personnages favoris sur un ton beaucoup plus sentimental que le burlesque dont il est friand. Evidemment, les vacances ne sont en rien paisibles pour la famille, l'action et les rebondissements ne sont jamais très loin, ce qui amène deux rythmes totalement distincts à l'histoire.

L'histoire et les actions défilent lorsque Vimaire fait son boulot de flic, à l'opposé des passages où l'auteur se concentre sur sa famille et ses réflexions où la tension ralentit nettement. Pratchett s'attarde clairement sur les émotions et la psychologie de Vimaire. Il a, d'ailleurs, tendance à devenir un peu moralisateur. C'est certainement une facilité qu'il a pris car ce scénario s'y prête bien avec une grosse louche d'intolérance, de race inférieure, d'injustice. Vimaire est bien sûr la personne qu'il faut pour remettre de l'ordre dans ce bazar (avec Villequin) !

Cet épisode est joliment écrit, à l'habitude de Pratchett, tout en finesse et en poésie. Le texte est constamment drôle, à défaut d'être hilarant par instant, et intelligent. Il faut, donc, toujours rester attentif, pour ne pas se perdre dans le récit. Mais ce surcroît de travail de la part du lecteur est récompensé comme il se doit. Un grand sourire se formera sur son visage pendant toute la lecture de ce roman et n'en bougera pas avant la fin.

En conclusion, Coup de Tabac est un nouveau tome réussi de Les annales du Disque-Monde, avec des bagarres et des vacances !

Baern (08/12/2012)

+
Pratchett - Drame de Troll - Les chroniques de l'imaginaire
Posté le 29 décembre 2009 -

Ce Drame de troll est une petite histoire sympathique et amusante sur la nostalgie d’une rencontre entre Cohen et un troll. Je pense que ce récit est une excellente mise en bouche avant de se plonger dans «Les Annales du Disque-monde» et de ne plus jamais en sortir !

+
Pratchett - Coup de tabac - Les Vagabonds du rêve
Posté le 25 février 2013 -

Rien n'est jamais parfait. En épousant Dame Sybil et en devenant père du petit Sam, le commissaire Samuel Vimaire, ainsi anobli aurait pu se laisser aller. Après tout, il a fait du Guet d'Ankh-Morpork une équipe de pointe. Seulement, pour un homme qui « sent » sa ville à travers la semelle usée de ses vieilles bottes, le lâcher-prise est difficile.

Dame Sybil, dûment encouragée par le Seigneur Vétérini, a donc décidé, et sans appel, qu'ils iraient passer une quinzaine dans la demeure de famille. Cruelle obligation mais, tout commissaire soit-on, c'est bien le moins que de visiter ses domaines lorsqu'on est le duc d'Ankh.

La campagne ? Cet endroit où l'on patauge dans la boue et où l'on est cerné d'un silence inquiétant, souligné de bruits pires encore : oiseaux qui piaillent, bêtes qui grognent et toute une nature qui vous surveille sans en avoir l'air. Sans compter les domestiques qui ne supportent pas que vous ne teniez pas votre place en les méprisant comme il se doit. Du repos ? Ah bien oui !

Pourtant, à bien y regarder, tous ces braves paysans ne sont peut-être pas si différents que ça des citadins. Et tous ces nobliaux plus ou moins titrés qui se pressent aux invitations de Dame Sybil pourraient bien tremper leurs blanches mains dans une lessive pas si propre que ça. Après tout, on est loin ici des yeux de Vétérini. À moins que, finalement, on n'en soit pas si loin que ça.

Disons que ça fait bizarre, quoique logique, de découvrir que le bistrot du village, La Tête du gobelin, abrite justement une tête de gobelin mais pas sur les épaules dudit, empaillée plutôt. Une bonne base pour s'accoutumer aux rapports campagnards, surtout quand on tombe peu après sur le meurtre d'un de ces êtres « qui ne comptent pas ». Ou seulement dans le cadre d'un trafic d'esclaves ? Sans doute est-ce la raison de la prudence de Melle Bidel, auteur pour enfants qui a immédiatement gagné la sympathie du petit Sam grâce à ses livres sur le caca et ses odeurs. Et ce que le commissaire flaire quand il est au bon air ne sent certainement pas meilleur.

Heureusement qu'il est accompagné de Villequin, son truand de confiance. Et puis du policier du coin, du moins ce que l'on appelait un policier avant le passage de Vimaire ce qui lui permettra d'en devenir un au sens courant du terme, après un éprouvant voyage fluvial en pleine tempête. Pendant ce temps, à Ankh-Morpork, par un de ces hasards tout à fait hasardeux, le Guet municipal aurait bien besoin d'aide pour secourir l'imprudent sergent Côlon rendu malade par un artefact gobelin.

On retrouve ici nombre des figures qui font le quotidien des Annales du Disque-Monde et, aussi, cette manière particulière de l'auteur qui, par petites touches qui n'ont l'air de rien, transforme peu à peu ces personnages de caricature en héros. Il y a de la grandeur chez le commissaire Vimaire. Beaucoup d'humanité aussi. Et une grande bienveillance chez Pratchett.

Ainsi, en traitant à sa façon toute particulière du racisme, cette peste endémique que notre époque pensait éradiquée, il nous invite à nous pencher sur l'évolution de notre espèce mais sans jamais cesser de nous amuser. Que pourrait-on demander de plus ?

Hélène

+
Pratchett - Coup de tabac - Mauvais Genre Rade de Brest
Posté le 19 juin 2013 -

Samuel Vimaire a besoin de vacances, tout le monde le dit. Ce n'est pas une vie, de diriger le guet d'Ankh-Morpork depuis tant d'années sans faire de pause. Sybil, Vétérini, le capitaine Carotte et jusqu'au petit Sam se sont donc ligués pour expédier l'irascible commissaire divisionnaire à la campagne, dans une propriété familiale des Ramkin. Joie de la villégiature, Sam Vimaire n'a pas posé le pied dans le domaine que lui sautent dessus, dans le désordre et non exhaustivement : des gobelins, des thés dansants, un cadavre, la disparition du forgeron, et plein de visites passionnantes sur la thématique de la collection de son fils, à savoir la coprologie animalière. Des vacances sans enquête ne seraient pas tout à fait des vacances !

Profitons d'un des derniers tomes dont nous pourrons nous régaler : ce plaisir ne se renouvellera plus si souvent à présent. Samuel Vimaire fait partie de ces personnages récurrents des Annales du Disque-Monde qui ont extrêmement évolué au fil du temps. Du premier tome où il apparaît comme poivrot quasiment irrécupérable à cet opus, que de chemin parcouru ! Il est devenu la référence absolue de la lutte contre le crime jusqu'à Quirm. Père et époux comblé, assoiffé de justice, défenseur de la veuve et de l'orphelin, pourfendeur de dragon et j'en passe. On peut blaguer l'auteur sur la tendance mystique qu'il peaufine sur sa fin de carrière, mais il est très exactement là où ses lecteurs l'attendent. Moins loufoque, plus habité, chantre d'une certaine philosophie de la fraternité, flirtant avec le surnaturel, tel est le Terry Pratchett auquel s'habituent ses lecteurs à la lecture de ses derniers crus. On rit un petit peu moins, mais on se régale tout autant. Et il est sain par les temps qui courent que nos auteurs favoris nous aident à garder récréativement l'oeil sur les valeurs essentielles : on est toujours le gobelin de quelqu'un. Camarades, tous unis et toutes ces sortes de choses. Enfin bon, encore un volume dont il faut se porter acquéreur.

Marion Godefroid-Richert

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Faux-semblance
Olivier Paquet
Livre9
Rêves de Gloire
Roland C. Wagner
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
Libration sélectionné pour le prix Libr'à Nous 2018
Posté 30 novembre 2017 -

Libration de Becky Chambers est sélectionné dans la catégorie Imaginaire du prix Libr'à Nous !

Découvrez toute la sélection.chambers_libration1.jpg 23844952_2178574499036622_5849656067202614671_n.jpg

+
On parle de nous…
Posté 23 novembre 2017 -

À Francfort, Foire du Livre 2017 :

 

Dans Ouest-France (édition du 20/11 par Yves Scherr) :

equipe.jpg

 

 

 

 

 

Sur Télénantes (minutes 2:20) :

snapshot.jpg

 

+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]