L'atalante éditions
Accueil | Catalogue | L'Atalante Poche (La petite Dentelle) | Alexandre le Grand et les aigles de Rome
Commande librairie Logo caddie
  • L'Atalante Poche (La petite Dentelle)

Javier Negrete

Alexandre le Grand et les aigles de Rome

Alexandre le Grand et les aigles de Rome

Date de parution : mai 2017


Traduit par : Thomas Delooz
Illustrateur : Raphaël Defossez


ISBN13 : 9782841728176

Nombre de pages : 720
Prix : 11,50 €
État : disponible

Alexandre le Grand est mort à Babylone le 28 daisios au soir, c’est-à-dire le 10 juin de l’an 323 avant J.-C., à l’âge de trente-trois ans.
Alexandre le Grand ne meurt pas ce jour-là. Un mystérieux médecin qui se dit envoyé par l’oracle de Delphes le sauve d’une tentative d’empoisonnement.
Six ans plus tard, Alexandre a tourné son regard vers l’Occident. Sur le chemin de ses nouvelles conquêtes se dresse alors la république de Rome, tout autant que lui convaincue de la grandeur de son destin. Qui des phalanges macédoniennes et des légions romaines aura la suprématie ?

Entre l’histoire, l’uchronie et la fantasy, Javier Negrete revisite l’Antiquité, nourri par sa culture de la Grèce classique, sa passion des destins exceptionnels et son attention portée aux êtres qui les subissent.
  • Revue de presse
+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - ActuSF
Posté le 25 septembre 2009 -

Si Javier Negrete se frotte à Alexandre n’hésitant pas à le mettre en scène lui, ses conseillers, ses généraux, ses épouses et même l’assistant qui partage son lit, le véritable héros de ce roman n’est autre que son médecin.

Intervenant de façon miraculeuse pour sauver le roi, il est le personnage principal de l’histoire, la majeure partie du récit étant vu par ses yeux. Nestor est un homme dans la force de l’âge qui malgré une amnésie persistante possède une connaissance solide de la médecine mais aussi un regard curieux et érudit sur le monde qui l’entoure.

C’est lui qui nous fait vivre les principales batailles en tant qu’observateur. Et si le mystère sur son histoire n’est jamais levé, le récit tient en grande partie à lui. Il en est d’ailleurs un des atouts principaux. Ses questions, sa douceur, son regard, le rendent non seulement sympathique et nous offre une vision passionnante de ce morceaux d’histoire qui se déroule sous nos yeux.

Car outre l’uchronie, Javier Negrete nous offre là une plongée à la cour d’Alexandre et dans le monde romain. C’est tout simplement passionnant, pour peu que l’on s’intéresse un minimum à l’Histoire. On prend plaisir à découvrir cette période, sans doute autant que l’auteur a eu à mettre en scène quelques personnages historiques comme Aristote. On prend aussi plaisir à lire les moments de bravoure (on recommandera tout particulièrement la scène dans le sénat romain et la bataille finale) et à dénouer avec lui les complots qui entourent Alexandre, au point de lui pardonner les longueurs de son récit.

Sans nul doute, Alexandre le Grand et les aigles de Rome est un des meilleurs romans de cette année. En tout cas un bon exemple de ce que l’Uchronie peut avoir comme saveur...

+
Negrete - Alexandre le grand et les aigles de Rome - ActuSF
Posté le 07 novembre 2017 -

Et si Alexandre avait survécu à son empoisonnement ? Après avoir conquis le plus vaste empire du monde vers l’Est, jusqu’au confins de l’Indus, que serait-il advenu s’il avait eu le temps de se tourner vers l’ouest... vers Rome ? Voici la réponse...

Javier Negrete est un écrivain espagnol à qui l’on doit déjà les Chroniques de Tramorée et Le mythe d’Er (prix Bob Morane en 2004) et Seigneurs de l’Olympe (prix Utopiales en 2008).
Né en 1964, c’est un passionné de sa période de prédilection : l’Antiquité (élément transparent à la lecture de ce roman tant il regorge de données historiques et folkloriques précises).
C’est aussi un touche-à-tout de la littérature qui a écrit des ouvrages de science-fiction, des romans historiques, des essais, un techno-thriller. 
Il est toujours professeur de grec en lycée.
 
Les plaisirs du : "Et si..."
 
Javier Negrete manie avec bonheur le pouvoir de l’uchronie.
Le plaisir jouissif du "Et si..." est ici porté par une plume efficace et poétique d’une part et une véritable maîtrise du sujet d’autre part. Le plaisir de lire les aventures de ces personnages est renforcé par la multitude d’anecdotes, de références littéraires et mythologiques, tirées des nombreuses civilisations antiques réunies sous la bannière d’Alexandre. 
 
Le roman, relativement volumineux mais qui se dévore sans peine, est porté par un cocktail de personnages réels ou fictifs qui permettent de découvrir les sciences, les mœurs, les histoires, l’art de la guerre et de la politique dans la Grèce hellénistique et la République romaine déclinante.
À travers leurs histoires croisées, Javier Negrete reconstitue la geste passionnante et tragique d’une guerre qui aurait opposé Alexandre le Grand et un aïeul de Caius Julius César.
 
Javier Negrete joue aussi avec les codes du genre : conte prophétique et roman historique, il flirte aussi avec le fantastique sans jamais laisser échapper son souci de la vraisemblance.
 
Aussi reste-t-on un peu sur sa faim lorsque l’histoire se termine : sans rien dévoiler de l’intrigue, passionnante, je dirais que Javier Negrete laisse en suspens plusieurs questions qui paraissent essentielles.
Peut-être s’est-il laissé l’occasion d’écrire un second tome (que j’attends alors avec impatience) ou bien a-t-il choisi de laisser le lecteur juge du destin de ses personnages.
Dans tous les cas, on referme ce roman en ayant vécu une belle et grande histoire, en ayant appris des mythes et légendes passionnants, et en ayant dans la tête des envies d’encore.

 

Guillaume Casabianca

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Zone Imaginaire Fluctuante
Posté le 21 mars 2011 -

[...] Alexandre le Grand et les aigles de Rome se présente donc comme une uchronie que Javier Negrete élabore avec brio, nous livrant un roman passionnant de bout en bout. S'appuyant sur des connaissances historiques et culturelles précises et variées, l'auteur parvient à provoquer une immersion totale du lecteur, d'abord parce qu'il joue autant avec la grande histoire qu'avec la petite, et parvient à donner une crédibilité indéniable à son récit. Qu'il s'agisse de nous décrire une phalange à la manœuvre ou les considérations médicales de Nestor, la vie quotidienne des soldats ou les subtilités de la politique sénatoriale, Javier Negrete se montre toujours à son aise et nous maintient dans l'instant et dans ses tensions dramatiques. Et l'écriture, déliée et précise, ne se refuse jamais quelques élégances. [...]

Le roman s'achève pourtant en laissant quelques questions en suspens. Le mystère de la comète n'est pas levé, pas plus que celui de l'origine de Nestor, l'amnésique dont le rôle semble être d'observer l'Histoire en marche. Et que dire de l'étrange Myrmidon, guerrier implacable dont on ne sait presque rien. On reste donc dans une expectative entretenue sans nul doute par l'auteur, pour mieux préparer, qui sait, le terrain à un futur deuxième opus. Quoi qu'il en soit, cette incursion épique et bouillante dans l'Histoire Antique revisitée nous offre de beaux moments de littérature et laisse le lecteur haletant lorsque survient le point final. On en redemande. Et vite.  [l'article]

Sébastien Juillard Zone Imaginaire Fluctuante

 

 

 

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Phenix Web
Posté le 06 juillet 2009 -

En permettant à Alexandre de survivre au-delà du banquet maudit, Javier Negrete s’écarte de l’Histoire et raconte une uchronie dominée par la figure d’Alexandre. L’auteur développe également de nombreuses histoires secondaires, recréant ainsi une Antiquité richement documentée. Tout le récit tend à l’affrontement entre Alexandre et les Romains, et pourtant, grâce au talent de l’auteur, le doute demeure jusqu’au bout sur la réalité du combat.

Magistralement mené, le texte fait évoluer toutes les grandes figures de l’époque, donnant vie aux dieux et aux croyances avec une aisance déconcertante. 

L’empire romain avait le superbe Roma Aeterna de Silverberg, Alexandre a ce magnifique roman de Javier Negrete.

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - CitronMeringue
Posté le 07 juillet 2009 -

Roman foisonnant mais érudit que celui-ci.

On suit donc, d’un côté, le chemin de Nestor, cet étrange médecin qui a tout oublié de son passé et, de l’autre, celui du conquérant, troublé par la maladie et, aussi, par les présages que semble annoncer Icare, une extraordinaire comète rougeoyante qui pourrait bien amener la fin de ce monde, sinon du monde.
Au final, on pourrait réduire le propos à la préparation de la guerre, dans les deux camps, qui culminera dans une rencontre sanglante au pied du Vésuve. Ce serait faire bon marché des extraordinaires rencontres qui nous attendent au coin des pages. L’on y croise aussi bien le Roi du Bois qu’Aristote et, chez les Macédoniens comme chez les Romains, tant de personnages fidèles ou traîtres, complexes et tellement humains, tant de premier plan que secondaires, que l’on ne peut éviter de s’attacher à eux.
Si Negrete nous laisse quelque peu dans l’imprécision sur le cas « Nestor », il n’en fait pas moins partie des auteurs « marquants » qui mêlent avec talent le sens historique, l’uchronie et la fantasy. Pas toujours de façon égale d’ailleurs, mais j’aurais tendance à classer ce livre-ci parmi ses meilleurs. Quant à l’issue de cette confrontation et à ce que contenaient les Livres Sibyllins, je vous laisse le plaisir de le découvrir.

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Mythologica.net
Posté le 26 juin 2009 -

L’uchronie est une des grandes modes du moment et les ouvrages ayant ce thème fleurissent sur les étagères des librairies. Javier Negrete, Grand Prix de l’Imaginaire en 2004 et Prix Européen Utopiale 2008, se lance donc dans cette vaste tâche en prenant soin de placer au centre de son roman un personnage emblématique : Alexandre le Grand. Il n’a visiblement pas peur de s’attaquer à un mythe et il a raison. Car n’importe qui ne peut pas rendre une copie égalant la sienne. Décryptage de ce roman qui promet d’être de nouveau un Grand Prix…

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Librairie Critic
Posté le 06 juillet 2009 -


Alexandre le Grand et les Aigles de Rome, c’est à la fois une uchronie, un roman historique et de la fantasy... Alexandre ne meurt pas ce jour-là. Tout est dit.

Le personnage central de cette formidable fresque, c’est Alexandre, alors âgé de trente-trois-ans, et déjà maître de la moitié du monde connu. Légendaire meneur d’hommes au charisme quasi-divin.

Et lorsque le plus grand conquérant de l’Histoire décide de se tourner vers Rome, alors la plus grande puissance militaire au Monde, le choc ne peut être que titanesque.

Ce n’est pas une suite de batailles épiques auxquelles on assiste, mais bien à toute la campagne, ses intrigues, ses dénouements, ses trahisons... C’est magnifiquement orchestré, raconté avec une force poignante, un verbe fluide et entraînant, bref, c’est une immense réussite littéraire !

Et lorsqu’arrive l’heure de la confrontation, on tremble devant la marche des légions en rang serrés, on frissonne devant les actes de courage héroïque et les morts glorieuses.

Jusqu’à la fin, Negrete nous tient en haleine, et réussit une sortie magistrale, en ne dévoilant pas la totalité des tenants et aboutissants, comme le font trop souvent des auteurs avides d’happy end, où le jeune héros tue le dragon et emporte la fille...

C’est un livre sublime, où histoire rime avec fantasy, dans une maestria de guerriers et de politiciens...

Negrete manie les mots avec une adresse rare, jongle avec l’histoire, les personnages, comme seul un grand auteur sait le faire.Tout simplement génial. Il s’impose ici comme l’un des meilleurs écrivains de son temps. 

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Journal du Dimanche
Posté le 10 juillet 2009 -
De tous les bâtisseurs d'empire Alexandre le Grand est le seul qui, pour l'histoire, ait eu une vie digne des légendes des héros de la mythologie. Qu'aurait-il fait s'il n'était pas mort, à 33 ans, au sommet de sa gloire? Peut-être ce qu'a imaginé Javier Negrete. Son récit commence en 323 avant Jésus-Christ. Grâce à l'intervention d'un médecin dépêché par l'oracle de Delphes, Alexandre survit miraculeusement à l'empoisonnement préparé par son épouse perse et l'un de ses généraux. Il retrouve son énergie, qui avait été un peu érodée par le climat délétère de sa cour de Babylone, et décide de partir à la conquête des terres fertiles de l'Italie. Il construit une flotte, rassemble ses alliés. En face de lui, il y a Rome et sa force naissante. La cavalerie grecque peut-elle triompher des légions romaines organisées et armées pour le combat rapproché? La coalition hétéroclite des peuples de l'empire peut-elle vaincre l'armée de citoyens-soldats qui défendent leurs terres et leur cité? Le génie d'Alexandre suffira-t-il pour assurer la victoire? L'Espagnol Javier Negrete est professeur de grec ancien. Il est convaincant lorsqu'il décrit l'intrépidité et les ambitions des compagnons d'Alexandre, les intrigues et les traîtrises de sa cour, les querelles et l'unité des Romains, les forces et faiblesses des deux camps. Son portrait d'Alexandre, tout à tour rationnel et superstitieux, distant et chaleureux, omniprésent et épuisé, redouté et adulé, solitaire et charismatique, est fascinant.
+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Les Chroniqueurs vagabonds
Posté le 12 juin 2009 -

Javier Negrete écrit rarement court, mais c’eût été difficile pour un tel sujet. Alexandre, pas moins. L’archétype du héros disparaissant au faîte de sa gloire après avoir étendu son empire jusqu’aux confins (ou presque) de la terre et jeté un pont dont les vestiges demeurent entre l’Europe et l’Asie. Voilà, entre tous, un personnage historique des plus dignes d’entrer dans la légende. Et il y est entré, ouvrant grand les portes de l’Orient.

Et si… et s’il n’était pas mort si jeune, se serait-il contenté d’aller vers le soleil levant ? Sûrement non ! N’eût-il pas souhaité étendre les bras jusqu’à tout l’horizon ? Et ces Romains si conquérants dont on nous rebat les oreilles, eussent-ils tenu devant lui ? On pourrait se poser la question… L’auteur se l’est posée.

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Le cafard cosmique
Posté le 06 juillet 2009 -

Même si les indicateurs pointent incontestablement vers l’uchronie, Alexandre le Grand et les aigles de Rome s’apparente davantage à un roman historique. Le récit en a en tout cas la tournure, mêlant à la fois la vraisemblance de la reconstitution historique et les ressorts du roman. L’écrivain hispanique laisse courir sa plume et, armé de sa grande culture historique, convoque avec un certain panache les civilisations gréco-macédonienne et romaine pour accoucher d’un roman tout bonnement passionnant.

En effet, à aucun moment, la narration ne se fait didactique, alourdissant le récit de détails trop académiques. On apprend beaucoup de choses sur l’esprit du temps, sur les pratiques cultuelles, les superstitions, la philosophie, la science, l’art de la guerre, la stratégie, tous ces éléments qui définissent une civilisation.

Heureusement, Javier Negrete parvient à maintenir l’équilibre entre le récit historique et le destin individuel des divers protagonistes qu’ils soient imaginaires ou réels, prestigieux ou sans éclat. Et si l’écrivain espagnol prend son temps pour nous emmener vers l’affrontement final entre Grecs et Romains, ce n’est pas pour autant du temps perdu.

Les personnages confèrent à l’Histoire une réelle épaisseur en lui apportant une dimension humaine trop souvent éludée par la geste héroïque consignée dans les chroniques.

Une convaincante tentative de réenchanter l’Histoire par le biais de l’uchronie

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Elbakin.net
Posté le 13 août 2009 -


Javier Negrete nous trace l'escalade et le déroulement de ce conflit [entre Rome et Alexandre le Grand] avec un tel luxe de détail qu'on a l'impression de lire une biographie romancée d'Alexandre. Le lecteur se plonge avec passion dans les techniques guerrières comparées des deux puissances, dans l'état d'esprit particulier de cette époque encore instable et dans les rêves de puissance et de gloire d'Alexandre. Le combat final sur les monts du Vésuve est particulièrement impressionnant et clôt magnifiquement le récit.
Mais l'auteur a su aussi créer des personnages forts et attachants tout en jonglant avec les personnages ayant réellement existé. (…)

Cependant, la palme du personnage le plus réussi revient comme de juste à Alexandre dont les rêves de gloire enfiévrés et son côté implacable sont compensés par son intérêt pour ceux qui le suivent et par la compassion pour sa maladie rampante qui gagne peu à peu sur lui.

[…]

Ce roman est du même haut niveau de qualité que les précédents écrits de l'auteur et ne devrait pas décevoir les amateurs d'uchronie et de récits guerriers.

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Fantasy au petit-déjeuner
Posté le 11 août 2009 -

Une petite vidéo du fameux blog "Fantasy au petit déjeuner" pour Alexandre Le Grand et les Aigles de Rome.

Bon visionnage!

 

 

 

+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - Les Chroniques de l'Imaginaire
Posté le 26 juin 2009 -
Dans l'Histoire du monde où nous vivons, Alexandre le Grand est mort à trente trois ans, foudroyé à Babylone en pleine gloire. Dans l'histoire que nous raconte Javier Negrete, un médecin providentiel arrive à point nommé, clame que le roi vient d'être empoisonné, et l'arrache à la mort.

Six ans plus tard, ayant presque cessé de boire, et bien mûri ses plans, Alexandre tourne enfin son regard vers l'Italie. Il sait bien que, face à lui, il y a Rome, mais il ne peut imaginer combien cet ennemi est différent des autres.

L'aspect uchronique de l'histoire est bien marqué, avec un point de divergence très identifié. Toutefois, ce n'est pas vraiment une uchronie qu'écrit Negrete puisque, ayant recréé Alexandre le Grand et ses Compagnons, il se borne à prolonger leur vie commune. En effet, le roman ne couvre que peu de temps après la mort "connue" d'Alexandre, et on ne voit donc pas les effets de cette durée de vie accrue sur le monde et la civilisation.

L'érudition de l'auteur est au-dessus de tout éloge, sans jamais être lassante, car il a le talent de créer les personnages aussi crédibles qu'improbables (l'autiste génial Euctémon est une trouvaille extraordinaire !) pour la distiller. De ce fait, on ne s'ennuie pas une seconde en lisant ce copieux roman, où il ne se passe pas grand-chose tout en donnant au lecteur l'impression que l'action ne s'arrête jamais. Pour les curieux, l'index des personnages et les cartes sont bien faits et fascinants. Et la fin laisse à penser que ce roman très maîtrisé pourrait bien attendre une suite.

Mureliane, Les Chroniques de l'Imaginaire, le 24 Juin 2009
+
Negrete - Alexandre le Grand et les aigles de Rome - ifisdead.net
Posté le 08 septembre 2009 -

Je ne vous le cacherai pas bien longtemps, Alexandre le Grand et les aigles de Rome a su me séduire et m’enthousiasmer à un point rarement atteint cette année. Il concourt donc allégrement pour le titre d’un des meilleurs romans Fantasy publiés en 2009.

Bien que l’histoire soit inventée, elle en reste des plus crédibles et elle semble tellement réelle qu’elle fait plus penser aux Rois Maudits qu’à n’importe quel autre titre de Fantasy.

A ceci près qu’on est ici littéralement projeté au 4ème siècle avant J.-C. et on est pas prêt d’en sortir. Utilisation des mesures de l’époque, des termes de l’époque, citations ça et là de grec et de romain, tout est fait en sorte que le lecteur se sente presque chez lui. Les détails sont très fournis sans pour autant être barbants, on sent autant la puissance romaine avec ses routes, son architecture et ses techniques déjà très avancées, que celle d’Alexandre, ses sarisses, ses combattants venus de tous les recoins connus à l’époque. Les carthaginois, bien qu’externes au conflit sont aussi de la partie, on aurait presque l’impression qu’ils viendront bientôt sur leur dos d’éléphants. Et je ne parle pas des Spartiates, ou tout simplement des chevaliers cataphractères. On est complètement dépaysés et c’est vraiment agréable, l’imagination est ainsi très facilité et la vision des armées d’Alexandre aisée.

Lorsqu’on aime cette période de l’histoire on ne peut qu’être aux anges, mais ceux qui ne l’apprécient pas vraiment n’auront rien à y reprocher. Les détails sont là pour pousser l’immersion dans le monde d’Alexandre le Grand, et pas pour autre chose. Cela permet qui plus est d’en apprendre un peu plus sur un sujet qui est généralement survolé aux cours d’Histoire en France, et qui donc nécessite forcément une recherche personnelle pour en savoir un tant soit peu. Le livre est aussi accompagné de deux cartes de l’époque, qui permettent de mieux comprendre le récit, ainsi que l’ignorance des personnages concernant la géographie, et d’un lexique de noms avec description des personnages. Dommage que je ne l’ai vu qu’une fois le livre bien entamé. A noter qu’il est vraiment très intéressant de lire les dialogues des personnages concernant l’astrologie, la géographie, etc.

Si j’avais au début redouté un point de vue trop orienté pour Alexandre, il n’en est rien. Car il faut bien l’avouer, imaginer le choc entre ces deux civilisations relève d’une fantasme du fan d’Histoire.

A dire vraie, je ne vois pas de réel défaut à ce livre.

En tout cas (…) je ne peux que vous enjoindre à lire ce livre qui ravira tout autant les fans de Fantasy que ceux d’Histoire.

  • Collections
+
Comme un accordéon
Sciences humaines
+
Insomniaques et ferroviaires
Roman noir et policier
+
La Dentelle du cygne
Science-fiction et fantastique
+
+
Romans, etc.
Littérature, cinéma, peinture
+
Flambant 9
Bandes dessinées
+
Le Maedre
Littérature jeunesse
+
+
  • Les internautes vous conseillent
Livre9
Faux-semblance
Olivier Paquet
Livre9
Les Chroniques d'Alvin le Faiseur
Orson Scott Card
  • Lettre d'information



Archives
  • À la une
+
En novembre, tous les ebooks de David Weber à 4,99e
Posté 13 novembre 2017 -
davidweber_site.jpgEn novembre, tous les ebooks de David Weber sont à prix réduit. Profitez-en pour découvrir la saga Honor Harrington.
+
Laurence Suhner à la librairie Payot Neuchâtel
Posté 13 novembre 2017 -

Samedi, à partir de 15h, Laurence Suhner sera à la librairie Payot Neuchâtel. Venez découvrir son dernier livre : Le Terminateur. lspn.jpg

+
Becky Chambers, lauréate du prix Julia Verlanger
Posté 07 novembre 2017 -

Becky Chambers est l'heureuse lauréate du prix Julia Verlanger 2017 pour ses deux romans : L'espace d'un an et Libration.

chambers.jpg espace-d-un-an.jpg chambers_libration1.jpg

+
PRIX ELBAKIN.NET 2017
Posté 25 septembre 2017 -
Le roman Le Fleuve céleste de Guy Gavriel Kay est le gagnant du prix Elbakin.net 2017 dans la catégorie "meilleur roman fantasy traduit" !
Tous les gagnants ici.
kay_fleuve-celeste.jpg kaysite.jpg
+
Manuscrits
Posté 27 janvier 2017 -

Serez-vous la nouvelle plume publiée pour nos 30 ans ?

Le mois de janvier 2018 marquera la reprise de la réception des manuscrits. Envoyez-nous votre texte du 1er au 31 janvier. Nous avons enchanté notre boîte mail, afin qu’elle transforme en citrouille tous les messages reçus à partir du 1er février minuit.

Ne serons lues que les œuvres de fiction : fantastique, science-fiction et fantasy. Rappel : nous ne publions plus de romans jeunesse, ni de bandes dessinées, ni de polars.

Les questions que vous ne manquerez pas de vous poser :

- Où l’envoyer ? À cette adresse : manuscrits@l-atalante.fr

- Comment savoir si mon manuscrit a été reçu ? Au cours des deux premières semaines de février, vous recevrez un accusé de réception qui vous expliquera la suite des opérations.
+
L'Atalante
Posté 21 janvier 2013 -

fb_logo.png twitter_logo.png insta_logo.png pinterest_logo.png

Toute l'actu
  • Forum de L'Atalante
+
Honor Harrington
Posté le 11 octobre 2017 par Nynn
Ha ha, je vais peut-être me remettre à fouiller dans le site de DW moi ! A la fois pour Honor et Sanctuaire. Mare d'acheter des tas de "tome 1" pour trouver enfin une vraie série intéressante et [...]